Histoire des Pasteurs du Désert, Vol. 1 – Napoléon Peyrat

Chers visiteurs de www.exlibris.ch

Nous aimerions connaître votre avis sur notre nouvelle boutique en ligne.

Pour l’enquête, c’est par ici!

Vous avez des questions sur l’un de nos produits ou sur nos services?

Notre service clientèle vous aidera volontiers. Pour nous contacter, utilisez le  formulaire de contact.

Merci!

Nigeria: Effondrement d'un immeuble à Lagos, le procès du pasteur TB Joshua à nouveau reporté

TB Joshua (ph)-

© Koaci.com- Mardi 19 Janvier 2016-La justice nigériane a de nouveau reporté le procès du pasteur évangéliste nigérian TB Joshua Search TB Joshua et deux ingénieurs accusés de négligence.

Le procès du pasteur évangéliste nigérian TB Joshua Search TB Joshua et de deux ingénieurs pour négligence criminelle dans l’effondrement meurtrier d’un immeuble à Lagos en 2014 a été de nouveau ajourné mardi pour une question de procédure.

D’après l’avocat de la défense Lateef Fagbemi, les convocations sont arrivées lundi soit moins que les trois jours prévus par la loi”.

L’accident, survenu le 12 septembre 2014 dans un immeuble de six étages en travaux servant d’auberge aux fidèles de TB Joshua, un des plus célèbres pasteurs évangélistes d’Afrique, a causé la mort de 116 personnes, principalement des Sud-Africains.

Jugés pour négligence criminelle, le pasteur a déclaré que le drame a été causé par un avion mystérieux vu en train de “rôder” au-dessus du bâtiment au moment des faits.

KOACI

Or vous trémoussez, pasteurs de Judée Ensemble vocal Contrepoint, Jean-Gabriel Gaussens

Chers visiteurs de www.exlibris.ch

Nous aimerions connaître votre avis sur notre nouvelle boutique en ligne.

Pour l’enquête, c’est par ici!

Vous avez des questions sur l’un de nos produits ou sur nos services?

Notre service clientèle vous aidera volontiers. Pour nous contacter, utilisez le  formulaire de contact.

Merci!

“Les Attestants”, un nouveau courant chez les protestants français

Quelque 250 membres chrétiens réformés et luthériens opposés à la bénédiction de couples homosexuels ont créé samedi 16 janvier un nouveau courant au sein de l’Église Protestante Unie de France (EPUdF) dénommé « Les Attestants ». Au-delà de la question de la bénédiction des couples homosexuels, les membres de ce courant du protestantisme luthéro-réformé entendent retourner vers les fondamentaux que sont l’autorité des Écritures et la prière.

Les "Attestants", un mouvement de réveil qui ramène les coeurs des protestants vers les Saintes Ecritures.

Les « Attestants », un mouvement de réveil au sein de l’Eglise Protestante Unie de France.

Lors du Synode national qui s’est déroulé au Lazaret (Sète) du 14 au 16 mai 2015, l’Église Protestante Unie de France (EPUdF) a accordé à ses pasteurs la possibilité, « pour ceux et celles qui y voient une juste façon de témoigner de l’Évangile », de pratiquer une bénédiction liturgique des couples homosexuels.

Cette décision est loin de faire l’unanimité au sein de la communion luthéro-réformée, le courant historique du protestantisme français. Des membres, responsables et pasteurs de l’Église Protestante Unie de France hostiles à cette décision et désireux de concourir à la mission qu’elle a reçue du Seigneur, ont décidé de créer un nouveau courant dénommé « Les Attestants ». L’idée de créer ce courant a été initié par les pasteurs Caroline Bretonès et Gilles Boucomont, qui officient tous deux à l’Eglise Protestante Unie du Marais, à Paris.

Quelque 250 réformés et luthériens ont assisté au congrès fondateur des Attestants qui s’est tenu samedi 16 janvier au Centre Maurice Ravel, à Paris. Ce courant du protestantisme luthéro-réformé souhaite rassembler ceux et celles qui souhaitent attester de Christ au sein de l’Eglise Protestante Unie de France.

L’association « Les Attestants » ambitionne de devenir « un ferment de renouveau ou de réveil de l’Église », en rendant aux Saintes Ecritures leur caractère souverain pour la foi et la vie, et en cherchant à vivifier la foi et la prière, l’écoute du Dieu de Jésus-Christ.

L’association fondée institutionnellement le 16 janvier 2016 dispose d’un conseil d’administration et d’un site internet.

Les participants ont voté à l’unanimité leur « Déclaration d’intention » ci-dessous, texte cadre qui définit leur positionnement au sein de l’Eglise Protestante Unie de France.Les-attestants---Eglise-Protestante-Unie-de-France

« Nous, membres, responsables et pasteurs de l’Église Protestante Unie de France désireux de concourir à la mission qu’elle a reçue du Seigneur, et ce malgré les profonds désaccords qui s’expriment notamment depuis la décision du synode national de Sète, déclarons :

  •  nous réjouir de ce que notre Église ait choisi un élan dynamique avec “Écoute ! Dieu nous parle…” et proposé d’être résolument une “Église de témoins” ;
  • constater le nombre croissant de personnes qui cherchent Dieu et sont en quête de sens et de vérité pour leur vie ;
  • que la rencontre entre les anciens et les nouveaux dans nos Églises nécessite l’expression d’une affirmation claire de notre foi en Dieu Père Fils et Saint Esprit, fidèle à l’héritage reçu des apôtres afin de vivre concrètement l’unité dans la diversité ;
  • percevoir un profond besoin dans nos paroisses de retrouvailles heureuses avec une lecture à la fois instruite et priante de la Bible, et d’ouverture au projet de Dieu pour l’Église suscité par l’Esprit Saint.

En raison de ces convictions, nous proposons :

  • que se fédère, dans l’EPUdF, un mouvement de chrétiens attestant leur foi en Jésus-Christ Seigneur et Sauveur, soucieux de l’autorité souveraine de la Parole biblique pour la vie des croyants, priant pour le renouveau de cette foi au sein de l’Église protestante unie de France, et œuvrant pour la croissance de l’Église ;
  • que ce mouvement puisse créer des événements et des réseaux ; fournir des moyens de formation et de communication ; pour susciter et accompagner ce désir et cet appel missionnaire, alliant vie spirituelle et fraternelle, lecture renouvelée de la Bible et aptitude à penser et témoigner de sa foi ;
  • que ce mouvement contribue activement aux réflexions théologiques, expériences d’Église, et instances décisionnelles de l’EPUdF.

Conscients du fait qu’un tel mouvement appelle de ses vœux un réveil, nous pensons qu’il ne peut puiser son origine que dans la prière et dans l’Esprit Saint. En réaffirmant les bases de la Réforme (Sola Gratia, Sola Fide, Soli Deo Gloria, Solus Christus, Sola Scriptura), nous aspirons à retrouver une pratique des ministères qui valorise la diversité des dons accordés aux membres de nos Églises, et suscite un peuple, témoignant de sa foi, qui serve le Christ dans et hors de l’Église.

COMMENTAIRES :

commentaires

Les “attestants”, ces protestants opposés à la bénédiction des couples homosexuels

Quelque 250 protestants ont tenu congrès samedi, pour fonder un tout nouveau mouvement. Ou plutôt quelques “attestants”, puisque c’est le nom choisi par eux pour désigner leur nouvelle formation. “Attestant”, car ils entendent “attester leur foi en Jésus Christ”. S’ils entendent rester membre de l’Eglise protestante unie de France (EPUdF), ils tiennent aussi à se “structurer” pour faire entendre leur point de vue contre les instances dirigeantes de l’EPUdF. Et notamment sur un sujet majeur : la bénédiction des couples homosexuels, que l’EPUdF a autorisé en mai dernier. Peut-on parler de “schisme” au sein de la principale église protestante de France (250.000 fidèles, 480 paroisses et 500 pasteurs) ? Décryptage.

En mai dernier, une décision historique. Au printemps dernier, l’EPUdF a accordé à ses pasteurs la possibilité de bénir des couples mariés homosexuels, lors d’un synode national à Sète, dans l’Hérault. La formulation, adoptée à la quasi-unanimité, n’impose rien à personne. Mais elle ne laisse aucune ambiguïté sur cette autorisation historique : “le synode ouvre la possibilité, pour ceux et celles qui y voient une juste façon de témoigner de l’Évangile, de pratiquer une bénédiction liturgique des couples mariés de même sexe qui veulent placer leur alliance devant Dieu”.

Le synode avait pour but de donner une autorisation officielle à ce qui était déjà pratiqué officieusement par certains pasteurs. La décision s’est également accompagnée de la création de deux groupes de travail : l’un pour “accompagner” les paroisses locales et s’efforcer de répondre à leurs questions, l’autre pour élaborer une “liturgie spécifique” à la bénédiction des couples homosexuels. “Les mariages des couples homme/femme ont une grande valeur dans la Bible. On ne peut pas simplement se contenter de transposer la même liturgie aux couples homosexuels. Nous allons prendre le temps de penser quelque chose de spécifique”, explique à Europe 1 le président du Conseil national de l’EPUdF, le pasteur Laurent Schlumberger. En attendant, les pasteurs sont libres d’improviser une liturgie spécifique. Depuis le mois de mai, seuls “une demi-douzaine” de mariage gay ont été “bénis”.

Les “attestants” protestent… Mais malgré les précautions de l’EPUdF, cette décision est encore loin de faire l’unanimité. Samedi, des opposants réunis notamment autour de Gilles Boucomont, le pasteur du temple du Marais à Paris, se sont donc rassemblés pour créer une association baptisée “Les Attestants”. L’EPUdF estime  que 11% de ses pasteurs sont désormais rattachés aux “attestants”, signe de l’ampleur du mouvement. Que reprochent concrètement les “attestants” à l’EPUdF ? Selon eux, la décision de bénir les couples homosexuels “ne tient pas compte de la référence à l’Ecriture, fondement de toute parole d’Eglise chrétienne, et protestante en particulier. Le mariage est l’union féconde de l’homme et de la femme, créés à l’image de Dieu dans leur différence même”, écrivent-ils dans une “déclaration à destination des instances nationales et de tous les membres de l’EPUdF”.


Les “attestants” refusent pour autant d’être taxés d’homophobie. Contrairement à certains “ultras”, ils ne condamnent pas l’homosexualité. Mais ils refusent pour autant de “bénir” les couples de personnes du même sexe. “Il est juste de souligner l’importance d’accueillir chacun dans nos paroisses, quelle que soit son orientation sexuelle, et que soit condamnée toute homophobie. Mais nous distinguons clairement entre l’incontournable bienveillance à manifester aux personnes et la manifestation publique d’un acte liturgique reconnaissant de fait le mariage d’un couple de même sexe comme étant de même nature qu’un mariage hétérosexuel”, écrivent les attestants.

… Et veulent s’organiser face aux “libéraux”. Au-delà de cette question de fonds, les “attestants” entendent se structurer pour peser au sein de EPUdF, qu’ils estiment tenue par des “libéraux”. “Aujourd’hui, le seul courant structuré dans notre Église est le courant libéral”, déplore Caroline Bretonès, l’une des “cadres” du mouvement, interrogée par La Croix. D’où leur volonté de créer des formations complémentaires “à la prière ou à l’accompagnement spirituel” pour leurs membres, ou encore de fonder une revue destinée à concurrencer Évangile et Liberté, une revue libérale. “La diversité proclamée par notre Église doit être vécue jusqu’au bout. Ce n’est pas le cas aujourd’hui : nous voulons une vraie diversité”, poursuit Caroline Bretonès.

“Nous cultivons le pluralisme”. Laurent Schlumberger, le président du Conseil national de l’EPUdF, ne voit d’ailleurs pas ce nouveau venu d’un mauvais œil. “Nous cultivons la pluralité. Nous pensons que personne n’est fondé à détenir l’autorité, seul Jésus-Christ l’est ! D’ailleurs, ce n’est pas le seul mouvement au sein de l’EPUdF. Un mouvement ne se créé pas pour diviser les protestants mais pour exprimer un point de vue”, assure le pasteur à Europe 1, et de citer les exemples du “Christianisme social“, “d’Evangile et liberté” ou du “Mouvement des veilleurs”.

Toutefois, sur la bénédiction des couples homosexuels, Laurent Schlumberger tient à nuancer la portée des “attestants” : “la décision du synode a reçu un large soutien. Mais ce sont toujours les voix discordantes qui se font entendre”. Dans une lettre qu’il a lui-même envoyé aux “attestants”, il mettait également en garde contre une éventuelle tentation de prendre une “posture de fidélité exclusive”. “Cette posture consiste à se poser en ‘vrais’, vrais héritiers de la Réforme (protestante), vrais lecteurs de la Bible, etc., laissant entendre – et c’est parfois allé jusqu’au discrédit explicite – que d’autres points de vue seraient des dévoiements et donc qu’une certaine pluralité, dans le cadre des choix faits par notre Eglise, ne serait spirituellement pas pleinement légitime”.

Actualité > Le CEP maintient le cap sur le 24 janvier, envers et contre (…)

Le Porte-Parole du CEP, Roody Stanley Penn, a annoncé la disponibilité d’une somme de près de 75 millions de gourdes, pour subventionner les partis politiques dans le cadre du processus électoral.

Le CEP a également publié une liste d’organisations accréditées à l’observation du scrutin du 24 janvier prochain. Toutefois, le Collectif du 4 décembre (Qui faisait partie de la liste) a décliné l’invitation du CEP, préférant attendre une amélioration du contexte électoral actuel.

Sit-in devant le CEP

Des dizaines de candidats aux élections locales ont organisé un sit-in devant les locaux du CEP pour exiger la tenue des scrutins locaux faute de quoi ils menacent de bloquer les opérations électorales du 24 janvier prochain.

Intoxications et démentis

Le président de l’ANMH, le Directeur Général de Radio Ibo, Hérold Jean-François, a démenti avoir annoncé la démission de Pierre Manigat Jr du CEP où il représente le secteur des médias. Il soutient cependant lui avoir suggéré de le faire au cours d’une conversation privée.

Par ailleurs, le Pasteur Jacques Janvier, de la Fédération des Pasteurs du Grand Nord d’Haïti nie avoir signé une lettre de la Communauté Protestante d’Haïti adressée au chef de l’Etat et proposant le Pasteur Métédieu Lucien comme nouveau représentant du secteur protestant au sein du CEP, suite à la démission de Vijonet Déméro.

Réactions à la démission de Déméro

Le président de la Conférence des pasteurs, le révérend Ernst Pierre Vincent, accueille favorablement la démission de Déméro et ne croit pas nécessaire la nomination d’un nouveau représentant du secteur protestant au sein du CEP.

Le coordonnateur du MPP et ex-candidat à la présidence de KONTRAPEPLA, Chavannes Jean-Baptiste, appelle les membres du CEP à suivre l’exemple de Déméro en démissionnant à leur tour pour éviter de se rendre coupables du crime projeté pour le 24 janvier 2016.

Simon Dieuseul Desras craint que Martelly ne recourt à la violence

A l’instar de l’ex-sénateur Simon Dieuseul Desras, le leader paysan, Chavannes Jean-Baptiste, se dit convaincu de la volonté du président Martelly d’avoir recours à la violence en vue de se maintenir au pouvoir.

Le Dr Jean Hénold Buteau de Alternative Socialiste (ASO) appelle la population à prendre au sérieux les révélations de Simon Dieuseul Desras concernant les projets de violence du pouvoir. Il affirme que la mobilisation contre les dernières élections et le scrutin du 24 janvier doivent se poursuivre en dépit des démissions successives enregistrées au niveau du CEP. HI/JMD/RK

France: 250 personnes réunies pour fonder l'association «Les Attestants»

Le 16 janvier, 250 personnes étaient rassemblées à Paris pour la constitution officielle du mouvement des Attestants, dont 15% de pasteurs et 85% de membres. «Ce courant du protestantisme luthéro-réformé aspire à devenir un ferment de renouveau ou de réveil de l’Eglise, en rendant aux Ecritures bibliques leur caractère souverain pour la foi et la vie, et en recherchant à vivifier la foi et la prière, l’écoute du Dieu de Jésus-Christ» indique le communiqué faisant suite au Congrès.

A l’unanimité, les votants ont accepté la «Déclaration d’intention», texte cadre définissant leur positionnement au sein de l’Eglise protestante unie de France (EPUdF). Cette déclaration émet le souhait du mouvement des Attestants de contribuer activement aux réflexions théologiques, expériences d’Eglise et instances décisionnelles de l’EPUdF.

Alain Chapon a été élu président de l’association et Christophe Desplanque secrétaire.

Daniel Liechti, du Conseil national des évangéliques de France et Didier Crouzet, secrétaire général de l’EPUdF étaient présents en tant qu’observateurs. Le Suisse Martin Hoegger et le Belge Bernard-Zoltan Schümmer ont témoigné d’initiatives proches du mouvement des Attestants dans leur pays respectifs.

La rédaction d’Evangeliques.info – 18 janvier 2016 12:53

Réconciliation nationale : le FFKM affiche son indépendance

Le culte œcuménique annuel dirigé par le Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes de Madagascar (FFKM) se tiendra le 24 janvier prochain. La passation de fanion entre le président sortant du FFKM, le pasteur Lala Rasendrahasina et le président entrant, le pasteur Endore Modeste Rakoto aura lieu par la même occasion. Mais déjà le FFKM annonce qu’en matière de réconciliation, ses démarches seront entièrement indépendantes.

Après quelques mois de silence radio, les actions en vue de la concrétisation de la réconciliation nationale reprendront. Et bien que la mise en place du Conseil national pour la réconciliation (CNR) soit actuellement en cours, les membres du FFKM insistent sur la neutralité et l’indépendance de leur démarche. En ce début d’année, le FFKM s’engage à poursuivre tout seul le processus avec la responsabilisation des départements œcuméniques. «Même si le mandat du FFM prendra fin en mars prochain impliquant la mise en place d’un nouveau conseil pour la réconciliation, la mission du FFKM diffère de celle du FFM ou du CNR», a souligné Mgr Samoela Ranarivelo.

En effet depuis le début de ce processus, les quatre chefs d’église ont souligné qu’ils vont baser leur réconciliation sur les lois chrétiennes. Cette démarche prendra le temps qu’il faudra et touchera tous les citoyens.

Les actions menées par le FFKM ont été momentanément interrompues à cause des élections dans le pays. Cependant, les tractations se sont poursuivies au niveau des localités abritant cette confédération.

Le FJKM s’engage

Par ailleurs, les membres de la Confédération des églises protestantes de Madagascar (FJKM) se sont réunis hier à Mahamasina. Il s’agit d’un rendez-vous annuel des protestants afin de présenter leurs vœux au président actuel du FJKM, le pasteur Lala Rasendrahasina, mais aussi de marquer ensemble le début d’une nouvelle année d’évangélisation. Lors de son homélie, le président de la FJKM a insisté sur l’importance de la paix dans le pays. Il a rappelé la crise interne au sein de cette confédération mais aussi la crise qui perdure actuellement. Il a également exhorté les pasteurs à s’investir un peu plus dans le social. «Le devoir de la FJKM est de préserver la paix dans le pays par tous les moyens, c’est inconditionnel».

Un message que le président de la République a salué. Hery Rajaonarimampianina a annoncé face aux journalistes la volonté de l’Etat à collaborer avec l’Eglise. Le chef de l’Etat répond ainsi aux différentes critiques concernant le non-respect de la laïcité de l’Etat. «Cette coopération a longtemps existé. Elle s’est présentée sous différentes formes et a été effectuée dans un profond respect de la loi en vigueur dans le pays», a-t-il précisé.

Différentes personnalités ont honoré de leur présence ce culte de la FJKM comme les ministres, les députés et la maire de la Capitale. L’absence du vice-président laïc du FJKM, Marc Ravalomanana n’est pas passée inaperçue. Ce dernier effectue actuellement un voyage d’affaires en Asie.

Nadia

Les « Attestants », un nouveau mouvement chez les protestants

Le pasteur Gilles BOUCOMONT, un des initiateurs du mouvement des Attestants.ZOOM

Le pasteur Gilles BOUCOMONT, un des initiateurs du mouvement des Attestants. / Jean-Mathieu GAUTIER/CIRIC/

Créer un nouveau mouvement protestant. Entre 200 et 250 personnes étaient réunies dans l’Est parisien, samedi 16 janvier, pour lancer le courant des « Attestants » au sein de l’Église protestante unie de France (EPUdF).

L’idée de créer ce courant, notamment initié par les pasteurs Gilles Boucomont et Caroline Bretonès, qui officient tous deux au temple protestant du Marais, à Paris, est née au printemps 2015, quelques jours après l’adoption, par les représentants de l’EPUdF, de la possibilité de bénir les couples homosexuels. Il réunit des opposants à cette décision.

> A lire  : Les protestants pourront bénir les couples homosexuels

Le renouveau

Au-delà de la question de la bénédiction des couples homosexuels, il s’agit, selon le texte adopté samedi, d’un « mouvement de chrétiens attestant leur foi en Jésus-Christ Seigneur et sauveur, soucieux de l’autorité souveraine de la Parole biblique pour la vie des croyants, priant pour le renouveau de la foi au sein de l’Église protestante unie de France, et œuvrant pour la croissance de l’Église ».

« Aujourd’hui, le seul courant structuré dans notre Église est le courant libéral », déplore Caroline Bretonès. Elle évoque notamment une forte influence de cette sensibilité dans les institutions de l’EPUdF, ainsi qu’à l’Institut protestant de théologie, à Paris, et qui forme une grande majorité des pasteurs de l’Église unie. « Il s’agit d’un courant assez dominant, poursuit-elle. Or, la diversité proclamée par notre Église doit être vécue jusqu’au bout. Ce n’est pas le cas aujourd’hui : nous voulons une vraie diversité. »

Formations complémentaires

D’où la nécessité, pour les instigateurs des Attestants, de créer des « formations complémentaires » pour les laïcs et les pasteurs qui le souhaiteraient, « notamment sur la prière ou l’accompagnement spirituel ». Ils évoquent aussi la publication d’une revue, pour se faire le pendant d’Évangile et Liberté, porté par le courant protestant libéral.

Issue de la fusion de l’Église réformée de France et de l’Église évangélique luthérienne de France, l’Église protestante unie de France (EPUdF) est née en 2012. 250 000 fidèles fréquentent régulièrement ses 480 paroisses. En tout, cette Église compte 500 pasteurs, dont un tiers de femmes.

Demande de « pardon » à Dieu

Au cours des débats, la décision d’accorder aux pasteurs la possibilité de bénir les couples homosexuels, prise en mai 2015 à Sète (Hérault), a été largement abordée. Lors du culte du matin, le célébrant a demandé « pardon à Dieu » pour « la décision du synode », mais aussi pour les réactions de « colère » exprimées à cette occasion, par ceux qui s’opposaient aux bénédictions. La pasteure Nicole Deheuvels, conseillère conjugale en région parisienne, a quant à elle évoqué un « épisode douloureux » pour l’Église unie.

Autre sujet abordé durant cette journée : les méthodes de décision au sein de l’Église, beaucoup de participants remettant en cause la représentativité du « Synode national », qui réunit chaque année des délégués protestants, pasteurs et laïcs, de toute la France. « Je connais une ou deux personnes qui disent qu’elles se sont fait un peu avoir pendant le Synode », avance pour sa part le président des attestants, Alain Chapon, un laïc qui préside par ailleurs le conseil presbytéral de sa paroisse, à Clermont-Ferrand.

Éviter le « consensus mou »

La majorité des membres présents n’ont pas, pour autant, l’intention de quitter l’Église protestante unie de France. « C’est une tentation qui m’a effleuré lorsque j’ai appris la décision de Sète, admet Christophe Desplanque, pasteur à Agen. Mais il m’est rapidement apparu que je n’avais pas le droit de quitter le navire en pleine tempête. Au fond, je suis attaché à mon Église. C’est elle qui m’a fait connaître le Christ, et qui m’a fait grandir dans la foi. »

Le pasteur a été l’un des premiers à rejoindre les Attestants. « Je veux croire qu’il est possible de vivre une pluralité dans notre Église sans être dans une forme de consensus mou. »

Peser dans les décisions

Outre la création d’une revue, de modules de formations, mais aussi l’établissement de relations avec d’autres Églises protestantes à l’étranger, les Attestants souhaitent peser dans les prises de décision de l’Église unie. Et leur première occasion de se faire entendre est déjà choisie : les dirigeants de l’EPUdF se sont en effet fixés pour objectif de s’accorder d’ici à 2017 sur une nouvelle « déclaration de foi », « énonçant en un langage simple les convictions fondamentales que partagent ses membres ».

Déjà, le pasteur Desplanque prévient : « Aujourd’hui, je crois fermement qu’une nouvelle division serait un échec. Mais si dans deux ans, la déclaration de foi doit devenir une bouillie inconsistante, je dirai peut-être autre chose. »

Loup Besmond De Senneville

Des protestants hostiles à la bénédiction de couples homosexuels créent un courant dans leur …

Des protestants hostiles à la bénédiction de couples homosexuels créent un courant dans leur Eglise

Auteur

AFP


Quelque 250 luthériens et réformés hostiles à la bénédiction de couples homosexuels ont créé samedi un courant au sein de l’Eglise protestante unie de France (EPUdF), la plus importante du pays avec 110.000 membres, a-t-on appris auprès d’un responsable.
L’EPUdF a ouvert à ses pasteurs la possibilité de bénir des couples homosexuels en mai dernier lors d’un synode national à Sète (Hérault).
Si cette décision a été adoptée à une très large majorité des délégués synodaux, elle ne fait pas l’unanimité dans le monde protestant – les évangéliques y sont très largement défavorables -, ni même au sein de la communion luthéro-réformée, le courant historique du protestantisme français.
Plusieurs opposants et observateurs avaient mis en garde contre le risque de schisme que ce vote quasi inédit dans le monde religieux français – « pris contre tous les textes bibliques », avait affirmé un pasteur – pouvait faire peser sur l’EPUdF.
Samedi, des opposants réunis notamment autour de Gilles Boucomont, le charismatique pasteur du temple du Marais à Paris, se sont rassemblés pour créer une association baptisée « Les Attestants ».
Ce mouvement de l’EPUdF a vécu son congrès fondateur en présence de 250 personnes, dont 85% de laïcs et 15% de pasteurs, selon un communiqué transmis à l’AFP.
« Ce courant du protestantisme luthéro-réformé aspire à devenir un ferment de renouveau ou de réveil de l’Eglise, en rendant aux Ecritures bibliques leur caractère souverain pour la foi et la vie, et en cherchant à vivifier la foi et la prière, l’écoute du Dieu de Jésus-Christ », écrivent les signataires en préambule d’une déclaration d’intention intitulée « Attester pour le Christ ».
Les Attestants entendent peser au sein de la mouvance luthéro-réformée, en contribuant « activement aux réflexions théologiques, expériences d’Église et instances décisionnelles de l’EPUdF ».

© 2016 AFP


Partager cet article !

Classés dans :, ,

Derniers articles de la catégorie Religion :



Saddleback, l'église où le fidèle est roi

Le pasteur Rick Warren prêche un dimanche de janvier 2015, durant le culte, dans son église, face à près de 3 000 personnes.ZOOM

Le pasteur Rick Warren prêche un dimanche de janvier 2015, durant le culte, dans son église, face à près de 3 000 personnes. / Céline Hoyeau

À l’entrée du Worship Center, le « centre de louange » de Saddleback Church, le pasteur Rick Warren donne de francs et généreux hugs, embrassant de toute sa corpulence les fidèles qui arrivent en masse pour le culte dominical, les habitués de cette megachurch évangélique comme les nouveaux venus.

« Ma mission la plus importante, ici, ce n’est pas la prédication, mais ces hugs. J’en fais au moins 500 par week-end », résume-t-il en riant. Cet accueil chaleureux n’a rien d’anodin. Que ce soit Rick Warren, les 300 salariés de l’église ou ses 15 000 volontaires, à Saddleback, l’attention est portée prioritairement au nouvel arrivant.

Un campus aussi grand qu’une ville

Il y en a pour tous les goûts : cultes rock, métal, de louange afro-américaine ou plus traditionnel, animés dans tous les cas par des musiciens professionnels. Des panneaux de signalisation orientent les fidèles vers les divers bâtiments de ce campus aux allures de petite ville, tandis que des écrans d’information annoncent les activités de la journée.

Les moins motivés ou les plus hésitants peuvent aussi suivre la prédication depuis la terrasse d’un snack ou les canapés d’un patio. Le contenu est étudié pour être accessible à un non initié. Impossible, d’ailleurs, de manquer l’idée centrale du jour : elle est déclinée sur un écran géant, répercutée en direct sur les réseaux sociaux et résumée sur une feuille placée devant chaque siège.

Se mettre à la portée des éloignés de l’Église

Depuis près de quarante ans, le pasteur a construit sa megachurch sur cette conviction : c’est à l’Église de se mettre à la portée de ceux qui sont loin d’elle, et non l’inverse. Un credo que le pape François ne renierait pas, lui que Warren cite souvent, quand il ne sort pas de sa poche l’exhortation de Paul VI sur l’évangélisation, noircie d’annotations.

Dès le départ, ce baptiste californien a mené une sorte d’étude de marché pour connaître qui ils sont, ce dont ils ont besoin et ce à quoi ils aspirent. L’Américain moyen de ce Sud californien doit pouvoir se sentir bien à Saddleback et y rencontrer « le Christ comme son sauveur ».

Une croissance qui fascine

Tout est conçu pour l’y amener. Et de fait, s’ils étaient une poignée en 1980, ils sont aujourd’hui 27 000 le dimanche, et 35 000 à se retrouver chaque semaine pour échanger en petits groupes sur leur vie et sur la Bible. Une croissance qui fascine, dans un contexte occidental où les églises se vident.

> Lire aussi : Les évangéliques américains séduits par le pape

Si le modèle a ses détracteurs, il n’empêche : la vision missionnaire communiquée à ses fidèles et théorisée dans des livres devenus des best-sellers, le génie de cet entrepreneur spirituel pour construire une communauté et rejoindre les non-croyants ont conduit de nombreux pasteurs, des prêtres et évêques catholiques, comme en France le P. David Gréa, à Lyon, ou Mgr Dominique Rey, à Toulon, et même des juifs, à venir à Saddleback pour s’en inspirer.

« Nous passons notre temps à nous demander quels obstacles – matériels, relationnels, spirituels – empêchent les gens de venir chez nous et de se mettre à la suite du Christ », résume le pasteur David ­Chrzan, bras droit et gendre de Rick Warren. Le parking est gigantesque ? Un système de navettes a été mis en place pour que les paroissiens n’aient pas à marcher une demi-heure pour rejoindre l’église.

Des groupes thématiques

Sur le parvis, des stands permettent de s’inscrire à des groupes thématiques de partage : pour parents d’adolescents difficiles, pour mères célibataires, pour dépendants de l’alcool ou de la pornographie, pour ceux qui traversent une dépression…

« Même si elle est immense, Saddleback reste à taille humaine grâce à ces groupes dans lesquels nous trouvons une vraie fraternité et un soutien lorsque nous traversons des difficultés personnelles, assure Siew, 46 ans, originaire de Singapour et paroissienne depuis seize ans. Lorsqu’on a un problème, il y a toujours quelqu’un ici pour nous écouter et prier pour nous. »

Chargée de la garderie pendant le culte, mère de deux enfants, elle retrouve un soir par semaine huit autres femmes pour échanger sur leur vie et sur la Bible. Son mari, lui, partage entre hommes. Plus qu’un simple lieu de culte, ils disent avoir trouvé à Saddleback « une deuxième maison ».

Une Église comme un parc d’attractions

Après l’office, Siew et sa famille se retrouvent pour pique-niquer sur le parvis où une librairie, une cafétéria, des tables de plein air ont été installées… Le campus tient à la fois du centre commercial et du parc d’attractions : pas de quoi dépayser le Californien peu familier des églises.

Même les adolescents y trouvent leur compte, avec un entrepôt qui leur est réservé où l’espace de louange côtoie billards, jeux vidéo, tables de ping-pong… « C’est plus facile pour nos jeunes d’inviter leurs copains au culte quand ils peuvent ensuite leur proposer de faire du skate-board », explique David Chrzan. De la même manière, les adultes sont encouragés à inviter leurs voisins à jouer au golf, au basket ou profiter du parcours de santé aménagé sur le campus de 48 hectares…

Tout est, de fait, tourné vers l’évangélisation. Derrière l’église, une piscine a été construite en vue des baptêmes d’adultes par immersion. Dès qu’ils ont « donné leur vie à Christ », adhésion qui se manifeste par le baptême – même pour des catholiques ou protestants déjà baptisés ! –, les néophytes sont intégrés aux groupes – ils se réunissent au domicile d’un membre – et sont formés à assurer un ministère dans l’église, chacun selon son talent, pour devenir, à leur tour, missionnaires.

Un engagement très exigeant

Le modèle d’Église du pasteur Warren est pour le moins déroutant pour les catholiques du Vieux Continent. Si la dynamique missionnaire est bien présente, la dimension contemplative, la profondeur de la foi sont plus difficiles à percevoir.

D’autres reprocheront les incitations sans complexe adressées aux fidèles à donner toujours plus généreusement : l’engagement est très exigeant, y compris financièrement. « Cela fait partie de la vie spirituelle, la générosité permet de ne pas se laisser agripper par le matérialisme », explique le pasteur Chrzan, indiquant que certains contribuent à la vie de leur église à hauteur de 10 % voire 20 % de leur salaire… « Mais Rick Warren, précise-t-il, reverse 90 % du sien à l’église et à ses œuvres caritatives. »

« Même les arbres brisés portent des fruits »

S’il aime citer les résultats de l’évangélisation à Saddleback, ce pasteur reconnaît toutefois que la croissance de l’Église ne se mesure pas seulement en chiffres. Pendant des années, il a prié pour la guérison de son fils, atteint d’une maladie mentale.

Mais il y a deux ans, ce dernier s’est suicidé, un dimanche de Pâques. « À sa mort, confie-t-il, parmi les 35 000 lettres de soutien, des présidents, des stars de rock, celles qui m’ont le plus touché viennent de ceux que Matthew a conduit au Christ. Elles m’ont fait réaliser que, dans le jardin de Dieu, même les arbres brisés portent des fruits. »

–––––––––––––———–

► L’ÉGLISE

1980. Naissance de Saddleback Church, en Californie, dans le comté d’Orange. Cette megachurch – église comptant plus de 2 000 membres – rassemble des chrétiens évangéliques de différentes confessions.

Avec 45 bâtiments – centre pour la paix, dispensaire, banque alimentaire, centre de conseil juridique… – et près de 3 000 places de parking, l’église s’étend aujourd’hui sur 48 hectares. Son budget annuel s’élève à 27,6 millions de dollars.

Elle a essaimé dans neuf autres villes américaines et quatre pays étrangers (Manille, Hong Kong, Berlin, Buenos Aires).

► LE PASTEUR

Né en 1954 au Texas, Rick Warren est un pasteur évangélique de la Convention des baptistes du Sud. Très médiatique, il a été invité à prononcer la prière lors de la cérémonie d’investiture à la présidence américaine de Barack Obama.

Son livre The Purpose Driven Life (2002), Une vie motivée par l’essentiel, s’est vendu à 32 millions d’exemplaires. L’idée de Warren est qu’une Église va pouvoir grandir si elle est conduite par « une vision », un projet pastoral clairement défini et communiqué à toute la communauté chrétienne. À partir de sa méthode déclinée dans un autre best-seller, The Purpose Driven Church (L’Église, une passion, une vision), il a formé des dizaines de milliers de pasteurs au cours de séminaires sur la bonne santé et la croissance des églises.

Il a été invité au Vatican en novembre 2014 pour un colloque international sur la complémentarité homme-femme. Une cathophilie peu appréciée de certains milieux évangéliques. Entouré d’une équipe de pasteurs depuis vingt-cinq ans, Rick Warren a annoncé qu’il quitterait son église en 2020.

A lire aussi  : « Une Église n’est en bonne santé que si elle est missionnaire »

Céline Hoyeau, Envoyée Spéciale à Lake Forest (californie)

Eglises de Réveil au Gabon : Entre miracles et escroqueries !

Avec des dénominations aussi alléchantes que trompeuses comme « Arrêtez de souffrir » ; « Assemblée des élus du ciel » ; « Eglise des combattants du salut » ; « Eglise source de vie ». Une liste non exhaustive ! Certains leaders religieux véreux appelés « Pasteurs » ou « Apôtres », s’illustrent par des actes aux antipodes des Saintes écritures.

De nombreux fidèles désertent leurs lieux de culte, et ce, après plusieurs années d’obséquieuse et assidue fréquentation. Un changement de cap résultant des dérives enregistrées de façon persistante. On en veut pour preuve, le dangereux endoctrinement de certains hommes de Dieu, devenu une pratique courante.

 L’accaparement de bon nombre de femmes, pourtant mariées en bonne et due forme, au nom des prétendues révélations « divines », l’enrichissement illicite et vertigineux de certains Pasteurs. Sur ce point, plusieurs sociologues et observateurs avertis estiment que ces Hommes de Dieu usent et abusent de la naïveté de quelques ouailles. Et pour ce faire, ils n’hésitent pas à s’appuyer sur les versets bibliques invitant les fidèles à mettre la main à la poche. Des réalités décriées çà et là dans les artères et autres lieux de la capitale gabonaise.

Témoignages des fidèles floués                                   

Tout porte à croire que les principes véhiculés dans les livres Saints, tel la Bible sont foulés aux pieds par des pseudos pasteurs dont la seule intention est de s’en mettre plein les poches. C’est du moins ce qui ressort des témoignages glanés auprès de certains fidèles grugés. Aussi, il nous revient que certains pasteurs exigent avant toute délivrance une « caution », (tout comme à l’hôpital) de 150.000 Fcfa. Dans le même registre, d’autres hommes de Dieu commercialisent, à prix d’or ou presque, de l’huile d’onction et des parfums à guérir et à chasser les démons persécutant les fidèles.

Toutefois, le témoignage le plus évocateur est celui de cette jeune demoiselle, requérant l’anonymat. Cette dernière a été victime d’un transfert de « démons », dit-elle dans son ventre. L’œuvre d’un pasteur local. Après deux ans de vie commune avec son conjoint sans grossesse, la jeune dame, conseillée par une des ses amies va consulter un pasteur réputé efficace. Lequel pasteur décèle après imposition des mains, un serpent et un cadenas dans son ventre. Mieux, le providentiel guérisseur se propose de traiter la dame désespérée à condition qu’elle lui apporte 250.000Fcfa. Une condition, bien évidemment remplie par la malade. C’est donc en tenue d’Eve, c’est-à-dire nue comme un ver en présence tout de même de son conjoint et étalée sur un divan que la patiente s’est fait délivrée par le pasteur dont les mains faisaient des allers et retours dans l’appareil génitale de la femme. Vice ou pratique fétichiste ? Dans tous les cas, le pasteur a bel et bien extirpé du sexe de la patiente le serpent et le cadenas en question.  Petit bémol tout de même révélé par la dame en personne. « Depuis 6 ans que ces fétiches m’ont été enlevés du ventre je n’ai jamais eu ne serait-ce qu’un petit retard. Et beaucoup de gens me disent que c’est lui-même qui m’avait transféré ces fétiches lors de l’imposition des mains pour que je lui donne l’argent », confie la suppliciée.

Le silence « coupable » de l’Etat          

Au début des années 2000, le Gabon comptait déjà plus de 1300 églises, avec des cas  récurrents  de viols commis par certains pasteurs. D’où la mesure de Feu André Mba Obame, ministre de l’Intérieur de l’époque, restreignant la poussée des Eglises dites  ‘’de réveil’’. Une traque contre les lieux de culte non conforme à la législation en vigueur avait été mise en branle. Une mesure renvoyée aux calendes grecques depuis belle lurette, alors que le phénomène continue de gagner du terrain avec son corollaire de conséquences dramatiques.

Auteur : CNN | Source: Gaboneco | Publié initialement : le 14-01-2016 à 14:06:38

Au Malawi : l'argent du miracle

A la rencontre de l’homme le plus riche du pays…

Il s’appelle Shepherd Bushiri et il a à peine 30 ans. Et il en est déjà à son troisième jet privé spécialement aménagé à son goût – c’est-à-dire tape à l’oeil. Sa photo tout sourire embarquant dans son nouveau jouet s’étalait hier à la une des quotidiens malawites.

La question est donc : comment ce jeune homme a-t-il fait fortune ? C’est simple : il est le leader de ces Eglises évangéliques qui pullulent entre le Nigéria, l’Afrique du Sud, le Zimbabwe et donc le Malawi. La sienne s’appelle la Lumière et Rassemblement Chrétien. Comme il en est le fondateur, il se fait appeler Major I ou plus simplement, le Prophète. On lui attribue des villas en Afrique du Sud, au Malawi, et l’intention d’ouvrir une banque, histoire de simplifier les flux financiers. Parce qu’évidemment, les fidèles, eux, paient.

Rassemblement dans l’église de Charleston © MaxPPP – 2016

Comment a-t-il fait pour se distinguer des autres pasteurs vedettes? Sa recette est simple : les autres super-pasteurs proposent des services relativement classiques, prophéties, guérison du SIDA par apposition des mains ou sermons tonnants et trébuchants. Lui est plus moderne, plus direct, il va directement à l’essentiel : il promet de l’argent ! C’est simple, dans son Eglise, vous priez, vous passez à la caisse et vous serez récompensés au centuple. D’où l’importance d’être riche et de le montrer. Voilà pourquoi il a acheté trois jets privés en moins d’un an. Enfin, c’est ce qu’il dit. Parce qu’une radio malawite s’est penchée sur cette affaire d’avion et a remarqué que les trois avions étaient identiques sur les photos et surtout portaient la même immatriculation.

Conclusion – malveillante bien sûr – de la radio : le prophète Bushiri a juste inauguré trois fois le même avion. Bref un gros mensonge qui fait écho à des scandales de plus en plus fréquents en Afrique autour de ces pasteurs prédateurs.

L’attentat d’Istanbul qui est au cœur de votre revue de presse

Un attentat kamikaze commis par l’Etat islamique, autre secte particulièrement dangereuse, qui a fait, au dernier bilan, une dizaine de morts et une quinzaine de blessés en plein cœur touristique d’Istanbul. Essentiellement des touristes allemands.

Evidemment, l’ensemble de la presse allemande fait sa Une sur cet attentat qui en frappant la Turquie, touche en même temps l’Allemagne. Ça donne « Cette fois, c’est le cœur de la Turquie qui est frappé », à la une de la Suddeutsche Zeitung. « La menace terroriste atteint un nouveau seuil », dans les pages de la Frankfurter Allgemeine Zeitung, « le cauchemar stambouliote » dans le Spiegel, ou encore ce simple titre dans la Tageszeitung :  “terror as usual”. Et le quotidien ajoute :

« même si cela peut sembler cynique, l’attentat du 12 janvier à Istanbul ne sort même pas la Turquie de l’ordinaire. Après tous les morts de ces derniers mois, ceux de mardi sont quelques victimes de plus. Une statistique de plus, même si celle-là touche tout particulièrement l’Allemagne ».

Fatalisme que le quotidien turc Hürriyet tente de conjurer en évoquant dans son édito une « nouvelle guerre » : « un des aspects neufs de l’attentat d’Istanbul est qu’il a été commis par un terroriste étranger sur le sol turc ». Sous-entendu, les Kurdes n’ont rien à y voir. Dans cette nouvelle guerre mondiale qui s’annonce, ajoute Hürriyet, « il n’y a pas de champs de bataille ou de limites géographiques précises, comme l’Afghanistan, la Somalie ou le Mali. C’est le monde entier qui est désormais le champ de bataille.

Pasteur Morin. « Vivre la foi au quotidien »


Fabio Morin est le pasteur référent de la communauté protestante du Trégor. Fabio Morin est le pasteur référent de la communauté protestante du Trégor.

Il a 31 ans, le sourire aux lèvres et le regard empli de joie et de sérénité. Fabio Morin, jeune pasteur de l’Église évangélique de la route de Guingamp, à Lannion, est heureux de sa mission auprès des fidèles du Trégor. Il nous raconte son parcours et ses projets.

Racontez-nous d’où vous vient votre vocation ?
Je suis né à Saint-Malo dans une famille plutôt athée et non pratiquante à la base. Mais ma mère est devenue chrétienne, en allant dans un temple évangélique à Saint-Malo. Et mon père footballeur, non pratiquant, est aussi redevenu chrétien. C’est dire si le contexte de foi était réel. Pourtant, comme beaucoup à la préadolescence, je me suis éloigné de Dieu, pour me plonger dans la littérature. Je suis revenu vers Jésus à l’âge de 14-15 ans. Là, ce fut vraiment un changement profond, une joie renouvelée.

Quel a été votre parcours scolaire ?
J’ai fait une école de gestion et management à l’IGR à Rennes spécialisée dans les ressources humaines. Je suis titulaire d’un Bac + 5. Puis, je suis devenu professeur d’économie (SES) et de gestion à Saint-Malo et à Brest. Aujourd’hui, je n’enseigne plus pour me consacrer entièrement à ma mission de pasteur.

Et votre formation religieuse ?
J’ai suivi une formation théologique par correspondance avec l’Institut de théologie de Bordeaux. Je suis devenu pasteur, après avoir été en formation durant trois années à Brest, dans le cadre des Églises évangéliques dites « Assemblée de Dieu » : première église de la communauté évangélique en France (plus de 400 lieux de culte en France métropolitaine et 600 pasteurs). Arrivé à Lannion en août 2015, j’y suis pour une durée indéterminée.

Comment pourriez-vous définir votre mission au sein de l’Église ?
Pasteur signifie berger, mon rôle est de prendre soin des âmes. Jésus est le vrai bon berger. Je ne suis pas un intermédiaire mais plutôt un poteau indicateur vers Dieu manifesté en Jésus, source de notre foi. Ma mission n’est pas de diriger les âmes mais de les accompagner dans leur cheminement personnel avec Dieu, en toute liberté. Le but n’est pas d’intégrer une nouvelle religion mais développer avec Dieu une relation personnelle au quotidien. Vivre la foi au quotidien et pas seulement à l’église le dimanche mais dans la famille, dans la voiture… Aider chacun à lire la Bible par lui-même.

Quels sont vos souhaits pour la communauté protestante trégorroise et plus largement les Chrétiens ?
« On ne comprend bien qu’avec le coeur », disait le « Petit Prince » de Saint-Exupéry. Mon désir serait que tous ceux qui n’ont pas lu l’Évangile et qui parfois le rejettent, puissent avoir un avis personnel en le lisant une fois dans leur vie. Ne pas remettre sur Dieu les erreurs des hommes…

Vous avez des projets dans vos cartons…
Avec l’association culturelle, nous voulons aider les réfugiés des camps de Calais et de Dunkerque. Au niveau national, les Évangélistes ont créé une action appelée Matthieu 25. Plus localement, poursuivre ma collaboration avec le pasteur Thierry Le Gall et une équipe de sept responsables (équivalent de diacres). Je souhaite aussi continuer de développer l’investissement bénévole fort dans l’Église (marchés, jeunes, seniors, groupe de femmes, enfants, travaux…).

En complément

Mali : Pastoralisme en Afrique de l'ouest et du centre : PEU PRIS EN COMPTE PAR LES …



L’absence d’une vision commune entre pays sahéliens et côtiers, entre les organisations paysannes et les autres acteurs sur les stratégies régionales de développement à promouvoir constitue un des défis que le secteur doit relever

L’atelier régional sur la construction d’un environnement propice au développement durable du pastoralisme en Afrique de l’ouest et du centre a pris fin samedi au Centre international de conférences de Bamako (CICB) par une déclaration finale des participants. Dans ce texte, les réseaux régionaux des acteurs professionnels, les représentants des éleveurs, des pasteurs, des organisations de la société civile pastorale, des femmes et du secteur privé de l’Afrique de l’ouest et du centre ont noté avec préoccupation la faible prise en compte de l’élevage en général et de l’élevage pastoral en particulier, les défis majeurs auxquels l’élevage et le pastoralisme sont confrontés.
Il s’agit de l’absence d’une vision commune entre pays sahéliens et côtiers, entre les organisations paysannes (OP) et les autres acteurs sur les stratégies régionales de développement à promouvoir. Les participants ont marqué leur inquiétude sur la faible connaissance des systèmes pastoraux, l’interconnexion des dispositifs d’information des acteurs et le défi sécuritaire en lien avec les actions de développement de l’élevage et du pastoralisme, la sécurisation du foncier pastoral, l’accès aux facteurs de production (financement) et aux services de base adaptés (aliment bétail, santé animale et humaine, éducation).
La bonne gouvernance des espaces et infrastructures, des aménagements pastoraux, l’accès aux marchés et la modernisation des chaines de valeur, la sauvegarde et l’amélioration du pouvoir économique des femmes et des jeunes des ménages pastoraux, le renforcement de la résilience des populations pastorales face aux changements climatiques, la forte croissance démographique, la facilitation de la mobilité du cheptel et de la transhumance transfrontalière sont d’autres préoccupations des participants. Ceux-ci ont réaffirmé leur engagement à contribuer à l’avènement d’un environnement propice au développement durable de l’élevage et du pastoralisme et convenu de l’institutionnalisation d’un espace de concertation entre les réseaux et les organisations des éleveurs et des pasteurs de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Autant de facteurs qui vont dans le sens de la défense des intérêts des éleveurs, des pasteurs et de leur patrimoine pour une prise en compte effective de l’élevage et du pastoralisme dans les politiques publiques tant au niveau international, régional, national que local.
L’amélioration du dialogue pour influencer les politiques publiques à tous les niveaux, et surtout local, la nécessité d’engager des investissements structurants pour soutenir la réalisation, la gestion durable et inclusive des aménagements, des équipements, des infrastructures pastorales, renforcer l’accès des populations d’éleveurs et de pasteurs aux services sociaux de base et services techniques par la mise en place d’un dispositif adapté à la mobilité des populations figurent aussi parmi les recommandations des participants.
Ces derniers ont appelé les délégués de la région (ROPPA, RBM, APESS, CORET) et les initiateurs de l’atelier de Bamako ( FAO, FIDA, VSFI, SNV, UK AID, Acting for life, RBM) à soutenir la vision, les priorités d’investissement et les besoins d’accompagnement des éleveurs et des pasteurs définis dans la présente déclaration. Le séminaire a été ponctué d’une conférence de presse animée par les responsables des organisations civile pastorales.
L’un des représentant de la société civile pastorale du Niger, Modibo Oumarou, a rappelé que l’élevage contribuait à la croissance du produit intérieur brut (PIB) et à 25% du PIB de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Il a reconnu que les changements climatiques avaient un impact sur le pastoralisme.
Le secrétaire chargé du développement organisationnel du réseau des organisations d’éleveurs et pasteurs d’Afrique « Réseau Billatal Maroobé » (RBM) du Sénégal, Aliou Samba Ba, a lui jugé que le pastoralisme était une alternative face aux changements climatiques. Plus de 90% de la viande vient de l’élevage pastoral, a-t-il constaté. « Le pastoralisme est un bien appartenant à tous, un moyen efficace de résister face aux changements climatiques. Il permet aux populations de mieux vivre mieux. Les politiques doivent donc avoir une vision claire pour préserver l’environnement pastoral, prendre des mesures permettant aux éleveurs de transhumer facilement et de travailler pour l’intégration des éleveurs. Il est aussi dans l’intérêt de tous les éleveurs de soutenir la pastoralisme », préconise Aliou Samba Ba.
La présidente du directoire national des femmes en élevage du Sénégal (ROPPA), Mme Diallo Oumou Khaïry, a salué en l’atelier, une réflexion sur l’avenir du pastoralisme en Afrique de l’ouest et du centre. L’agriculture et l’élevage sont deux domaines indissociables. Il faut un code clair pour soutenir les deux secteurs pour une meilleure prise en compte des femmes et des jeunes, a-t-elle plaidé.
« Le pastoralisme est menacé. Alors qu’il ne se passe un seul jour sans que l’on se nourrisse d’un produit animal. Il faut donc une politique claire pour soutenir le pastoralisme pour que la sécurité alimentaire soit préservée», a soutenu de son coté, le président de la Fédération nationale des éleveurs centrafricains, Lamido Issa Bi Amadou.
S. Y. WAGUE

Source : L’Essor


Mon pasteur, mes copines, mes nièces, mes cousines et mes parents… Une bande de …

Mon pasteur, mes copines, mes nièces, mes cousines et mes parents… Une bande de matérialistes qui a gâché mon mariage

«Quand le malheur frappe à la porte, le bonheur s’enfuit par la fenêtre», dit l’adage. Et cette vérité évidente, je l’ai réapprise à mes dépens. Lisez plutôt mon témoignage…

Quant je me suis présenté pour la première fois aux parents de Gisèle, après 6 mois de concubinage dans le meilleur, jamais je n’ai imaginé que notre union aurait du mal à résister au pire. Et pourtant…,l’attitude de ma belle mère, dès ledit premier jour, était une sorte de prémonition quant à la motivation réelle de toute une belle famille très pressée pour me donner leur fille en mariage. Ce jour-là, ma belle mère ne s’est même pas gênée de me demander si la grosse voiture que je roule, m’appartenait, ou si j’étais le chauffeur d’un grand type. Mon oui comme réponse à cette question, a visiblement contribué à dissiper les crainte de ma belle-mère, et à travers elle, quasi-totalité de ma belle famille. Elle m’a même confessé qu’elle a toujours conseillé à sa fille Gisèle d’éviter les mauvaises compagnies ; d’autant plus qu’elle est issue d’une famille très pauvre et que par conséquent, avoir un homme stable comme mari, serait l’idéal dans une famille en proie au doute existence comme la sienne. Dès lors, elle s’est personnellement investie dans le processus devant officialiser mon mariage avec sa fille Gisèle. Plus qu’un beau fils désormais, j’ai été adopté. Plus aucune réunion ne se passait sans moi ; au motif que j’étais automatiquement devenu leur fils, donc membre à part et entière de leur famille, puisque leur fille chérie, pardon leur trésor est avec moi. C’est naturellement que ma belle famille en général et particulièrement, ma belle mère s’est investi corps et âme pour que Gisèle et moi-même puissions officialiser notre union.
Dans l’attente de notre passage devant le maire donc, ma belle famille a tout mis en œuvre pour installer Gisèle aux fins de prendre le contrôle de ma maison ; et il en fut ainsi. Mais une fois installées chez moi, les sollicitations matérielles et financières de Gisèle et de ma belle famille vont finir par prendre le dessus. Leurs déclarations de bonnes intentions que je pouvais assimiler à des pratiques démagogiques, cachaient désormais très mal, l’amour au nom duquel ma maison, mon argent, mes voitures et même mes vêtements étaient devenus leur propriété. Je n’avais plus d’intimité. J’étais littéralement envahi par ma belle famille très pauvre, considérait ma petite Gisèle comme leur unique trésor. Par conséquent, tout homme qui s’aventurerait avec elle, devrait prendre toute sa famille en charge. C’est d’ailleurs pour cette raison que la mère de Gisèle, dès ma première rencontre avec elle n’a pas hésité à me demander si la grosse voiture que je roulais m’appartenait ou si j’étais le chauffeur d’un grand type. Pis, le doute qui s’était désormais installé dans ma tête n’arrêtait jamais de s’enfler au fil des jours. Le relecteur de l’assertion selon que l’homme et la femme se maris pour le pire et pour le meilleur, était devenu mon jeu favori. Dans la logique de la présente assertion, les problèmes de Gisèle, ma femme sont aussi mes problèmes.

Par conséquent, je dois assumer, même si elle exagère quelques fois dans le traitement de certains cas matériels et financiers posés par elle et ses parents. Aussi, pour ne pas que la fameuse déclaration selon laquelle l’on se mari pour le pire et pour le meilleur soit applique ou soit applicable dans un sens unique, je me suis posé la question de savoir si Gisèle et ses parents seraient prêts pour moi au cas ou c’était l’inverse ; C’est-à-dire que si pour une raison ou une autre, je me retrouvais dans une situation de dépendance financière vis-à-vis d’eux ? Pour avoir la réponse à ma question avec certitude aux fins de prendre mes dispositions quant à l’officialisation de notre union devant le maire, puisque je vivais jusqu’ici au nom d’un mariage coutumier avec Gisèle, sans perdre de temps, je suis arrivé à la conclusion qu’il me fallait absolument tester la sincérité de ma femme et ma belle famille par rapport à notre union. Les moyens que je me suis donnés à cet effet, étaient simples mais très efficaces. Ils ont consistés à organiser mon insolvabilité. C’est-à-dire, faire admettre que je n’ai plus rien pour vivre une femme, ses parents, ses frères, ses sœurs, ses cousins, ses tantes, ses nièces, ses oncles, ses amies etc.
Premièrement, j’ai aménage dans un hôtel de la place pour un mois. Et prétextant de déposer l’essentiel de mes meilleures tenues dans un pressing, j’ai réussi mon déménagement partiel en douceur. Quand il s’agissait de rentrer à la maison, j’ai  passais à l’hôtel pour me changer. J’ôtais mon ensemble veste que j’ai porté pour aller au travail et je mettais des anciens habits usés sans oublier de porter des tapettes. Puis, j’abandonnais mon véhicule dans le parking d’hôtel pour emprunter un taxi compteur qui me laissait à 100 mètres de ma maison et c’est à pied que je rentrais chez moi. Quant ma femme et ma belle-famille m’ont vu dans cet état, j’ai été assailli de questions. J’ai du réunir toute la maisonnée pour dire que j’étais trempe jusqu’au cou dans plusieurs malversations dans mon service. Et qu’en attendant que la justice face son travail, mon employeur a commis un huissier de justice aux fins d’appliquer une saisie conservatoire sur tous mes biens. Toute chose qui m’empêche automatiquement de disposer de mes comptes bancaires, mes voitures, mes maisons et que même la maison dans laquelle nous nous trouvons actuellement est menacée avec tout son contenue, par la même procédure. Après cette mis au point, j’ai séance tenante remis la somme de 500.000 Fcfa à Gisèle pour qu’elle assure les besoins primaire à savoir, la nourriture, la santé, les factures domestiques en attendant le dénouement de mon problème sans oublier de lui préciser que ladite somme était mon tout dernier sou.
Comme si mes arguments d’homme en situation d’insolvabilité ne suffisaient pas, j’ai fabrique de toute pièce, une lettre de licenciement que j’ai ensuite laissée exprès dans mes habits sales. Pour qu’en voulant les laver, là servante ne la découvre et la remette à madame pour qu’elle la lise. Et c’est ce qui s’est effectivement passé. Avant de faire la lessive, notre servante procède régulièrement à la fouille minutieuse de nos vêtements aux fins d’éviter de détruire d’éventuels précieux papiers qui s’y trouveraient par oubli. Cette séance de fouille a naturellement débouché à la découverte de ma fameuse lettre de licenciement. Dès que la servante l’a découverte en mon absence, elle l’a remise à madame, qui ne s’est pas empêchée de la lire. Apres lecture, elle s’est convaincu non seulement de l’existence du problème qui me prive de mes biens, mais pire, que j’ai perdu mon emploi et que je suis même menacé d’emprisonnement. Ce même jour, alors que j’avais pris soins de mettre une tenue délabrée sans oublier de porter mes tapettes avec une pile de dossier en main, madame n’a même pas attendu que je m’asseye pour m’assaillir avec une pléthore d’interrogations et d’inquiétudes. Madame m’en voulait surtout au motif que je lui avais parle de tout, la veille, sauf de la fameuse lettre de licenciement. Alors, j’enfonçais le clou en expliquant que la situation était plus grave qu’elle ne le pensait avant de lui demander si elle pouvait me retourner la somme de 300 000F CFA sur les 500 000 F.cfa que je lui avais remis la veille pour les besoins primaires et domestiques. Sous un air très méprisant, Gisèle m’a demandé ce que je voulais encore faire de cet argent ? Je lui ai répondu que je voulais le remettre à un avocat pour assurer ma défense ; de sorte que même si on considérer que j’ai déjà perdu mon boulot et mes biens, je puisse échapper au moins à la prison. D’autant plus que  est possible si je suis en vie et en liberté. Grande fut ma stupéfaction quand Gisèle me demande un temps de concertions avec les membres de sa famille présents chez moi au moment des faits. Au sortir de ce conclave, elle décide de ne rien me donner ; au motif que j’avais déjà tout perdu et qu’il ne me fallait pas perdre encore les 300 000 Fcfa qui, depuis lors, sont devenus son dernier espoir. Avant d’ajouter qu’elle souhaite que notre mariage qui devrait avoir lieu dans une semaine, soit reporté à une date ultérieure ; le temps pour les parties de voir clair dans la situation qui prévalait. Et qu’à cet effet, elle a annulé depuis hier, les commandes du gâteau de mariage, la robe de mariée et a récupéré les montants des différentes réservations à savoirs, la réception, les frais d’hôtel pour la lune de miel sans oublier la réservation du groupe musicale pour la cérémonie nuptiale. Que les différents montants réunis à travers ces opérations de reprises de frais de réservations ajoutés au 500.000 Fcfa constituaient désormais un fonds de commerce pour lui permettre d’assurer ses besoins primaires et ceux de ses parents en attendant mieux. Pis, Gisèle m’a laissé entendre qu’elle s’apprêtait avec ses parents, à retourner eux sans délai ; histoire d’éviter l’humiliation qui consisterait à se faire vider par les services d’un huissier de justice, vu que la maison que nous habitions faisait partie des biens visent par la mesure de saisie conservatoire. À ma question de savoir si elle ne me donnait pas une partie de mon argent et qu’on me mettait en prison ? Gisèle m’a répondu qu’elle et sa famille priaient pour qu’on ne me mette pas en prison ; mais de souffrir que les 300 000 F CFA sollicités ne me soient donnés ; au motif léger et fallacieux qu’elle compte organiser un commerce pour vivre avec ses parents en attendant. Mes nombres supplications n’ayant rien changées dans la décision de Gisèle, je me suis alors tourné vers le petit groupe constitué de beaux et de belles. Et là, des voix on ne peut plus explicites se sont élevées pour me faire entendre ce que tout le monde, y compris Gisèle, pensait tout bas. A savoir que quand le tonnerre gronde, chacun attrape sa tête. Traduction faite, j’arrive à la conclusion que je n’incarne plus les intérêts pour lesquels Gisèle et sa famille étaient sous mon toit et à ma charge. Maintenant que je n’ai plus rien, Gisèle et ses parents ont choisi de commerçante avec dernier sou, au détriment de ma liberté, plutôt que de le risquer dans une cause qu’elles considèrent perdue d’office. Prenant la pleine mesure de l’abdication de Gisèle vis-à-vis de la fameuse assertion qui veut qu’on se mari pour le pire et pour le meilleur, c’est comme un clochard doublé d’un prisonnier en sursis que je suis parti de chez moi le même soir pour prendre mes quartiers, pardon, pour trouver refuge dans l’hôtel ou j’avais aménagé plus tôt. Deux jours après, Gisèle et ses parents sont retournés chez eux non sans oublier d’emporter le contenu de ma maison (frigos, télévisions, climatiseurs, vidéos, cuisinières, lits, matelas, ustensiles de cuisine, fauteuils…) pour disent-ils échapper aux huissiers. En un mois, Gisèle a eu le temps de m’appeler tout au plus, 2 fois qu’elle m’a appelé, plutôt que de proposer des solutions, elle me demande si mes problèmes étaient réglés et si j’avais obtenu une main levée au quant différentes saisies conservatoires appliquées sur mes biens ? Avant de préciser qu’elle suivait de très près, l’affaire depuis ses parents et n’attendait plus que le dénouement pour venir se réinstaller. A chacune de ses appels, et pour voir jusqu’ou elle pouvait aller, je lui faisais croire que le problème s’était empire et que je me cachais pour ne pas aller en prison puisque j’ai été condamné. Cette dernière information a suffit pour que madame tombe définitivement en brousse en changeant ses numéros de téléphone. Ainsi, l’organisation de mon insolvabilité venait d’avoir raison de Gisèle. La preuve par quatre, de ce que Gisèle et ses parents ne m’aimaient pas venait d’être faite s; et comme il me fallait coute que coute une bonne femme ; à savoir, une femme qui m’aime d’un amour sincère et non pour mon argent, je décidai de me tourner vers une grande église dans la commune de Cocody. Toujours avec la même méthode, c’est-à-dire, faire admettre que je suis pauvre. Pour ce faire, j’étais toujours à pieds avec un accoutrement bizarre chaque fois qu’il s’agissait d’aller dans ma nouvelle l’église. Après un mois de fréquentation, j’approchai une sœur de mon église pour lui expliquer qu’après un mois de prière, Dieu m’a convaincu de venir demander sa main. Mais, dépassée par ma démarche, la sœur en question plutôt m’a vilipendé. Elle m’a même laisse entendre que j’étais guide par le diable puisque son Dieu qu’elle adore, ne pouvait pas mettre un homme aussi pauvre et malheureux sur son chemin. J’ai du prendre acte avant de revenir à la charge 48 heures plus tard. Cette fois ci, je me suis dirigé vers une autre pour lui faire la même proposition, à savoir que Dieu m’a convaincu de faire d’elle mon épouse. Sans commenter ma demande, la sœur qui répondait au nom de Murielle, m’a conseille de mettre ça en prière. Pendant un mois, nous avions prié, tantôt ensemble au sein d’une cellule de prière, tantôt séparés chacun chez soi. Au terme d’un mois de prière, nous sommes arrivés à la conclusion qu’on doit sceller nos fiançailles devant nos parents respectifs, les pasteurs et le conseil  de l’église. Là encore, ce fut un autre obstacle sans précédent. Officiellement, les beaux parents, les pasteurs et le conseil de notre église ont estimé qu’ « il était trop tôt pour qu’on parle de fiançailles au motif que nous (la sœur et moi) sommes connus il ya à peine un mois ». Mais officieusement, des voix et non des moindres parmi les parents de Murielle, les membres du grand conseil ont laissé entendre que « je n’étais pas crédible ».En d’autres termes, les tapettes, les habits usés que je portais voire mon allure, ne suscitaient aucune confiance à leurs yeux. Mieux, mes détracteurs ont estimé qu’ « il ne fallait pas que je devienne un cas social pour l’église et pour ma belle famille. Vu que je suis sans emploi, donc sans revenu, qu’il est évident que notre couple pourrait se retrouver dans une situation d’incapacité à payer le loyer, d’assurer les besoins primaires et domestiques tels que la nourriture, la santé, les factures et biens d’autres. Et que l’expérience a démontré que dans ces genres de situations, les fidèles se tournent toujours vers l’égalise dans l’espoir de bénéficier d’une hypothétique charité avant de conclure que « je dois me battre pour aboutir à une situation confortable avant de prétendre à un mariage ». Heureusement que ma fiancée de sœur en Christ avait une autre perception de la situation. Elle a surpris tout le monde ;y compris moi-même. À l’en croire, «c’est Dieu qui donne l’argent et le matériel » avant de confondre ses parents, les responsables de l’église avec ce passage tirer de la sainte Bible : « Tu ne seras jamais tenté au-delà de tes forces». Traductions en français facile : un bagage que tu ne peux pas supporter, le bon Dieu ne le met jamais sur ta tête. Conclusion de Murielle, «si Dieu a mis ce monsieur sur mon chemin, il est clair qu’il nous donnera les moyens pour subsister ».Cette attitude de Murielle a clos le débat et m’a mis en confiance. C’est naturellement contre le gré de ses parents et des autorités de notre mariage fut fixé. Une frange des membres notre église avaient même décidé de boycotter notre union que d’aucuns ont qualifié de contre nature. Pire, mes beaux parents, les principaux pasteurs et les membres du conseil, se sont volontairement mis à l’écart, prétextant que les candidats au mariage que nous étions, seraient une charge tôt ou tard pour les beaux parents et l’église. Feuilleté dans mon orgueil, c’est à ce moment précis que je décidai de déployer la grosse artillerie en troquant mon statut d’homme en situation d’insolvabilité à celui d’homme solvable que je suis en réalité ;puisque Murielle m’avait désormais accepté pour le pire et pour le meilleur. Au fur et à mesure que les préparatifs se faisaient, et vu les grands moyens déployés (NDRL :réservation d’hôtel 5 étoiles pour notre lune de miel, réservation du groupe musical le plus branché d’Abidjan, réservation d’un grand restaurent de la place pour la réception sans oublier l’annonce d’une dizaine d’artiste en vogue…) tous ceux qui s’étaient volontairement écartés (NDRL :beaux parents, pasteurs, anciens, membres du conseil de l’église et autres fidèles lambda),se sont rétractés pour rejoindre sans condition, la fête. La cerise sur le gâteau a été le fait que je sois venu à la maire puis à l’église, très bien habillé, et à bord d’un de mes véhicules de 4X4 escorté par deux motards. Quant à la toute première jeune sœur que j’ai abordée ; laquelle jeune sœur m’a vilipendé au motif que j’étais l’incarnation du Satan, elle s’est littéralement écroulée avant de perdre connaissance quand elle m’a vu dire oui à une autre plus belle, devant le maire et une foule de proche. Morale pour morale, commentez-vous-même mon texte.
Gérard DECAO, 42 ans (homme d’affaires)

Togo Yamba ELIE et LAurent GAGBO ou le faux prophète et son antechrist!

*******************************
JESUS, ET SES APÔTRES APRÈS LUI, RECOMMANDENT LA SOUMISSION À L’AUTORITÉ ET AUX AUTORITÉS EN CHARGE DU PAYS.
Aux pasteurs égarés par Satan le Diable comme Yamba Elie, et à ses émules fétichistes et idolâtres, sans oublier les prêtres catholiques égarés et leurs ouailles impies, il faut rappeler la recommandation cardinale suivante que les Apôtres de Jésus Christ firent sans relâche à leurs communautés chrétiennes :
« Que chacun se soumette aux autorités en charge. Car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent sont constituées par Dieu. Si bien que celui qui résiste à l’autorité se rebelle contre l’ordre établi par Dieu. Et les rebelles se feront eux-mêmes condamner. En effet, les magistrats ne sont pas à craindre quand on fait le bien, mais quand on fait le mal. Veux-tu n’avoir pas à craindre l’autorité ? Fais le bien et tu en recevras des éloges. Car elle est un instrument de Dieu pour te conduire au bien. Mais crains, si tu fais le mal ; car ce n’est pas pour rien qu’elle porte le glaive : elle est un instrument de Dieu pour faire justice et châtier qui fait le mal. Aussi doit-on se soumettre non seulement par crainte du châtiment, mais par motif de conscience. N’est-ce pas pour cela même que vous payez les impôts ? Car il s’agit de fonctionnaires qui s’appliquent de par Dieu à cet office. Rendez à chacun ce qui lui est dû : à qui l’impôt, l’impôt ; à qui les taxes, les taxes ; à qui la crainte, la crainte ; à qui l’honneur, l’honneur. » (Epitre aux Romains, 13,1-7)
Ici « crainte » signifie sans doute « respect ». Cela n’a rien à voir avec la peur que soustend la haine et partant l’envie de détruire l’autorité qu’on n’aime pas. Or personne ne peut détruire Dieu, la Source éternelle de toute autorité sur terre. C’est dire que cette recommandation, qu’on peut rejeter comme Yamba Elie et tous ceux qui le suivent ; ou qu’on peut et doit accepter de bon cœur par amour pour Christ – reste valable encore aujourd’hui car elle est frappée du double sceau de la Vérité éternelle : Dieu et Jésus Christ, Son Fils unique. De plus, les Apôtres sont bien placés pour recommander avec insistance cette soumission à l’autorité et aux autorités du pays dans lequel on vit ou non, car c’est un enseignement reçu de Jésus Christ, qui s’est aussi soumis à l’autorité et aux autorités en charge durant son séjour terrestre. L’Evangile est clair et net à ce sujet. La leçon donnée par Jésus est pratique c’est-à-dire dépourvue de toute ambiguïté. Elle a la valeur d’un symbole, car appelée à servir après lui. Nous la découvrons dans son enseignement sur l’attitude à adopter devant « l’impôt dû à César » :
« Ils lui envoient alors quelques-uns des pharisiens et des Hérodiens pour le prendre au piège dans sa parole. Ils viennent et lui disent : « Maîtres, nous savons que tu es véridique et que tu ne te préoccupes pas de qui que ce soit ; car tu ne regardes pas au rang des personnes, mais tu enseignes en toute vérité la voie de Dieu. Est-il permis ou non de payer l’impôt à César ? Devenons-nous payer ou non ? » Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit : « Pourquoi me tendez-vous un piège ? Apportez-moi un denier, que je le voie. » Ils en apportèrent un et il leur dit : « De qui est l’effigie que voici ? Et l’inscription ? » Ils lui dirent : « De César.» Alors Jésus leur dit : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. » Et ils étaient fort surpris à son sujet. » (Marc, 12, 13-17)
Jésus vivait donc sous la domination romaine mais ne l’a pas mise en pièces en encourageant une quelconque révolte contre un système politique pourtant insupportable. Il n’a pas non plus détruit l’autorité religieuse en place, malgré l’hypocrisie d’icelle. Il savait que toute autorité vient de Dieu et ne concevait pas l’ordre romain et l’hypocrisie des Pharisiens comme des obstacles à sa mission. Bien au contraire, tout concourait à sa réalisation telle que Son Père le voulait.
Jésus est donc le fondement spirituel de la « soumission aux pouvoirs civils » que recommande l’Epitre aux Romains citée plus haut. C’est donc un enseignement cardinal auquel doit obéir tout pasteur et tout prêtre, dignes de ses titres et pour lesquels Jésus Christ reste l’unique et seul Maître incontestable de référence. En effet, c’est à Lui qu’il faut remonter si l’on veut comprendre ce que veut dire « pasteur » et « prêtre » et comment doit se tenir et se comporter aux yeux de tous, un pasteur véritable et un prêtre authentique, fidèles à Jésus et à son Evangile.
*
* *

JESUS “LE BON PASTEUR” A FORMÉ DES APÔTRES ET NON DES PROPHÈTES!

Les Catholiques ont leurs prêtres, les Protestants évangélistes, leurs pasteurs. Mais en général, un « prêtre catholique» n’est pas un « pasteur évangéliste», et vice versa. C’est que le « pasteur évangéliste », africain surtout, peut se muer en « prophète », ce que ne peut faire un « prêtre catholique » sans courir le risque d’excommunication prononcée par le Vatican. Il semble en effet que sur ce point, le Pape et son clergé restent fidèles au schéma évangélique légué par Jésus et les Apôtres. Oui, Jésus n’a jamais formé de prophètes durant son ministère terrestre, et c’est un parjure de les associer aux deux autres mots (prêtre et pasteur) Certes, ceux-ci restent bien synonymes et ont la même origine spirituelle : Jésus le Christ, Fils Unique de Dieu et grand Prêtre supérieur à Melchisédech, tel que cela est clairement et abondamment indiqué dans l’Epitre aux Hébreux. Voici comment et pourquoi Jésus se conçoit en « bon pasteur » :
« Je suis le bon pasteur ; le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. Le mercenaire, qui n’est pas le pasteur et à qui n’appartiennent pas les brebis, voit-il venir le loup, il laisse les brebis et s’enfuit, et le loup s’en empare et les disperse. C’est qu’il est mercenaire et ne se soucie pas des brebis. Je suis le bon pasteur ; et je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît et que je connais le Père, et je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur ; c’est pour cela que le Père m’aime, parce que je donne ma vie, pour la reprendre. Personne ne me l’enlève ; mais je la donne de moi-même. J’ai pouvoir de la donner et j’ai pouvoir de la reprendre ; tel est le commandement que j’ai reçu de mon Père. » (Jean 10, 11-18)
*
Jésus a pensé un Evangile pour tous les hommes, aussi bien pour ceux de son temps que ceux de l’Afrique d’aujourd’hui. C’est ce qu’il dit en ces termes dépouillés de toute d’ambiguïté : « J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos ; celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul pasteur. » On dira qu’il faisait allusion aux Juifs dispersés. Mais cela n’empêche pas de le comprendre dans un sens universel. Il est donc le pasteur de tous, et tous les chrétiens d’Afrique sont aussi ses « brebis » : Ivoiriens, Burkinabés, etc., au même titre que les chrétiens Français, etc. ; « bon pasteur » de tous les chrétiens qui acceptent et pratiquent les enseignements de son Evangile. Ces Chrétiens connaissent sans doute le fameux (et très utile !) Psaume 23 (22), Psaume de David, intitulé « Le bon Pasteur » dont le premier verset fait dire au Roi juif David
« YAHVE EST MON BERGER, RIEN NE ME MANQUE ».
Yahvé, que Jésus appelle « le Père » et encore « mon Père ». Ajoutons que « berger » et « pasteur » restent synonymes. Pierre s’en tiendra à cette image de « bon Pasteur » que Jésus, bien que fils de Dieu, s’est donné et qu’il recommanda à Pierre, comme aux autres Apôtres, et à tous ceux que les Apôtres formeront : les épiscopes, les diacres, les presbytres. Tous, en qualité de missionnaires de la foi, devront ressembler à Jésus, le parfait modèle du « bon pasteur », et « le Chef des pasteurs ». Tous devront se mettre à son service, au service de la Vérité c’est-à-dire de Dieu, en devenant un pasteur ou un prêtre irréprochable fidèle à Jésus. Pierre écrit :
« Les anciens qui sont parmi nous, je les exhorte, moi, ancien comme eux, témoins des souffrances du Christ, et qui doit participer à la gloire qui va être révélée. Paissez le troupeau de Dieu qui vous est confié, veillant sur lui, non par contrainte, mais de bon gré, selon Dieu ; non pour un gain sordide, mais avec l’élan du cœur ; non pas en faisant les seigneurs à l’égard de ceux qui vous sont échus en partage, mais en devenant des modèles du troupeau. Et quand paraîtra le chef des pasteurs, vous recevrez la couronne de gloire qui ne se flétrit pas. » (1Pierre 5, 1-4)
Les exhortations de Pierre recourent au même lexique métaphorique du langage dont use Jésus lorsqu’il lui adresse, sur le point de monter au Ciel, les dernières injonctions conformes à son rang de chef des apôtres :
« Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ? » Il lui répondit : « Oui, Seigneur, tu sais que je t’aimes. » Jésus lui dit : « Pais mes agneaux. » Il lui dit à nouveau, une deuxième fois : «Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » – « Oui, Seigneur, lui dit-il, tu sais que je t’aime. » Jésus lui dit : « Pais mes brebis. » Il lui dit pour la troisième fois : «Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné de ce qu’il lui eût dit pour la troisième fois : «M’aimes-tu ? », et il lui dit : « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Pais mes brebis. » (Jean 10, 11-18)
Jésus, après lui avoir annoncé « le genre de mort par lequel Pierre devait glorifier Dieu », lui dit : « Suis-moi.» Or Jean, « le disciple que Jésus aimait » se mit à les suivre. Mais Jésus, s’adressant à Pierre, lui dit : « Toi, suis-moi.» L’aparté entre les deux hommes eut donc, apparemment, lieu sans témoin et loin des oreilles indiscrètes. Que se dirent-ils ? Le « révérend pasteur » Yamba Elie le sait sans doute ! Mais on peut, sagement, douter puisqu’il se prend pour « un prophète », un ministère jamais institué par Jésus Christ. Par conséquent, on doit douter qu’il soit un « pasteur » selon l’enseignement de Christ. Retenons pour pur orgueil son titre ronflant de « révérend pasteur », qui n’a rien à voir avec l’image de « bon pasteur » car le « bon pasteur » prêche l’amour et non la haine. Il « poursuit la justice, la piété, la foi, la charité, la constance, la douceur » ; il combat « le bon combat de la foi, conquiert la vie éternelle à laquelle il a été appelé et en vue de laquelle il a fait la belle profession de foi en présence de nombreux témoins », indique Paul l’apôtre de Jésus . (1Thimothée 6,11-12)
*
* *

JESUS DESIGNE PIERRE “CHEF DES APÔTRES” MAIS A UNE CONCEPTION NOUVELLE DE LA FONCTION DE “CHEF”.

Retenons donc que Jésus, avant son ascension, sa montée au Ciel, avait eu le temps de recruter parmi les milliers de disciples qui le suivaient douze apôtres qu’il forma, éduqua et hiérarchisa. Il fit de Pierre le chef spirituel vers qui devaient se tourner les autres apôtres après le départ de Jésus. Cette primauté accordée à Pierre se justifiait car c’est Pierre qui fut en effet le premier à reconnaître en Jésus « le Christ, le Fils du Dieu vivant ». Une profession de foi extraordinaire qui lui attacha Jésus une bonne fois pour toutes. En réponse, Jésus lui déclara alors :
«Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t’est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux. Eh bien !, moi je te dis : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les Portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : quoi que tu lies sur la terre, sera tenu dans les Cieux pour lié, et quoi que tu délies sur terre, ce sera tenu dans les cieux pour délié. » Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu’il était le Christ. » (Matthieu 16, 17-20)
Quel immense pouvoir – autorité voulons-nous dire -, immense pouvoir spirituel conféré à Pierre ! Il est difficile de ne pas croire que Pierre hérita de certains dons spirituels particuliers, ce qui revient à dire que le rôle d’élu exceptionnel qu’il est devenu lui ouvrit le droit à un enseignement acroamatique et époptique, auquel les autres n’eurent jamais accès. Peut-être ! Pierre ne resta pas moins un apôtre comme les autres, un apôtre au service des autres, bien que leur chef. La raison ? C’est que Jésus avait une conception précise et paradoxale de cette fonction de « chef des apôtres», en totale rupture avec celles de son temps. Une conception aux antipodes de la conception ordinairement admise par les Pharisiens et les païens de son temps. A ce propos, Jésus enseigna ceci à ses Apôtres :
« Vous savez que les chefs des nations dominent sur elles en maîtres et que les grands leur font sentir leur pouvoir. Il n’en doit pas être ainsi parmi vous : au contraire, celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur, et celui qui voudra être le premier d’entre vous, sera votre esclave. C’est ainsi que le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude. » (Matthieu 20, 25-28)
Par des périphrases, Jésus critique sévèrement la loi d’airain si adulée des hommes. Elle consiste à dominer et écraser les autres lorsqu’on a le pouvoir, spirituel ou politique. Bien que Fils de Dieu, il tint à se démarquer en tout du pouvoir humain car il n’était pas un chef politique. D’où une conception fortement paradoxale, antithétique, de la nouvelle hiérarchie qu’il introduisait. Une conception vécue, insiste-il c’est-à-dire qu’il était le serviteur de Dieu et au service de la seule volonté divine. Il ne mélangeait pas les genres, et la hiérarchie religieuse d’essence spirituelle qu’il introduisait obéissait à des lois divines qui n’étaient plus celles du monde. Bref, tout pasteur, comme tout prêtre, doit être un humble serviteur des hommes et des femmes, des chrétiens, dont il a la charge. Il ne doit en aucun cas interférer dans la sphère politique, car ce serait contrevenir gravement à l’Enseignement de Jésus. Il doit tout faire pour que lui et ses ouilles, par leur soumissions aux autorités et leur respect des lois en vigueur, contribuent efficacement à la paix et à la stabilité sociale d’un pays. Ni Jésus, ni ses Apôtres après lui, n’ont invité à décrier le régime politique en place ni à semer la panique dans la société. Ce qui est loin d’être clair dans les esprits souillés du faux pasteur Yamba Elie et de la clique de faux pasteurs désireux de dominer les esprits par la peur et le mensonge de leurs prophéties diaboliques qui ne sont que « discours creux et impies » qui « écartent de la foi ». Ils n’ont rien compris à l’Enseignement de Jésus ni aux recommandations des Apôtres parce que la racine de leurs prophéties « c’est l’amour de l’argent » (1Thimothée 6, 10) et « une foule de convoitises insensées et funestes, qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition ». (1Thimothée 6, 9)
*
* *
JESUS ET SES APÔTRES METTENT EN GARDE CONTRE LES FAUX PROPHÈTES !
A ces faux pasteurs et faux prophètes il faut rappeler fermement que malgré l’importance conférée à Pierre, Jésus ne fit pas de lui un prophète, pour qu’il prophétise sur la chute des empires ou sur son retour. Car ce retour, il n’en connaît pas lui-même ni l’heure ni le jour. Seul Dieu son Père le sait. A Pierre, comme aux autres apôtres, Il a même mis en garde contre les « faux prophètes » et les « faux docteurs » qui viendront après lui :
« Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au dedans sont des loups rapaces. C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Cueille-t-on des raisins sur des épines ? Ou des figues sur des chardons ? Ainsi tout arbre bon produit de bons fruits, tandis que l’arbre gâté produit de mauvais fruits. Un arbre bon ne peut porter de mauvais fruits, ni un arbre gâté porter de bons fruits. Tout arbre qui ne donne pas un bon fruit, on l coupe et on le jette au feu. Ainsi donc, c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. » (Matthieu 7, 15-20)
Voilà le schéma de la formation évangélique reçu de Jésus par les apôtres. C’est dans la fidélité et le respect strict de ce schéma que les apôtres, obéissant aux injonctions de Jésus, iront aux quatre coins du monde annoncer la bonne nouvelle de son Evangile. C’est dans ce cadre que seront accueillis ceux qui accepteront et transmettront l’enseignement de Jésus. Ainsi, Paul se fera « l’apôtre de Jésus », se conformant à un schéma évangélique institué par Jésus. On prétendra qu’il ne l’a pas vu, ce qui est faux si on lit son épitre aux Corinthiens :
« Ne suis-je pas libre ? Ne suis-je pas apôtre ? N’ai-je donc pas vu Jésus, notre Seigneur ? N’êtes-vous pas mon œuvre dans le Seigneur ? Si pour d’autres je ne suis pas apôtre, pour vous du moins je le suis ; car c’est vous qui, dans le Seigneur, êtes le sceau de mon apostolat. » (1 Corinthiens 9, 1-2)
Voir Jésus rend « libre ». C’est très important. Paul a donc vu Jésus, sur le chemin de Damas, Damas où il allait persécuter les chrétiens. Il était alors un zélote juif fougueux et hostile aux nouveaux croyants. Mais Jésus l’a délivré de ce fanatisme terroriste, l’a donc rendu libre car Jésus lui révéla la vérité, à savoir qu’en dehors de Lui, rien n’a de sens, rien n’est significatif. Il est l’alpha et l’oméga de toutes choses. Et le déchiffrement ou la compréhension du monde et de l’univers passe par Jésus Christ, le Fils du Dieu vivant. Ce que Paul exprime fortement en ces termes :
« Il (Jésus Christ) est l’image du Dieu invisible, Premier-né de toute créature, car c’est en lui qu’ont été créées toutes choses, dans les cieux et sur la terre, les visibles et invisibles, Trônes, Seigneuries, Principautés, Puissances ; tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses et tout subsiste en lui. » (Colossiens 1, 16-17).
C’est par Jésus Christ que tout s’explique et se comprend. Il en va ainsi de l’histoire et du temps, qui n’ont aucune signification hors des plans messianiques de Jésus Christ. Ainsi, savoir ce que signifie Jésus Christ, rend libre et libère de tout attachement au monde, à son histoire, à son temps et à la chair. Voilà pourquoi Paul ne pouvait pas avoir vu le Seigneur Jésus et rester attaché à son judaïsme, symbole d’un monde ancien vaincu et à vaincre par Jésus. Paul l’a donc reconnu. Mais Jésus ne fit pas de lui son prophète malgré les révélations que Paul reçut. Il devint un « apôtre de Jésus » comme Pierre et les autres. Parce qu’il a vu Jésus, il fut reconnu comme tel et accepté par les autres Apôtres auxquels il ne devait rien envier en matière de connaissance et de compréhension du message évangélique délivré par Jésus.
*
On sait avec quel dynamisme et quel enthousiasme Paul se mit à répandre la Parole du Christ Jésus. Paul, l’apôtre des gentils, un modèle que Yamba Elie et les autres charlatans de même étoffe n’ont jamais compris ni jamais voulu suivre, ajoutant à l’impiété le crime dévoyer le message évangélique de Jésus en se consacrant à déifier un mortel singulièrement réputé pour être un criminel des plus endurci. Un criminel dont ils se plaisent à prêcher le retour triomphal en Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo, en qui il voit un Christ ! Apostasie monstrueuse!! Ils sont par conséquent les faux prophètes d’un Antéchrist dont les faux miracles n’ont pourtant pas empêché la chute le 11 avril 2011. Parce que Jésus Christ le Fils de Dieu, seul maître de l’histoire, a voulu que cela fût. Et cela a été. Car, comme le rappelle Paul, « apôtre du Christ Jésus », il est « bien au-dessus de toute Principauté, Puissance, Vertu, Seigneurie, et de tout autre nom qui se pourra nommer, non seulement dans ce siècle-ci, mais encore dans les siècles à venir. » (Ephésiens, 1, 21)
*
Ivoiriens et Ivoiriennes sachez-le, le Christ Jésus demeure « bien au-dessus de » l’antéchrist Laurent Gbagbo, hier comme demain. Œuvrez aujourd’hui pour la stabilité et la paix et soumettez-vous de bon cœur aux autorités en charge de votre pays, tel que Jésus et ses apôtres le recommandent. « Prenez garde aux chiens, prenez garde aux mauvais ouvriers, prenez garde aux faux circoncis » (Phil. 3,2) que sont les faux prophètes Yamba Elie et les autres idolâtres, des hommes « dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ “. (Jude, 1, 4)
En fait l’Eternel dit les concernant :
« Je ne les ai point envoyés et ils prophétisent le mensonge en mon nom, afin que je vous chasse et que vous périssiez, vous et les prophètes qui vous prophétisent “. (Jer, 27, 15)
*
* *
YAMBA ELIE MESSAGER ET PROPHÈTE DE SATAN !!
En conclusion, tout pasteur évangéliste, africain notamment, qui prophétise ne peut se réclamer de Jésus car Jésus n’est pas venu pour former des prophètes. Monsieur Yamba Elie, réputé « révérend pasteur », nous fournit un cas d’école éloquent. Dans ses « prophéties » contre la CI et le Burkina, le nom de Jésus Christ, n’est jamais prononcé. Il le fait, curieusement, au nom de « Dieu », comme si on était au temps des prophètes bibliques de l’Ancien Testament. Or la venue de Jésus a clos les temps prophétiques puisqu’il en fut l’aboutissement. C’est donc le message évangélique de Jésus que tout pasteur ou tout prêtre doit annoncer et rien d’autre. Le « révérend pasteur » Yamba Elie ne peut s’adonner à ses prophéties sans violer le contrat qui le lie à Jésus Christ, Fils Unique de Dieu, plus grand Prêtre que Melchisédech. De plus le pasteur Yamba Elie lance des prophéties n’ayant aucun rapport avec le retour de Jésus, Jésus qui prophétisa lui-même son retour. Monsieur Yamba Elie prophétise plutôt le retour de monsieur Gbagbo. Un retour qui se fera dans la violence et la mise à mort des ennemis de l’ancien Président, qui monta au pouvoir dans la violence, régna dans la violence et le pogrome (massacre), et fut destitué après qu’il refusa, en massacrant les populations, de remettre le pouvoir qu’il perdit à la suite d’une élection présidentielle pacifique démocratique et loyale. Il ne connaît donc pas Jésus et ne l’a point vu, sinon il se serait conduit en bon et humble pasteur du Peuple ivoirien qu’il a exploité au lieu de servir.
Monsieur Gbagbo fut un suppôt du diable et il l’est resté, si l’on suit les prophéties de son prophète caché dans le manteau de pasteur. Ce qui fait penser à La Fontaine et à sa Fable célèbre : « L’âne vêtu de la peau du Lion ». Or à travers le manteau de pasteur percent les oreilles ou les cornes sataniques de Yamba Elie. Le « révérend pasteur » n’est par conséquent qu’un prophète satanique. Satan, voilà la réalité que monsieur Yamba Elie cache sous le mot de « Dieu ». Quand il prétend que « Dieu lui a dit… », Il faut entendre « Satan lui a dit… » Mais Dieu sait tout puisqu’il déclare, dans la Bible, que « le prophète qui aura l’audace de dire en mon nom une parole que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui parlera au nom d’autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort “. (De, 18, 20)
*
Il reste incontestable que Yamba Elie n’a pas vu Dieu ni Jésus Christ sinon il se serait consacré uniquement, en suivant l’exemple de Paul l’apôtre, à prêcher avec enthousiasme le message évangélique de Jésus et cela seul ! Il pousserait même le zèle jusqu’à chercher à convertir les Boko Haram et les Daech sans aucune peur. Mais ces derniers sont ses frères sataniques, et comme eux il œuvre pour le règne de Satan et des suppôts de celui-ci ! Ce qui ne sera jamais car Jésus domine tout ! Yamba Elie est par conséquent animé par l’esprit de mensonge et de haine, qui n’est pas celui de l’Evangile de Jésus !
« Qu’il soit anathème ! », conformément aux Saintes Ecritures. (Gal 1, 8-9). Les autres faux prophètes aussi !

Agôn PICDAGOU.

Le juteux business du pasteur évangélique Dieunedort Kamdem

Le pasteur camerounais Dieunedort Kamden.Le pasteur camerounais Dieunedort Kamden.Crédits : DR

« Si vous ne donnez pas 10 % à Dieu, le diable prendra 90 %. » La formule n’a pas de sens, qu’importe. Elle fait son effet sur le millier de fidèles en transe depuis une heure dans la cathédrale de la Foi, une église située sur les hauteurs de Yaoundé. A la queue leu leu, hommes, femmes et jeunes gens se dirigent vers l’autel où sont disposés quatre grands paniers en osier. Genou à terre, ils y introduisent un billet de banque, encouragés par les « félicitations » tonitruantes d’un chauffeur de salle. Nous sommes à la mi-novembre, et la bâtisse, un ancien hangar réaménagé, est déjà décorée aux couleurs de Noël. Le pasteur annonce, pour la fête de la Nativité, une grande campagne d’évangélisation à travers la ville « afin d’accueillir l’enfant-roi ».

Dieunedort Kamdem est un élégant, aux allures de dandy anglais. A 38 ans, l’homme, qui n’hésite pas à célébrer la messe vêtu d’un costume croisé rouge vif, jouit d’un statut de quasi-rock star dans la capitale camerounaise, où il écume les plateaux de télévision pour vanter les mérites d’« une Eglise décomplexée quant aux questions d’argent ». « La vraie Eglise de Dieu doit être un facteur de développement et de prospérité », soutient-il en recevant dans son vaste bureau, après le culte. « J’ai fondé la cathédrale de la Foi pour satisfaire un manque. Les cultes traditionnels sont gênés de parler de richesse, de biens matériels. Or, c’est tout aussi important que salut de l’âme. C’est pour cela que nos fidèles sont nombreux. »

Lire aussi : L’église catholique africaine est-elle menacée par l’expansion des évangéliques ?

« Nous réalisons vraiment des miracles »

Né dans une famille animiste originaire de Baleng, dans l’ouest du Cameroun, le pasteur a trouvé la foi à l’âge de 11 ans, quand, « ensorcelé et déclaré cliniquement mort », il dit avoir ressuscité. L’adolescent se met alors à fréquenter des groupes de jeunesses du Renouveau charismatique, un « mouvement de réveil » basé sur une expérience personnelle, presque sentimentale, avec Dieu. Au grand dam de ses parents, il est consacré pasteur à 17 ans, après un diplôme de théologie à Fatbicam, la filiale locale d’une école fondée par le pasteur évangélique américain Don Hawkins.

Le pasteur est l’un des tout premiers Camerounais à avoir lancé les campagnes d’évangélisation à l’américaine dans son pays. De « grandes croisades » précédées par d’immenses campagnes d’affichage à travers la ville et diverses animations dans les médias. Une technique marketing qu’il dit avoir découverte lors d’un voyage au Brésil.

Le Cameroun, pays de 23 millions d’habitants, compterait près de 70 % de chrétiens. Selon des estimations difficilement vérifiables, près de la moitié d’entre eux seraient des « born again ». Depuis la fondation de la cathédrale de la Foi, il y a cinq ans, Dieunedort Kamdem revendique pour sa part plus de 10 000 fidèles tous les dimanches dans l’ensemble des 32 églises qu’il a ouvertes à travers le pays. « Notre particularité, c’est que nous réalisons vraiment des miracles », affirme-t-il sans sourciller.

Rares sont les ouailles réunies ce jour à pouvoir en témoigner. Joséphine M., propriétaire d’un magasin de prêt-à-porter confie avoir rejoint les rangs des fidèles en 2011, pour avoir un enfant. A presque 40 ans, elle attend toujours son miracle. « Ce n’est qu’une question de temps », assure Philomène Frida Bisseck en réajustant son foulard noué sur la tête. Veuve à 36 ans avec quatre bouches à nourrir, la jeune mère s’accroche à sa foi dans l’espoir de jours meilleurs.

« L’argent appelle l’argent »

Pour meubler l’attente, Dieunedort Kamdem, qui se présente auprès de ses fidèles ainsi que dans les médias locaux comme « le général de Dieu », a un credo simple : « L’argent appelle l’argent, plus une personne fait des dons plus elle en reçoit. » A la tête d’une véritable holding, la Kanodi Ministry Communication, le pasteur règne sur quatre stations de radio, un journal, une chaîne de télévision et une école de formation de pasteurs, la Faith Bible Institute, dont il est le doyen. Cent douze pasteurs, dont une dizaine de membres de sa famille, et 500 bénévoles sont entretenus par l’Eglise. Mais le montant des salaires reste secret. Le seul dont Dieunedort Kamdem accepte de parler, c’est le sien, « 400 000 francs CFA en moyenne » (600 euros). Soit sept fois et demi le revenu moyen dans la fonction publique au Cameroun.

On peine à le croire tant le mode de vie de l’évangéliste tranche avec les revenus qu’il déclare. Dans un pays où un quart de la population vit avec moins de 1 euro par jour, il collectionne trois voitures de luxe tout-terrain, ne cache pas ses « fréquents voyages en Europe et aux Etats-Unis ». Son épouse que tout le monde appelle la « first lady », avec qui il a quatre enfants, est, elle aussi, pasteur. Comme son mari, elle anime la messe en grandes toilettes.

Lire aussi : Nouveaux christianismes (5/5) : des « églises portatives » pour lutter contre les sorciers

Sur les comptes de l’Eglise, le pasteur ne donne pas de chiffres précis mais esquisse un petit calcul à l’aide de l’iPad posé sur son bureau. « Nous avons 3 offices par semaine avec en moyenne 1 000 personnes à chaque fois. Imaginons que chacun donne ne serait-ce qu’une pièce de 100 francs, cela fait près de 15,6 millions de francs CFA par an (23 800 euros). Ce n’est pas beaucoup, vu les charges », dit-il, conscient que la somme réelle collectée est bien supérieure.

Population désespérée

Dieunedort Kamdem vend du rêve à une population désespérée par le chômage, qui avoisine les 30 % et des difficultés d’accès aux soins de santé. L’homme est télégénique, s’exprime bien et est doté d’un bon sens du marketing. « Il a une grande force de persuasion et vous fait croire que tout est possible. C’est peut-être vrai. Mais lui sait seulement le dire, souligne, acerbe, Jean-Claude Ondoa Bekono. Ce cadre d’une compagnie de téléphonie mobile à Yaoundé a rejoint l’Eglise du pasteur après une longue maladie. Même pour un simple conseil, il fallait faire une offrande. Je n’avais plus les moyens. »

Si les dons sont vivement encouragés, les fidèles doivent se garder d’en faire l’étalage sonore. Le tintement des pièces de monnaie dans les corbeilles dérangerait le Tout-Puissant. A l’aise avec ses contradictions, Dieunedort Kamdem « interdit formellement ce bruit, fait comprendre que c’est une insulte à Dieu et que cela porte malheur », affirme Jean-Claude Ondoa Bekono. Une consigne qui peut également pousser ses ouailles à ne déposer que des billets.

« J’ai conscience que l’idée de gérer une Eglise comme une entreprise peut gêner. Mais ce n’est que comme ça que l’on peut contribuer au salut des personnes », conclut le pasteur, contestant farouchement l’idée qu’il puisse se faire de l’argent sur le dos de ses fidèles. « Je suis un simple serviteur de Dieu », dit-il sous le regard protecteur de son officier de sécurité. Pourquoi a-t-il besoin d’être protégé par des gros bras ? « Je suis un général de Dieu, un ministre… »

Le protestantisme en Chine connaît un essor réel

Le protestantisme en Chine connaît un essor réel, bien que difficile à quantifier. Aujourd’hui, une vingtaine d’écoles bibliques et de séminaires “officiels” existent dans la province du Fujian, située au sud-est de la Chine, en face de Taïwan. Au plan national, le séminaire protestant de Nankin, dans la province du Jiangsu, continue d’être le principal centre de formation des pasteurs protestants.

Le 18 décembre dernier, dans la chapelle du Séminaire de théologie du Fujian, à Fuzhou, 31 nouveaux pasteurs ont été ordonnés. Agés de 30 à 45 ans, hommes et femmes, ils ont étudié au moins trois ans dans des écoles de théologie protestantes, que celles-ci soient de niveau provincial ou national. Ils s’apprêtent à servir dans l’un ou l’autre des nombreux lieux de culte protestant de cette province côtière qui figure au rang des plus prospères du pays.

Appelés à “accompagner la sinisation de l’Eglise en Chine”

Après avoir validé leur formation en théologie puis servi un minimum de six ans dans une église locale, ces 31 candidats avaient demandé – et reçu – des différentes autorités civiles et religieuses compétentes l’autorisation de recevoir l’imposition des mains et devenir pasteur.

Une fois tous les candidats ordonnés, le supérieur du séminaire a pris le micro pour un mot de félicitation et une explication en trois points de la mission du pasteur dans la Chine d’aujourd’hui. Si les points un et trois étaient assez classiques dans l’appel au soin du troupeau, au courage, à la frugalité, à l’honnêteté, à l’étude assidue et à la modestie, le point deux attire plus particulièrement l’attention. En effet, le supérieur a expliqué l’importance pour les pasteurs d’”accompagner la sinisation de l’Eglise en Chine” – thème fortement encouragé par le gouvernement.

Pas d’ordinations sacerdotales chez les catholiques

D’après le prédicateur, la sinisation revêt la nécessité de servir pleinement la société, de se préoccuper concrètement des Chinois d’aujourd’hui et de développer autant que possible les services sociaux mis en œuvre par les communautés protestantes. Le prédicateur n’a pas manqué, de plus, de préciser que le plus haut service que l’Eglise puisse rendre reste l’annonce de l’Evangile.

“On peut y voir une réponse adroite aux demandes du pouvoir communiste, qui tolère les religions pour autant que celles-ci contribuent au maintien de la ‘stabilité sociale’, tout en préservant sauf le cœur du message évangélique, à savoir l’annonce de la bonne nouvelle de Jésus Christ à la société chinoise”, note Eglises d’Asie (EdA), l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris (MEP).

La relative importance du nombre des pasteurs ordonnés le 18 décembre dernier contraste avec l’absence depuis trois ans de toute ordination sacerdotale dans la partie “officielle” de l’Eglise catholique dans la province du Fujian, note EdA. L’agence d’information des MEP relève que les données pour la partie “clandestine” de l’Eglise catholique (c’est-à-dire non reconnue par les autorités communistes, ndlr) ne sont pas disponibles. Aucune ordination récente n’y a été rapportée. Cette relative abondance souligne aussi le relèvement et la croissance des structures protestantes dans cette région du pays.

La formation des pasteurs s’est améliorée

Dans les années qui ont suivi la mise en place des réformes initiées par Deng Xiaoping (à partir de la fin 1979) et la réouverture des institutions religieuses (fermées durant la Révolution culturelle, 1966-1976), la formation des pasteurs chinois s’est lentement améliorée. Au départ, dans les années 1980 et 1990, il ne restait que de rares pasteurs âgés, formés par les missionnaires occidentaux, pour enseigner les pasteurs plus jeunes. Petit à petit cependant, avec des apports venus souvent de l’étranger, les séminaires ont repris vie. Cette renaissance a été opérée au sein du Mouvement patriotique pour les trois autonomies, l’instance mise en place en 1950 par le gouvernement pour enregistrer les protestants sans plus aucune distinction entre anglicans, presbytériens, luthériens, etc.

Chacune des cinq religions officiellement reconnues en Chine populaire (bouddhisme, taoïsme, islam, protestantisme, catholicisme) est chapeautée par une “association” de fidèles et de clercs chargée d’organiser la vie des organisations religieuses sous le contrôle des autorités civiles. Pour les catholiques, rappelle EdA, il s’agit de l’Association patriotique des catholiques chinois (APCC), fondée en 1957. (cath.ch-apic/eda/be)

Fujian : 31 pasteurs protestants ordonnés à Fuzhou

… servir dans l’un ou l’autre des nombreux lieux de culte protestant de cette province côtière qui figure au rang des plus prospères du pays.

Après validé leur formation en théologie puis servi un minimum de six ans dans une église locale, ces trente-et-un candidats avaient demandé – et reçu – des différentes autorités civiles et religieuses compétentes l’autorisation de recevoir l’imposition des mains et devenir pasteur.

Dans la chapelle du séminaire, qui accueille chaque année une semblable cérémonie d’ordination, la liturgie a duré un peu moins de trois heures ; elle a réuni des chrétiens venus de toute la province ainsi que dix-sept officiants. Après la série, classique, de chants, lectures bibliques et prédication, chacun des candidats s’est agenouillé à tour de rôle au centre du chœur pour recevoir l’imposition des mains par un groupe de plusieurs pasteurs assemblés autour de lui/elle. Le supérieur de la maison qui présidait la cérémonie a prononcé à chaque imposition la formule requise de consécration – une longue oraison trinitaire –, puis le/la candidat(e) a reçu l’étole et la Bible, avant de se relever tout en étant applaudi par l’assistance.

Une fois tous les candidats ordonnés, le supérieur du séminaire a pris le micro pour un mot de félicitation et une explication en trois points de la mission du pasteur dans la Chine d’aujourd’hui. Si les points un et trois étaient assez classiques dans l’appel au soin du troupeau, au courage, à la frugalité, à l’honnêteté, à l’étude assidue et à la modestie, le point deux attire plus particulièrement l’attention. En effet, le supérieur a expliqué l’importance pour les pasteurs d’« accompagner la sinisation de l’Eglise en Chine »thème fortement encouragé par le gouvernement.

D’après le prédicateur, la sinisation revêt la nécessité de servir pleinement la société, de se préoccuper concrètement des Chinois d’aujourd’hui et donc de développer autant que possible les services sociaux mis en œuvre par les communautés protestantes. Le prédicateur n’a pas manqué, de plus, de préciser que le plus haut service que l’Eglise puisse rendre reste l’annonce de l’Evangile. On peut y voir une réponse adroite aux demandes du pouvoir communiste, qui tolère les religions pour autant que celles-ci contribuent au maintien de « la stabilité sociale », tout en préservant sauf le cœur du message évangélique, à savoir l’annonce de la bonne nouvelle de Jésus Christ à la société chinoise.

La relative importance du nombre des pasteurs ordonnés ce 18 décembre contraste avec l’absence depuis trois ans de toute ordination sacerdotale dans la partie « officielle » de l’Eglise catholique dans la province du Fujian (les données pour la partie « clandestine » de l’Eglise catholique ne sont pas disponibles mais aucune ordination récente n’y a été rapportée). Cette relative abondance souligne aussi le relèvement et la croissance des structures protestantes dans cette région du pays.

Dans les années qui ont suivi la mise en place des réformes initiées par Deng Xiaoping (à partir de la fin 1979) et la réouverture des institutions religieuses (fermées durant la Révolution culturelle, 1966-1976), la formation des pasteurs chinois s’est lentement améliorée. Au départ, dans les années 1980 et 1990, il ne restait que de rares pasteurs âgés formés par les missionnaires occidentaux pour enseigner les pasteurs plus jeunes. Petit à petit cependant, avec des apports venus souvent de l’étranger, les séminaires ont repris vie. Cette renaissance a été opérée au sein du Mouvement patriotique pour les trois autonomies, l’instance mise en place en 1950 par le gouvernement pour enregistrer les protestants sans plus aucune distinction entre anglicans, presbytériens, luthériens, etc. (1).

Aujourd’hui, une vingtaine de séminaires et écoles bibliques « officiels » existent au niveau provincial, tandis qu’au plan national, le séminaire protestant de Nankin (ou Nanjing, dans la province du Jiangsu) continue d’être le principal centre de formation des pasteurs protestants. Année après année, ces différentes institutions forment des pasteurs à même d’accompagner l’essor très réel – bien que difficile à quantifier – du protestantisme en Chine.

(eda/ra)