Category Archives: Pasteur

Pour les pasteurs chrétiens

Soudan : un pasteur retrouve la liberté

 

Quatre chrétiens détenus depuis plus d’un an font face à la justice du Soudan. L’un d’eux vient d’être libéré. Pour les trois autres, l’épreuve continue. La prochaine audience est prévue le 9 janvier.

300-SudanNorth_1980_0510100131Le 2 janvier, quatre détenus chrétiens comparaissaient devant le tribunal de Khartoum (Soudan). Le juge allait-il enfin prendre une décision dans ce procès qui s’éternise ?

À l’issue de la séance, le juge a signifié au pasteur Kuwa Shamal que les charges sont insuffisantes pour le faire condamner. Il est libre ! Libre, mais à moitié soulagé, car ses compagnons de détention ont entendu la confirmation des accusations qui pèsent sur eux. Pour le pasteur Hassan Taour, l’étudiant Abdulmonem Abdumawla et l’humanitaire de nationalité tchèque Petr Jasek, l’épreuve se poursuit.

De la compassion au cauchemar

Arrêtés en décembre 2015, les quatre chrétiens ont été accusés d’avoir diffamé le gouvernement en utilisant le cas d’Ali Omer, personnage clé de cette affaire. Ce dernier a été interrogé le 12 décembre seulement sur ses liens avec les accusés. Ali Omer a attesté qu’il avait subi de sérieuses brûlures au cours d’une manifestation anti-gouvernementale à l’université Omdurman au milieu de l’année 2015. Comme son état nécessitait des soins médicaux réguliers, son ami Abdumawla a collecté de l’argent, notamment auprès du pasteur Taour, pour couvrir les frais. Quant à Jasek, il avait pris des photos de la situation.

Les services du Renseignement ont porté de graves accusations contre eux pour avoir aidé Ali Omer, telles que « encouragement à la rébellion contre l’État, incitation à la haine sociale, propagation de fausses informations, espionnage et complicité d’action criminelle. »

Détenus séparément, sans aucun contact avec leur famille, les quatre chrétiens ont comparu pour la première fois le 21 août 2016 devant le tribunal.

Les audiences ont été ajournées maintes fois en l’absence soit d’un témoin, soit d’un traducteur, soit d’un juge… Le procès est suivi de près par des observateurs occidentaux. Début octobre 2016, le Parlement Européen avait adopté une Résolution d’urgence, appelant à « la libération immédiate et inconditionnelle des quatre hommes dont les accusations mettent en lumière la souffrance des chrétiens au Soudan. »

Avec son régime islamique totalitaire, le Soudan est l’un des pays où les chrétiens sont le plus opprimés et privés de liberté.

Légende photo: Les pasteurs Kuwa Shamal (à gauche) et Hassan Taour.

Sujets de prière :

  • Remercions Dieu pour la libération du pasteur Kuwa Shamal,

  • Prions Dieu d’accorder courage et espoir aux trois chrétiens encore détenus,

  • Prions pour que les autorités agissent avec justice et miséricorde.

Le pasteur soudanais Kuwa Shamal a été libéré

Kuwa Shamal, un leader chrétien au Soudan a été libéré après une audience à Khartoum hier au cour de laquelle le juge a conclu qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour l’inculper. Trois autres hommes continuent cependant à être accusés, ce qui pourrait entraîner, s’ils étaient reconnus coupables la réclusion à perpétuité voire la peine de mort.

Depuis décembre 2015, quatre chrétiens, les pasteurs de l’Église du Christ au Soudan Kuwa Shamal et Hassan Abduraheem Kodi Taour, Abdolmonem Abdumawla, un diplômé du Darfour et Petr Jasek, un humanitaire tchèque sont emprisonnés au Soudan sur de fausses accusations. Jugé en août de cette année, un seul homme sur les quatre, le pasteur Kuwa Shamal vient d’être libéré a annoncé World Watch Monitor

Dans une audience qui s’est tenue à Khartoum le 2 janvier, le juge a considéré que les preuves étaient insuffisantes pour l’inculper.

Les trois autres chrétiens n’ont cependant pas bénéficié du même traitement puisque le juge a décidé qu’il existait suffisamment d’éléments à charge pour que le procès se poursuivre pour le pasteur Hassan Taour, Abdulmonem Abdumawla et Petr Jasek.

Les quatre hommes font face à sept accusations criminelles, dont certaines sont passibles de la peine de mort ou de la réclusion à perpétuité s’ils sont déclarés coupables. Les accusations portent notamment sur la guerre contre l’État, l’incitation à la haine entre les classes, la propagande de fausses nouvelles, l’espionnage et la complicité dans des accords criminels.

La prochaine audience est prévue le 9 janvier.

Sectes. Faux pasteurs, thérapeutes douteux : gare aux gourous

Guérisons miraculeuses, séjours douteux en Afrique, induction de faux souvenirs d’inceste… la France n’échappe pas à l’émergence de thérapeutes charlatans et de faux pasteurs en recherche de vrais revenus.

Les dérives sectaires, caractérisées par la perte du libre arbitre des victimes, évoluent et se diversifient en France, comme le montre le dernier rapport d’activité de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

La première source constatée concerne les « médecines » alternatives dangereuses, qui ont donné lieu à 214 signalements en 2015, soit 17 % du total.

Gourou et médecines alternatives

Sous couvert de « médecine »  quantique, ayurvédique ou chamanique, ou encore d’énergiologie, de reiki ou de magnétisme, se cachent parfois la manipulation mentale aux fins d’escroquerie. C’est ainsi qu’un pseudo thérapeute a été condamné à Paris en 2015 pour avoir créé de faux souvenirs dans le psychisme de patients, privés de sommeil et de nourriture. Convaincus d’avoir été victimes de maltraitance ou d’inceste ans leur enfance, ils subissaient l’emprise et les consultations ruineuses de leur gourou.

La Miviludes s’inquiète également d…

Lire la suite sur Ouest-France.fr

Sectes. Faux pasteurs, thérapeutes douteux : gare aux gourous !

Guérisons miraculeuses, séjours douteux en Afrique, induction de faux souvenirs d’inceste… la France n’échappe pas à l’émergence de thérapeutes charlatans et de faux pasteurs en recherche de vrais revenus.

Les dérives sectaires, caractérisées par la perte du libre arbitre des victimes, évoluent et se diversifient en France, comme le montre le dernier rapport d’activité de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

La première source constatée concerne les « médecines » alternatives dangereuses, qui ont donné lieu à 214 signalements en 2015, soit 17 % du total.

Gourou et médecines alternatives

Sous couvert de « médecine »  quantique, ayurvédique ou chamanique, ou encore d’énergiologie, de reiki ou de magnétisme, se cachent parfois la manipulation mentale aux fins d’escroquerie. C’est ainsi qu’un pseudo thérapeute a été condamné à Paris en 2015 pour avoir créé de faux souvenirs dans le psychisme de patients, privés de sommeil et de nourriture. Convaincus d’avoir été victimes de maltraitance ou d’inceste ans leur enfance, ils subissaient l’emprise et les consultations ruineuses de leur gourou.

La Miviludes s’inquiète également de voir certaines de ces supposées thérapies pointer le bout du nez au sein des hôpitaux. Elle a ainsi alerté l’autorité régionale de santé en Paca à propos d’une technique de kinésie-thérapie baptisée « résonnance énergétique par stimulation cutanée ».

Le cancer, qui fragilise le psychisme des patients et peut les pousser à expérimenter tout type de thérapie alternative, constitue un terrain de chasse pour de nombreux charlatans. Outre les risques liés à l’abandon du traitement médicamenteux (préconisé notamment par une congrégation religieuse de l’ouest de la France qui a fait l’objet d’un signalement au procureur de la République), on retrouve, là encore, des cas de manipulation mentale et/où d’escroquerie, via la participation à de coûteuses « formations ». L’ « église » de scientologie reste à cet égard dans le collimateur de la Miviludes.

 Mouvance évangélique

Les charlatans se revendiquant d’une mouvance évangélique sont la deuxième menace identifiée en France par la Miviludes. Pas moins de 195 signalements ont été pris en compte sur ce thème par la mission en 2015, soit 16 % du total. En faisant bien la part des choses avec certains rituels très démonstratifs, courants en Afrique et aux Caraïbes, mais qui « n’ont rien de répréhensible », la Miviludes estime qu’ « il ne faut pas sous-estimer de véritables comportements déviants dans certaines églises ».

La mission met en garde contre les « pasteurs auto-proclamés ne lésinant pas sur les techniques promotionnelles, avec des shows spectaculaires présentés dans de nombreuses vidéos et des sites Internet où les appels aux dons sont parfois plus visibles que le message religieux, avec des systèmes de paiement en ligne facilités ». La ligne rouge est franchie lorsque le gourou obtient non seulement des dons financiers, mais aussi l’abandon de traitements médicaux ainsi que des faveurs sexuelles. Des séjours à l’étranger peuvent être proposés, notamment aux jeunes, et pour la plupart en Afrique, hors de tout contrôle de la famille. Parmi les déviances observées : mise en danger sanitaire, manipulation mentale, viol, mariage blanc, chantage, maltraitance physique.

Djihadisme

Autre thématique développée dans son rapport d’activité, la radicalisation menant à l’action violente, notamment dans le djihadisme.

La mission rappelle cependant que la notion de dérive sectaire au sens strict ne peut être appliquée globalement à la radicalisation islamique et qu’elle doit être examinée par cas individuels. En effet, l’emprise mentale « se caractérise comme un état spécifique de dépendance où une perte de libre arbitre peut être mise en évidence. En ce sens, toute forme de radicalisation ne peut être assimilée à une dérive sectaire car il en va de la reconnaissance de la responsabilité de l’individu et du caractère volontaire de son engagement ». La nuance est évidemment d’importance sur un plan judiciaire.

Aux familles inquiètes quant à une radicalisation d’un proche, la Miviludes rappelle le soutien apporté par des associations telles que l’Unadfi et le CCMM-Roger Ikor.

Congo- 15000 frs de quête le dimanche: le pasteur se fâche et insulte ses fidèles

Partager sur Facebook

Tweeter sur Twitter

Un pasteur n’a pas du tout apprécié que ses fidèles ne versent que 15000 frs de quête pendant le culte du dimanche censé être le plus important de la semaine. Il a accusé l’assemblée d’être habitée par l’esprit de pauvreté.
L’église de la restauration, située dans la rue Bangangoulou à Ouenzé dans le cinquième arrondissement de Brazzaville a été le théâtre d’une scène atypique le dimanche dernier.

Le pasteur s’en est pris à ses fidèles après s’être rendu compte que peu d’argent a été versé pendant la quête. Très fâché, le pasteur qui s’appelle Gerard Oko, a reproché à ses fidèles leur esprit de pauvreté, qu’ils souhaitent installer dans son église. Le pasteur ne réalisait pas comment le culte du dimanche ne pouvait rapporter que 15000 frs cfa.

Pendant au moins 30 minutes, il a fait comprendre à l’assemblée que Dieu n’aime la pauvreté et que tout l’argent de ce monde est de lui et le plus normal est de le lui reverser chaque dimanche. Des langues racontent que le pasteur envisageait envoyer sa fille étudié au Maroc et fondait tous ses espoirs sur la quête afin de réunir les frais de scolarité nécessaires. C’est dans cette optique que les fidèles ont manifesté peu d’intérêt pendant la quête du dimanche.
Au Congo,99 % des églises de réveil ont été créés à des fins lucratives en faveur des pasteurs qui n’hésitent pas à mettre hors de leurs chemins tous les contestataires.

spotboxlive
dakarflash.com

Soudan/ Deux vrais pasteurs condamnés à la pendaison à cause de l'évangile


Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait, cette parole est tirée de 1Jean3 :13. Aujourd’hui cette parole est visible dans la vie de 2 pasteurs qui vont être exécutés pour avoir déclaré leur appartenance au Seigneur au Soudan.

Il s’agit, du révérend Hassan Abduraheem et Rev. KuwaShama qui seront condamnés à la pendaison. A la vérité ces hommes ont été arrêtés, transférés, et de nouveau arrêtés à plusieurs reprises cette année dans le pays à majorité islamique du Soudan, avec des représentants du gouvernement les accusant de crimes de sécurité nationale. Si rien n’est fait, Ils pourraient être condamnés à la pendaison pour leur foi si le monde est silencieux, a déclaré premier conseiller Jay Sekulow dans un courriel.

Une presse révèle que ces pasteurs ont passé 12 mois dans des conditions précaires. Mais cette persécution est pour tous les hommes qui déclarent leur foi chrétienne de façon officielle. En effet, dans ce pays, Les autorités soudanaises ont arrêté de nombreux pasteurs chrétiens dans les deux dernières années, avec le Sud – Soudan presbytériennes Pasteurs Yat Michael et Peter YeinReith également face à une peine de mort possible jusqu’à ce qu’ils soient libérés en Août à 2015.

En réalité, ces deux pasteurs sont condamnés à une pendaison mais d’autres groupes de persécution de surveillance, tels que Christian Solidarity Worldwide , ont également fait un reportage sur l’affaire contre les deux pasteurs. En mai, les avocats qui représentent les deux hommes ont fait remarquer que les membres du clergé sont détenus dans de petites chambres “avec l’approvisionnement en électricité intermittente et ventilation limitée.”Plus loin, les Chef de la direction de CSW Mervyn Thomas a dit à l’époque que le traitement des deux pasteurs est “indicative d’une campagne gouvernementale visant à harceler et à restreindre les droits de la communauté chrétienne.”

«Nous exhortons les autorités à mettre fin au harcèlement judiciaire de la communauté chrétienne et de faire respecter le droit à la liberté de religion ou de conviction pour tous les citoyens. Nous appelons également les autorités soudanaises pour remédier à une dérogation des principes d’équité des procès constitutionnels et internationaux et veiller à ce que les hommes sont détenus dans un environnement sûr et habitable », a ajouté Thomas

ichretien.

Comments

comments

Cameroun : rencontre avec un nouvel “homme de Dieu”

Le renouveau charismatique chrétien est aujourd’hui un phénomène spectaculaire dans nombre de pays africains, de même qu’en Amérique ou en Océanie. Pour mieux le comprendre, Afrik.com est allé à la rencontre d’un nouvel ordonné au service d’une de ces Eglises en plein essor au Cameroun. Entretien avec le Rév. Pasteur Basseck Oscar, nouvellement ordonné dans la “Sainte Eglise du Christ internationale”.

Afrik.com : Qui est le Rév. Pasteur Basseck Oscar et qu’est-ce qui a motivé votre choix pour le saint ministère ?

Basseck Oscar  : Monsieur Basseck Oscar c’est ce jeune homme qui très tôt ne s’est pas posé les questions sur l’existence d’un être suprême. Mais par contre il cherchait à lui être reconnaissant pour ses hauts faits. Pour cela il a pris le ferme engagement de garder ses ordonnances. Cette disposition du cœur m’a facilité l’intégration dans une église Pentecôtiste dénommée : « La Sainte Eglise du Christ internationale » par le concours de l’un de nos pasteurs, le Rév. Pasteur Zock à Zock Jean Pierre, mon ami d’enfance. Après une longue séparation de 12 ans au moins, il réapparaît et me dit qu’il sort de Yaoundé où il a été ordonné au grade de Pasteur. Actuellement, il est affecté à Douala. Je lui pose la question de savoir comment, musulman de son état, il a fait pour devenir chrétien… Il me dit que c’est une longue histoire. Il me dit qu’il a changé, il n’est plus celui que j’ai connu par le passé. A cause du Christ, il a abandonné beaucoup de choses. Tel que je te connais, me dit-il, tu as les qualités que le Seigneur exige à son serviteur. N’aie pas peur, servons le Seigneur. Je l’ai suivi et j’ai reçu Jésus comme Seigneur et Sauveur. Le 27 Juillet 1997, je suis entré dans les eaux de baptême. A l’église, je constate que presque tous les fidèles y sont venus parce qu’ils étaient soit malades, souffrant d’une maladie inguérissable ou épuisante pour les ressources de la famille, soit par le chômage, soit par le célibat et tous avaient déjà les témoignages encourageants. Je croyais que j’étais le seul qui étais venu au Seigneur parce que j’ai aimé le servir et non parce que j’avais un problème de santé. Deux ans après, le Pasteur Zock à Zock Jean Pierre me met la pression pour le mariage tout comme ma grand-mère avait fait, mais en vain. Je lui dis : tu sais que je suis en train de me bâtir une maison, je veux que mon épouse trouve la maison construite. Il me dit : aucune femme digne de ce nom n’est à l’aise dans une maison qu’elle a trouvée déjà construite. Tu as déjà beaucoup fait qu’elle vienne aussi trouver que les antivols, le plafond ne sont pas encore placés afin qu’elle assiste aussi à leur pose. J’ai dit d’accord. C’est quand il fallait que je trouve ma fiancée que nous avons compris que j’étais lié par les chaînes du célibat. Me trouver une côte n’était pas une mince affaire, malgré les atouts que j’avais pendant que certains étaient en chômage et alors que moi je travaillais dans une société industrielle de plastique de la place. Il a fallu que nous brisions ces chaînes de célibat par les prières intenses, afin que je trouve ma côte. Le 14 juillet 2000, j’ai célébré mon mariage à la Sainte Eglise du Christ avec la sœur Ngo Way Didienne. J’ai donc compris que l’appel auquel j’ai répondu était pour la délivrance du célibat. C’est une maladie que je portais en moi sans le savoir. Bref, Jésus m’a donné ce que le monde m’a empêché d’obtenir. Ma charmante épouse et moi avons persévéré au sein de la Sainte Eglise du Christ qui devenait déjà internationale à l’Assemblée de Ndokoti où j’ai été élevé au grade de Pasteur Stagiaire par l’Evêque Ngontchou Jean Pierre le 16 décembre 2013 et ordonné Pasteur le 13 novembre 2016 par Son Eminence l’Archevêque Docteur Apôtre Mekomou Emmanuel.

Afrik.com : En date du 06 Novembre 2016, vous avez donc été ordonné Pasteur de la Sainte Eglise du Christ Internationale. Sous quel signe aviez-vous placé votre saint ministère ?

Basseck Oscar  : Mon Ministère, je l’ai placé sous le signe de l’amour, le travail, la détermination et la soumission.

Afrik.com : Quelles seront vos priorités ?

Basseck Oscar  : La priorité dans le travail que j’ai à faire, c’est de regrouper un grand nombre d’âmes pour faire d’elles des disciples. En vérité, je travaille dans un apostolat qui a un chef hiérarchique sous les ordres duquel nous sommes placés et à qui nous devons obéissance et soumission.

Afrik.com : Qu’attendez-vous des brebis qui sont à votre charge ?

Basseck Oscar  : Ce qu’un Berger peut attendre des brebis n’est que la soumission et l’obéissance. Ce sont là les vertus essentielles que Dieu recommande à qui que ce soit pour un éventuel succès. Il dit dans sa parole que : « l’humilité précède la gloire ».

Afrik.com : Parlez-nous brièvement de la Sainte Eglise du Christ Internationale

Basseck Oscar  : La Sainte Eglise du Christ internationale a vu le jour juste au moment où le pays voire toutes les nations étaient en train de connaître les temps très difficiles imposés par la crise économique pour répondre aux problèmes de l’heure. Certainement c’était le plan de Dieu. Rose Dorette épouse de Monsieur Mekomou Emmanuel, une sœur en Christ qui persévérait à la Vraie Eglise de Dieu, désirait ardemment la conversion de son époux incrédule et barbare. Ce dernier n’a été sensible à aucune invitation de son épouse. Un jour, sa charmante épouse lui dit cette fois-ci, il y aura même à manger pour ceux qui vont répondre à l’invitation. Ce jour il arrive à l’église et trouve une ambiance incroyable qui l’amène à y prendre goût. Le Seigneur Jésus-Christ pour l’attirer, le délivre de la chaude-pisse mal traitée qui était déjà chronique. Il cimente sa place dans l’Eglise. Quelques années plus tard, la main de l’Eternel se repose sur sa tête un jour pendant qu’il voulait taper sur un enfant, une voix lui fait comprendre que ces mains ne sont plus pour la barbarie, mais pour le servir. Dans sa maison, sa femme et lui prièrent Dieu en chantant, puis vinrent les voisins, les amis, même les curieux. Les miracles s’accomplissaient de manière telle que eux-mêmes n’en revenaient pas. Ils étaient tous étonnés. Une fois que l’Eglise est déjà pleine, c’est tout Yaoundé qui bougeait. La Communauté urbaine de Yaoundé détruisit les bâtiments qui abritaient l’Eglise. Malgré cela, l’adoration continua en plein air. L’homme de Dieu l’Apôtre Mekomou Emmanuel dit si cette œuvre vient des hommes, elle va s’éteindre, mais si elle vient de Dieu, elle subsistera. Il prédit que les salles de cinéma, les bars, ces locaux qui les abritaient, abriteront désormais les Eglises. Le Seigneur accomplit la prophétie de son serviteur. Un grand bar à Essos (Yaoundé) ferme ses portes. Monsieur Nangoua Fostin, propriétaire des locaux, les donne à l’Eglise. A l’heure actuelle c’est une magnifique et gigantesque cathédrale qui orne le lieu. C’est le siège de l’Apostolat de l’Eglise Centrale construit par les fidèles La salle de cinéma Fohato à Bonaberi est prise par la même église. La Sainte Eglise du Christ prit aussi l’ancienne salle de cinéma Omnisport à Bepanda, là devint l’Eglise Centrale du côté de Douala. Il était donc question que l’œuvre de Dieu atteigne aussi Douala et ses environs, c’est la région ecclésiastique du Littoral sous la conduite de l’Evêque Tchelebou Célestin. L’œuvre est devenue internationale avec les assemblées à Toulouse (France), etc. C’est ainsi que notre Eglise prospère…

USA : 89 % des pasteurs organiseront un culte le dimanche de Noël

D’après un sondage qui vient de paraître aux États-Unis, près de neuf pasteurs protestants sur 10 prévoient d’organiser un culte pour Noël qui tombe un dimanche cette année. Les chrétiens pourront ainsi se retrouver pour fêter ensemble l’anniversaire de la naissance de Jésus.

Selon l’institut LifeWay research, 89 % des pasteurs protestants interrogés ont l’intention de tenir un culte le jour de Noël. Pour parvenir à ces résultats, les enquêteurs ont interrogé, du 22 août au 16 septembre, un échantillon représentatif de 1000 pasteurs de différentes dénominations.

Les résultats sont sans équivoque : la majorité des pasteurs interrogés, toutes dénominations et tailles de communauté confondues ont déclaré qu’ils célébreraient un culte le dimanche de Noël.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 94 % des églises luthériennes, 93% des églises du Christ, 91 % des Églises Baptistes, 91 % des églises presbytériennes / réformées et 92 % des églises de Sainteté devraient tenir un culte le dimanche de Noël. Ce chiffre tombe à 79 % pour les églises pentecôtistes.

«Quatre-vingt-quatre pour cent des pasteurs dont les églises ont moins de 50 participants disent que leur église tiendra un culte à Noël. De la même façon, 85 pour cent des pasteurs avec plus de 250 fidèles feront de même. Les pasteurs d’églises de taille moyenne – de 100 à 249 participants – sont 92 pour cent à dire que leur église tiendra un culte pour Noël. « 

En plus des 89 % des pasteurs disant qu’ils tiendront des services à Noël, 85 % prévoient d’organiser un culte pour le jour de l’An, qui tombe aussi un dimanche.

Cette année, Noël tombant un dimanche, certaines églises ont été conduites à annuler leurs horaires de culte habituel et à ne tenir que le culte de  la veille de Noël.

C’est le cas, par exemple, dans l’église North Point Community Church d’Alpharetta en Géorgie. Le pasteur Andy Stanley a décidé, avec son équipe de tenir, au lieu d’un culte le dimanche de Noël, trois services le vendredi 23 décembre et trois autres la veille de Noël le samedi.

Le dimanche entre Noël et Nouvel An nous donne juste une excellente occasion de dire merci, d’accorder la priorité à votre famille, de profiter d’une semaine de congé », a déclaré Bill Willits, directeur exécutif des environnements ministériels à North Point Ministries dans une interview qu’il avait accordé à Christian Post en 2010.

D’autres mégachurch évangéliques, y compris Chicago-based Willow Creek Community Church et  l’ Immanuel Bible Church of Springfield en Virginie, tiendront un service au lieu de leurs multiples services habituels.

Nous avons constaté au fil des ans que le fait de tenter de rassembler les enfants de l’école du dimanche le jour de Noël était difficile à cause des familles qui partent pour Noël », a déclaré Steve Holley de l’Immanuel Bible Church dans une interview accordée plus tôt cette semaine à Christian Post.

Fin de formation pour des élèves pasteurs de la faculté de théologie évangélique de Bouaflé

Bouaflé – Au total, 14 élèves pasteurs ont reçu, samedi, à Bouaflé (Centre-ouest, région de la Marahoué) leur diplôme à l’issue d’une formation de deux années à la faculté de théologie évangélique (FTE).

Cette formation, ouverte aux candidats à la vocation ministérielle et aux responsables d’églises impliqués dans la vision missionnaire vise, entre autres, à transformer le ministère, le caractère et la vie personnelle et familiale d’un serviteur de Dieu.

Le pasteur Emou Yeckinson, vice-doyen de la FTE, s’est félicité du courage et de la détermination des nouveaux diplômés dont la promotion se nomme « victoire ». Il les a invités à mettre en pratique la formation acquise à la faculté.

La FTE propose quatre cycles de formation théologique et des programmes de formation par séminaire. Il s’agit notamment du diplôme d’étude, du Baccalauréat, du diplôme supérieur et de la licence théologique.

zaar/ask

Côte-d'Ivoire/Le “pasteur” Beugré Félix qui abusait de ses fidèles mineures prend 6 mois de prison …


Depuis son camp de prière appelé « le trésor caché » situé à N’Douci, Beugré Félix reconnaît avoir abusé de plusieurs fidèles de sexe féminin, âgées à peine de 15ans, selon des sources officielles.

Le malfrat, avec le titre de prophète qu’il s’est attribué, prétend opérer un exorcisme sur des sujets affectés. Deux cas problématiques ont fini par lui coûter une condamnation de six mois de prison ferme.

En effet, deux jeunes filles accusées de sorcellerie et de pratiques occultes ont été confiées au pasteur Beugré pour être délivrées de l’ »esprit mauvais » qui les envouterait.

Seulement, l’occasion fut belle pour Beugré Félix de satisfaire sa libido dans une partouze qu’il justifie par une « révélation divine » en débarquant dans la chambre des demoiselles au cours d’une nuit.

A ce propos, le vicieux a déclaré au tribunal correctionnel de Tiassalé, qu’il s’agissait de « rapports saints ».

Cependant, le fameux pasteur à pourtant défendu à ces victimes d’en dire mot à quiconque.

Pour rappel, des cas de frictions mettant en cause certaines pratiques d’infidélité dans les couples, sous le couvert de veillées de prières reviennent avec récurrence.

Par ailleurs, il y a quelques semaines, deux pasteurs ont trouvé la mort lors d’un baptême organisé dans la lagune à Yopougon. Les fidèles ont réchappés de peu à ce drame.

Koaci

Comments

comments

Deux pasteurs menacés de peine de mort à cause de leur foi

Accusés faussement d’insurrection contre le gouvernement, deux pasteurs chrétiens sont menacés de peine de mort au Soudan. Une pétition circule actuellement pour sauver ces deux responsables d’église ainsi que les autres chrétiens sud-soudanais condamnés.

Le pasteur Hassan Abduraheem et le pasteur Kuva Shamal ont été accusés d’insurrection contre le gouvernement soudanais. En assistant à un séminaire chrétien en novembre 2015, le pasteur Abduraheem avait diffusé l’image du soutien qu’il avait apporté à un homme battu qui conduisait une protestation.

Toute l’affaire est partie de là. Parce que ces chrétiens avaient aidé et porté assistance à une personne opposée aux autorités, le gouvernement soudanais a jugé qu’ils étaient dans l’insubordination et avaient commis un crime contre la sécurité nationale. En décembre 2015, les deux pasteurs ont donc été arrêtés, ainsi que le leader chrétien  Abdelmoneim Abdelmoula et le travailleur humanitaire tchèque Petr Jasek.

Contre ce dernier, les services nationaux de renseignement soudanais ont retenu l’intention de conspirer contre le gouvernement soudanais en publiant un film qui le défavorise. Ces allégations du NISS (Sudan’s National Intelligence Security Service) ont été contestées puisque les activités de Jasek au Soudan visent uniquement des fins humanitaires, à savoir l’aide aux chrétiens persécutés.

Dans le procès, le procureur a publié des photos et des vidéos à partir de l’ordinateur portable de Jasek qui montrent les quatre condamnés aidant un jeune étudiant, Ali Omer, qui a été gravement brûlé à cause d’un gaz lacrymogène lancé à une protestation à Alzaiem Alazhari University.

« (…) Ils sont accusés d’espionnage, de saper le gouvernement et de donner de fausses informations sur le gouvernement soudanais, ce qui équivaut, s’ils sont reconnus entièrement coupables de tout, à la peine de mort « , a déclaré Todd Nettleton de la voix des martyrs.

En réalité, ces deux pasteurs sont visés à cause de leur foi chrétienne. Ils sont détenus dans des conditions horribles sur des accusations falsifiées et font face à des condamnations à mort possibles en raison de leur foi.

L’espoir pour le pasteur Abduraheem, le pasteur Shamal, Jasek et Abdelmoula pourrait provenir de la communauté internationale. Une pétition est en effet actuellement en circulation pour alerter le monde sur l’attitude de gouvernement soudanais à l’égard des serviteurs de Dieu.

« Le gouvernement soudanais est sensible à la façon dont on les perçoit dans le monde, et quand on reçoit des milliers de lettres et de signatures disant  » vous ne devriez pas faire un procès à ces personnes », cela fait vraiment une différence. Nous l’avons vu par le passé, et j’espère que nous le verrons dans cette affaire, aussi « , a déclaré Nettleton.

Omar Al-Bashir, l’actuel président du Soudan, a promis l’émergence d’un État totalement islamique à son peuple après la séparation du Soudan et du Sud-Soudan en 2011. Il a déclaré qu’il réformerait la constitution actuelle et la remplacerait par une loi proche de la charia. Il a également été accusé par la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et génocide.

Au moment de l’indépendance du pays, les choses ont empirés pour les chrétiens. Les églises ont été démolies, surtout depuis que les forces internationales qui protégeaient les chrétiens ont diminué après 2011. En 2013, la construction des églises n’est pas permise dans le pays et en 2015, la liberté religieuse est tellement restreinte que les chrétiens sont arrêtés, accusés et persécutés.

Côte d'Ivoire: Un pasteur abuse de plusieurs mineures et prend six mois de prison ferme

© koaci.com– Vendredi 16 Décembre 2016 – Depuis son camp de prière appelé “le trésor caché” situé à N’Douci, Beugré Félix reconnaît avoir abusé de plusieurs fidèles de sexe féminin, agées à peine de 15ans, apprend Koaci.com de source formelle. 


Le malfrat, avec le titre de prophète qu’il s’est attribué prétend opérer un exorcisme sur des sujets affectés. Deux cas problématiques ont fini par lui coûté une condamnation à six mois de prison Search prison ferme.

En effet deux jeunes filles accusées de sorcellerie et de pratiques occultes ont été confiées au pasteur Beugré pour être délivrées de l'”esprit mauvais” qui les envouterait.

Seulement, l’occasion fut belle pour Beugré Félix de satisfaire sa libido dans une partouze qu’il justifie par une “révélation divine” en débarquant dans la chambre des demoiselles au cours d’une nuit.

A ce propos, le vicieux à déclarer au tribunal correctionnel de Tiassalé, qu’il s’agissait de “rapports saints”.


Cependant, le fameux pasteur à pourtant défendu à ces victimes d’en dire mot à quiconque.

Pour rappel, des cas de frictions mettant en cause certaines pratiques d’infidélité dans les couples, sous le couvert de veillées de prières reviennent avec récurrence.

Par ailleurs, il y a quelques semaines, deux pasteurs ont trouvé la mort lors d’un baptême organisé dans la lagune à Yopougon. Les fidèles ont réchappés de peu à ce drame.

Saxum, Yamoussoukro

L'armée veut assouplir l'admission pour les aumôniers militaires

L’Armée suisse dispose à moyen terme de trop peu de pasteurs et prêtres pour l’aumônerie de l’armée. (Photo: VBS/DDPS)

L’Armée suisse dispose à moyen terme de trop peu de pasteurs et prêtres pour l’aumônerie de l’armée. C’est pour cette raison qu’à l’avenir les diacres, les catéchètes et les étudiants en théologie pourront aussi s’engager dans ce service. Le chef des aumôniers militaires pense même à une activité pastorale interreligieuse.

A l’automne 2010, le chef de l’aumônerie de l’armée de l’époque a tiré la sonnette d’alarme. L’aumônerie de l’armée va disparaître en 2029, écrivait-il dans un bulletin d’information, en raison du manque de vocations. De moins en moins de prêtres, de pasteurs et d’assistants pastoraux sont intéressés par le service œcuménique en tant qu’aumôniers de l’armée.

Pour contrer ce courant, les conditions d’accès avaient alors été assouplies: depuis quelques années, il n’y a plus besoin d’avoir fait l’école de recrues pour devenir capitaine aumônier. Les pasteurs ou pasteures étrangers naturalisés peuvent, par exemple, s’engager dans cette fonction. A cette fin, ils ont besoin uniquement de la recommandation d’une Eglise et doivent suivre un cours de formation initiale de six semaines et une formation technique de trois semaines.

De nouvelles approches pour le recrutement

L’assouplissement de l’admission n’a pourtant été suivi que de peu d’effets: le nombre d’aumôniers est resté bien en dessous des 300 personnes nécessaires, malgré cette mesure. Pour autant, le chef actuel de l’aumônerie militaire, Stefan Junger, se fait bien moins de soucis pour le futur qu’il y a six ans. Grâce à la réduction prévue des effectifs à 100’000 soldats, les besoins en aumôniers dans les années prochaines devraient aussi diminuer. Stefan Junger estime qu’il en faudra environ 170. «Ce nombre est actuellement presque atteint», déclare-t-il, «la moyenne d’âge des aumôniers en activité est toutefois relativement élevée».

Stefan Junger souhaite donc avoir une nouvelle approche lors du recrutement: «il est désormais prévu également de nommer des officiers spécialisés pour l’aumônerie de l’armée». Il pense aux personnes qui sont déjà au service de l’Eglise comme les diacres ou les catéchètes. «On peut penser aussi aux étudiants en théologie». Ils doivent pouvoir être nommés en soutien.

Pour leur recrutement, le chef de l’aumônerie de l’armée doit tout d’abord développer encore un processus de sélection: «On peut penser à une sorte d’assessment.» Même lorsque l’affectation exacte de ces officiers spécialisés n’est pas encore définie. Mais si tout se passe comme prévu, les nouveaux aumôniers seront prêts à être nommés à partir de 2018.

Aumônerie de l’armée musulmane?

Avec le nouveau type d’aumôniers militaires s’ouvrent de nouvelles possibilités. Ainsi, d’autres aumôniers de religions non chrétiennes pourraient être intégrés. Stefan Junger peut-il s’imaginer des aumôniers militaires musulmans? «Il est probable que la diversité des religions des militaires influence la sélection», déclare l’officier. Aujourd’hui, l’aumônerie de l’armée fonctionne encore parfaitement de manière œcuménique, mais selon la loi, elle est ouverte à tous les militaires, peu importe leur religion. «Il est donc possible que l’Aumônerie militaire devienne interreligieuse à l’avenir», continue le gradé. (cath.ch/protestinfo/bh)

Eglises évangéliques: le Rev Camille Makosso met en mission 2000 mille pasteurs

A cette occasion, le Révérend Camille Makosso, secrétaire général de cette commission, a appelé les pasteurs à l’union autour du corps du Christ. 

Pour lui, les églises protestantes évangéliques doivent taire leurs querelles internes et penser à s’organiser. «Le temps des palabres au sein des églises est passé», a-t-il clamé, indiquant même avoir fait la paix avec le Bishop Kassi d’Azito avec qui il était en conflit depuis des années. « Les différends entre moi et lui sont réglés », a soutenu l’homme de Dieu.

Il n’a pas manqué d’attirer l’attention des pasteurs sur les propositions malsaines à leur faites par des hommes politiques, et qui conduisent l’église dans le désordre. « Rien ne nous divisait, mais c’est l’argent hélas souvent provenant des hommes politiques qui était notre problème», a-t-il avoué, rassurant que les hommes de Dieu ne feront plus la politique. 

Camille Makosso estime que «les organisations des églises n’ont pas été créées pour aller racketter les hommes politiques », ajoutant que le temps de tendre la main est fini. « Il faut respecter ce que nous faisons. Soyons fiers de ce que nous sommes des hommes de Dieu », a-t-il exhorté. 

Conquérir le pays

Celui qui se fait appeler le « Général de Dieu » a aussi dit à son « armée » que les années 2017, 2018, 2019 et 2020 seront des temps d’évangélisation, parce que l’église doit aller à la conquête de la Côte d’Ivoire. Un engagement a été pris à cet effet par les pasteurs.

Camille Makosso est convaincu que les fidèles protestantes évangéliques représentent plus de 7 millions donc 35% de la population nationale. 

Financement de projets

«Nous refusons d’être exclus de la vie sociale de la Côte d’Ivoire. Nous voulons participer au développement économique du pays en amenant les églises à cultiver la terre», a-t-il affirmé.

Pour ce faire, il compte mettre à la disposition des différentes églises un budget de 200 millions dans les mois à venir.

Présent à cette cérémonie, le directeur général du Culte, M. Bamba Messamba, a salué le travail des pasteurs, mais surtout les a invités à plus de sérieux dans leur sacerdoxe. «Vous devez vous unir dans le travail que vous faites. Les fidèles comptent sur vous et le pays également. Vous devez pratiquer ce que vous enseignez”, a souhaité Messamba Bamba.  

Par ailleurs, de l’aides a été apportées aux familles des pasteurs qui ont perdu la vie par noyade lors d’une cérémonie de baptême récemment dans la lagune à Yopougon. Sans oublier les prix qui ont été remis à des personnalités.

Distinction: Hamed Bakayoko, Jean Kacou Diagou et le Maire de Cocody primés par les Eglises …

Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko, l’ex-président de la Confédération Générale des Entreprises, Jean Kacou Diagou ainsi que le Maire de la commune de Cocody, N’Gouan Aka Mathias, ont été primés le mercredi 7 décembre 2016, par les Eglises Protestantes Evangéliques de Côte d’Ivoire. C’était à l’occasion de leur Assemblée Générale tenue dans la grande salle de mariage de l’hôtel communal de Cocody où les trois récipiendaires se sont fait représentés. Selon le grand conseil des chrétiens Evangéliques de Côte d’Ivoire, ces trois personnalités sont les meilleurs dans leurs domaines respectifs.

Le ministre Hamed Bakayoko a été élu meilleur ministre du gouvernement ivoirien, pour avoir réussi à ramener la sécurité et la quiétude dans le pays, après la grave crise de 2011. Jean Kacou Diagou est désigné meilleur chef d’entreprise ivoirien. Quant à N’Gouan Aka Mathias, il a été élu meilleur maire de Côte d’Ivoire. A chacun des trois récipiendaires, les Eglises Evangéliques ont remis un diplôme et une enveloppe de 1000 000 F CFA. Selon le révérand-général Camille Makosso, qui présidait l’Association, la communauté Evangélique de Côte d’Ivoire vient ainsi encourager le travail bien fait. « Dieu recommande que l’homme accomplisse bien la tâche qui lui est confiée, pour le bonheur de son prochain. Les personnalités que nous avons primées en ce jour sont des modèles dans leurs secteurs d’activités respectifs. Les hommes de Dieu que nous sommes, ne pouvions pas ne pas leur apporter notre soutien. C’est ce qui explique les distinctions de ce jour. Et, il en sera désormais ainsi », a promis le révérend-général Camille Makosso. Les chrétiens Evangéliques ont profité de l’occasion pour préciser qu’ils n’ont aucune couleur politique.

A côté des distinctions, cette AG qui a réuni plus de 2000 pasteurs venus d’Abidjan et de l’intérieur du pays, a surtout été l’occasion pour les Eglises Evangéliques de réorganiser leur milieu. Ainsi, plusieurs résolutions ont été prises par le directoire afin que cette communauté (qui, selon ses responsables, compte plus de 5 millions de fidèles à travers le pays) devienne une force de développement. 200 millions F CFA seront décaissés en avril 2017 pour financer les projets des fidèles. Car, selon le révérend Makosso, il s’agira pour la plupart, de projets agricoles. Car, « nous ambitionnons être les premiers producteurs de vivriers en Côte d’Ivoire », a-t-il expliqué. Il a annoncé le lancement de l’assurance maladie pour les pasteurs et leurs familles élargies. Pour y adhérer, chaque pasteur devra payer 1100 F CFA par mois. Le révérend Camille Makosso a aussi annoncé la reprise, en février 2017, de l’opération d’identification des pasteurs. Une opération menée en partenariat avec l’Office National de l’Indentification (Oni), pour un coût total de 12 millions F CFA.

J H K

Le Top 5 des pasteurs les plus riches d'Afrique

Les guides religieux en l’occurrence les pasteurs sont désormais comptés parmi les hommes les plus riches au monde, et cela grâce à leurs églises et leurs investissements. Leurs crédo est “qu’un enfant de Dieu ne peut en aucun cas être pauvre” et ils montrent l’exemple. Voici le classement des pasteurs les plus riches d’Afrique.

 1-David OYEDEPO

Avec une fortune estimée à 150 millions de dollars, David Oyedepo est le fondateur de l’église le tabernacle de la foi qui accueille 50.000 fidèles chaque dimanche. il possède quatre jets privés, des maisons aux États Unis et en Angletterre. Il est aussi propriétaire d’une maison d’édition, de la Convenant University et d’un établissement secondaire. David Oyedepo est également l’un des pasteur le plus riche au monde.

2-Chris Oyakhilome

Le pasteur Chris Oyakhilome est le fondateur de l’église l’ambassade du Christ qui rassemble 40 000 membres. la richesse de ce pasteur est élevée à 50 millions de dollars. Il possède des chaînes de télévision (Love world plus), un  satellite télévisuel, des magazines et des hôtels .

3-Temitope JOSHUA

Temitope Joshua plus connu sous le nom de T. B Joshua, est le  fondateur de l’église Church of All Nations. Le succès du prophète Temitope Joshua est dû à ses nombreux miracles et guérisons. Sa fortune est d’environ 15 millions de dollars. Il est le propriétaire de la chaîne de télévision Emmanuel TV.

4-Matthew ASHIMOLOWO

À la tête de l’église Kingsway International Center, Matthew ASHIMOLOWO, a une fortune de 10 millions de dollars. Il est un homme d’affaires et possède une chaîne de télévision et de radio.

5-Chris OKOTIE

Star de la musique dans les années 80, Chris Okotie s’est converti et a fondé son église Household of God. Passionné d’automobile, Chris Okotie possède plusieurs véhicules de luxe dont une Hummer, une Porsche et une Mercedes S600.

Suzanne N’gouandi

buzzyafrica.

Comments

comments

Un accident tragique lors d'un baptême provoque la mort de deux pasteurs à Yopougon

Dans la lagune, à Abidjan. / AFP PHOTO / Sia KAMBOU

Dans la lagune, à Abidjan. / AFP PHOTO / Sia KAMBOU

Une cérémonie de baptême dans la Lagune Ebrié à Abidjan, a tourné au drame, à Yopougon Académie quartier Diop. Deux pasteurs ont trouvé a mort par noyade.

Deux pasteurs morts noyés dans la lagune Ebrié au cours d’un baptême, c’est le drame qui a endeuillé une Église évangélique « fonds d’action pour Christ » à Yopougon ce samedi 3 novembre.

L’information a été relayée par le Groupement des Sapeurs Pompiers Militaires (GSPM) d’Abidjan.

> A lire aussi. Six enfants meurent lors d’un baptême au Zimbabwe

Rien ne laissait présager un tel drame, ce jour, tant les fidèles étaient heureux à l’idée de recevoir le baptême enchaînant les cantiques. Ils étaient guidés par trois pasteurs.

Un fort courant dans la lagune

Tout avait bien commencé. Les fidèles étaient attroupés pour le rituel de l’immersion dans l’eau quand un fort courant s’est invité à la cérémonie emportant les personnes qui se trouvaient dans la lagune. Aussitôt la foule se disperse et alerte les secours.

Un des pasteurs résiste à se faire engloutir par l’eau. Il est rapidement récupéré par des secoureurs. Mais les deux autres qui sombrent tout de suite. Selon le GSPM, « le baptisé a trébuché en sortant de l’eau et s’est agrippé aux officiants. Ils ont tous été entraînés par une pente toute proche ».

Isidore Kouadio (à Abidjan)

Deux pasteurs ivoiriens meurent de noyade pendant un baptême

Deux pasteurs évangéliques de la commune de Yopougon en Côte d’Ivoire ont perdu la vie par noyade en baptisant l’un des membres de l’église. Les habitants de la commune sont sous le choc depuis le drame survenu le 3 décembre dernier.

La cérémonie de baptême, qui s’est déroulée dans le quartier Académie de la cité de la joie, près du carrefour Diop, était organisée par l’église évangélique « Fond d’action pour Christ ».

C’est alors que les deux hommes de Dieu étaient en train de commencer à baptiser l’un des fidèles de l’église au bord de la lagune ébrié qu’une pente a entraîné les trois officiants et le baptisé dans les profondeurs des eaux. Sous le regard impuissant de certains fidèles, deux responsables de l’église sur les trois présents au cours de la cérémonie sont alors entraînés par le courant.

Le troisième pasteur et le baptisé, finissent, après une lutte acharnée, à rejoindre le bord de la lagune. Face au drame, les personnes présentes sur les lieux font rapidement appel aux secours qui ne réussiront pas à sauver les deux pasteurs dont les dépouilles sont finalement repêchées dans l’eau.

Face à la gravité de cette tragédie survenue dans la commune de Yopougon pendant une cérémonie de baptême, les internautes ont réagit et continuent à le faire de différentes manières. Si certains ont adressé leurs messages de compassion aux familles des victimes et à l’église, certains autres ont remis en cause la façon dont se déroulent les baptêmes chez les évangéliques.

Selon cotedivoire.news qui relate Le drame, les critiques à l’encontre des baptêmes évangéliques dans le pays pourraient relancer le débat sur cette cérémonie, un point majeur de dissension entre les évangéliques et les catholiques.

Car si autant chez les catholiques que chez les évangéliques, le baptême a une place importante dans le cheminement de foi, de nombreuses points de divergence existent tant sur le fond que sur la forme. Chez les évangéliques, la cérémonie se déroule le plus souvent au bord d’une rivière, de la lagune ou en bordure de mer afin de permettre que le corps du baptisé soit totalement plongé dans l’eau. Chez les catholiques, asperger le visage du baptisé avec de l’eau suffit.

Selon certains internautes, après le drame de Yopougon, le fait de plonger le corps du baptisé dans l’eau doit être revu… sauf que cela rejoint une question de fond bien plus importante ! Il y a donc très peu de probabilité que les évangéliques disent oui à baptiser en aspergeant simplement le visage d’une personne.

Expulsion de pasteurs évangéliques : le ministre de l'Intérieur turc interpellé


A propos de l’auteur:

Daniel Hamiche est journaliste et président de l’association Amitié catholique France/États-Unis. Il a lancé, en 2007, le blogue Americatho (aujourd’hui membre du portail de réinformation Riposte Catholique). Il est administrateur et rédacteur du blogue L’Observatoire de la Christianophobie.