Category Archives: Pasteur

Pour les pasteurs chrétiens

Apostasie / Des pasteurs alsaciens réclament un “débat ouvert” sur la bénédiction des couples …

Accueil Religions Dérives sectaires Apostasie / Des pasteurs alsaciens réclament un “débat ouvert” sur la bénédiction des couples homosexuels

Des pasteurs alsaciens ont signé un manifeste pour réclamer un “débat ouvert” sur la bénédiction des couples homosexuels qui…

…doit être débattue prochainement au sein de l’Union régionale des Églises luthérienne et réformée (UEPAL). Ce texte qui compte quelque 150 signataires, parmi lesquels une trentaine de pasteurs et de nombreux fidèles, a été publié mardi sur le réseau social Facebook.

LIRE LA SUITE…



Catégories:Dérives sectaires, Famille & Education, L’Eglise, Religions

Tags:, , , , , , ,

RDC : pasteur, un job en or

Enrichis par leurs fidèles, les 'hommes de Dieu' s'offrent villas et voitures de luxe. Enrichis par leurs fidèles, les “hommes de Dieu” s’offrent villas et voitures de luxe. © Colin Delfosse

Il n’y a pas de business plus lucratif, à Kinshasa, que les “Églises de réveil”. Leurs guides vendent au prix fort leur bénédiction aux fidèles congolais… et leur influence aux hommes politiques.

“Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à… prêcher.” Entendu au dernier festival d’humour Toseka, en juin 2013 à Kinshasa, ce détournement du célèbre dicton de Confucius résume bien la situation des “Églises de réveil” en RDC. “Aujourd’hui, une Église rapporte plus qu’une boîte de nuit, assure Mwinyi Hamza Badjoko, anthropologue et opposant politique. Les fidèles sont prêts à se priver pour donner de l’argent à leur “berger”. Ils considèrent ce sacrifice comme un acte de foi et espèrent en retour contracter un mariage, trouver un emploi, voire obtenir un visa pour l’Europe.”

Dans les faits, ce sont bien sûr les pasteurs qui s’enrichissent, au point de s’acheter villas et belles voitures. Un exemple ? Pascal Mukuna, très populaire à Kinshasa, ne roule qu’en Lincoln Navigator, tantôt en version blanche, tantôt en version noire… Le prix d’un tel véhicule : pas moins de 55 000 euros. Une telle “vitrine” explique pourquoi les Églises de réveil poussent comme des champignons dans la capitale congolaise - on en compte jusqu’à deux ou trois par rue. “Impossible de connaître leur nombre exact : certaines sont enregistrées auprès de l’hôtel de ville en tant qu’association à but non lucratif, comme l’impose la loi, mais d’autres restent dans l’informel”, admet un fonctionnaire municipal à Kinshasa.

Créer une Église est devenu une sorte de “débouché sur le marché du travail”

“Le phénomène s’est développé au début des années 1970 avec le mouvement du Renouveau charismatique apparu au sein des Églises traditionnelles, décrypte l’abbé Gilbert Shimba, docteur en théologie et professeur de sociologie des religions. Les adeptes de ce courant, gagnés par les enseignements pentecôtistes, se sont détachés du catholicisme pour lancer des Églises dites de réveil. Le pasteur y occupe une place prépondérante dans la vie du fidèle : c’est lui qui sauve, et non plus les sacrements.” Cette tendance a pris de l’ampleur autour des années 1990, après l’échec des politiques d’ajustement structurel imposées par les institutions de Bretton Woods. La grogne sociale est à son comble, le peuple a perdu toute confiance en l’État et se tourne vers la religion. De nouvelles Églises se développent, issues à la fois de mouvements évangéliques, pentecôtistes, charismatiques et prophétiques.

Dans un pays à fort taux de chômage, créer une Église est vite devenu une sorte de “débouché sur le marché du travail pour certains jeunes diplômés en quête d’emploi”, observe Mélanie Soiron-Fallut, anthropologue spécialiste des mouvements religieux en Afrique centrale : “Le statut de pasteur confère une position importante dans la société, dans la mesure où la vie sociale de beaucoup d’adeptes tourne autour de l’église, devenue le nouveau lieu de sociabilité. On n’y va plus seulement le dimanche, mais trois ou quatre fois par semaine. Le leader religieux est désormais considéré comme le relais social qui remplace la famille et, surtout, les structures étatiques défaillantes.”

Pour conserver cette emprise, les pasteurs multiplient les initiatives : campagnes d’évangélisation, journées de guérison, veillées de prière… La conquête des esprits prend des allures de compétition entre prédicateurs, qui n’hésitent plus à lancer des chaînes de radio ou de télévision pour se faire connaître et grossir les rangs de leurs fidèles. Plus ceux-ci seront nombreux, plus les “bénédictions”, qui s’achètent à prix d’or lors de grands rassemblements de prière dans les stades, seront rentables. Huile miraculeuse, bouteilles de vin porte-bonheur, bibles bénies, stylos de réussite… Ces prédicateurs promettent tout et n’importe quoi pourvu qu’ils y trouvent leur compte, à savoir bijoux et liasses de billets.

Les politiques courtisent les leaders religieux

Leur influence sans cesse grandissante dans la société n’échappe pas au radar des politiques. “Les pasteurs sont écoutés par leurs ouailles, drainent des foules, remplissent des stades : mieux vaut les avoir avec vous plutôt que contre vous”, reconnaît un élu de Kinshasa. Ainsi, en fonction de leur ascendant, les leaders religieux sont plus ou moins courtisés par la classe politique. Il existe désormais les pasteurs proches du pouvoir et ceux de l’opposition.

Pour peser davantage, ils se regroupent dans des plateformes : la structure la plus ancienne, Églises de réveil du Congo, se dit “le partenaire social incontournable du gouvernement” ; l’Alliance mondiale des Églises chrétiennes est présidée par Pascal Mukuna, réputé proche de Marie-Olive Lembe di Sita, l’épouse du chef de l’État ; et le Haut Conseil des Églises de réveil charismatiques et autres compte parmi ses anciens responsables Jean-Marie Runiga, président du Mouvement du 23-Mars en avril 2012. “Pendant les campagnes électorales, ces pasteurs drainent les foules pour les candidats moyennant quelques billets de banque”, lâche Freddy Kita, secrétaire général du parti Démocratie chrétienne… et responsable à Kinshasa de la Mission évangélique pour le salut du monde, une Église qui refuse jusqu’ici de rejoindre l’une ou l’autre association.

Une jeep de 25 000 euros contre la promesse de figurer dans le gouvernement

Car le mélange des genres comporte des risques. Depuis avril 2013, le “prophète des nations” Denis Lessie est ainsi poursuivi pour “rançonnement de hautes autorités”. Leader de l’Église Arche de Noé, il aurait arnaqué Jean-Baptiste Ntahwa, ancien ministre du Budget. Se faisant passer pour le conseiller spirituel de Joseph Kabila, d’abord accompagné d’un lieutenant de l’armée présenté comme le chauffeur personnel du chef de l’État puis d’un étudiant campant le rôle du petit frère du président, il aurait obtenu de sa victime une Jeep d’une valeur de 25 000 euros en échange de la promesse de figurer dans le prochain gouvernement. Pour sa défense, le pasteur soutient qu’il s’agissait d’une donation. Il a même produit l’acte de cession devant les juges. La voiture lui a effectivement été cédée, mais, selon la partie adverse, elle devait être mise en vente par la suite pour en acheter une neuve au chef de l’État.

Si l’affaire éclabousse les Églises de réveil, elle ne suffit pas à estomper l’influence des pasteurs sur les Kinois. Les “hommes de Dieu” peuvent dormir sur leurs deux oreilles, car “les Églises servent aujourd’hui à absorber les frustrations d’une population qui a besoin de trouver la solution à ses problèmes”, soutient l’anthropologue Mwinyi Hamza Badjoko. L’espoir placé en leur mentor, c’est tout ce qui leur reste.

Côte d’Ivoire – voici les pasteurs qui ont “tué” Laurent Gbagbo en 2011

gbagbo-in-church-2

Ils ont hypnotisé l’ex chef de l’etat Sous l’influence de prédicateurs comme Moïse Koré, l’ancien président Laurent Gbagbo avait fini par croire que Dieu était de son côté.

Raté…

Il a converti Laurent et Simone Gbagbo à l’évangélisme et prédit le destin présidentiel de celui qui n’était alors que « l’opposant historique ». Puis Moïse Loussouko Koré, alias Moïse Koré, a convaincu l’ex-chef de l’État ivoirien de sa destinée messianique : il devait rester au pouvoir pour parachever l’œuvre de libération de son pays contre la « domination » française. Fondateur de l’Église Shekinah Glory Ministries en 1998, Moïse Koré a même fait dresser une chapelle dans le palais présidentiel, juste après la défaite à l’élection de novembre 2010. Le pasteur, qui fut dans une autre vie une gloire du basket-ball ivoirien, y dirigeait lui-même les quatre prières quotidiennes (6 h 30, 12 heures, 18 h 30 et minuit), avec Laurent Gbagbo au premier rang des fidèles. Il n’hésitait pas, alors, à en appeler au Seigneur afin qu’Il « garde le chef de l’État et sa femme ». Convaincu tout comme son auditoire qu’il était dans le vrai, le gourou souhaitait que « Dieu donne de longs jours au chef de l’État et à la première dame, afin qu’ils conduisent le pays non dans la voie des hommes mais dans la voie du Seigneur ». D’autres « hommes de Dieu » se sont joints à la partie pour persuader Gbagbo que les résultats donnés par la Commission électorale indépendante et certifiés par l’ONU ne suffisaient pas pour qu’il quitte le pouvoir, sa mission n’étant pas achevée. Parmi ces « prophètes », Sébastien Zahiri Ziki, bombardé conseiller spirituel à la présidence de la République, et Robert Yayé Dion, l’un des dirigeants de l’Église protestante baptiste Œuvres et Mission internationales. Avec le pasteur Benjamin Boni, de l’Église méthodiste unie de Côte d’Ivoire, ils ont travaillé Gbagbo au corps : selon eux, Dieu l’avait établi « sur le trône » pour longtemps et il finirait par convaincre « les suppôts de Satan ». Mais lorsque, le 11 avril 2011, l’ancien chef de l’État est capturé après l’assaut contre sa résidence, il ne s’est trouvé aucun de ces « prophètes » pour expliquer cette issue qu’ils n’avaient pas vu venir.

Enquête exclusive de Jeune Afrique
NB : Le titre et le surtitre sont de la rédaction Le Démocrate

Opulence des pasteurs: Bishop Kassié s’explique et fait des aveux


Le président de “Caravane des aigles” a fait d’importantes révélations sur sa vie. Ph C.D.MEL

Président du ministère “Caravane des aigles”, le Bishop César Kassié nous a accordé une interview, à la suite du don qu’il a fait au gouvernement ivoirien. Dans cet entretien, il parle de la place et du rôle de l’Église dans la construction de la nation, de sa vie ”opulente”, des conflits inter-religieux et de sa vision pour l’église évangélique.

Linfodrome: Quel est le sens de ce don ?

Bishop Kassié: Ce don a été fait de mes mains, mais j’étais le représentant de mon père spirituel, le représentant au niveau de la francophonie mondiale, l’archibishop Nicolas William Duncan. Il était dernièrement à Abidjan, et a bien voulu réitérer un don à l’endroit du ministère de la Solidarité, de la Famille de la Femme et de l’Enfant. C’était son deuxième don du genre. La première fois, c’était quatre millions et la seconde fois cinq millions. Je pense que tout cela part de cet esprit que nous partageons, qu’il nous a inculqué lui-même, qui est que l’église doit participer au développement d’une nation.

Linfodrome: Pourquoi avoir choisi de donner au gouvernement et non aux ONGs et associations qui pourraient mieux l’utiliser?

B.K: C’est vrai ! Vous le dites si bien. Aujourd’hui, il y a une multitude d’ONGs. Nous-mêmes, au sein de la Caravane des aigles, nous avons une Ong qui est dirigée par mon épouse, la révérende Christine Kassié qui, depuis lors, a fait beaucoup de dons. Mais vous savez, le programme pour lequel l’archibishop William Duncan est arrivé en Côte d’Ivoire est national, avec pour thème « Côte d’Ivoire, ton unité déterminera ta prospérité ». C’est dans la suite de cet évènement que ces dons sont venus. C’est dire que nous avons choisi d’aller vers le ministère et quand on parle de ministère, on parle d’État donc de la nation. Je crois que l’État qui gère les affaires de la nation sait mieux qui a besoin de ce don en ce moment. C’est cet État qui, à travers le ministère de la Solidarité, connaît les vrais problèmes des populations qui sont dans le manque. Je veux parler des orphelinats, des veuves, des orphelins. Et la bible nous demande de prendre soin des ces personnes.

C’est un principe religieux et nous voulons le respecter. Nous avons vu que le ministère de la Solidarité regorge en lui tous ces principes-là. Nous l’avons choisi parce qu’il est le visage humanitaire de l’État. Et nous pensons qu’en le faisant, nous aidons notre État. Nous ne blâmons aucune ONG parce que nous-mêmes en avons une. Nous aurions pu faire ce don à travers elle, si nous voulions avoir le nom en poupe. Mais loin de là, nous voulons vraiment apporter du bonheur dans le cœur d’un enfant, apporter du réconfort dans le cœur d’une veuve. Et dire à quelqu’un qui est démuni, qu’il y a de l’espoir pour lui.

Linfodrome: Les organismes internationaux agissent à travers les ONGs, parce qu’ils estiment que les gouvernements ne sont pas crédibles, et vous, vous faites le contraire !

B.K: Le contraire, je dirai non, parce que depuis plusieurs années, comme je l’ai dit, nous avons une ONG, ”Secret d’Eden”, qui a à son actif plus de mille femmes sponsorisées pour des petites et moyennes entreprises. Il y a des enfants démunis qui sont scolarisés gratuitement, des kits scolaires qui sont distribués à tout moment, et cela, chaque année. L’ONG Secret d’Eden est reconnue déjà pour cela. Mais je dis que, lorsqu’une Église qui a été souvent marginalisée, souvent mal comprise, doit effectivement jouer un rôle dans la nation, elle doit montrer sa bonne foi. Nous sortons de crise où l’Église a été accusée à tort, pas par les dirigeants, mais nous avons tous entendu que l’église était à la base de beaucoup de choses.

Nous voulons dire que dans toutes organisations, il y a des bons et il y a des mauvais. Même chez les dirigeants, il y en a de bon et de mauvais. Donc dans l’Église, il y a des gangrènes. Mais je crois que l’Église est une force pour relever un pays. Quand vous prenez les autres États, le Nigeria qui en Afrique avec nous, l’Église est une force. Par sa force de démographique, elle participe au développement de la nation par la création de banques, d’hôpitaux. Cela arrange aussi l’État. Car ouvrir un hôpital de plus, c’est permettre à plus de personnes de se faire soigner. Voici notre rêve quand nous parlons d’Église, d’hommes religieux. L’Église peut apporter un plus qui n’est pas forcement spirituel, parce que Christ lui même a prêché la parole, a guéri les malades. Mais il a aussi multiplié le pain qu’il a donné aux affamés. Tant que l’Église n’arrive pas à ce niveau de l’évangile, ce sera difficile pour nous d’avoir des fidèles.

Linfodrome: Vous appeliez les gouvernants à ne pas regarder l’Église comme une ennemie. Avez-vous le sentiment que c’est ainsi que les différents gouvernants ivoiriens voient l’Église ?

B.K: Non, l’Église a été une alliée depuis notre cher père, le président Félix Houphouët-Boigny. Quand, je parle d’Église, je ne parle pas d’église évangélique, catholique, protestante, parce que ce ne sont que des prénoms. Car notre nom de famille, c’est Christ. C’est comme dans les familles biologiques où les membres ont des prénoms différents mais portent tous le même nom. Quand nous parlons d’Église, nous parlons d’Église forte qui n’a pas de problèmes en elle. Regardons l’église catholique. Je suis évangélique mais il faut savoir montrer du doigt les bonnes actions. L’église catholique réunit ces deux enseignements. Elle prêche la parole, mais à côté, vous voyez la Caritas, les hôpitaux.

Même les communautés catholiques construisent des écoles. C’est aussi cela l’évangile. Si nous voulons que l’Église ait un droit de parole dans la vie de la nation, il faut qu’elle participe. Lorsque je parle d’ennemie, ce n’est pas dans le sens premier du mot. Nous sommes sortis de crise post-électorale, chacun de nous a entendu ce qui a été dit. Pourquoi il y a des prophéties par-là, des prophéties par-ci, qui ont été mal interprétées. Mais l’heure n’est plus au passé, il faut chercher à rebâtir. Comment l’Église va rebâtir sa popularité, sa crédibilité, je pense que c’est par des actions concrètes.

Linfodrome: De plus en plus, on voit des noms fantaisistes d’église et de ministères, comme le vôtre, ministère des aigles. À quoi obéissent ces dénominations qui font perdre la tête ?

B.K: J’aurai pu demander pourquoi tout le monde ne s’appelle pas César comme moi. Chacun prend le nom qu’il peut donner à une église en fonction de la révélation qu’il reçoit de Dieu. Mais, je suis d’accord avec vous qu’il y a des noms fantaisistes dans le sens qu’ils ne sont pas bibliques. La caravane des aigles est tirée de la parole de Dieu. Une caravane parce que nous sillonnons les villes ; l’aigle parce que c’est une face de Dieu. Dieu veut que nous renouvelions nos forces comme l’aigle. Il est le symbole du rajeunissement. Nous avons choisi aussi pour l’église, ”la mission de l’armée des vainqueurs” parce qu’il y a une prophétie qui dit que nous sommes plus que vainqueurs.

Linfodrome: Quel est votre sentiment au sujet de la guerre inter-religieux en Centrafrique ?

B.K: Je ne parle pas beaucoup politique parce que mon rôle est d’annoncer la parole de Dieu. Mais je dirai qu’il ne faut pas confondre la religion et le fanatisme. Lorsque nous arrivons au fanatisme, nous arrivons à l’extrême et cet extrême peut causer des situations difficiles comme en Centrafrique. Aujourd’hui, en quoi un musulman gagnerait-il à tuer un chrétien, en quoi un chrétien gagnerait-il à tuer un musulman. Quel est le verset biblique ou la sourate coranique qui nous amène à faire ces choses ? Je dis non ! Je pense que tout cela est dû au fait que les hommes de Dieu, les religieux, souvent, ne jouent pas leur partition. Et aussi, parce que les églises et les mosquées se laissent parfois manipuler par les politiques. Dans ces conditions, on a ce résultat-là. Pour ma part, je crois qu’un musulman qui a bien lu et étudié le coran ne peut jamais lever un couteau, une arme contre un homme, à plus forte raison un chrétien qui croit aussi en Dieu. Pareil pour le chrétien. Cela nous interpelle, surtout dans notre pays, à cultiver l’amour et la véritable unité. Acceptons-nous selon nos différences.

Linfodrome: Effectivement, la Côte d’Ivoire n’est pas passée loin d’un affrontement inter-religieux. Aujourd’hui, que doivent faire les religieux pour que jamais un tel drame ne se produise ?

B.K: Que les religieux restent religieux ! Que les religieux restent religieux ! Qu’on puisse évoluer dans nos canevas. Je crois que cela va aider les gens à croire en nos paroles. Je dis que lorsque la politique se mélange à l’église, cela devient autre chose. Je crois que l’Église est l’endroit où doit partir le politique pour être recadré. Mais si l’Église doit être partie prenante et se transformer souvent en parti politique, c’est difficile. Je crois que Dieu a agi pour la Côte d’Ivoire, sinon les Ivoiriens étaient en train de prévoir le drame. On l’a évité de quelques secondes. Dieu a calmé les cœurs. Aujourd’hui, si nous voulons évité cela, il faut prêcher l’amour et l’unité.

Linfodrome: Vous voulez apporter votre pierre à la construction de la nation, quelles solutions préconisez-vous pour la réconciliation des Ivoiriens.

B.K: Tout le monde sur cette terre, je crois, a peur d’un être suprême et cet être suprême, c’est Dieu. Qu’on donne une place aux religieux, ce sont eux qui ont l’onction, cette force de Dieu de parler et de voir des cœurs inclinés. Donc, il faut qu’on leur laisse plus de place. Les religieux également doivent s’entendre. On peut ne pas prêcher la même chose, mais cela ne doit pas nous amener à nous combattre. On peut ne pas être d’accord avec la même idéologie, mais cela ne doit pas nous diviser. Il faudrait que la religion en Côte d’Ivoire soit unie. C’est vrai que beaucoup de choses nous mettent en différend d’idées par rapport à l’étique et l’évangile que nous prêchons chacun. N’empêche que vous ne verrez nulle part un livre saint qui encourage à être meurtrier, à prendre des armes et à tirer sur une autre personne. A partir de cet instant, nous avons quelque chose qui nous unit. Je veux donc dire que ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous désunit. Recadrer l’amour dans le coeur des gens, ramener le pardon dans leurs cœurs, la religion peut le faire.

Linfodrome: Vous roulez carrosse, vivez dans l’opulence comme beaucoup d’hommes de Dieu, ce qu’on n’a pas connu le Christ faire. Une vie qui est décriée par plus d’un. Comment l’expliquez-vous ?

B.K: D’abord une chose qui m’intéresse, c’est le mot critique. Cela me plaît parce que Christ lui-même a été beaucoup critiqué par sa manière de faire. Pour dire que si on ne trouve pas un, on trouvera deux avec vous, si on ne trouve pas A, on trouvera que c’est B qui est le problème. Lorsque vous marchez avec Dieu, il faut pouvoir vivre selon que Dieu vous conduit et être en paix avec votre esprit et vous-même. Si on vous accuse des choses dans lesquelles vous ne vous reconnaissez pas, mais que votre cœur est à la disposition et au service de Dieu, tout ira. Je puis dire aujourd’hui pour ma part, que Dieu m’a fait traverser beaucoup de situations et m’a fait grâce de comprendre que l’église n’a pas besoin de tendre la main. Elle a une force qui est le nombre de ses fidèles.

On peut avec ce nombre, sans les escroquer, leur expliquer certaines choses et entreprendre. Je crois que lorsqu’un pasteur comprend ces choses, il peut permettre aussi à son église de comprendre la force de l’entrepreunariat. Dans la bible, en 2 Rois chapitre 4, on lit qu’il y a un prophète qui a servi Dieu, qui est mort et ses créanciers sont venus pour enlever ses enfants. Est-ce que cela est la volonté de Dieu ? Qu’un pasteur meurt dans les dettes, que ces enfants qu’il a aimés partent en esclavage ? Je dis non ! Donc, qu’est-ce qu’il faut faire. Le nom de certains pasteurs sont dans la boue parce qu’on les accuse d’escroquerie. Aujourd’hui, nous n’avons pas affaire à des pasteurs escrocs, mais plutôt des pasteurs qui ont décidé de prendre leur destinée en main, qui ont décidé de ne plus tendre la main pour financer leurs croisades d’évangélisation. Qui ont choisi de travailler pour apporter un plus. L’ONG que nous dirigeons n’a pas de sponsors au niveau international. Nous la finançons sur fonds propre. Mais d’ou sortent ces fonds ?

Linfodrome: Dites-le nous !

B.K: Ces fonds sortent d’une longue réflexion. Quant vous partez prier pour une personne, par exemple une personne qui n’a pas d’enfant mais qui est nantie, qui a un bon poste, et que par la puissance et l’onction que Dieu a vous a données de délivrer, Dieu opère le miracle à travers votre personne, il y a une reconnaissance. Ne nous le cachons pas. Cette personne peut vous donner ”un million”. Mais si vous le pasteur, vous prenez cet argent pour vous acheter des costumes, des chaussures et des cravates, c’est normal que vous soyez toujours dans le manque. Mais quand vous comprenez que le pasteur avant d’être un homme de Dieu est un homme, qu’il doit assurer son avenir, vous prenez ce million, vous ouvrez un compte, commencez à épargner, à tracer des projets, à faire fructifier cet argent pour ne pas rester demain à toujours tendre la main. Voici ce que nous avons compris. Moi particulièrement, j’ai traversé beaucoup de difficultés. Aujourd’hui, vous voyez un monsieur qui a de belles carrosses, qui est nanti. Mais, autrefois, c’était un monsieur qui dormait dans une maison d’une seule pièce, qui n’avait aucun fauteuil, qui n’avait ni l’eau courante, ni l’électricité, pendant 7 ans. Vous êtes en face de quelqu’un qui a été rejeté par sa famille à cause de l’évangile. Qui a passé plus de 4 ans au bord de la mer, qui se nourrissait de coco. Mais, tout cela est derrière moi aujourd’hui. Ces choses sont là pour m’emmener à réfléchir.

C’est pour cela que nous avons créé une ONG. Pas parce qu’on veut faire plaisir mais, nous avons créé l’Ong parce que nous savons ce qu’est la faim, nous savons ce que c’est de ne pas manger le soir. Nous savons ce que c’est de se lever le matin, regarder dans tous les sens, sans avoir de solutions. Nous savons que nous ne pouvons pas extraire la pauvreté du monde parce que, Jésus a dit : ”les pauvres seront toujours avec vous ”. Mais, nous voulons apporter notre pierre à l’édifice. En ce qui me concerne, je pense que le pasteur doit refléter ce qu’il prêche. Vous ne pouvez pas venir prêcher un Dieu qui peut vous emmener d’un point A à un point B pendant que vous êtes toujours au point A. Mais, il ne faudrait pas passer d’un point A à un point B en escroquant quelqu’un. Il faudrait que vous soyez un modèle, même pour les intellectuels de haut niveau de votre église. Aujourd’hui, je suis coach pour des chefs d’entreprises parce que, je suis moi-même chef d’entreprise. Quelqu’un dira, pourquoi il est pasteur et il fait des affaires ? Je pense qu’il faut qu’on redescende sur terre. Je dis souvent avec ironie, quand je prêche, qu’il y a trois esprits qui fatiguent le pasteur : l’esprit du loyer, l’esprit de la Sodeci et l’esprit de la Cie. Lorsque le pasteur est face à ces trois esprits, lui qui a l’habitude de délivrer les gens se trouve lui-même dans les problèmes. Pour servir Dieu, il faut avoir le cœur libéré. Parce que, nous prêchons un évangile qui peut ramener les cœurs surchargés à être libérés. Mais, si votre cœur n’est pas libéré, comment pouvez-vous prêcher Jésus qui libère ? Je ne demande pas à un pasteur d’aller se mettre dans n’importe quoi pour avoir à tout prix de l’argent. Je demande au pasteur qu’il sache qu’avant d’être un homme de Dieu, il est un homme. Donc, en tant que tel, il doit construire sa vie parce que, nous avons des enfants à qui nous devons laisser un héritage.

Vous savez qu’il est très difficile de dire à une église d’aller rencontrer un ministre. Quand vous écrivez une lettre à un ministre, dans la majorité des cas, on ne vous rend pas l’ascenseur. Parce que, dans l’esprit des décideurs, on reconnaît l’Église comme des gens qui tendent la main. Est-ce que cela glorifie le nom de Jésus ? Non ! Je prend un autre exemple, l’église catholique, lorsqu’elle veut une audience avec un décideur, on lui ouvre la porte. Parce que, l’église catholique n’est pas n’importe quelle église. Non seulement, elle prêche la parole de Dieu, mais en plus, elle a des biens. Elle a l’UCAO où elle forme des universitaires. Voici mon rêve. Il faut que l’église évangélique en Côte d’Ivoire ait une Université. On n’a pas de collège évangélique même en Côte d’Ivoire. Pourtant, vous avez le CSP qui est un collège protestant. Pourquoi pas nous ? Prêcher, c’est bon, guérir les malades, c’est bien. Mais, je pense que, l’Église peut aller plus loin. Et, c’est cela mon rêve.

Linfodrome: Qu’est ce que vous prévoyez faire ?

B.K: Déjà, nous sommes en train de construire notre cathédrale parce que, nous avons constaté que ce qui tue les églises évangéliques, c’est la location ? Vous ne pouvez pas emmener un homme qui a déjà fini ses études, obtenu ses diplômes en classe de CP2, dans une école primaire. C’est comme s’il n’avançait pas, mais qu’il est en train de régresser. En tant qu’un bon intellectuel, il ne viendra plus. Nous avons la parole, nous avons le fond. Il nous faut la forme pour être stable. Aujourd’hui, lorsque vous partez signer un contrat avec quelqu’un, c’est vrai que le projet vous intéresse mais, vos yeux regardent aux alentours pour voir la forme dans lequel il est. La confiance ne vient pas du cœur mais de l’apparence. C’est pour cette raison qu’un bon homme d’affaires se met à quatre épingles pour aller traiter des marchés. Parce qu’il se dit qu’il doit faire bonne impression. Au niveau de l’église évangélique, nous avons ce problème de bonne impression. Il faudrait qu’on ait des édifices religieux à la gloire de Dieu, stables. Nous sommes en train de bâtir une cathédrale, nous avons plus d’un hectare au niveau de la Riviera. Par la grâce de Dieu, nous allons à notre rythme mais avec une vision certaine. Celle de construire, en plus d’une cathédrale, une clinique avec des appareils de dernière génération pour faire du social à moindre coût.

Parce qu’aujourd’hui, des gens meurent à cause d’une radio de 5000 francs. Donc, nous verrons comment le faire à moindre coût. Je ne dis pas gratuitement parce que tout matériel doit être entretenu. Nous avons dans l’esprit de créer une banque évangélique. Nous avons dans l’esprit de créer une école qui ira de la maternelle jusqu’à la terminale parce que, le terrain que Dieu nous a donné nous permet de faire cela. Nous avons beaucoup de projets, un restaurant qui va s’appeler Eden, où les enfants des chrétiens viendront passer le temps. Nous avons l’idée d’un hyper-marché chrétien. C’est aussi cela impacter le pays. Eden peut être le lieu où, entre midi et deux, les chrétiens peuvent venir manger. Où il n’y aura pas forcément la boisson alcoolisée mais, une bonne atmosphère permettant au chrétien de s’épanouir. Parce qu’aujourd’hui, nous avons un problème dans nos églises. On voit des gens chrétiens le dimanche et païens en semaine. Pourquoi ? Parce qu’on ne crée pas l’environnement. Lorsque vous regardez Adam, le premier Homme qui a été créé, Dieu a d’abord créé son environnement. Parce que, lorsque que vous créez un Homme hors de son environnement, il devient un danger. Nous croyons qu’il est l’heure pour l’église de créer des environnements pour les enfants de Dieu. Qu’on puisse dire : ici c’est chrétien ! Et que quand vous y entrez, vous êtes à l’aise. Car les gens pensent que, accepter Jésus Christ dans sa vie, c’est arrêter de vivre. Je dis non ! Pourtant, vous voyez le contraire avec nous tous. On peut vivre tout ce que chacun vit, tout en gardant le cœur au service de Jésus.

Voir la vidéo

Des pasteurs réclament un “débat ouvert” sur la bénédiction des couples homosexuels

Des pasteurs alsaciens ont signé un manifeste pour réclamer un “débat ouvert” sur la bénédiction des couples homosexuels qui doit être débattue prochainement au sein de l’Union régionale des Églises luthérienne et réformée (UEPAL), a-t-on appris mercredi auprès des signataires.
Ce texte qui compte quelque 150 signataires, parmi lesquels une trentaine de pasteurs et de nombreux fidèles, a été publié mardi sur le réseau social .


Sans se prononcer explicitement en faveur de la bénédiction des unions homosexuelles, les signataires de ce manifeste estiment que “tout amour sincère, libre et responsable est l’expression d’une création bénie de Dieu”.
Ils disent “rêver” d’une Église qui puisse “dépasser les préjugés et les jugements (portés) les uns sur les autres” et, après la légalisation en des mariage entre personnes du même sexe, débattre “avec sérénité” et dans un “esprit de fraternité” des questions touchant notamment à la sexualité.
Dans la tradition protestante, les pasteurs ne célèbrent pas formellement de mariages, considérés comme l’affaire des autorités civiles, mais se contentent de célébrer des bénédictions pour des couples mariés civilement.
La bénédiction des couples du même sexe est une question de société qui suscite “des réactions parfois viscérales pouvant s’accompagner de paroles d’exclusion”, ont rappelé des rédacteurs de ce texte dans un communiqué à l’AFP.
Ceux-ci estiment que dans sa démarche, l’Église “devrait dans tous les cas” se montrer “attentive et accueillante” vis-à-vis des “projets de vie portés par l’amour (…) quelle que soit la forme de cet amour”.
Par cet appel du pied, les pasteurs alsaciens veulent inviter l’Église “à trouver une bénédiction qui n’exclut pas les gens”, a commenté pour l’AFP le pasteur de la paroisse Saint-Thomas à Strasbourg Christian Greiner, l’un des signataires.
Dans un message sur Facebook, les pasteurs ont rappelé qu’ils ne se posent pas en “groupe de pression”, mais souhaitent exprimer un “souhait fort d’un débat ouvert”, et “respectueux”, où “la +messe+ n’est pas dite d’avance” et “serein, sans excommunications mutuelles”.
La mise en ligne de ce texte intervient quelques jours seulement après la publication par l’UEPAL d’un document théologique préparatoire visant à recenser les arguments pour et contre sur cette question, qui sera débattue au sein d’une assemblée de l’Union les 28 et 29 juin prochain.
Les institutions protestantes “historiques” (réformées et les luthériennes) qui réclament un débat sans a priori se distinguent de celles des courants évangéliques, qui partagent avec l’Église catholique le refus de reconnaître les couples homosexuels.

Sébastien Fath / Quand un grand sorcier du Ghana conseille des pasteurs pentecôtistes… « Actu …

On apprend combien les rivalités sont vives, on découvre l’enjeu de l’enrichissement des pasteurs comme élément de controverse (le sorcier se présente comme gardien de l’éthique, face à des prédicateurs pentecôtistes préoccupés par l’achat d’un 4X4).

Et il semblerait même que certains pasteurs cherchent, discrètement, à obtenir ses conseils afin d’augmenter la taille de leurs congrégations… Pour les anglophones, il faut visionner cette vidéo (vue plus de 140.000 fois déjà sur Youtube) !

Grâce à l’excellent travail de la journaliste Tracy Thomson, de Sahara.tv, le sorcier révèle une quantité impressionnante d’informations, et à partir de la 13e minute et 45 secondes (13’45″), il s’épanche sur la concurrence pentecôtiste… Une véritable source à décrypter, critiquer et apprécier à sa juste mesure.

Sébastien Fath

Source : Blog de S. Fath

> LIRE EGALEMENT : Vidéo insolite / Combat “d’onction” entre un pasteur et un sorcier…

REGARDER LA VIDEO



Catégories:Chroniques, L’Eglise, Medias, Religions, Sébastien FATH

Tags:, , , , , , , ,

Vers une bénédiction du mariage de même sexe ?

Tous les pasteurs ne partagent pas la même opinion. Photo Jean-Marc Loos

Tous les pasteurs ne partagent pas la même opinion. Photo Jean-Marc Loos

L’assemblée de l’Union – qui durera deux jours, les 28 et 29 juin – devra trancher la délicate question de la bénédiction des couples homosexuels. L’Uépal jouera un rôle précurseur en France, avant l’Église protestante unie dont la réflexion se prolongera jusqu’en 2015. Le mariage n’étant pas un sacrement pour les Églises de la Réforme, les pasteurs bénissent un couple marié civilement. Les cultes catholique, juif et musulman, refusant d’unir religieusement des personnes de même sexe, il n’y a pas de débat sur cette question en leur sein.

Assumer ensemble

Depuis plusieurs mois, une commission, mandatée par Jean-François Collange, alors président de l’Uépal, prépare un document. Ce texte de 35 pages, qui a finalement été réécrit, vient d’être mis en ligne sur le site de l’Uépal (sous Acteurs d’Eglise) et diffusé le 22 janvier à l’ensemble des paroisses. Invitées à en débattre, dans « un esprit fraternel et serein », elles devront se positionner, avant le 30 avril, afin d’enrichir la synthèse qui sera proposée à l’Assemblée de l’Union.

Le document préparatoire rappelle qu’en 2004, les Églises luthéro-réformées avaient jugé « non opportun un culte de bénédiction entretenant la confusion entre couple homosexuel et hétérosexuel ». « Depuis, les choses ont bien changé », souligne le texte qui veut « qu’émerge une parole que nous pourrons assumer ensemble ».

Ses auteurs, qui rappellent que « les versets bibliques sont à remettre dans leur contexte » , présentent le plus honnêtement possible les arguments en faveur d’une bénédiction de couples mariés homosexuels et en défaveur d’une telle cérémonie. L’enjeu est bien de « préserver la cohésion interne » de l’Eglise. Soit le débat débouche sur le statu quo, soit sur une ouverture, ce qui impliquera de poursuivre la réflexion sur les modalités pratiques d’une bénédiction. Avec cette question : qui en prendra la responsabilité ?

Un groupe de pasteurs et de laïcs, qui poussent depuis des mois dans le sens d’une bénédiction de mariés homosexuels, a publié hier « un manifeste » sous forme de credo. « Je rêve d’une Église… » Parmi les signataires, l’inspecteur ecclésiastique de Strasbourg, Jean-Jacques Reutenauer, mais aussi l’ancien président des luthériens, Michel Hoeffel, une trentaine de pasteurs, des paroissiens et « des sympathisants » souvent catholiques, du nord au sud de la région. « Ce mariage existe dans la loi française. Si nous refusons la bénédiction aux couples de même sexe, l’Église ne va-t-elle pas institutionnaliser une discrimination ?» , interroge l’un des signataires, Christophe Kocher, pasteur de Saint-Guillaume. « En refusant la discipline de l’Église, les signataires rendent le processus décisionnel plus difficile » , pointe un de ses collègues.

D’autant que ce débat est relancé, à quelques jours de l’installation de Christian Albecker, dimanche prochain (*), comme président de l’Église luthérienne d’Alsace-Moselle. Et à deux semaines de l’élection du président de l’Uépal par les 15 membres du conseil restreint. Les deux candidats, Christian Albecker, et son homologue réformé, Christian Krieger, vont-ils se positionner sur cette question ? On ne connaît pas davantage leurs projets respectifs… Aucun débat n’est prévu, avant la désignation de celui qui représentera les luthéro-réformés alsaciens et mosellans.

(*) Invité, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, ne viendrait pas à Strasbourg.

Drame familial dans Chaudière-Appalaches: c’est l’incompréhension

Publié par Véronyque Tremblay pour (Québec) FM93 le lundi 03 février 2014 à 16h28. Modifié à 18h18.

Drame familial dans Chaudière-Appalaches: c'est l'incompréhension

Deux jours après le terrible drame familial qui a fait 3 morts et deux blessés graves dans la région de Chaudière-Appalaches, c’est toujours l’incompréhension.

L’école privée l’Eau Vive de Québec est particulièrement affectée par ce drame puisque la petite Médora fréquentait cette institution chrétienne. Des éducatrices spécialisées, des psychologues et plusieurs pasteurs étaient sur place aujourd’hui pour apporter le soutien nécessaire au personnel et aux élèves.

Bruno et Daniel, amis, et Eric Bergeron, psychologue

Chargement du lecteur …

Ceux qui ont bien connu Martin Godin, 54 ans, ne comprennent pas comment il aurait pu agir ainsi et enlever la vie ou tenter d’enlever la vie de ses propres filles. Vous pouvez d’ailleurs entendre Bruno, un de ses amis d’enfance, et Daniel, qui faisait garder son chien à cet endroit.

Le psychologue Eric Bergeron, tente d’expliquer ce qui aurait pu passer par la tête de ce père de famille.

EXTRAIT Bruno, Danie et Eric Bergeron

On n’a toujours pas les résultats préliminaires des autopsies qui devaient être pratiquées aujourd’hui sur les corps de Nancy Samson, 44 ans, son ami Benoit Daigle, 39 ans et Médora Godin, 13 ans.

Quant à l’état de santé de la fillette de 11 ans et du principal suspect, ils sont toujours dans un état critique et on craint pour leur vie.

98,5 fm » Régional » Nouvelle

Heimatai Schmidt a été ordonné diacre

L’église Saint-André était trop petite, samedi dernier, pour accueillir l’événement du moment, l’ordination diaconale en vue de la prêtrise du jeune Heimatai Schmidt, 27 ans.

Plus de 500 personnes, paroissiens de Raiatea et d’autres Îles Sous-le-Vent, les pasteurs et responsables de toutes les confessions religieuses de l’île, le président du gouvernement, ont assisté à l’engagement du nouveau diacre.

Monseigneur Pascal Chang Soi, les prêtres de l’Église catholique et de très nombreux diacres ont accueilli avec joie le nouveau serviteur de Dieu.

Fait de société-De faux malades simulés par un pasteur pour …

La ville de Kara, environ 420 Km de Lom�, plus pr�cis�ment son Palais des Congr�s a �t� th��tre d’un fait in�dit. Il s’agit de faux malades simul�s par les pasteurs de l’�glise la maison d’Excellence.

C’�tait � travers une grande s�ance de pri�res et d’intersection et de gu�rison qui doit se tenir du 24 au 26 janvier 2014. C’est avec tambour battant que cette campagne de pri�re a �t� annonc�e aux populations et surtout aux fid�les � Kara. Le pasteur de cette �glise en question n’est pas all� loin pour trouver le rem�de par lequel, il peut d�tourner les attentions, id�e d’augmenter l’effectif des fid�les au terme de cette rencontre dans son �glise.

Notre tristement c�l�bre pasteur a eu l’id�e ing�nieuse de recruter des jeunes dans le village de soumdina-haut. : mission d�volue aux jeunes, simul� des maladies, afin d’�tre gu�ris de fa�on miraculeuse au terme de la pri�re.

Aux jeunes qui doivent faire la simulation, il leur a �t� remis chacun une somme de 20.000 F.CFA afin que chacun d’entre eux puisse monter des sc�narios. L’image d’un des jeunes qui a son pied en pl�tre, a �t� montr�e sur les �crans de la T�l�vision nationale (TVT). Les enqu�tes premi�res ont permis de mettre la main sur 7 personnes : cinq togolais et 02 nig�rians dont le pasteur. Ils sont �crou�s � la gendarmerie de Kara.

Que dire ?

Depuis un certain temps, les probl�mes des �glises qui se multiplient dans les coins et recoins du Togo ne cessent d’attirer l’attention et ce sont elles qui font objet de beaucoup de litiges devant les gendarmeries et la justice.

Si ce n’est pas une accusation port�e contre un pasteur X ou Y pour avoir entretenu une relation conjugale avec une fid�le de son �glise, de surcroit femme d’autrui, ce serait une affaire de marabout. La situation devient tr�s pr�occupante dans les rangs des pasteurs v�reux, l’ambiance est d�l�t�re.

Ce �ni�me coup vient d’ouvrir encore les yeux aux togolais, qui, avec la crise financi�re, cherchent Dieu partout. Et tr�s souvent, ce sont les femmes qui sont les premi�res victimes. Une fid�le togolaise est pr�te � donner son dernier centime alors que, chez elle � la maison, elle n’a rien � mettre sous la dent.

Tout ceci, mis sur l’au-del� qui attend tout le monde. C’est le lieu d’attirer l’attention des uns et des autres sur la r�alit� des pasteurs savent o� taper � l’�tre humain pour satisfaire son d�sir.

Orages au Burundi : “un châtiment divin” selon certains pasteurs …

Accueil L’Eglise Orages au Burundi : “un châtiment divin” selon certains pasteurs évangéliques

Sept collégiens sont morts foudroyés le 24 janvier en pleine classe dans le sud du Burundi et 51 ont été blessés, lors de l’orage qui s’est abattu sur la région.

Est-ce une conséquence du changement climatique ? Depuis quelques semaines, le Burundi, qui devrait être en pleine petite saison sèche, est frappé par des orages d’une rare violence, accompagnés de la foudre aux effets dévastateurs. Retour sur les principaux incidents qui ont eu lieu durant la semaine dernière.

LIRE LA SUITE…



Catégories:L’Eglise, Religions, Société

Tags:, , , ,

Jacmel culture / la Ligue des Pasteurs du sud-est(LIPSE) élu un …

Accueil -> Actualités ->Société

Recherche personnalisée

Aujourd’hui à 18h17 | Par Zidor Elmond

Un nouveau comité est élu à la tête de la ligue des Pasteurs du sud-est ce samedi 25 janvier 2014.

Le président de la Mission Tabernacle de Jacmel, le Révérend Pasteur Dieucin Marcelin, également ex coordonnateur adjoint de la LIPSE, est élu coordinateur de cette coopération à 70% du scrutin, lors d’une élection, ce samedi 25 janvier 2014.

Le révérend Pasteur Dieucin Marcelin a remercié Dieu de l’avoir permis de monter à ce poste et il a promis de travailler avec la démocratie, l’intégration et l’ouverture comme boussole pour le développement, l’avancement et le progrès de la LIPSE.

‘’comme l’exige le Très HAUT ‘’ a déclaré le pasteur.
Le successeur du Pasteur Dieupy Cherubin,’’ a fait le bon combat maintenant la couronne lui est réservée’’ , car, après plusieurs tentatives pour accéder à ce poste, cette année il est l’unique candidat et est enfin vainqueur.

A cet effet, l’ancien coordonnateur de la LIPSE, le révérend pasteur Dieupy Cherubin souhaite que le CTCEP utilise comme modèle ce comité électoral afin d’éviter toutes frustrations dans les prochains scrutins prévus pour cette année.

Il faut dire également que deux potentiels candidats au poste de secrétaire adjoint, après le dépouillement du scrutin, ont obtenu la même quantité de votes, ainsi le comité électoral projette le deuxième tour le 22 février prochain comme l’exige la loi électorale de la LIPSE.

Notons que ce processus électoral fut déroulé de façon honnête, crédible, transparente et démocratique.

Source: bonzouti.com

Tags:


Religion: les Pasteurs de Marcory formés

Société

Religion: les Pasteurs de Marcory formés

Publié le samedi 25 janvier 2014  |  L’Inter

Comment

 Vos outils


Plus de 50 pasteurs et responsables d’église de Marcory ont été formés, du lundi 20 au mercredi 22 janvier 2014 à Marcory, par la Vision internationale des Ministères Chrétiens (VIMC) section Côte d’Ivoire, en collaboration avec le comité des Pasteurs de Marcory (CPM), présidé par le Pasteur Mambo Jean Firmin Alexis. Ce séminaire de formation qui avait pour thème «Aujourd’hui est important», avait pour but d’amener les leaders d’églises et d’entreprises à changer de stratégie et leur mode de leadership, afin de sortir leurs structures ou églises du statu quo, tout en développant une solide église. L’Apôtre Adji Raymond Richard a animé les travaux, au cours desquels douze grandes décisions ont été enseignées: l’Attitude, la Priorité, la Santé, la Famille, la Réflexion, l’Engagement, la Finances, la Foi, la Relation, etc. “C’est parce que nous amplifions ce qui est passé que nous sous-estimons ce qui va venir. Et pendant ce temps, nous sous-estimons aussi qui est là. Or, c’est aujoud’hui qui détermine notre avenir. Parce que c’est ce que j’ai fait aujourd’hui qui détermine de demain. C’est avec les douze enseignements reçus de Dr John C. Maxwell, fondateur de l’EQUIP, que nous pouvons réussir dans la journée”, a souligné l’Apôtre Adji R. Richard. Le président du Comité des Pasteurs de Marcory, le Pasteur Mambo, a salué l’initiative du VIMC avant d’invité les pasteurs à venir suivre l’enseignement du fondateur de l’EQUIP, John Maxwell. “Ce que nous avons reçu en deux enseignements nous donne un grand pas en avant dans nos Ministères”, a indiqué le Pasteur Mambo Jean Firmin Alexis. Notons qu’un autre séminaire de formation aura lieu les jours à venir, dans la même commune.

H.O

Comment

 Commentaires


Crise à l’Empci : Des pasteurs redoutent des morts


La crise qui secoue l’Eglise méthodiste unie de Côte d’Ivoire (Emuci) et l’Eglise protestante méthodiste de la Côte d’Ivoire (Epmci) depuis 2008, refait surface. Et cela, après des déclarations dans la presse, en début de semaine, de la première église citée, tendant à faire croire que la décision de la chambre administrative de la Cour suprême en date du 27 novembre 2013, attribue tous les biens de l’Epmci à l’Emuci.

 

 

 

La crise qui secoue l’Eglise méthodiste unie de Côte d’Ivoire (Emuci) et l’Eglise protestante méthodiste de la Côte d’Ivoire (Epmci) depuis 2008, refait surface. Et cela, après des déclarations dans la presse, en début de semaine, de la première église citée, tendant à faire croire que la décision de la chambre administrative de la Cour suprême en date du 27 novembre 2013, attribue tous les biens de l’Epmci à l’Emuci. « Depuis cette conférence, des assignations en expulsion sont prises un peu partout contre nos églises pour expulser nos fidèles. C’est le cas, par exemple à Akradio et Adiopodoumé au Km 17. Il y a déjà eu beaucoup de morts et de blessés, depuis que la crise a éclaté. Nous redoutons encore des morts. Qu’on ne retombe pas dans ce qui s’est passé », a laissé entendre le pasteur Boto Richmond, secrétaire général de l’Epmci, à notre rédaction, en compagnie du pasteur Bobiotché N’guessan Bruno (1er secrétaire adjoint), le mercredi 22 janvier 2014. Pour lui, la Cour suprême ne distribue pas les biens des associations cultuelles. « Cet arrêt n’est pas un certificat de propriété.

L’arrêt de la chambre administrative de la Cour suprême a rejeté la requête de l’Epmci visant à annuler l’arrêté n°384 du 9 juin 2004 portant modification de la dénomination de l’Epmci en Emuci par motif que la mention du procès verbal de l’assemblée générale du 21 octobre 2003 sur l’arrêté querellé est une erreur qui n’entache en rien la légalité de ce document administratif. Pour cette chambre, l’arrêté visait plutôt la résolution de l’intégration de l’Epmci à l’Emu-Usa prise par la 9ème conférence de 2001, tenue du 18 au 23 décembre, au jubilé de Cocody », a argumenté pasteur Boto Richmond. Par la suite, il a invité les autorités de l’Emuci à s’inscrire résolument dans la dynamique de la paix et de la cohésion sociale dont a besoin la Côte d’Ivoire.

Après avoir déploré que les accords des médiations menées en 2009 et 2010 respectivement par Beugré Mambé alors président de la Commission électorale indépendante (Cei), aujourd’hui gouverneur du district d’Abidjan, Mme Alice Ekra et la Communauté d’églises en mission (Cevaa) dont le siège est en France, soient restés lettres mortes, pasteur Boto a souhaité que les deux parties donnent leur caution au groupe de facilitateurs autonomes, composé de 12 fidèles des deux églises et présidé par Germain Hollo. L’Epmci veut que les deux églises célèbrent ensemble le centenaire, cette année, après un accord entre les deux parties. Soulignons que l’Epmci, une église presbytérienne, reproche à l’autre partie (Emuci) d’avoir accepté de devenir une église épiscopale en 2003.

 

Dominique FADEGNON

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

 

Justin Gbènamèto : « la justice humaine a fait son œuvre, je laisse le …

Je vous remercie. Je vous remercie très sincèrement pour la démarche. La démarche que vous avez eue à mon endroit est citoyenne. Que Dieu vous soutienne. C’est vrai j’étais pris en otage.

La maison était totalement assiégée par les forces de l’ordre, mais depuis le jeudi dernier soir, ils ont enlevé les hommes en uniforme pour laisser les civils. Donc ils sont là maintenant mais en civil. C’est la nuit qu’on amène les gens dit  de Djakpata. Trois camions viennent les déverser pour boucler tout le quartier la nuit. Déjà à partir de 21 heures, si vous venez vous allez les voir. Mais, dans la journée, ils sont là en civil. Voilà, mais c’est mieux qu’avant. Parce qu’avant ils étaient partout. Sur le portail. Partout, tout et puis c’était… Maintenant c’est mieux qu’avant. On rend grâce à Dieu. J’espère que ça va s’améliorer. C’est ce que je peux dire. Pour l’actualité, à savoir l’histoire de la radiation et autre, c’est la justice humaine qui a fait son œuvre donc je laisse le reste à Dieu. J’en ai fini.

Propos recueillis par Yao Hervé Kingbêwé

Soyez pasteurs, pas coiffeurs de brebis ! Événement organisé par la …

Le Cardinal Carlo Maria Martini, don Tonino Bello, don Giuseppe Dossetti: trois acteurs de notre histoire récente à découvrir ou redécouvrir. Trois “pasteurs” qui ont su anticiper avec leur propre vie la révolution que pape François réalise dans le monde catholique.

La Mission Catholique Italienne de Paris et les ACLI de France vous proposent un cycle de trois soirées inspiré par la phrase du Pape François “Soyez pasteurs, pas coiffeurs de brebis!“, pour mieux connaître et se sentir davantage concernés par les provocations de ces trois prêtres. Les soirées nous offriront un film sur leur vie, une introduction faite par un de leurs collaborateurs, suivi d’un débat.

Premier rendez-vous: mardi 28 janvier 2014, à 19h30 c/o ACLI, 28 rue Claude Tillier, Paris 12ème (métro 1 et 8 Reully/Diderot).

Projection du film: “Paroles et dialogue: le cardinal Martini se raconte” (durée 55 minutes).

Avec l’intervention de Giacomo Costa sj (directeur d’Aggiornamenti Sociali et vice-président de la Fondation Carlo Maria Martini).

Soirée en langue italienne. Entrée gratuite.

… Apportez, si vous le souhaitez, quelque chose à partager pour l’apéritif-dînatoire qui ouvrira la séance…

Informations pratiques

ACLI
28 rue Claude Tillier – 75012 Paris (M° 1 et 8 Reully/Diderot)
Contact: info@aclifrance.fr
Date : mardi 28 janvier 2014, à 19h30.

L'unité dans la diversité : la semaine des chrétiens

Une fois par an, les églises chrétiennes se retrouvent pour des rencontres œcuméniques. C’est cette semaine à Amboise avec un temps fort vendredi.

Ils sont quatre autour de la table, deux pasteurs protestants, David Mitrani et Jean-Pierre Dupont, et deux prêtres catholiques, Philippe Landais et Jean-Jacques Adogony. Ils discutent à bâtons rompus de ce qui les rapproche malgré les différences de leurs églises. La démarche œcuménique voulue par ces ministres de la foi se fait dans le cadre de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens qui a débuté ce week-end pour se terminer vendredi 24 janvier par une soirée ouverte à tous les chrétiens à 20 h 30 au centre Saint Joseph à Amboise.

Cette démarche œcuménique est récente dans l’histoire de la chrétienté, faite de ruptures, de 451 et la naissance des églises arméniennes ou coptes, à 1517 avec la Réforme, en passant par le grand schisme de 1054 entre catholiques et orthodoxes, sans oublier les anglicans, les pentecôtistes, les évangélistes, etc.
Depuis plusieurs années à Amboise, le rapprochement existe. « Il est évident qu’on n’est pas seul autour de la bible. Il y a la joie de découvrir que l’autre vit aussi cette parole. C’est beau de découvrir que l’autre m’apporte. Il y a une richesse » dit un prêtre, un pasteur parle de « dialogue » et l’autre ajoute « Les points sur lesquels on n’est pas d’accord, on peut en discuter… On a les mêmes valeurs »
Aujourd’hui, ces hommes placent leur ministère au cœur des préoccupations de la société « Il y a du boulot dehors, faisons le ensembles. L’œcuménisme c’est un moyen d’être mieux armés » dit un pasteur alors qu’un prêtre parle du travail caritatif, de l’accompagnement des jeunes, de l’accueil de ceux qui n’ont plus de repères. Il parle d’ « humanisme au nom de sa foi » alors qu’un pasteur se dit « attaché à toute liberté religieuse ».

I.R.

Des pasteurs invitent les Ivoiriens à la recherche d'une paix définitive

Accueil L’Eglise Des pasteurs invitent les Ivoiriens à la recherche d’une paix définitive

A l’occasion de la nouvelle année, des pasteurs de plusieurs églises ont invité mercredi les Ivoiriens, notamment les chrétiens, à la recherche…

…d’une paix définitive, afin que la Côte d’Ivoire connaisse la prospérité à tous les niveaux. Selon le pasteur principal du Centre évangélique Béthel de Bouaflé, l’apôtre Koffi Jérôme, chacun doit se mettre à la disposition du Seigneur pour le chercher de tout son cœur, afin que la paix soit véritable en Côte d’Ivoire et que les Ivoiriens soient épanouis par la puissance de Dieu.

LIRE LA SUITE…



Catégories:L’Eglise, Politique

Tags:, , , ,

Bouaflé : Des pasteurs invitent les Ivoiriens à la recherche d'une …

Bouaflé – A l’occasion de la nouvelle année, des pasteurs de plusieurs églises ont invité mercredi les Ivoiriens, notamment les chrétiens, à la recherche d’une paix définitive, afin que la Côte d’Ivoire connaisse la prospérité à tous les niveaux.

Selon le pasteur principal du Centre évangélique Béthel de Bouaflé, l’apôtre Koffi Jérôme, chacun doit se mettre à la disposition du Seigneur pour le chercher de tout son cœur, afin que la paix soit véritable en Côte d’Ivoire et que les Ivoiriens soient épanouis par la puissance de Dieu.

“Que la paix véritable de Jésus-Christ soit sur notre pays et que par cette paix, les Ivoiriens soient véritablement réconciliés”, a-t-il fait savoir, souhaitant également que la prospérité et la crainte de Dieu soient partagées par les chrétiens.

Le pasteur de l’église méthodiste unie de Bouaflé, Réné Djaha, a expliqué que la découverte de la nouvelle année par le chrétien doit l’amener à la crainte de Dieu et à obéir à sa parole, afin que le Seigneur le fasse vivre longtemps et réalise tous ses vœux en 2014.

Quant au fondateur de la mission Carmel vie abondante de Bouaflé, l’apôtre Kouamé Raphaël, il souhaite que Dieu prolonge la stabilité que le pays a amorcée après plusieurs années de crise.

“Que la paix se stabilise dans les cœurs et les esprits des Ivoiriens. Nous devons prier pour qu’il y ait toujours la paix dans le pays, car notre paix dépend de la paix de la nation dans laquelle nous chrétiens, nous vivons”, a-t-il fait savoir.

Il a exprimé le vœu que les décisions prises par les autorités se fassent avec un esprit de paix, afin que le pays connaisse la vraie réconciliation et la cohésion sociale.

L’apôtre Kouamé a également souhaité que 2014 soit une année de réveil spirituel dans l’église de Côte d’Ivoire au cours de laquelle le chrétien posera des actes qui favorisent la paix.

“Notre Seigneur Jésus a dit qu’un arbre ne se reconnait qu’au fruit qu’il porte”, a-t-il déclaré, priant pour que le pays connaisse une prospérité qui gagnera les autres nations environnantes.