Category Archives: Pasteur

Pour les pasteurs chrétiens

Mali : Deux Pasteurs

Véhicule militaire positionné devant la clinique Pasteur le 12 novembre 2014 à Bamako (Photo Habibou Kouyate. AFP)

Véhicule militaire positionné devant la clinique Pasteur le 12 novembre 2014 à Bamako (Photo Habibou Kouyate. AFP)

Selon nos sources, le responsable de la polyclinique Pasteur de Bamako est aussi promoteur de la clinique Pasteur de Conakry. C’est dans la clinique Pasteur de Conakry qu’a débuté le traitement du vieux Guinéen. Cette clinique l’a envoyé à celle de Bamako. Mais les responsables n’ont pas voulu informer les autorités sanitaires.

Parce qu’ils étaient à la veille du renouvellement de leur contrat avec la Minusma. Le but était de ne pas perdre ce contrat. Aujourd’hui, les responsables de la clinique n’hésitent même pas à dire que l’infirmier décédé n’était qu’un stagiaire et non un travailleur de la clinique. Malgré leur acte criminel, les responsables de la polyclinique Pasteur continuent d’aligner les mensonges oubliant que les Maliens sont au courant de tout ce qui s’est passé.

Source: Le Reporter du 19 nov 2014

Pour que Noël reprenne tout son sens!

Pendant quatre semaines à partir du 30 novembre et jusqu’à Noël, les pasteurs Karl Fortin et Steve Cloutier encouragent les gens à passer à l’acte. «Nous recherchons 500 personnes et familles qui sont prêtes à retourner leur Noël à l’envers, comme notre symbole de la campagne qui est un sapin de Noël tourné à l’envers.»

«L’an dernier, nous avons eu 250 familles. C’est ouvert à tous. Ça ne coûte rien, il n’y a pas d’engagement et tout est confidentiel», de relater les deux pasteurs invitant les gens à s’inscrire en se rendant sur la page Facebook en cherchant conspiration de Noël et «liker» la page ou directement sur le site Web au www.conspirationdenoel.org.

Une nouvelle vidéo sur les valeurs véhiculées que propose cette campagne y est d’ailleurs disponible. Tout le concept de la conspiration s’inspire autour de quatre thèmes, allant de la célébration de la naissance du Christ en passant par celui de dépenser moins, de donner plus et de mieux aimer.

«Pour plusieurs personnes justement, Noël est devenu synonyme de stress, dépenses, endettement et essoufflement, une fête de consommation et de surconsommation alors qu’à l’origine, cette fête était fixée sur l’amour. Notre campagne fait un peu choc, mais on veut faire réagir de la bonne façon en invitant les gens à retourner au sens original de Noël.»

«Notre campagne fait un peu choc, mais on veut faire réagir de la bonne façon en invitant les gens à retourner au sens original de Noël.»

«Nous invitons les gens à faire différemment. Dépenser moins ne signifie pas d’arrêter de donner des cadeaux, mais signifie plutôt d’arrêter de dépenser de l’argent pour des cadeaux qui seront oubliés rapidement», de faire savoir les deux pasteurs ajoutant que donner plus se veut une occasion de faire don de sa personne. «Donner de sa présence, de ses paroles, de son temps et de son cœur, c’est ce qui touche les gens».

Pourquoi pas un don ?

Localement, la campagne propose aussi de faire un don au Club des petits déjeuners et peut s’internationaliser par un don à un organisme qui vient en aide aux personnes touchées par l’Ebola. «Tous les dons sont effectués de façon sécurisée», d’assurer les deux pasteurs ajoutant que la page Facebook offre aussi une foule d’idées sur cette façon de célébrer Noël «différemment».

Il est également possible de s’investir avec un organisme ou un voisin. Les personnes désirant donner un coup de main à ORAPÉ peuvent le faire en contactant soit l’organisme ou l’Église Connexion.

«Notre Église sert de plateforme à la campagne et n’attend rien en retour si ce n’est que notre communauté en retire un impact positif. Tous sont libres d’y participer», ont-ils conclu.

MPV : Des pasteurs témoignent leur reconnaissance à l’apôtre Bruno


Le couple Kouassi Bruno a pris part à la photo de famille (Ph. DR)

Le dimanche 9 novembre 2014, l’église du MPV, (le Ministère de la Prière Vivante) a eu un culte spécial.

 

 

 

Trois serviteurs de Jésus-Christ , Koka Marius, fondateur de l’église «La Maison de Dieu», Kalou Jean-Louis, fondateur de l’église «Jésus Lumière du Monde» et Etien Mathieu, fondateur de l’église «Jésus en Action», étaient présents pour témoigner leur reconnaissance à l’Apôtre Kouassi Kouadio Bruno, fondateur du MPV (Ministère de la Prière Vivante), leur guide spirituel, dont la vie, sa foi et ses enseignements ont eu un impactes positif dans leur quotidien de 1998 jusqu’à ce jour.

Correspondance particulière

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

 

Pape François : Gare au pasteur qui penserait tout savoir

Quelles sont les qualités et les vertus nécessaires à l’exercice du ministère pastoral ? C’est la question à laquelle le Pape s’est proposé de répondre, lors de l’audience générale du mercredi 12 novembre 2014, dans le cadre d’une série de catéchèses consacrées à l’Eglise.
Ce n’est pas la première fois que François évoque le sujet : le portrait du pasteur qui paît le troupeau que le Seigneur lui a confié et donne sa vie pour ses brebis, à l’image de l’unique Pasteur, est même l’un des « thèmes phares » de son pontificat. Mais l’ancien archevêque de Buenos Aires n’a pas encore épuisé le trésor qu’il possède sur la question et trouve toujours de nouvelles expressions ou idées, qui viennent parfaire ce portrait.
 

Les qualités purement humaines jointes à la foi et la vie spirituelle

Comme celle de « la grammaire de base », que doit posséder « chaque évêque, chaque prêtre et chaque diacre », et qu’il a présentée aux fidèles présents. Cet « alphabet » (autre mot qu’il a utilisé), emprunté à Saint Paul (lettres à Tite et Timothée), est constitué de « quelques qualités purement humaines », qui viennent enrichir le don de la foi et la vie spirituelle, a expliqué le Pape : « l’accueil, la sobriété, la patience, la douceur, la fiabilité et la bonté de cœur (…) Sans  cette prédisposition belle et authentique à rencontrer, connaître, dialoguer, apprécier et se lier avec les frères de façon respectueuse et sincère, il n’est pas possible d’offrir un service et un témoignage joyeux et crédible », a-t-il ajouté.


On n’est pas prêtre parce qu’on est meilleur que les autres

Bien entendu, cela ne suffit pas pour faire un bon pasteur. A ces qualités, il faut ajouter une attitude de fond nécessaire : Le pasteur, a expliqué le Pape, doit toujours avoir la conscience vive qu’il n’est pas évêque, prêtre ou diacre parce qu’il est plus intelligent ou meilleur que les autres, mais seulement par la force d’un don, un don d’amour élargi par Dieu, dans la puissance de son Esprit et pour le bien du peuple, a-t-il affirmé. Il doit « raviver continuellement le don qu’il a reçu (cf. 1 Tm 4,4 ; 2 Tm 1,6), [parce qu’] un pasteur qui est conscient que son propre ministère découle uniquement de la miséricorde et du cœur de Dieu ne pourra jamais adopter une attitude autoritaire, comme si tous étaient à ses pieds et la communauté, sa propriété, son royaume personnel (…) Cette conscience est vraiment importante et constitue une grâce à demander chaque jour ! », a insisté le Pape.


Gare au pasteur qui penserait tout savoir

Pourquoi ? Parce que pour l’évêque de Rome, cette grâce protège le pasteur de l’orgueil : « Elle l’aide à ne pas succomber à la tentation de se mettre au centre de l’attention et de mettre sa confiance seulement en soi, [c’est-à-dire] à la tentation de la vanité, de l’orgueil, de la suffisance et de la superbe (…) Gare, a-t-il dit, à l’évêque, au prêtre ou au diacre qui penserait tout savoir, avoir la bonne réponse pour tout et n’avoir besoin de personne. Au contraire, la conscience d’être, lui le premier, objet de la miséricorde et de la compassion de Dieu doit conduire le ministre de l’Eglise à être toujours humble et compréhensif à l’égard des autres », a dit encore le Pape. Pour « se mettre à l’écoute des gens » et « être conscient d’avoir toujours quelque chose à apprendre, même de ceux qui sont encore loin de la foi et de l’Eglise ».
 

Jean Bosco, un modèle

Devant un tel portrait, comment ne pas penser à ces nombreux pasteurs humbles et joyeux que l’Eglise a canonisés ? A commencer par le Saint Curé d’Ars, patron de tous les curés de l’Univers, ou Saint Jean Bosco, dont on fêtera en 2015 le bicentenaire de la naissance et à qui la Saje prod (société de production audiovisuelle) vient de consacrer un très beau DVD. D’ailleurs, le Pape, qui n’a jamais caché que les « salésiens de don Bosco » avaient été pour lui un modèle (lire ici) , se rendra à Turin, ville du « père et maître de la jeunesse » (Saint Jean Paul II) à l’occasion (notamment) de ce bicentenaire, le 21 juin 2015.
 

Quelles sont les qualités et les vertus nécessaires à l’exercice du ministère pastoral ? C’est la question à laquelle le Pape s’est proposé de répondre, lors de l’audience générale du mercredi 12 novembre 2014, dans le cadre d’une série de catéchèses consacrées à l’Eglise.
Ce n’est pas la première fois que François évoque le sujet : le portrait du pasteur qui paît le troupeau que le Seigneur lui a confié et donne sa vie pour ses brebis, à l’image de l’unique Pasteur, est même l’un des « thèmes phares » de son pontificat. Mais l’ancien archevêque de Buenos Aires n’a pas encore épuisé le trésor qu’il possède sur la question et trouve toujours de nouvelles expressions ou idées, qui viennent parfaire ce portrait.
 

Les qualités purement humaines jointes à la foi et la vie spirituelle

Comme celle de « la grammaire de base », que doit posséder « chaque évêque, chaque prêtre et chaque diacre », et qu’il a présentée aux fidèles présents. Cet « alphabet » (autre mot qu’il a utilisé), emprunté à Saint Paul (lettres à Tite et Timothée), est constitué de « quelques qualités purement humaines », qui viennent enrichir le don de la foi et la vie spirituelle, a expliqué le Pape : « l’accueil, la sobriété, la patience, la douceur, la fiabilité et la bonté de cœur (…) Sans  cette prédisposition belle et authentique à rencontrer, connaître, dialoguer, apprécier et se lier avec les frères de façon respectueuse et sincère, il n’est pas possible d’offrir un service et un témoignage joyeux et crédible », a-t-il ajouté.


On n’est pas prêtre parce qu’on est meilleur que les autres

Bien entendu, cela ne suffit pas pour faire un bon pasteur. A ces qualités, il faut ajouter une attitude de fond nécessaire : Le pasteur, a expliqué le Pape, doit toujours avoir la conscience vive qu’il n’est pas évêque, prêtre ou diacre parce qu’il est plus intelligent ou meilleur que les autres, mais seulement par la force d’un don, un don d’amour élargi par Dieu, dans la puissance de son Esprit et pour le bien du peuple, a-t-il affirmé. Il doit « raviver continuellement le don qu’il a reçu (cf. 1 Tm 4,4 ; 2 Tm 1,6), [parce qu’] un pasteur qui est conscient que son propre ministère découle uniquement de la miséricorde et du cœur de Dieu ne pourra jamais adopter une attitude autoritaire, comme si tous étaient à ses pieds et la communauté, sa propriété, son royaume personnel (…) Cette conscience est vraiment importante et constitue une grâce à demander chaque jour ! », a insisté le Pape.


Gare au pasteur qui penserait tout savoir

Pourquoi ? Parce que pour l’évêque de Rome, cette grâce protège le pasteur de l’orgueil : « Elle l’aide à ne pas succomber à la tentation de se mettre au centre de l’attention et de mettre sa confiance seulement en soi, [c’est-à-dire] à la tentation de la vanité, de l’orgueil, de la suffisance et de la superbe (…) Gare, a-t-il dit, à l’évêque, au prêtre ou au diacre qui penserait tout savoir, avoir la bonne réponse pour tout et n’avoir besoin de personne. Au contraire, la conscience d’être, lui le premier, objet de la miséricorde et de la compassion de Dieu doit conduire le ministre de l’Eglise à être toujours humble et compréhensif à l’égard des autres », a dit encore le Pape. Pour « se mettre à l’écoute des gens » et « être conscient d’avoir toujours quelque chose à apprendre, même de ceux qui sont encore loin de la foi et de l’Eglise ».
 

Jean Bosco, un modèle

Devant un tel portrait, comment ne pas penser à ces nombreux pasteurs humbles et joyeux que l’Eglise a canonisés ? A commencer par le Saint Curé d’Ars, patron de tous les curés de l’Univers, ou Saint Jean Bosco, dont on fêtera en 2015 le bicentenaire de la naissance et à qui la Saje prod (société de production audiovisuelle) vient de consacrer un très beau DVD. D’ailleurs, le Pape, qui n’a jamais caché que les « salésiens de don Bosco » avaient été pour lui un modèle (lire ici) , se rendra à Turin, ville du « père et maître de la jeunesse » (Saint Jean Paul II) à l’occasion (notamment) de ce bicentenaire, le 21 juin 2015.
 

Deux pour cent des pasteurs anglais croient à l’invention de Dieu

Une nouvelle enquête montre que 16% des ministres autorisés de l’Eglise d’Angleterre ne sont pas clairs au sujet de Dieu, et que 2% d’entre eux pensent que Dieu est une construction humaine. L’enquête a porté sur 1500 membres du clergé anglican en Angleterre, Ecosse et Pays de Galles. Elle a été menée par l’agence internationale d’étude de marché YouGov, et suggère que les ministres de l’Eglise sont confus au sujet de la nature — et même de l’existence véritable — de Dieu.

Les ecclésiastiques plus âgés ont davantage tendance que les plus jeunes à avoir des croyances non orthodoxes. Environ 90% de ceux qui ont été ordonnés depuis 2011 croient en Dieu, contre 72% chez ceux qui sont devenus prêtres dans les années 1960. 

Il y a environ 19 500 ministres autorisés dans l’Eglise anglicane, dont la chef suprême est la reine Elisabeth II. Reportée à l’échelle nationale, l’enquête de YouGov montre qu’il y a environ 390 ministres qui ne croient pas en Dieu, et jusqu’à 3120 qui ne sont pas sûrs de l’existence, ou de la nature de Dieu.

Aucune mesure prise

L’organe directeur de l’Eglise, le Synode général, ne prend pas de mesures particulières contre ce genre de points de vue, et les membres du clergé sont relativement libres de s’écarter de la doctrine sans être sanctionnés. Alison Ruoff, membre laïque du Synode général ne peut pas comprendre comment quelqu’un pourrait être prêtre, et ne pas croire en Dieu. Interrogée par The Independent elle déclare «le clergé prêche juste des inepties sociales nous attendons mieux de sa part».

Le sondage a été commandé par le Westminster Faith Debates (Débats de foi de Westminster), une organisation qui propose une série de forums publics abordant les dernières recherches sur la religion et les valeurs.       

La police s’acharne contre une communauté protestante mennonite

… les autorités policières, ont empêché les rassemblements religieux, semé le trouble dans la communauté et ont même pénétré à l’intérieur du lieu de culte. La raison de cette animosité a été exposée par le représentant du Bureau régional des Affaires religieuses. Cette présentation a été reprise dans les médias locaux. Cependant, les pasteurs protestants responsables de la communauté réfutent vigoureusement la version officielle des faits.

L’agression la plus récente a eu lieu dans la soirée du 2 novembre 2014. Les trois pasteurs en charge de la communauté mennonite de My Phuoc ont signé, le jour même, un appel à l’aide à destination des communautés catholiques et des autres religions. Selon ce texte, ce jour-là, leur communauté subissait, par voyous interposés, une nouvelle agression des autorités locales.

Selon l’appel à l’aide, plusieurs centaines d’hommes de main de la police ont mené l’attaque. Arrivés en motocyclette, le visage masqué par des cagoules, ils ont pénétré à l’intérieur du complexe de bâtiments de la communauté, ont lancé des pierres à l’intérieur de la chapelle et ont dispersé l’assemblée. Les locaux ont été dégradés et il y a eu plusieurs blessés. L’agression a duré quatre heures, de 16 à 20 heures.

Cette attaque était loin d’être la première. Selon les pasteurs, depuis le mois de juin 2014, il y a eu au moins dix tentatives policières pour empêcher les fidèles de se rendre à l’assemblée religieuse ou empêcher celle-ci de se dérouler.

Un représentant du Bureau provincial des Affaires religieuses a fait connaître son point de vue. Il a été rapporté par Radio Free Asia (émissions en langue vietnamienne) du 9 novembre dernier. Le fonctionnaire s’est ainsi exprimé au sujet du lieu de culte : « Ce lieu d’activité n’est pas celui des ouvriers qui habitent la région (qui est une zone industrielle). En réalité, on a fait venir sur les lieux un certain nombre de Montagnards des Hauts Plateaux pour qu’il y ait une activité religieuse. La population de la région n’a pas manifesté le besoin d’activités religieuses. » A des questions posées plus tard par Radio Free Asia, ce même représentant a déclaré que, si ce besoin existait, la communauté mennonite pourrait mener ses activités librement. C’est le cas, a-t-il dit, pour de nombreuses communautés religieuses établies dans la région.

Il a aussi affirmé qu’il n’y avait pas eu de violences de la part des autorités. Selon lui, les membres de la communauté mennonite se seraient battus entre eux et auraient appelé la police, qui ne s’est pas dérangée. Cette version des faits a été reprise et diffusée par la presse régionale.

Ce point de vue a été rapporté aux pasteurs responsables de la communauté et ces derniers ont affirmé qu’il n’était en rien conforme à la réalité. Ils ont mis en relief les erreurs et les calomnies répandues par le Bureau des Affaires religieuses et la presse. Ils ont aussi résumé l’histoire de la communauté mennonite locale.

La communauté mennonite s’est établie dans cette région en 2007. En 2011, le pasteur responsable a dû s’enfuir en Thaïlande. Il a été remplacé par le pasteur Trân Minh Hoa, actuellement chargé de la communauté. Celle-ci est formée d’une quarantaine de croyants. Il faut y ajouter une quarantaine de jeunes gens poursuivant des études dans l’école d’Ecritures saintes établie dans les mêmes lieux. Des assemblées ont lieu régulièrement toutes les semaines.

Selon le pasteur, l’Eglise mennonite a accompli toutes les formalités nécessaires pour obtenir la permission de mener des activités. L’autorisation n’a jamais été accordée. Il y a un peu plus de deux semaines, les autorités ont décidé d’interrompre les assemblées hebdomadaires en utilisant des hommes de main pour interdire les offices, empêcher les rassemblements et dégrader les bâtiments (1).

(eda/jm)

Un important pasteur charismatique tué dans un accident d’avion

11.11.14 14:47 – Neuf personnes ont péri suite au crash de leur avion privé le 9 novembre près de l’aéroport international de Grand Bahama. Parmi eux, un couple pastoral, Myles Munroe et sa femme, un directeur international de ministère, un couple de pasteurs de jeunesse avec leur fils ainsi qu’un pasteur venant d’Afrique.

Myles Munroe était connu comme conférencier populaire dans les milieux charismatiques américains. Il laisse derrière lui la Bahamas Faith Ministries International Fellowship, où il était le pasteur principal. La mort de ce leader évangélique très apprécié, laisse derrière lui des milliers de fidèles.
L’avion aurait heurté une grue d’un chantier naval avant d’exploser et de s’écraser au sol. Les passagers se rendaient au Forum Global Leadership de Freeport à Grand Bahama. Ils devaient rencontrer plusieurs orateurs internationaux.

Dunkerque: Isabelle Alves, nouvelle pasteure des protestants

« La paroisse n’a pas eu de pasteur pendant deux ans, mais elle a été très dynamique. ». Isabelle Alves, 47 ans, dans une première vie assistante de direction, est sa nouvelle pasteure. Originaire de la région parisienne, « j’ai toujours été passionnée par la foi et la spiritualité, et souhaitais travailler en église, y compris avec mon ancien métier ». Il y a dix ans, elle décide d’entamer la formation pour devenir pasteure. « J’ai étudié à mi-temps, et travaillé tout en m’occupant de mon fils, donc cela m’a pris deux fois plus de temps qu’un parcours de formation qui dure normalement cinq ans ». Le déclic ? « Les pasteurs que j’ai rencontrés ont tous été exceptionnels à leur façon, et je ne me sentais pas capable de les suivre. Et puis, j’ai compris qu’il était aussi possible d’être pasteure autrement. » Dunkerque ? « J’espérais venir dans le Nord. Alors quand on me l’a proposé avec la mer en prime, c’était juste un rêve ! »

Isabelle Alves est à Dunkerque pour deux ans de « proposanat », un accompagnement après sa formation. Ensuite, elle décidera avec le conseil presbytéral de la paroisse, qui rassemble près de 150 familles, s’ils poursuivent le chemin ensemble pour un mandat de six ans. Un ou une pasteur(e)* ne peut rester que douze ans maximum dans une paroisse. L’ambition d’Isabelle Alves, ces prochains mois : « Faire connaissance avec les paroissiens en groupe et individuellement, comprendre ce qui nourrit leur foi pour proposer des actions en ce sens. »

* L’Église protestante unie de France en compte 500, dont un tiers de femmes.

Les églises protestantes de la région à la TV

Les églises protestantes à la TV

C’est officiel. Le dimanche 24 mai 2015, lors de la Pentecôte, les églises protestantes de la région orléanaise donneront un grand culte commun qui sera retransmis à la télévision, en direct.

Il s’agit de l’émission « Présence protestante », diffusée chaque dimanche matin, sur France 2. Cette retransmission aura lieu à la salle des fêtes de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

Trente-cinq techniciens mobilisés

Déjà, les pasteurs des églises (baptistes, évangéliques, pentecôtistes, adventistes), et quelques délégués, se sont attelés à la tâche pour peaufiner le programme, mais surtout, se préparer à l’immense rigueur qu’exige la production.

« Surtout, pas de chemise blanche, mais des teintes chaleureuses. Les objectifs des caméras en souffrent », précise un pasteur. « Trois messages de 15 minutes avec des interruptions, pour que le spectateur se repose », précise un autre. « Pourquoi ne pas faire venir un grand artiste d’Aix-en-Provence pour le temps de louange ? », demande l’une. « Non, faisons plutôt intervenir les talents du cru. Il y a des talents sur Orléans. Nous défendons notre ville », rétorque un autre. « Pensons à mettre des objets pour habiller le décor. Les cameramans aiment bien filmer des détails. Ça habille », précise un habitué des retransmissions TV. La durée de chaque intervention devra être calculée à la seconde près.

Trente-cinq techniciens de télévision seront mobilisés pour une heure de culte seulement. Des filages (répétitions sans interruption) auront lieu.

Ce projet est né il y a quelques semaines, lorsque Jérémie Corbeau, administrateur du Groupe biblique universitaire à l’université de La Source, a été interviewé par « Présence protestante ».

“Il ne suffit pas d’ouvrir la porte de l’Eglise et d’attendre”

Non aux chrétiens à mi-chemin, homélie du 6 novembre 2014

Rome, 6 novembre 2014 (Zenit.org) Anne Kurian 0 clics

« Non aux pasteurs à mi-chemin ! Non aux chrétiens à mi-chemin ! » : c’est ce que déclare le pape François dans l’homélie de ce jeudi matin, 6 novembre 2014, à Sainte-Marthe. Il fait observer qu’il ne suffit pas d’ouvrir la porte de l’Eglise et « de rester là à attendre » : il faut aller chercher ceux qui sont loin.

Dans l’Evangile du jour (Lc 15,1-10), Jésus racontait la parabole de la brebis perdue et de la pièce d’argent perdue : deux récits qui « font voir le cœur de Dieu », a estimé le pape. Dieu en effet « ne s’arrête pas à un certain point, il va jusqu’au bout, jusqu’à la limite ; il ne s’arrête pas à mi-chemin du salut. Il sort toujours ».

Jésus « est venu pour ceci : pour aller chercher ceux qui s’étaient éloignés du Seigneur ». Les pharisiens et les scribes s’arrêtent quant à eux « à mi-chemin » : « ils sont trop attentifs à équilibrer les pertes et les bénéfices. Mais cela n’est pas l’esprit de Dieu, Il n’est pas un affairiste, Dieu est Père et va sauver jusqu’à la fin, jusqu’à la limite. »

Le pape s’est attristé du pasteur « à mi-chemin, qui ouvre la porte de l’Eglise et reste là à attendre » : « Etre un pasteur à mi-chemin, c’est une défaite » car « un pasteur doit avoir le cœur de Dieu, aller jusqu’à la limite ».

De même pour le chrétien « qui ne sent pas dans son cœur le besoin, la nécessité d’aller raconter aux autres que le Seigneur est bon » : « il y a tant de perversion dans le cœur de ceux qui se croient justes et ne veulent pas se salir les mains avec les pêcheurs ».

Le « vrai chrétien » est pris par « le zèle que personne ne se perde ». C’est pourquoi « il n’a pas peur de se salir les mains. Il va où il doit aller. Il risque sa vie, il risque sa renommée, il risque son confort, son statut… ».

L’enfant de Dieu ne « condamne pas les autres » mais « va à la limite, il donne sa vie, comme Jésus l’a donnée, pour les autres. Il ne peut rester tranquille, en se protégeant lui-même, [en préservant] sa tranquillité ».

« Non aux pasteurs à mi-chemin ! Non aux chrétiens à mi-chemin ! », a insisté le pape en ajoutant : « Le bon pasteur, le bon chrétien, est toujours en sortie, en sortie de lui-même, en sortie vers Dieu, dans la prière, dans l’adoration, en sortie vers les autres pour porter le message du salut. »

Le « bon pasteur, le bon chrétien » sait « ce qu’est la tendresse », il sait « charger la brebis sur ses épaules, avec tendresse et la remettre à sa place avec les autres ».

Il sait aussi ce qu’est la joie, contrairement à « ceux qui sont à mi-chemin », qui « peut-être s’amusent », mais qui « n’ont pas cette joie qui vient du Paradis, de Dieu, cette joie qui vient du cœur du Père qui vient sauver », a conclu le pape. 

( 6 novembre 2

Foyer d’étudiantes à Paris

Etats-Unis : A 90 ans, il risque la prison pour avoir nourri des SDF

Deux pasteurs et un homme de 90 ans sont poursuivis par la justice de l’Etat de Floride pour avoir distribué de la nourriture en public à des SDF. Les zones de dons alimentaires sont restreintes aux Etats-Unis

Le nonagénaire s’appelle Arnold Abbott, rapporte le site metronews.fr aujourd’hui. Il a été arrêté à Fort Lauderdale, en Floride, pour avoir distribué de la nourriture hors des zones autorisées. Cet élan de solidarité risque de coûter la case prison pour le petit groupe composé de Mr Abbott et de deux pasteurs. Aux Etats-Unis, une nouvelle loi limite les lieux où ce type d’opération est autorisé.

Le volontaire Abbott, qui est à la tête d’une organisation caritative, témoigne : “L’un des policiers est venu et m’a crié ’Pose cette assiette tout de suite’, comme si je portais une arme“. La peine qu’il encourt, avec les deux pasteurs, est de six semaines de prison et 500 dollars, à peu près 350 euros d’amende.

Une limitation des lieux de distribution de nourriture aux sans-abris a été mise en place par la ville floridienne de Fort Lauderdale dans l’objectif de lutter contre l’itinérance. “Ils essaient de balayer les pauvres sous le tapis“, estime Arnold Abbott.

Fort Lauderdale est la 13e ville des Etats-Unis à avoir ordonné des restrictions pour la distribution de denrées aux sans-abris. Les législations répressives sont de plus en plus répandues dans le pays, selon le Centre national de lutte contre l’itinérance et la pauvreté. Elles interdisent par exemple la position couchée en public ou de vivre dans une voiture.

Mali : Concertation des acteurs de la société civile : Le processus «AGIR» au cœur des débats

Dans son allocution, le président du RECAO, M. Boubacar Bello a parlé de la coopération franche, loyale qui se noue entre le RECAO et l’AFAO à l’occasion du processus «AGIR». Collaboration qui constitue une chance pour le RECAO dans la mesure où elle lui permettra de mieux prendre en compte dans ses initiatives la question cruciale du genre. Il dira que le RECAO est convaincu que les organisations de la société civile et du secteur privé produiront dans le processus une contribution de qualité qui sera riche des expériences et des bonnes pratiques de l’agricultures, des agro-pasteurs ou pasteurs, ainsi que des pécheurs artisanaux.

Quant à la présidente nationale de l’AFAO-Mali, Mme Dissa Fanta Berthé, «ce programme repose sur des piliers de la société civile, particulièrement celle des femmes souvent laissées en marge des programmes de développement. L’AFAO et le RECAO jouent un rôle moteur dans ce programme au niveau de la société civile Ouest Africaine. L’Association des Femmes de l’Afrique de l’Ouest (AFAO) travaille pour le renforcement du statut surtout économique des femmes à travers les pays de la CDEAO en plus de la Mauritanie. Ses activités portent essentiellement sur la formation des femmes en technique de transformation des produits agricoles, le renforcement des capacités, la santé communautaire», a-t-elle précisé.

«Nous allons attirer l’attention de nos autorités sur la nécessité de continuer de manière durable à la satisfaction des besoins alimentaires des populations les plus vulnérables pour leur permettre de vivre dignement de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et du commerce», a conclu la présidente de l’AFAO.

Le secrétaire général de l’APCAM, M. Salif Diarra, dans son discours d’ouverture a déclaré que «face aux crises alimentaires et nutritionnelles récurrentes, notre région a pour ambition de renforcer la résilience des ménages, des familles les plus vulnérables à savoir les agriculteurs en situation économique difficile, les agro-pasteurs, ainsi que les pêcheurs artisanaux et les travailleurs pauvres en milieu urbain et rural. «AGIR» met un accent particulier sur la condition des femmes et des enfants en situation de vulnérabilité. Cette rencontre constitue un espace d’expression affirmé des organisations et leur offre l’opportunité d’approfondir la réflexion et d’alimenter le dialogue inclusif du Mali», a-t-il rappelé.

Avant de terminer, il a remercié les organisations intergouvernementales de la région à savoir la CDEAO, l’UEMOA, le CILSS et les partenaires techniques et financiers, notamment l’Union Européenne pour leur rôle déterminant dans l’accompagnement du processus.

Fatogoma COULIBALY
Source: L’Express de Bamako du 06 nov 2014

Etats-Unis : à 90 ans, il risque la prison pour avoir nourri des SDF

Leur acte de solidarité pourrait leur faire passer quelque temps à l’ombre. Deux pasteurs et un volontaire de 90 ans ont été arrêtés pour avoir distribué de la nourriture à des sans domicile fixe à Fort Lauderdale, en Floride (Etats-Unis), a rapporté mercredi le Daily Telegraph. Leur faute ? Ne pas avoir été au bon endroit, une nouvelle loi restreignant les lieux où ce type d’opération est autorisé.

“L’un des policiers est venu et m’a crié ‘Pose cette assiette tout de suite’, comme si je portais une arme”, a témoigné le volontaire, Arnold Abbott, qui dirige une organisation humanitaire. Lui et les deux pasteurs encourent jusqu’à six semaines de prison et 500 dollars d’amende.

“Ils essaient de balayer les pauvres sous le tapis”

La ville de Fort Lauderdale a mis en place des restrictions sur les lieux de distribution de nourriture aux sans-abri pour lutter contre l’itinérance. “Ils essaient de balayer les pauvres sous le tapis”, estime Arnold Abbott.

Fort Lauderdale est la 13e ville américaine à avoir édicté des restrictions pour la distribution de denrées aux SDF. Les législations punitives, interdisant par exemple la position couchée en public ou interdisant de vivre dans une voiture, sont de plus en plus répandues aux Etats-Unis, selon le Centre national de lutte contre l’itinérance et la pauvreté.

TIBET • Des pasteurs nomades endettés pour construire

Depuis quelques années, l’Etat chinois a forcé les pasteurs nomades de certaines communautés tibétaines à emménager dans des logements récemment construits. Cependant, des habitants se sont plaints à maintes reprises de ce qu’il leur était impossible de vivre dans ces maisons de mauvaise qualité. Ces plaintes sont restées sans réponse, mais l’Etat a tout de même ordonné le remboursement rapide des emprunts contractés de force par les habitants pour faire construire ces maisons.

D’après un informateur vivant au Tibet, l’Etat chinois a obligé dès 2009 les pasteurs nomades tibétains qui vivent dans diverses zones de plusieurs provinces chinoises à s’engager dans des projets immobiliers. C’est ainsi que chaque foyer de la communauté de Nyitö [Niduo en chinois, district de Serta (Seda), préfecture tibétaine autonome de Karze] s’est vu attribuer une prime de 30 000 yuans [3 900 euros], mais a dû également emprunter 20 000 yuans [2 600 euros] pour construire sa maison. 

Capture_decran_2014-11-05_a_10.37.39.png

Le chef de la communauté pastorale et le chef de la confédération de communautés n’ayant pas eu d’autre choix que d’endosser la responsabilité de ce projet, ils ont dû réunir les primes accordées par le gouvernement local populaire et les sommes empruntées pour faire construire les logements. Cependant, ces maisons sont déjà fissurées et elles s’avèrent de piètre qualité, à tel point qu’il est impossible pour leurs propriétaires d’y vivre, a rapporté cette source.

La même personne a poursuivi : “L’inutilité totale de ces logements pour leurs occupants est une chose, mais, en plus de cela, le gouvernement a déclaré que ceux-ci devraient au plus tôt rembourser et la prime et l’emprunt contracté. De plus, les autorités ont annoncé qu’elles allaient interrompre le versement d’une prime annuelle d’environ 1 000 yuans [130 euros] versée jusqu’alors aux pasteurs pour acquitter le prix de la location de pâtis”.

LA VALSE DES TITRES DANS LES EGLISES EVANGELIQUES


LA VALSE DES TITRES DANS LES EGLISES ÉVANGÉLIQUES

L’une des particularités des églises évangéliques dites de réveil est l’existence en leur sein d’une course tous azimuts aux titres dans laquelle excellent de nombreux serviteurs de Dieu consacrés ou auto-proclamés. C’est au début des années 2000 que nous avons constaté l’apparition de ce phénomène qui a fini par prendre de l’ampleur et atteindre aujourd’hui son apogée dans les églises dirigées et fréquentées par des sujets d’origine africaine.

Le Seigneur me dit de te dire que tu n’es pas pasteur, tu es un apôtre

Si, du côté européen, le plus courant est le titre de pasteur, du côté afro, la réalité ressemble beaucoup plus à un self-service. « On est jamais mieux servi que par soi-même », dit-on. Reçus dans le bureau d’un homme de Dieu dont la porte supportait l’inscription « Apôtre », à la question comment avez-vous fait pour devenir apôtre, l’intéressé nous rétorqua ceci : « Une fois, un pasteur est venu prêcher ici dans l’église, à la fin de son propos, il m’a dit : Le Seigneur me dit de te dire que tu n’es pas pasteur, tu es un apôtre ».

A la sortie de son bureau, il nous a semblé logique de nous demander ce qu’il adviendrait si une infirmière de passage lui disait qu’il est infirmier ? Et un garagiste ? Et un médecin porteur d’un message du même genre ? Il est vrai que l’Église est une institution ordonnée à laquelle Dieu a donné « les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ ». Cependant, il semble maintenant évident pour des intérêts autres que ceux de l’Église, que certaines personnes s’offrent une liberté pleine d’orgueil.

Des grades à la carte

L’apôtre français Jean-Paul Bernadat, qui œuvre avec brio depuis 29 ans à travers le monde, est une exception bien justifiée. La propension à vite monter en grade ou à passer d’une appellation ecclésiastique à une autre est plus courante chez les Africains. Peu importe le pays où ils exercent. La concurrence et les comportements asociaux ont été transportés dans les églises par ceux qui portent leur croix. Et comme « le poisson commence toujours par pourrir par la tête », une foule de serviteurs se livrent une lutte d’influence et de positionnement sans merci.

A y voir de près, la recherche du prestige, la course au leadership, la quête d’un gain ainsi que la possibilité d’effacer l’échec scolaire, académique ou social sont les principales raisons de cette main basse sur les titres. Ainsi, les impétrants francophones ont d’abord emprunté des noms anglophones qui impressionneraient mieux les fidèles. Les uns ont opté pour se faire appeler Bishop. Ces derniers ont été ensuite concurrencés par les archibishops. Pendant ce temps, d’autres futés ont cru bon s’inscrire dans la nouvelle catégorie des prophètes des nations.

Cette ingéniosité en a inspiré d’autres qui se sont logés dans la classe supérieure des évêques, eux-mêmes aujourd’hui débordés par les généraux et les professeurs-docteurs. Belle revanche sur la vie et sacré tour de passe-passe par exemple pour les docteurs qui n’ont jamais mis les pieds dans un lycée ou dans une faculté. Comme quoi « tous les chemins mènent à Rome » ! Si tous ceux qui ont été précédemment cités sont situés dans la partie haute de cette hiérarchisation sacerdotale, cela bouge également dans les strates inférieures. On y trouve les frères et les bergers. En Europe, le phénomène des bergers fait particulièrement florès dans les églises congolaises en Allemagne.

Les femmes ne sont pas en reste

Les femmes ont également pris le train de la promotion accélérée. Les pasteurs se sont fait voler la vedette par une foule de prophétesses qui, elles-mêmes, viennent d’être surclassées par des consœurs inspirées par l’anglais : les révérendes. C’est parfois carnaval… Au point que nous avons pu découvrir un ponte d’une église en Suisse portant le titre bien étrange « d’apôtre du Sainte-Esprit », oui Sainte-Esprit. Dans certaines églises, l’auto-promotion fait suite à une insurrection que les insurgés justifient par le fait qu’il y a des leaders qui refusent ou tardent trop avant de consacrer leurs collaborateurs.

Mais dans l’ensemble, ce burlesque chrétien concerne la nouvelle génération de serviteurs. Les anciens tels qu’Olivier Derain au Burundi, l’Américaine Audrey Mack, le Congolais Jean-Bosco Kindomba ou encore le Français Jean-Paul Bernadat ne sont pas concernés par ce tango des derniers temps.

Ce faisant, ces agissements ne doivent pas perturber les croyants car ils avaient été prévenus au sujet de leur apparition. D’autant plus que l’essentiel réside dans l’annonce de la Bonne Nouvelle et non pas dans ces attitudes humaines incriminables. En tout cas, chacun devrait veiller sur sa propre conduite et méditer la déclaration de l’ancien premier ministre français, Pierre Mauroy, selon laquelle : « Si nous connaissions les autres comme nous-mêmes, leurs actions les plus condamnables nous paraîtraient mériter notre indulgence ».

Franck CANA

Michigan: des centaines de pasteurs pour la liberté d’expression

28.10.14 14:06 – Des centaines de pasteurs se sont rassemblés le 22 octobre devant les bâtiments du gouvernement de l’Etat du Michigan à Lansing pour s’opposer à une modification du Droit Civil. Le gouvernement prévoit de restreindre le droit de critiquer publiquement une orientation sexuelle ou un choix de genre.
Les pasteurs réunis ont reproché aux lobbies homosexuels de chercher à limiter la liberté d’expression. Ils ont cité l’exemple de la ville de Houston, où des chrétiens ont été amendés pour des propos jugés homophobes suite à une telle modification de loi.

S’abonner Toute l’actualité du jour
Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d’information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de

Ces chiens sont des bons pasteurs

Durant deux jours, vingt concurrents venus de toute la France, ont participé aux épreuves de ce concours qui ont permis au public venu nombreux sur les terrains de la ferme Gilly à Montfavet, de voir évoluer les chiens de berger au travail sur troupeaux.Ce championnat était l’aboutissement d’une sélection des vingt meilleurs chiens de troupeaux lor …

8ème assemblée générale de la Cevaa : Les églises protestantes des pays touchés par Ebola …

La communauté des Eglises en mission (Cevaa) va mettre à la disposition des églises des pays touchés par le virus Ebola un montant de 120 mille euros, soit 78 600 000 FCfa, pour appuyer la sensibilisation. Lors de sa 8ème assemblée générale, les pasteurs ont aussi promis d’accompagner les jeunes chômeurs membres de leur communauté.
La 8ème assemblée générale de la communauté des Eglises en mission (Cevaa), tenue au Sénégal, a été clôturée, mardi dernier, par un culte à la paroisse protestante de Dieuppeul. A la fin, le président de la Cevaa, le pasteur Thierry Mulbach, a fait face à la presse pour délivrer les résolutions de cette rencontre de Dakar, dont leur décision d’accompagner les églises protestantes des pays touchés par le virus Ebola en leur octroyant 120.000 euros, soit 78,6 millions de FCfa.
Cette enveloppe permettra aux pasteurs desdits pays de mener des campagnes de sensibilisation sur la prévention en expliquant aux fidèles l’attitude à adopter pour ne pas attraper cette maladie. Les pasteurs auront aussi la tâche de rappeler aux populations qu’Ebola n’est pas une malédiction divine. « Il ne faut pas stigmatiser les gens qui ont été victimes de cette maladie ni les exclure de la société », a lancé le pasteur Mulbach, indiquant que tout un travail sera fait pour que l’on arrête la stigmatisation. Les pasteurs ont aussi pris la décision d’accompagner les jeunes. Selon le président de la Cevaa, des moyens seront déployés pour aider les jeunes à retrouver leur place dans la grande communauté protestante qui est de 17 millions de personnes réparties dans tous les continents.
« Il faut trouver du travail à ces jeunes pour qu’ils aient une vie normale », a souligné Thierry Mulbach qui a promis que des plaidoyers seront faits auprès des autorités en leur demandant de travailler,  en vue d’améliorer les conditions de vie des populations. Cela n’empêchera pas les pasteurs de poursuivre leur lutte contre la corruption et la malversions.

Religion et modes de famille
La 8ème assemblée générale de la Cevaa avait comme thématique : « Familles, Evangile, cultures dans un monde en mutation ». Il s’agissait de voir comment, aujourd’hui, les différentes valeurs  religieuses chrétiennes et autres religions peuvent avoir un impact en apportant quelque chose de nouveau aux différents modes de famille qui sont en plein changement, a expliqué M. Mulbach.
La rencontre a aussi permis aux religieux de faire le point sur les différentes cultures. Lesquelles pouvant être réinterrogées par les valeurs religieuses. « Nous avons constaté que des phénomènes localisés dans certains endroits du monde sont en train de se répandre partout. Il s’agit des drames causés par les divorces ; ce qui fait que les enfants n’ont plus de repères après la séparation de leurs parents », a constaté le pasteur. Dans la foulée, il a appelé les jeunes des pays pauvres à refuser l’émigration clandestine qui est souvent source de drame et de misère.  
Durant leur séjour en terre sénégalaise, les pasteurs des églises protestantes ont formulé des prières pour la stabilité sociopolitique en Centrafrique où certaines populations sont prises en otages par des politiciens. Ils ont aussi prié pour la paix au Sénégal mais surtout pour la bonne entente entre chrétiens et musulmans.

Eugène KALY

{nice1}

Au Texas, la guerre des toilettes est déclarée

Tout est parti d’une affaire de toilettes. Où aller quand on est transgenre : chez les hommes ou chez les femmes ? La ville de Houston, dans le très conservateur Texas, a tranché en mai dernier : les transgenres ont le droit de choisir dans quelles toilettes ils préfèrent se rendre. Fort bien. Seulement voilà, cette décision, qui fait partie d’un ensemble de décrets visant à renforcer les droits des groupes minoritaires, n’a pas été du goût d’un groupe de pasteurs chrétiens. Ces derniers sont parvenus à réunir 50 000 signatures pour demander son abrogation. Mais la ville a campé sur ses positions. Les pasteurs ont alors intenté des poursuites contre la municipalité.

Houston Mayor Annise Parker smiles during a news conference after her first City Council meeting following her inauguration in Houston January 4, 2010. REUTERS/Richard Carson (UNITED STATES - Tags: POLITICS HEADSHOT) - RTR28J6QC’est alors que s’ouvre l’acte 2, l’arroseur arrosé. Les avocats de la ville se sont retournés contre les pasteurs et ont demandé à cinq d’entre eux de leur remettre sermons et autres discours, afin de vérifier les propos qu’ils avaient pu tenir sur des thèmes tels que l’homosexualité ou l’identité de genre. Ainsi que sur la maire de Houston, Annise Parker, elle-même homosexuelle (photo ci-contre, Reuters).

Là-dessus, nouveau retournement de situation: lorsque l’affaire a été rendue publique, les réseaux sociaux se sont enflammés… contre la ville, comme le révèle la BBC. Les défenseurs des pasteurs ont en effet vu dans la demande des avocats une atteinte au Premier Amendement, qui garantit la liberté de religion et d’expression. 

Des militants chrétiens ont alors fait campagne sur Twitter sous le hashtag #HoustonWeHaveAProblem (en référence à la phrase prononcée par Jack Swigert lors de la mission spatiale Apollo 13), qui est déjà apparu plusieurs milliers de fois.

Traduction :«Vous voyez où cela nous mène? Envoyez-lui une Bible, ou au moins une copie de la Constitution.»

Leur pétition en ligne, temporairement bloquée par Twitter, a recueilli plus de 11 000 signatures en dix jours. Face à la pression de l’opinion publique, la ville a dû renoncer à consulter les sermons des pasteurs. La maire a tweeté «Nous n’avons jamais voulu interférer dans les sermons des pasteurs ou nous immiscer dans la religion.»

Mais la polémique continue malgré tout, d’autant que plusieurs personnalités sont entrées dans le débat. C’est le cas de ce bon vieux Chuck Norris (sous le chapeau ci-contre), qui, en fervent défenseur de la liberté d’expression, a écrit dans un journal en ligne : «Je suis Texan, et ça m’énerve quand je vois que c’est l’Etat de l’Etoile solitaire [surnom donné au Texas, ndlr] qui met un olá à la Constitution américaine

Lundi, c’est l’ancien gouverneur de l’Arkansas et commentateur de l’ultra-conservatrice chaîne d’informations Fox News, le républicain Mike Huckabee, qui a pris position. En pleine émission, il a appelé tous les pasteurs américains à envoyer leurs sermons à Annise Parker, ainsi que tous les téléspectateurs à lui envoyer des bibles. On espère sa boîte aux lettres solide.

Tatiana SALVAN

Des cours de sciences pour les nouveaux pasteurs

Pour remédier au fossé, réel ou fantasmé, entre science et foi, dix séminaires américains vont recevoir un total d’un million et demi de subventions. Le but recherché est d’inclure les sciences dans leur cursus de formation. C’est l’annonce faite la semaine passée par l’Association américaine pour l’avancement des sciences. Les subventions iront de 85 000 francs à 115 000 francs. Elles sont offertes par la Fondation John Templeton, qui a développé de nombreus efforts pour combler le fossé entre science et foi. 

«Beaucoup de dirigeants religieux ne font pas de place aux sciences dans leur enseignement, et maintenant, ils sont en train de devenir des figures d’autorité que beaucoup de gens consultent pour toutes sortes de choses, y compris des questions qui concernent les sciences et la technologie», constate Jennifer Wiseman, directrice du département Dialogue entre science, éthique et religion de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS).

En effet, les protestants évangéliques ont beaucoup plus tendance que les autres Américains à déclarer que quand ils ont une question d’ordre scientifique, ils se tournent vers un texte religieux, vers un responsable religieux, ou vers quelqu’un de leur congrégation.

Les séminaires sélectionnés représentent un large éventail confessionnel, démographique et géographique, dont la Scool of Divinity de Regent University (Virginie), qui inclut théologie pentecôtiste et charismatique, et la Scool of Divinity de Howards University, un séminaire à prédominance afro-américaine, à Washington DC.

Les autres séminaires concernés sont les suivants: l’Andover Newton’s Theological School (Massasussett), la Catholic University of America (Washington DC), le Columbia Theological Seminary (Géorgie), le Concordia Seminary (Missouri), le Lutheran Theological Seminary de Gettysburg (Pennsylvania), la Jesuit School of Theology de la Santa Clara University (Californie), le Multnomah Biblical Seminary (Orégon) et la School of Divinity de la Wake Forest University (Caroline du nord)

En travaillant avec l’Association des écoles de théologie, la principale organisation de coordination des séminaires américains, les mécènes ont reçu vingt-huit lettres de candidatures de la part de séminaires intéressés par le programme pilote.

Des carrefours intéressants

Les subventions vont couvrir des spécialisations, des évènements, des ressources scientifiques, la venue d’invités spéciaux et tous les coûts y relatifs. Les séminaires pourront inclure des questions de technologie moderne, de méthodologie des sciences ou d’histoire des sciences en plus des cours que les étudiants des séminaires suivent déjà, dont l’histoire de l’Eglise, éthique, accompagnement pastoral ou théologie systématique. «Pour tous ces types de cours, il y a des carrefours intéressants soit avec les sciences modernes, soit avec l’histoire des sciences ou la philosophie des sciences, et se sera précieux pour tous ces étudiants d’y être sensibilisés», a déclaré Jennifer Wisemann.

L’AAAS fournira aussi aux séminaires des ressources pédagogiques, parmi lesquelles une série de vidéos courtes d’enseignement scientifique. L’association les aidera aussi à recruter des conseillers scientifiques proches des institutions de recherche scientifique. Le nouveau projet, Science for Seminaries, va aussi organiser des conférences pour les séminaires catholiques, protestants réformés et protestants traditionnels évangéliques.

Scientifiques perçus comme hostiles à la religion

Le sondage effectué par l’AAAS laisse à penser aussi qu’il y a un conflit potentiel entre religion et science. 22% des scientifiques (et 20% du grand public) disent que les personnes qui ont des croyances religieuses sont hostiles à la science. Par contre, 22% du grand public pensent que les scientifiques sont hostiles à la religion, et parmi ceux qui estiment que religion et science sont en conflit, 52% sont du côté de la religion.

Un sondage antérieur, effectué par l’agence Associated Press (AP), a montré que l’identité religieuse, particulièrement celle des protestants évangéliques, était l’indicateur le plus tranché de scepticisme envers les questions clés de la science. Parmi les sondés, 51% des Américains adultes, dont 77% d’évangéliques, ne croient que peu ou pas du tout que «l’univers a commencé il y a 13,8 milliards d’années par un big-bang». Et 36% de l’ensemble des sondés (comparés aux 56% d’évangéliques) doutent que «la Terre soit vieille de 4,5 milliards d’années.»

Toujours selon Jennifer Wisemann, les personnes qui ont une croyance religieuse sont souvent intéressées d’apprendre comment la science peut être utilisée pour le bien commun. «C’est important d’avoir ce genre de débats, mais c’est parfois compliqué de développer la plateforme et de la structurer pour ce faire», conclut Jennifer Wisemann, «la science peut avoir un effet unificateur pour beaucoup de gens dans la société, entre des personnes qui ont la foi et d’autres qui ne partagent pas cette foi, et maintenant, au travers de ce que nous sommes en train d’apprendre dans le domaine des sciences, je pense que nous pouvons nous rassembler, afin d’utiliser cette connaissance pour le plus grand bien.»