Category Archives: Pasteur

Pour les pasteurs chrétiens

Côte d'Ivoire /Sortie de la 14ème promotion des étudiants pasteurs à Bouaflé

Sortie des élèves pasteurs de l’IPH de Bouaflé (image d’archive)

Bouaflé, 18 juin (AIP) – l’Institut pastoral Hébron (IPH) de Bouaflé (Centre-ouest, région de la Marahoué) organise samedi la sortie de la 14ème promotion des étudiants pasteurs, indique une note dont l’AIP a reçu copie. L’IPH se fixe pour objectif de former les leaders des églises évangéliques de l’Afrique francophone en communiquant un savoir-faire mais surtout un savoir-être. Depuis 24 ans d’activités de formation biblique et théologique, l’Institut reçoit des étudiants en provenance du Bénin, Sénégal, Guinée Conakry, Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Son programme d’enseignement est de deux ordres, notamment, le cycle d’enseignement supérieur et la formation pastorale, souligne-t-on. (AIP) zaar/kam

Veuillez vous connecter pour lire l’intégralité.

Sa grève de la faim ravive la crise au sein de l'Eglise réformée

Gréviste de la faim depuis jeudi, Daniel Fatzer est scandalisé par son licenciement de l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV). Le ministre occupe jour et nuit l’église Saint-Laurent, à Lausanne, où il officiait depuis 2011 en usant de méthodes pastorales parfois décoiffantes. «Je ne bougerai pas tant que je n’aurai pas obtenu ma réintégration sans condition», dit-il. Il demande en outre «la création urgente d’un conseil de sages». Cette situation a provoqué des interpellations au Synode (lire ci-contre).

Avant le licenciement de Daniel Fatzer «avec effet immédiat», prononcé par le Conseil synodal mercredi, la conseillère d’Etat Béatrice Métraux a tenté de jouer les bons offices en convoquant une séance de médiation. Un échec, les discussions n’ayant pas permis de trouver un terrain d’entente.

Daniel Fatzer dénonce des «méthodes de gestion du personnel brutales» et, selon lui, «dignes d’une république bananière». Certes, la déontologie ne lui permettait pas de citer nommément sur les ondes d’Espace 2 un collègue licencié par l’Eglise il y a quelques semaines. «C’était un signe, un appel au Conseil synodal, dit-il, et on ne renvoie pas quelqu’un avec effet immédiat pour cela.»

L’EERV a donc licencié deux pasteurs ces derniers jours. Ils s’ajoutent à trois autres licenciements ces deux dernières années, contestés par les intéressés, dont celui de Daniel Nagy, en 2014. Celui-ci a attaqué l’EERV aux Prud’hommes. «Tout cela m’attriste et me désole, disait-il hier au téléphone. Le Synode a pris conscience qu’il y avait un problème, puisqu’il a décidé de créer une commission des litiges. Et pendant ce temps-là, l’autorité de l’Eglise continue de se montrer intransigeante et de couper les têtes qui dépassent.»

«Le Synode a pris conscience qu’il y avait un problème, puisqu’il a décidé de créer une commission des litiges»

Président de la Ministérielle (association professionnelle des pasteurs et diacres vaudois), Eric Bornand se dit préoccupé: «Nous lançons l’alerte depuis longtemps sur le durcissement des ressources humaines au sein de l’Eglise. Il n’y a aucune amélioration, la situation s’est même péjorée», regrette-t-il. Précisant que cette question «provoque des inquiétudes et des tensions» au sein de la Ministérielle. Il observe «à la fois des comportements inadéquats de la part de certains pasteurs et des décisions disproportionnées de l’autorité».

Séparation avec l’Etat en cause

Pourquoi cette situation? Selon Eric Bornand, la crise est née avec la séparation de l’Eglise réformée avec l’Etat de Vaud, en 2007: une révolution copernicienne «que personne n’était prêt à affronter». Le changement de statut de l’institution et de ses ministres, qui ont cessé d’être des fonctionnaires, se trouve compliqué par la renégociation actuelle de la convention collective de travail (CCT). «Une culture d’entreprise change progressivement dans la douleur», commente le journaliste Michel Kocher, directeur de Médias-pro (service protestant des médias).

Dans ce contexte turbulent, le Conseil synodal «tient à une exigence de respect et de professionnalisme accrue de la part des pasteurs», affirme un proche du dossier. «J’en réfère d’abord à Dieu et à ma conscience», rétorque Daniel Fatzer. Il dit effectivement regretter le temps où les pasteurs étaient des employés de l’Etat. Sa grève de la faim ravive en tous les cas une crise de fond. (24 heures)

(Créé: 18.06.2016, 08h41)

Lire EPUB Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 PDF Télécharger …


Téléchargement ou lire Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574

File Name: Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574
Total Downloads: 639
Formats: djvu | pdf | epub | kindle
Rated: 7.0/10 (67 votes)

Gratuit Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 PDF télécharger Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 word télécharger Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 txt télécharger Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 .doc télécharger Get Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 azw Deep in my Heart Hotel Donau Queen of the Night télécharger Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 read online Gratuit Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 ibook télécharger Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 PDF télécharger Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. III, 1565-1574 ePub télécharger

Nigeria: le Benue, théâtre des rivalités meurtrières entre paysans et pasteurs

Poussés par le changement climatique dans le nord du Nigeria, les bergers peuls et leurs troupeaux descendent vers le Sud à la recherche de pâturages et d’eau. Dans le Middle Belt du Nigeria, ils sont confrontés à de moins en moins d’espace disponible et à une hostilité croissante. Les fermiers locaux n’acceptent plus d’accueillir sur leurs terres des têtes de bétail toujours plus nombreuses. C’est la situation que vit L’Etat du Benue, où s’exercent des rivalités meurtrières entre paysans et pasteurs.

De notre envoyé spécial dans l’Etat du Benue,

Trois mois que Tor Tyav n’a pas remis les pieds à Mbathie, un des districts de Buruku à une cinquantaine de kilomètres de Markudi, la capitale de l’Etat de Benue. Après une riche carrière de technicien hospitalier, rare spécialiste au Nigeria des appareils de dialyse rénale, Tor Tyav pensait pouvoir profiter de sa retraite pour lancer le projet qui lui a toujours tenu à cœur : créer une structure de santé dans son village. Et soulager les fermiers des environs. Il faut parfois parcourir des kilomètres pour se soigner. Cette clinique aurait été un vrai plus pour Mbathie.

Il ne restait plus que la dernière étape avant l’ouverture. Le passage devant la commission d’homologation. Une étape reportée sine die. Tor Tyav est amer : « Il y a trop d’insécurité en ce moment à Mbathie. Il y a trois semaines, un groupe de pasteurs peuls faisaient encore régner sa loi. Aujourd’hui, ils se sont repliés ailleurs, mais peuvent revenir à tout moment ».

Mbathie s’est vidé de sa population et donne l’impression d’être une zone fantôme. L’intensité des heurts avec des groupes de pasteurs peuls a provoqué un exode massif. « Rien que sur Mbathie, nous avons recensé plus de 12 000 personnes déplacées », assure Tor Tyav, en tournant les feuillets de son classeur où il répertorie et compile toutes les informations possibles. « Certains fermiers viennent parfois en journée pour labourer leurs champs. Vous savez, nous sommes en pleine saison de culture du manioc, du millet et de l’igname. Mais le soir, personne ne reste dormir à Mbathie, c’est trop dangereux. Il n’y a pas de camps à proprement parler ». Lui-même a déserté les lieux et habite avec son épouse une petite maison à à peine cinq kilomètres de Mbathie. Il se raccroche à la présidence du comité pour la paix de Mbathie, pour ne pas sombrer dans la dépression. Car de fait, Tor Tyav est aussi un déplacé interne. « Mes enfants ne comprennent pas pourquoi ma compagne et moi nous restons en zone dangereuse. Ils préféraient nous savoir à Markudi. Mais, que voulez-vous, c’est plus fort que moi ».

« Le dialogue est impossible »

Des fermiers tivs de l’Etat de Bernue, Nigeria. © RFI/Moïse Gomis

En tant que président du comité, il sillonne avec son adjoint Asen Neer régulièrement tous les secteurs de Buruku, pour s’enquérir des nouvelles des uns, constater les dégâts sur l’habitat. Et surtout, les deux hommes apportent un réconfort psychologique à une communauté fermière, traumatisée de devoir abandonner ses terres, humiliée de ne pas être en capacité de pouvoir répondre aux rapports de forces instituées par des bergers peuls. A Mpaaben, non loin de Mbathie, Mbakorkaa Awase est revenu en pointillé dans sa maison. Il s’est calé sur la présence de l’armée, basée désormais aux portes de Buruku et filtrant les entrées du village avec des civils volontaires. Et se tient prêt à repartir au premier accrochage : « Si un berger pénètre avec son troupeau sur votre champ, vous aurez beau lui dire que vous êtes en train de cultiver, il vous rétorquera que pour lui c’est la brousse. Pour lui, ses vaches et bœufs mangent de l’herbe et des feuilles. Et que pour lui ces bêtes ne mangent que ça sur ce terrain-là. Bref il estimera, pourquoi lui contester le droit de nourrir ses animaux. Donc le dialogue est impossible ».

Plus près de Markudi, la situation est moins tendue, même si les échos et rumeurs des frictions et ressentiments dans l’hinterland remontent en ricochet. Néanmoins, Peuls et Tivs conservent contre vents et marées des alliances dans certains villages. Locations de terrain, partages de point d’eau. La parenté à plaisanterie a préservé le lien unissant bergers nomades et fermiers sédentaires, un lien fragilisé par la récurrence de heurts, mais lien toujours vivant. C’est le cas par exemple à Daudu, où une communauté peule et musulmane a eu l’autorisation d’installer son campement permanent. Juste à proximité d’un édifice ouvert aux 4 vents et servant de lieu de culte chrétien, et d’où l’on aperçoit au bout du chemin les premiers toits en paille du principal hameau où résident les fermiers.

Cycles de violence

Daudu a connu une crise majeure en 2013, avec toujours comme toile de fond une compétition sans merci et acharnée pour l’accès aux pâturages et aux points d’eau. Venant du l’Etat de Kaduna, dans le nord du Nigeria, Alhaji Salimu était déjà là à l’époque avec son clan et son troupeau. Deux de ses frères sont tombés en conduisant le troupeau, victimes d’un guet-apens meurtrier tendu par des fermiers présumés. Alhaji Salimu reste marqué : « Vous savez quand en mars j’ai entendu parler des gros incidents à l’autre bout de l’Etat de Benue, à Agatu, j’ai pris peur. Pendant deux mois et demi, je n’ai plus mis les pieds à Markudi, car je sais suffisamment comment les choses se peuvent se passent ». Sur l’origine des violences attribuée à des bergers peuls armés, Alhaji n’a pas de réponse précise. Néanmoins, il reconnaît « que la violence n’est pas une solution ».

Ibrahim Hassan connait bien la communauté peule de Daudu, ainsi que leurs voisins Tiv. Ibrahim Hassan est médiateur au sein de Pastorale Resolve, une organisation non gouvernementale spécialisée dans la résolution de conflits en milieu rural. Il est intervenu avec un groupe de médiateurs parlant peul et tiv pour apaiser les tensions de Daudu post 2013. Pour Ibrahim Hassan, la résurgence des problèmes, ce sont « malheureusement des conflits qui étaient circonscrits à des localités, dégénérant en des proportions dramatiques. Ces groupes de bergers armés, je ne sais pas si ce sont des mercenaires, en tout cas attaquent des fermiers. Et ces fermiers victimes se vengent sur les bergers et leur troupeau vivant à proximité. Bien souvent des bergers qu’ils connaissent qu’ils fréquentent. Et on entre ainsi dans un cercle vicieux de vengeances sans fin et surtout indistinctes ».

Ces cycles de violence dans l’Etat du Benue, mais aussi ailleurs dans le Middle Belt du Nigeria sont un nouveau motif d’inquiétude pour les autorités fédérales, obnubilées jusque-là par l’insurrection dans le Nord-Est et le réveil de la rébellion dans le delta du Niger. Fin avril, le président Muhammadu Buhari est sorti de son silence et a donné l’ordre aux forces de défense et de police de restaurer la cohésion publique dans un certain nombre de localités frappées par des tueries entre bergers et fermiers. La stratégie du gouvernement fédéral étant de travailler en parallèle sur la mise en place de réserve de pâturage, et surtout d’espace de « ranching ». A Daudu, Alhaji Salimu attend que ces projets voient le jour, car il estime que « si le gouvernement fait ça, ça voudra dire qu’il y aura aussi la mise en place d’école pour nos enfants et de centres vétérinaires pour nos animaux. Ce jour-là, nous aurons une vraie reconnaissance ».

Licencié, le pasteur Daniel Fatzer est en grève de la faim

Daniel Fatzer repose dans un lit à l’intérieur de l’église Saint-Laurent. Le pasteur fait une grève de la faim depuis hier dans «son» église. Et il a bien l’intention d’occuper le lieu de culte lausannois ces jours prochains. Le ministre de 64 ans a été remercié avant-hier par l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV). «Je ne m’alimenterai plus tant que je n’aurai pas été réintégré, expliquait-il hier après-midi. Ce qu’on me reproche? C’est d’avoir voulu soutenir d’autres collègues licenciés par l’Eglise.» Au culte radiodiffusé de dimanche, Daniel Fatzer a repris l’intention de prière d’un collègue pasteur licencié par l’EERV il y a quelques semaines. «Je me suis permis d’ajouter que ce collègue vivait une injustice ecclésiale.»

«Je suis scandalisé. J’emploie les mêmes mots que ceux qui m’ont licencié: «Votre comportement est inacceptable. Mais vous, vous avez le pouvoir de me licencier, et moi pas»

Line Dépraz, pasteure et membre du Conseil synodal de l’EERV, confirme le licenciement de Daniel Fatzer: «Non seulement il a cité un autre pasteur lors du culte à la RTS, mais il a donné sa propre interprétation de la situation professionnelle de ce pasteur. C’est une faute, il n’avait pas à citer un cas nommément en évoquant un dossier en cours devant la justice.» D’autant plus grave, selon le Conseil synodal, que Daniel Fatzer «avait soumis sa liturgie auparavant à la production des cultes de la RTS et que celle-ci lui avait dit que ce n’était pas possible, poursuit Line Dépraz. Il l’a quand même fait, sciemment.»

Autre motif: «Il y a eu une autre intention de prière, par SMS interposé, d’une personne qui accusait l’ancien président du Conseil synodal, Antoine Reymond, d’un licenciement injuste il y a plusieurs années. Ce SMS aurait dû être filtré, c’est une atteinte à la personne inadmissible.» Line Dépraz précise que le Conseil synodal a convoqué Daniel Fatzer pour une explication mercredi matin, mais que celui-ci ne s’y est pas rendu. «La décision de licenciement n’a pas été facile à prendre. C’est une situation douloureuse et je comprends la détresse dont cette grève de la faim est le signe, dit-elle. Toutefois, la carrière de Daniel Fatzer au sein de l’EERV a été parsemée de moments difficiles. Nous avions mis les choses à plat il y a quinze mois, nous avions expliqué dans quel cadre nous accepterions de poursuivre la collaboration. Or ce cadre n’a pas été respecté.»

«C’est inacceptable»

Au-delà de son cas personnel, le pasteur Fatzer veut surtout dénoncer la situation actuelle au sein de l’EERV: «L’Eglise a licencié cinq pasteurs en deux ans et six procédures pénales sont en cours.» Selon lui, le Conseil synodal fait montre d’un autoritarisme malheureux: «Nous sommes une Eglise plurielle, protestante, diverse. En tant que pasteurs, nous sommes formés dans une Faculté de théologie et on nous apprend à être critiques, dit-il. Tout à coup, on se retrouve dans un système où tout le monde devrait être aligné couvert. Je suis scandalisé. Et je dis que c’est inacceptable! J’emploie les mêmes mots que ceux qui m’ont licencié: «Votre comportement est inacceptable. Mais vous, vous avez le pouvoir de me licencier, et moi pas.»

«La décision de licenciement n’a pas été facile à prendre. C’est une situation douloureuse et je comprends la détresse dont cette grève de la faim est le signe»

Déléguée au Synode (assemblée législative de l’EERV), Suzette Sandoz a accouru hier à Saint-Laurent dès qu’elle a appris la nouvelle. «Ce qui se passe me perturbe un peu. J’aimerais avoir la possibilité d’arrêter cela, dit-elle. Une Eglise devrait être un lieu où l’on doit se pardonner et ne pas se jeter des anathèmes à la figure. Il s’agit d’êtres humains, perfectibles de part et d’autre. La recherche d’une conciliation grandirait tout le monde, c’est ce que je souhaite.»

Au menu du Synode

Le Synode, qui doit justement se réunir aujourd’hui et demain, est en train de revoir la gestion des ressources humaines au sein de l’EERV. «Nous allons confirmer le rôle d’une commission de médiation, rappelle Suzette Sandoz. Après cela, nous créerons une commission de règlement des litiges qui verra les choses sous un angle un peu plus juridique. Mais l’essentiel serait que les gens se parlent, ce qu’ils ne font pas en ce moment.»

La RTS a fait retirer hier le culte incriminé de son site. «Pas à notre demande, précise Line Dépraz. Il y a eu une discussion au sein de Médias-pro (ndlr: service protestant des médias) en début de semaine. Il a été signifié à Daniel Fatzer que le lien de confiance était rompu et qu’il n’était plus question qu’il participe désormais à un culte radiodiffusé.» Ce dernier regrette la décision: «Il serait important pour le public de réentendre ce culte, sans cela il sera difficile pour beaucoup de se faire une opinion.» Il s’apprêtait hier soir à passer sa première nuit à Saint-Laurent. Des amis se relaient à son chevet pour le soutenir et le veiller. (24 heures)

(Créé: 16.06.2016, 17h22)

La tuerie d'Orlando n'a rien d'un drame, selon ces pasteurs (VIDÉO)

La tuerie dans un bar gai survenue à Orlando, et dont le bilan est de 49 morts, a beau avoir attristé des millions de personnes à travers le monde, deux pasteurs ont préféré s’en réjouir.

Steven Anderson et Roger Jimenez ont tenu des propos controversés sur la pire fusillade survenue dans l’histoire des États-Unis.

Comme le rapporte le Washington Post, le pasteur Roger Jimenez de l’église «Verity Baptist Church» à Sacramento a dit à ses fidèles que les chrétiens «ne devraient pas être dans le deuil pour la mort de 50 sodomites.»

La tragédie ne repose pas dans la mort des 50 personnes, selon lui, mais dans le fait que le tueur «n’a pas terminé le travail».

Dans une autre vidéo parue sur YouTube, puis supprimée puisqu’elle violait la politique de la plateforme, Steven Anderson de l’église «Faithful Word Baptist Church» a dit au sujet des victimes de la tuerie qu’elles étaient «une bande de pervers dégoûtants».

«La mauvaise nouvelle est que plusieurs d’entre eux sont toujours en vie et qu’ils vont pouvoir continuer à s’attaquer aux enfants», a ajouté le personnage controversé, qui est loin de faire l’unanimité dans les communautés chrétiennes.

Pour sa part, le pape François a exprimé dimanche son «exécration» face à la «haine insensée» du tireur.

«Le terrible massacre qui a eu lieu à Orlando, qui a fait de très nombreuses victimes innocentes, a suscité chez le pape François et chez chacun de nous des sentiments très profonds d’exécration et de condamnation, de douleur, de trouble devant cette nouvelle manifestation d’une folie meurtrière et d’une haine insensée», a indiqué son porte-parole, le père Federico Lombardi.

«Nous souhaitons tous que les causes de cette violence horrible et absurde, qui trouble profondément le désir de paix du peuple américain et de toute l’humanité, puissent être déterminées et combattues efficacement et au plus vite», a-t-il ajouté.

Côte d'Ivoire –Les secrets de la détention du prophète Philippe Kacou et des sept pasteurs

prophete kacou philippe

prophete kacou philippe


Arrêté depuis le 13 mai dernier des éléments de la police des Renseignements Généraux, le prophète Philippe a été déféré devant le juge le vendredi 3 juin. Le verdict de son procès est tombé lundi 6 juin. Il a été condamné à un an de prison ferme pour défiance à l’autorité publique, incitation à la haine religieuse et radicalisme religieux. L’homme de Dieu sera également privé de ses droits civiques pendant cinq ans à sa sortie de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (Maca).
Le vendredi 10 juin, sept (7) autres hommes de Dieu de l’église ‘’Le Cri de Minuit’’ du prophète Philippe Kacou ont été mis aux arrêts par des éléments de la police du 1er arrondissement d’Abidjan-Plateau. Ils ont été appréhendés en début d’après-midi, au Plateau, dans les environs de l’immeuble de la CAISTAB. Il est reproché aux hommes de Dieu de distribuer des tracts qui inciteraient à un soulèvement populaire. Les sept (7) pasteurs sont détenus au commissariat du 1er arrondissement de police du Plateau. En attendant qu’ils soient déférés devant la justice, jugés et condamnés à leur tour…

Le cas de ces hommes de Dieu a été aggravé par le refus du prophète de déférer à la convocation de la police. Cette défiance a braqué l’autorité et corsé le traitement du dossier.

abidjanactu.

Lire EPUB Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 PDF …

Lire EPUB Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 PDF Télécharger en français id:bdfgnvc fe34


Téléchargement ou lire Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594

File Name: Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594
Total Downloads: 859
Formats: djvu | pdf | epub | kindle
Rated: 7.6/10 (29 votes)

[ePub]Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 Read Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 ebook télécharger Ebook Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 pdf télécharger Neal Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 PDF télécharger Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 pdf télécharger Get Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 azw Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 PDF télécharger télécharger Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 in PDF télécharger Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève. T. VI, 1589-1594 kindle Sayers! the Sports Career of Gale Sayers: The Sports Career of Gale Sayers (Sports Legends) Biomaterials Science and Biocompatibility av Frederick H. Silver The Digital Scholar av Martin Weller

Il n'y aura plus de femmes pasteurs en Lettonie

Le synode de l’Église évangélique luthérienne de Lettonie a adopté le 3 juin une modification de sa constitution, réservant l’ordination aux hommes.

Il y avait des femmes pasteurs en Lettonie depuis 1975. Désormais, c’est fini. Vendredi 3 juin, le synode de l’Église évangélique luthérienne de Lettonie a adopté une modification de sa constitution, réservant à nouveau le ministère aux hommes.

Approuvée à 77 % (201 voix contre 49), pour un minimum de 75 % requis pour une modification si substantielle, la motion est un véritable plébiscite. C’est une victoire personnelle pour l’archevêque luthérien de Riga, Janis Vanags, à la tête de l’Église lettone depuis 1993.

En réalité, depuis le début de son « règne », l’ordination de femmes était théoriquement possible, mais jamais appliquée en pratique.

Inquiète pour l’unité

Mais si la décision a été adoptée à une large majorité par les représentants de l’Église évangélique, elle suscite de vives critiques à l’extérieur. D’une part, au sein de la communauté protestante lettone, qui représente près d’un tiers des deux millions d’habitants que compte ce pays balte. Une page a déjà été créée sur Facebook, pour rassembler les protestataires.

D’autre part, la fédération luthérienne mondiale, dont l’Église lettone est membre, s’est très vivement indignée de cette décision. Dans un communiqué lundi 6 juin, l’organisation basée à Genève, qui rassemble 144 Églises dans 79 pays et représente 72 millions de fidèles, s’est dite « attristée » et « inquiète de l’unité de l’Église lettone ». Elle a exprimé « sa solidarité envers les femmes, qui en vertu de cette décision pourraient se sentir marginalisées et blessées dans leur dignité ».

Une orientation minoritaire parmi les luthériens

Avertie en amont de ce projet de réforme, la fédération avait envoyé dès avril dernier une délégation en Lettonie pour exprimer son inquiétude et ses réserves. Elle compte désormais entamer des discussions pour savoir comment l’Église lettone compte mettre en pratique cette décision.

« Plus de 80 % des Églises membres de la fédération ordonnent les femmes », est-il rappelé. Selon la fédération, cela représenterait plus de 90 % des fidèles des Églises membres.

Depuis cinq ans, lors de son assemblée annuelle, la fédération réaffirme la volonté commune de ses membres de permettre aux femmes d’accéder au ministère pastoral. Aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, en Norvège et en Suède, les Églises luthériennes permettent l’ordination des femmes et en ont nommé certaines à des postes de responsabilité.

Ce changement ne concerne pas l’Église évangélique luthérienne de Lettonie à l’étranger, une autre Église crée sous l’occupation soviétique par des Lettons en exil.

Gauthier Vaillant

Cameroun – Réligion. 20 pasteurs consacrés par l'EEC

L’Eglise évangélique du Cameroun (EEC) vient d’accueillir en son sein 20 nouveaux pasteurs.

Le culte de consécration tenu il y a peu a eu pour cadre le collège évangélique de New Bell. Les nouveaux pasteurs ont été présentés au peuple de Dieu à travers des prières et des louanges au Très-Haut. Place ensuite à la liturgie, avec des textes bibliques tirés de l’épitre aux Colossiens, et de l’évangile de Luc.

Suivra la cérémonie de consécration proprement dite. Mains levées dans le cercle, le collège des pasteurs présents à cette cérémonie a prononcé les paroles suivantes : « Vous avez le droit de prêcher et d’enseigner la parole de Dieu, de remplir toute autre fonction que le synode vous confiera. Seigneur, envoie ton esprit saint ». Enfin, l’onction est donnée : « Nous vous déclarons pasteurs devant Dieu, devant son église et devant le peuple de Dieu, vous êtes désormais pasteurs ».

On aura noté la présence de nombreux dignitaires comme le chef Bazou, Vincent Kemajou Tchoua, l’ancien d’église Pierre Moukoko Mbonjo et bien d’autres.

Mali : Amadou koita, PS/YELEEN KURA: “Je ne suis ni imam, ni pasteur”


Amadou Koita , président (PS) Yeleen KuraAmadou Koita , président (PS) Yeleen Kura

Sur son basculement dans la majorité présidentielle, le président du Parti socialiste (PS/Yeleen Kura), Amadou Koïta, a conféré avec la presse le week-end dernier. Il a indiqué que son parti est animé par des hommes et femmes qui sont ambitieux sans être prétentieux et que lui-même n’était ni un imam ni un pasteur.

“Le président IBK ne nous a rien demandé. Il a invité tous les Maliens à s’unir autour de l’essentiel. Puisque nous en sommes, on a décidé de répondre à cet appel. Nous sommes un parti politique animé par des hommes et des femmes ambitieux sans être prétentieux, moi président du PS, je ne suis ni un imam ni un pasteur devant les gens. Les pasteurs et les imams sont à la recherche de l’Au-delà”.

Ainsi parlait samedi dernier le président du PS/Yeleen Kura, Amadou Koïta, face à la presse. Il a aussi ajouté que tous les hommes politiques, qu’ils soient de l’opposition ou de la majorité, sont unanimes pour dire qu’IBK est un patriote.

Sur les raisons profondes de sa défection de l’opposition, Koïta s’abritera sur l’application des résolutions issues de la conférence nationale de son parti qui a fixé cette nouvelle orientation. Il a aussi évoqué ses bisbilles avec certains partis politiques de l’opposition lors de la constitution des listes pour les élections communales qui étaient prévues pour le mois d’octobre 2015. “Aucun grand parti politique de l’opposition n’a voulu faire alliance avec nous”, excipera-t-il.

“Je rends hommage à mes anciens camarades politiques pour les trois années que j’ai passées avec eux dans le respect, l’entente et la cordialité. Aujourd’hui pour des raisons politiques et stratégiques, nous avons décidé d’aller voir ailleurs. Et je pense que ce sont des hommes et des femmes qui se battent pour le Mali”, a-t-il confié.

Plaisanterie de mauvais goût

Pour répondre à ceux qui qualifient son départ d’opportunisme et de prostitution politique, Koïta ne fait pas dans la dentelle : “Traiter les gens de traitre ou de prostitué est psychoculturel au Mali. Dès que tu prends une position tu es opportuniste. Opportuniste, c’est celui qui ne prend pas part au débat, qui n’apporte rien, qui attend une petite occasion pour sauter sur la proie. Je pense que tel n’est pas notre cas”.

Il a ajouté qu’il n’était pas le premier à quitter l’opposition pour le pouvoir. Il a soutenu que le RPM et le Parena sont déjà passés par cette case.

Le président Amadou Koïta a ironisé les alliés du président de la République aujourd’hui qui étaient hier ses plus farouches opposants. Notons que cette conférence de presse a coïncidé avec le troisième anniversaire du PS et l’inauguration de son tout nouveau siège au Badialan III.

Oumar B. Sidibé

Source: L’indicateur du Renouveau


Le pape demande aux prêtres de se laisser déranger

Des pasteurs sereins intérieurement mais qui se risquent au dehors et se salissent les mains sans compter. Dans son homélie à la messe clôturant le jubilé des prêtres, vendredi 3 juin, le pape François a dépeint le cœur qui doit habiter, selon lui, chaque pasteur.

Des milliers de prêtres sont venus du monde entier à Rome pour le jubilé.ZOOM

Des milliers de prêtres sont venus du monde entier à Rome pour le jubilé. / FILIPPO MONTEFORTE/AFP

Être un pasteur et non « un inspecteur ». Ne pas être un « comptable de l’esprit mais un bon samaritain à la recherche de celui qui a besoin ». Le pape François a multiplié les comparaisons et métaphores pour décrire au mieux les dispositions du cœur, à la fois libre et inquiet, qui doit battre en chaque prêtre. Son homélie de vendredi 3 juin peut se lire comme le portrait-type du pasteur que le pape souhaite pour son Église.

« Celui qui ne veut plus entrer par la porte »

Il l’a prononcée avec conviction place Saint-Pierre, devant une foule en aube blanche qui en remplissait la moitié. Des milliers de prêtres venus du monde entier à Rome pour le jubilé, dont la messe en la solennité du Sacré-Cœur de Jésus marquait la clôture. La veille, le pape leur avait livré trois longues méditations sur la miséricorde dans le cadre de l’Année sainte. Son homélie est comme un résumé de la manière d’être du pasteur qu’il a décrite à ces trois occasions.

Lire aussi  : Le pape enseigne la miséricorde aux prêtres en trois méditations

Comme la fête du Sacré-Cœur y invitait, le pape François a souligné les deux pôles qui doivent orienter le cœur de chaque prêtre : « le Seigneur et les gens », « vers Dieu et vers les frères », ou encore « le Tu de Dieu et le nous des hommes ».

A l’appui de l’évangile du jour sur la brebis égarée (Luc 15, 3-7), il a pressé les prêtres non seulement de tenir les portes de leurs églises ouvertes mais de sortir « à la recherche de celui qui ne veut plus entrer par la porte » : « (Le pasteur) désire rassembler les brebis qui ne demeurent pas encore avec (Dieu) ». Une invitation qui s’inscrit dans celle plus large d’aller aux périphéries existentielles des hommes, que Jorge Bergoglio ne cesse de lancer à son Église depuis le début de son pontificat.

« Heures de service »

Pour cela, le pape veut des prêtres qui se dépensent sans compter. Leur cœur « n’exige jamais de ne pas être dérangé ». À deux reprises dans son homélie, comme la veille dans ses interventions, il a insisté sur l’absence d’« heures de service » ou d’« horaires de travail » pour un pasteur.

Comme autres attitudes, il a mis en avant celle de « se salir les mains pour tous » et de tendre « la main en premier » – comme lui le fait avec tous ses interlocuteurs. L’attitude aussi de « corriger (…) toujours pour approcher », de ne pas « (gronder) celui qui laisse ou qui perd la route », de pardonner « avec une généreuse compassion » et de rendre « la dureté (…) étrangère ».

« La joie du prêtre »

Le pape François, qui s’était attardé lors d’une messe chrismale sur la légitime fatigue du prêtre, a reconnu que la « tristesse » pouvait être « passagère ». Mais l’auteur d’Evangelii gaudium et d’Amoris laetitia a surtout insisté sur « la joie du prêtre », « serein intérieurement ». « Il est heureux d’être un canal de miséricorde, d’approcher l’homme au Cœur de Dieu », a-t-il conclu en écho à son rappel, la veille, que tout prêtre serve de médiateur de la rencontre entre Dieu et les hommes.

Ce jubilé aura servi à rapprocher le pape François des prêtres, qui lui reprochent, comme il l’a reconnu à la fin de dernière méditation le 2 juin, d’être trop souvent dur envers eux. La fin de la messe de ce jour lui aura offert l’occasion d’être chaleureusement embrassé par beaucoup. Le pape Bergoglio, qui, la veille, leur avait recommandé d’avoir de l’humour, a bien ri au milieu d’eux. Son homélie comme ses trois autres interventions rendent compte toutefois de la haute exigence qu’il place en eux.

Sébastien Maillard (à Rome)

Le Pape François dresse le portrait type du prêtre Bon Pasteur

(RV) C’était la dernière étape du Jubilé des prêtres : en la solennité du Sacré Cœur de Jésus, le Pape François a présidé une concélébration eucharistique ce vendredi 3 juin dans la matinée, place Saint-Pierre, devant 6000 prêtres venus du monde entier et une petite foule de fidèles. Ce fut une nouvelle occasion pour lui de brosser le portrait idéal du prêtre selon le cœur de Jésus et de lancer quelques mises en garde. Avec le sens de la formule qui le caractérise, le Saint-Père a souligné que le prêtre « n’est pas un comptable de l’esprit ». « Gare aux pasteurs qui privatisent leur ministère », a-t-il lancé. Les précisions de Cyprien Viet

“Le bon pasteur accueille, inclut et ne méprise personne”, explique le pape dans son homélie du …

Texte original italien (*)

Le 3 juin 2016 dans la matinée, place Saint-Pierre, le pape François a présidé la messe du Jubilé des prêtres qui s’est tenu à Rome dans le cadre de l’Année de la miséricorde, à l’occasion du 160e anniversaire de l’institution de la fête du Sacré Cœur de Jésus. « Le cœur du prêtre est un cœur transpercé par l’amour du Seigneur », a souligné le pape dans son homélie ; pour cela, « il ne se regarde plus lui-même mais il est tourné vers Dieu et vers les frères ». Pour aider le cœur des pasteurs de l’Église « à brûler de la charité de Jésus Bon Pasteur », le pape François leur a proposé de s’entraîner à trois actions, suggérées par les lectures du jour (1) : « chercher, inclure et se réjouir ». Ainsi, le pasteur qui cherche selon le cœur de Dieu « ne défend pas ses propres aises » et n’est pas préoccupé « de conserver sa bonne réputation ». « Avec un regard aimable et un cœur de père, il accueille, il inclut… », a poursuivi le pape François, et « il ne méprise personne, mais il est prêt à se salir les mains pour tous ». « La dureté lui est étrangère, parce qu’il est pasteur selon le cœur doux de Dieu. » Nous publions l’homélie avant l’ajout des improvisations faites par le pape François.

La DC

Célébrant le Jubilé des prêtres en la solennité du Sacré Cœur de Jésus, nous sommes appelés à viser au cœur, c’est-à-dire à l’intériorité, aux racines les plus fortes de la vie, au noyau des affections, en un mot, au centre de la personne. Et aujourd’hui, nous tournons le regard vers deux cœurs : le cœur du Bon Pasteur et notre cœur de pasteurs.
Le cœur du Bon Pasteur n’est pas seulement le cœur qui a de la miséricorde pour nous, mais la miséricorde elle-même. Là resplendit l’amour du Père ; là je me sens sûr d’être accueilli et compris comme je suis ; là, avec toutes mes limites et mes péchés, je goûte la certitude d’être choisi et aimé. En regardant ce cœur, je renouvelle le premier amour : la mémoire du moment où le Seigneur m’a touché dans l’âme et m’a appelé à le suivre, la joie d’avoir jeté les filets de la vie sur sa Parole (cf. Lc 5, 5).

Le cœur du Bon Pasteur nous dit que son amour n’a pas de frontières, il ne se fatigue jamais et ne se rend jamais. Là nous voyons sa manière continuelle de se donner, sans limites ; là nous trouvons la source de l’amour fidèle et doux, qui laisse libres et rend libres ; là nous redécouvrons chaque fois que Jésus nous aime « jusqu’au bout » (Jn 13, 1), sans jamais s’imposer.

Le cœur du Bon Pasteur est penché vers nous, « polarisé » spécialement envers celui qui est plus distant ; là pointe obstinément l’aiguille de sa boussole, là se révèle une faiblesse d’amour particulier, parce qu’il désire rejoindre chacun et n’en perdre aucun.

Devant le cœur de Jésus naît l’interrogation fondamentale de notre vie sacerdotale : où est orienté mon cœur ? Le ministère est souvent rempli de multiples initiatives, qui l’exposent sur de nombreux fronts : de la catéchèse à la liturgie, à la charité, aux engagements pastoraux et aussi administratifs. Parmi tant d’activités demeure la question : où est fixé mon cœur, où pointe-t-il, quel trésor cherche-t-il ? Parce que dit Jésus – « là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (Mt 6, 21).

Les trésors irremplaçables du cœur de Jésus sont au nombre de deux : le Père et nous. Ses journées se passaient entre la prière au Père et la rencontre avec les gens. Le cœur du pasteur du Christ lui aussi connaît seulement deux directions : le Seigneur et les gens. Le cœur du prêtre est un cœur transpercé par l’amour du Seigneur ; pour cela il ne se regarde plus lui-même mais il est tourné vers Dieu et vers les frères. Ce n’est plus « un cœur instable », qui se laisse attirer par la suggestion du moment ou qui va çà et là en cherchant des consensus et de petites satisfactions ; c’est au contraire un cœur établi dans le Seigneur, captivé par l’Esprit Saint, ouvert et disponible aux frères.

Pour aider notre cœur à brûler de la charité de Jésus Bon Pasteur, nous pouvons nous entraîner à faire nôtre trois actions, que les lectures d’aujourd’hui nous suggèrent : chercher, inclure et se réjouir.

Chercher. Le prophète Ézéchiel nous a rappelé que Dieu lui-même cherche ses brebis (34, 11-16). L’Évangile dit, « il va chercher celle qui est perdue » (Lc 15, 4), sans se laisser effrayer par les risques ; sans délai il s’aventure hors des endroits du pâturage et hors des horaires de travail. Il ne renvoie pas la recherche, il ne pense pas « aujourd’hui j’ai déjà fait mon devoir, je m’en occuperai demain », mais il se met tout de suite à l’œuvre ; son cœur est inquiet tant qu’il n’a pas retrouvé cette unique brebis perdue. L’a-t-il trouvée, il oublie la fatigue et il la charge sur ses épaules tout content.

Voilà le cœur qui cherche : c’est un cœur qui ne privatise pas les temps et les espaces, il n’est pas jaloux de sa légitime tranquillité, et il n’exige jamais de ne pas être dérangé. Le pasteur selon le cœur de Dieu ne défend pas ses propres aises, il n’est pas préoccupé de conserver sa bonne réputation, au contraire, sans craindre les critiques, il est disposé à risquer même d’imiter son Seigneur.

Le pasteur selon Jésus a le cœur libre pour laisser ses affaires, il ne vit pas en tenant les comptes de ce qu’il a et des heures de service : il n’est pas un comptable de l’esprit, mais un bon samaritain à la recherche de celui qui a besoin. C’est un pasteur, non un inspecteur du troupeau, et il se dévoue à la mission non à cinquante ou soixante pour cent, mais avec tout lui-même. Allant à la recherche, il trouve, et il trouve parce qu’il risque, il ne s’arrête pas après les déceptions et il ne se rend pas dans les fatigues ; il est en effet, obstiné dans le bien, oint de la divine obstination que personne ne se perde. Pour cela, non seulement il tient les portes ouvertes, mais il sort à la recherche de celui qui ne veut plus entrer par la porte. Comme tout bon chrétien et comme exemple pour tout chrétien, il est toujours en sortie de soi. L’épicentre de son cœur se trouve hors de lui : il n’est pas attiré par son moi, mais par le « Tu » de Dieu et par le « nous » des hommes.

Inclure. Le Christ aime et connaît ses brebis, il donne sa vie pour elles et aucune ne lui est étrangère (cf. Jn 10, 11-14). Son troupeau est sa famille et sa vie. Il n’est pas un chef craint par les brebis, mais il est le pasteur qui marche avec elles et les appelle par leur nom (cf. Jn 10, 3-4). Et il désire rassembler les brebis qui ne demeurent pas encore avec lui (cf. Jn 10, 16).
Ainsi également le prêtre du Christ : il est oint pour le peuple, pas pour choisir ses propres projets, mais pour être proche des gens concrets que Dieu, par l’Église, lui a confiés. Personne n’est exclu de son cœur, de sa prière et de son sourire. Avec un regard aimable et un cœur de père, il accueille, il inclut et, quand il doit corriger, c’est toujours pour approcher ; il ne méprise personne, mais il est prêt à se salir les mains pour tous. Ministre de la communion qu’il célèbre et qu’il vit, il n’attend pas les salutations et les compliments des autres, mais il tend la main en premier, rejetant les bavardages, les jugements et les venins. Il écoute les problèmes avec patience et il accompagne les pas des personnes, accordant le pardon divin avec une généreuse compassion. Il ne gronde pas celui qui laisse ou qui perd la route, mais il est toujours prêt à réinsérer et à calmer les querelles.

Se réjouir. Dieu est « tout joyeux » (Lc 5, 5) : sa joie naît du pardon, de la vie qui renaît, du fils qui respire à nouveau l’air de la maison. La joie de Jésus Bon Pasteur n’est pas une joie pour soi, mais c’est une joie pour les autres et avec les autres, la vraie joie de l’amour. C’est aussi la joie du prêtre. Il est transformé par la miséricorde qui donne gratuitement. Dans la prière il découvre la consolation de Dieu et il expérimente que rien n’est plus fort que son amour. Pour cela, il est serein intérieurement, et il est heureux d’être un canal de miséricorde, d’approcher l’homme au Cœur de Dieu. La tristesse pour lui n’est pas normale, mais seulement passagère : la dureté lui est étrangère, parce qu’il est pasteur selon le cœur doux de Dieu.

Chers prêtres, dans la célébration eucharistique nous retrouvons chaque jour notre identité de pasteurs. Chaque fois nous pouvons faire véritablement nôtre ses paroles « ceci est mon corps offert en sacrifice pour vous ». C’est le sens de notre vie, ce sont les paroles avec lesquelles, dans un certain sens, nous pouvons renouveler quotidiennement les promesses de notre ordination. Je vous remercie pour votre « oui » à donner la vie, unis à Jésus : là se tient la source pure de notre joie.

(*) Version française de la Salle de presse du Saint-Siège. Titre de La DC.
(1) Les lectures de la messe en la fête du Sacré Cœur de Jésus étaient les suivantes : Ez 34, 11-16 ; Ps 22 ; Rm 5, 5b-11 ; Lc 15, 3-7.

« Bureaucrates de la foi » ou « pasteurs de miséricorde »

Après le jubilé des Diacres le week-end dernier, place au jubilé des Prêtres et des séminaristes du monde entier qui ont interrompu leurs activités pastorales ou études pour rejoindre Rome par milliers et se ressourcer autour du Pape du 1er au 3 juin. Le Saint-Père a prévu pour eux deux rendez-vous majeurs : une retraite spirituelle, toute la journée de demain, et une grand messe, le lendemain, 3 juin, place Saint-Pierre, en la fête du Sacré-Cœur – instituée il y a 160 ans – et Journée mondiale de prière pour la sanctification des prêtres.

Le Pape toujours avec eux

Le pape François « donne beaucoup de conseils pratiques aux prêtres, connaît bien les aspirations, les peines, les souffrances et les joies qui sont dans leurs cœurs », c’est donc avec « beaucoup de joie » qu’il leur ouvrira une fois de plus son cœur de « Bon pasteur », a déclaré sur les ondes de Radio Vatican, Mgr Jorge Carlos Patron Wong, secrétaire pour les séminaires de la Congrégation pour le clergé. Un seul thème « Le prêtre, ministre de la Miséricorde » pour trois méditations en trois lieux différents : basilique Saint-Jean-de-Latran, Sainte-Marie-Majeure et Saint-Paul-hors-les-murs.

Pour les ressourcer

Durant ces trois journées, chaque prêtre ou séminariste est invité à se concentrer sur l’Amour miséricordieux du Père, un Amour qui « transfigure, change, remue et comble de joie » dont « ils sont les premiers bénéficiaires » et qu’ils doivent prendre le temps de « contempler » pour le rendre au quintuple en le répandant autour d’eux. « C’est une fois de plus une grande occasion pour nous renouveler, pour sentir à nouveau sur nous cette bonne odeur du Bon Pasteur, la partager avec notre peuple, pour recevoir l’Esprit Saint et renouveler nos forces, notre courage, notre enthousiasme et  être plus proches de tous », a expliqué Mgr Patron Wong. Une occasion de plus pour leur rappeler qu’ils ne sont pas des « bureaucrates de la foi », mais des « pasteurs de miséricorde ».

Lors de sa visite pastorale à Florence, en novembre dernier, le Pape avait appelé à un nouvel « humanisme chrétien, populaire, humble, généreux, heureux », à « l’image de Don Camillo, le célèbre curé de Giovanni Guareschi », commentait par la suite notre confrère de la rédaction italienne d’Aleteia, Gelsomino Del Guercio. Le prêtre du troisième millénaire, selon François, doit être « ouvert à tous les hommes, confesseur, et évangélisateur patient », un pasteur avec l’odeur des brebis » sur lui. Au cours de la messe chrismale, le 24 mars dernier, il invitait encore les prêtres à ne pas avoir peur « d’exagérer » dans leur miséricorde, un domaine où le Seigneur, a-t-il rappelé, « exagère toujours » et qu’ils doivent imiter.

Et ce n’est pas fini…

Mais après ces trois jours, le jubilé des Prêtres ne s’arrêtera pas là. Au diapason de Rome, le Sanctuaire de Lourdes en organisera un les 4 et 5 juillet prochains. Cette fois-ci sous forme de colloque international intitulé « Le prêtre, témoin de la miséricorde » et présidé par le cardinal Stella, Préfet de la Congrégation pour le clergé.

Dietrich Bonhoeffer, pasteur martyr

Dietrich Bonhoeffer (1906-1945) est l’un des plus grands théologiens du XXè siècle. Pasteur luthérien, ce résistant fut exécuté le 9 avril 1945 à l’âge de 39 ans dans un camp de concentration nazi, après une longue période d’emprisonnement. Penseur reconnu, il fut aussi un homme d’engagement. Jusqu’au bout, par fidélité et conviction, il s’est fait le témoin d’un amour qui le précédait. Il est pourtant né dans une famille de la haute-bourgeoisie allemande, un milieu d’intellectuels, de médecins ou de juristes, où le protestantisme était plus culturel plus que fervent. Sa volonté de se tourner vers la théologie et de devenir pasteur répondait à une conviction, celle que l’Eglise va mal. Et à une volonté, celle de la réformer.

Plusieurs dates ont marqué sa vie. La rencontre avec le pasteur français Jean Lasserre (1908-1983) au début des années 1930, aux Etats-Unis, a été décisive. Cet homme lui a fait découvrir notamment le sens du Sermon sur la Montagne. Un passage de l’Evangile (Mt, 5) qui lui inspira le texte “Vivre en disciple” où il livre une réflexion sur l’extraordinaire de l’appel évangélique. Il était alors directeur du Séminaire de formation théologique et pastorale de l’Eglise confessante en Allemagne, à Finkenwalde. Son enseignement fut fortement imprégné de sa vision de l’appel à suivre le Christ, non hors du monde, mais bien en son coeur, même si cet appel est protestataire.

Quand il a rejoint les rangs de l’Eglise confessante, Dietrich Bonhoeffer était encore un tout jeune homme. Ce mouvement de résistance au nazisme s’était initialement créé pour protester contre le renvoi de l’Eglise des pasteurs d’ascendance juive. Il s’agit d’un courant au sein de l’Eglise protestante mené par Martin Niemöller (1892-1984), un leader célèbre à l’époque qui fut emprisonné en camp de concentration de 1937 à 1945. L’Eglise confessante avait décidé de créer des séminaires pastoraux, pour former des jeunes à la théologie, avec un fort esprit de résistance.

Dietrich Bonhoeffer, martyr protestant? Rapidement la Gestapo s’est méfiée de ce résistant issu d’une famille profondément pacifiste et d’un milieu opposé depuis la première heure à Hitler. Arrêté puis exécuté au camp de concentration de Flossenbürg le 9 avril 1945, il n’aurait sans doute pas aimé qu’on le qualifie de marytr protestant. “C’est un peu le cas“, considère pourtant Henry Mottu. Il faut dire que l’Eglise allemande après la guerre a longtemps refusé de le considérer comme tel. Il a fallu du temps pour le réhabiliter dans les années 60, tout comme il a fallu du temps à l’Allemagne pour réhabiliter peu à peu les mouvements de résistance anti-nazis.

Les églises baptistes ne blâment pas Guillot

Troublée par les révélations découlant de l’arrestation du pasteur baptiste Claude Guillot, accusé d’avoir maltraité et séquestré au moins cinq jeunes fidèles à Québec et à Victoriaville, l’Association d’églises baptistes évangéliques au Québec (AEBEQ) émet neuf recommandations afin d’éviter qu’un tel drame ne survienne à nouveau… mais ne blâme absolument personne pour les gestes passés.

Lorsque Claude Guillot a été arrêté en décembre 2015 pour avoir imposé des sévices à cinq garçons dans les années 80 et 2000, Le Journal avait révélé que de hauts dirigeants de l’AEBEQ savaient depuis des années que l’accusé avait un comportement dictateur et violent.

Guillot avait été congédié dans les années 80 d’une école baptiste de Victoriaville pour avoir frappé au moins un enfant à coups de palette en bois lorsqu’il était directeur. Il avait toutefois été accueilli à Québec, où il a été formé comme pasteur avant de prendre la tête en 1990 de l’église Québec-Est (voir encadré).

« Maladresse et négligence »

À la suite des révélations du Journal, l’AEBEQ a entamé une enquête interne. Une quinzaine d’individus ont été rencontrés durant quatre mois. Conclusion? Les démarches menées à l’époque concernant les agissements de Claude Guillot n’ont pas été faites en «profondeur»… mais tous ont agi de bonne foi.

«Il n’y a pas de responsabilité basée sur une malversation ou une mauvaise intention ou dans le but de cacher. Ce n’est pas ça qui ressort. C’est des maladresses, des oublis, de la négligence», explique Normand Charest, président du conseil d’administration de l’AEBEQ.

« Pas outillée pour enquêter »

Ce faisant, la seule personne à blâmer serait Claude Guillot, qui fait déjà face à la justice et qui doit revenir en cour aujourd’hui. M. Charest reconnaît toutefois que le comportement de l’ancien pasteur et le manque de suivi de son organisation ont eu des conséquences néfastes chez les victimes alléguées. Il s’en dit «attristé au plus haut point».

Il reconnaît tout de même que son organisation n’était pas outillée adéquatement pour enquêter sur les «rumeurs» entourant le comportement du pasteur. «La seule chose qui a été faite, c’est de rencontrer la personne qui faisait l’objet d’allégations. On n’a jamais fouillé autour ni à la source», dit-il.

À l’avenir donc, les antécédents des futurs pasteurs feront l’objet d’enquêtes et ceux-ci auront des mentors.

M. Charest recommande aussi la mise en place d’une plate-forme pour traiter les plaintes devant un comportement inadéquat.

LA SAGA CLAUDE GUILLOT

  • 1984: Il est congédié par l’AEBEQ d’une école baptiste de Victoriaville pour avoir battu des élèves.
  • 1990: Il devient pasteur de la nouvelle église baptiste Québec-Est, dans la capitale.
  • 1993: L’AEBEQ est informée de l’intransigeance, de l’esprit sectaire et du contrôle excessif de Guillot.
  • 1999: L’AEBEQ entend des «rumeurs» selon lesquelles il disciplinerait physiquement des enfants.
  • 2003: Le pasteur quitte de lui-même l’AEBEQ et poursuit ses activités de façon indépendante à Québec-Est.
  • 2015: Il est accusé de voies de fait, de voies de fait armées, de voies de fait causant des lésions et de séquestration envers cinq garçons pour des gestes posés entre 1983 et 2014, à Québec et à Victoriaville.

Voyages, foot… la belle vie des pasteurs suédois

Matchs de foot, vacances au soleil, dîners gargantuesques : les révélations sur les loisirs dispendieux de l’Église luthérienne de Suède jettent le discrédit sur cette institution financée par l’impôt.

Au prétexte de « bâtir des ponts culturels » ou de « renforcer la cohésion » entre leurs membres, des paroisses des quatre coins du royaume scandinave ont dépensé des fortunes en séjours à l’étranger, ont révélé mardi la radio SR (publique) et le quotidien Aftonbladet. A titre d’exemple, la paroisse de Botkyrka, une banlieue pauvre de Stockholm, a dépensé depuis 2010 la bagatelle de 2,8 millions de couronnes (300 000 euros) en voyages. Il s’agissait, explique-t-on, de « préserver l’unité et la communauté au sein de la paroisse ».

En 2014, 99 personnes appartenant à la paroisse de Huddinge, une commune de l’agglomération stockholmoise, ont participé à une conférence de cinq jours dans une station balnéaire sur l’île de Malte. Motif : faire connaissance avec le nouveau pasteur. La facture de cette villégiature s’est élevée à 800 000 couronnes, soit le double du produit de la quête cette année-là.

Le responsable d’une paroisse de Varberg (sud-ouest), à qui les journalistes demandaient en quoi assister à des matchs de Premier League à Londres profitait aux serviteurs de l’Église, a répondu qu’ils avaient souhaité comparer les rites de la messe et du ballon rond.

Eva Brunne, évêque de Stockholm, a tapé du poing sur l’autel et jugé inacceptable le train de vie de ces pasteurs. L’Église luthérienne suédoise était religion d’État jusqu’en 2010. 6,2 millions de Suédois, soit 63% de la population, en sont toujours membres et versent à ce titre un impôt prélevé automatiquement sur leur salaire.

Chaque jour, recevez un concentré de l’actualité