Monthly Archives: April 2017

Deuil: Le Père Goa Ibo Maurice repose à Oghlwapo

Jean Pierre Cardinal Kutwa a, pour sa part, présenté ses condoléances et dit merci au clergé ivoirien, aux pasteurs et religieuses pour avoir répondu nombreux pour cet ultime hommage.

Deuil: Le Père Goa Ibo Maurice repose à Oghlwapo

Le Père Goa Ibo Maurice, professeur de théologie spirituelle, chef de département de Théologie pastorale à l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest (Ucao), décédé le 24 mars, des suites d’un accident de la circulation, repose désormais à Oghlwapo, quartier Domolon. Où il a été conduit ce vendredi 28 avril 2017, à sa dernière demeure dans la cour de la chapelle St Bernard.

En présence Jean Pierre Cardinal Kutwa, Archevêque d’Abidjan, de Paul Dakoury, Évêque Émérite de Grand-Bassam, de nombreux fidèles, amis et connaissances. Le terrain de cette localité choisi pour la circonstance pour la veillée funèbre de la veille et de la messe de requiem s’est avéré exigu pour accueillir tout ce monde venu rendre un dernier hommage à celui qui, dit on, durant sa vie terrestre invitait toujours à célébrer la vie.

S’adressant directement au défunt, Augustin Ohuia, Curé de la paroisse Notre Dame du Perpétuel secours de Treichville dira ceci: « Ta vie chrétienne a connu des hauts et des bas mais tu n’as rien négligé. Ibo, vas sans t’inquiéter, chanter dans le ciel, la puissance du Seigneur ». Il a invité également les fidèles chrétiens et tous ceux qui étaient présents à prendre la bonne route qui mène au paradis.

Jean Pierre Cardinal Kutwa a, pour sa part, présenté ses condoléances et dit merci au clergé ivoirien, aux pasteurs et religieuses pour avoir répondu nombreux pour cet ultime hommage.

A 12h 40, au terme de la messe de requiem, de longues processions prennent la direction de la cour de la chapelle St Bernard. En ce moment précis, des visages devenaient graves. De nombreuses personnes laissent alors s’échapper des larmes.

Fin de parcours terrestre pour ce prêtre communicateur et brillant selon son frère Josué Goa (lors de son témoignage à la veillée), qui est né le 24 mars 1966 et ordonné prêtre en 1995. Adieu mon père.

Boni Amlaman
Correspondant local

Restez connecté sur le site web de Fraternité Matin

(1685-1700): d'après des documents pour la plupart inédits (Volume 2)

Comment accéder à cet ouvrage ?

Ce livre fait partie de la Bibliothèque généalogique de Geneanet. Celle-ci vous permet d’accéder à plusieurs centaines de milliers de documents anciens : presse ancienne, journaux, ouvrages, monographies, revues de sociétés savantes, etc. La recherche est libre, mais la consultation des documents est réservée aux abonnés Premium.

En savoir plus

Lettre d'adieux à mon Eglise

24.04.17 – Biens chers frères et sœurs,

Voilà que votre pasteur est atteint, comme on le dit d’une maladie, par l’âge de la retraite. La fête que vous avez organisée à l’occasion de mon départ était fort belle et m’a beaucoup touché. Toute la joie que j’ai eue auprès de vous et dont j’ai parlé, fut sincère. Et lorsque l’un de vous m’a demandé pourquoi je n’ai pas souhaité jouer les prolongations dans cette Église que j’ai servie huit ans durant et qui allait se retrouver sans berger, j’ai balbutié une réponse qui ne pouvait convaincre personne.

C’est pourquoi j’ose prendre le temps ici de m’expliquer. Une raison concentre toutes les autres: je suis épuisé! Et même, en toute franchise, vous m’avez épuisé! Vous et les postes que j’ai occupés précédemment.

J’ai été pasteur quarante ans et je suis usé comme si j’avais été mineur de fond. L’image n’est pas exagérée: toute ma vie, j’ai voulu extraire de vous le meilleur en plaidant la cause du Christ. J’ai été serviteur de Dieu et esclave de mes paroissiens. Alors que je rêvais de louer la magnificence du Seigneur, vous m’avez écrasé avec vos soucis, vos bobos, vos critiques, vos exigences, vos médisances et même vos surveillances. Parce que vous ne parveniez pas à être parfaits, vous avez mis en exergue toutes mes faiblesses et toutes mes failles. Parce que vous ne mettiez pas en pratique la Parole, vous avez pointé mes prédications contraignantes. Parce que vous doutiez de vous, vous avez dénigré mon engagement. Oui, moralement, vous m’avez laminé.

Les fleurs que vous avez offertes à ma femme ne lui feront pas oublier, par exemple, les quatre ans durant lesquels elle a réclamé que soit installé le double vitrage au presbytère vétuste, alors que la plupart d’entre vous construisiez de belles maisons. Ce détail témoigne de la mesure de votre considération à l’égard de votre berger et de sa famille. Et comment ne pas être blessé lorsque la trésorière m’a fait remarquer que j’avais le même salaire qu’un pasteur d’une grande Église alors que la nôtre ne comptait que 42 membres?

Tous ces coups absorbés, reçus de personnes qui prennent avec moi la Cène, je les aurais acceptés s’ils n’étaient que maladresse, mais ils sont le reflet de votre égoïsme et de votre indifférence. Je comprends alors pourquoi nos témoignages chrétiens suscitent si peu de conversions!

Vous allez penser que je suis amer, que je vis mal ma situation de nouveau retraité, que je suis atteint de ce burn-out qui frappe les pasteurs, que ce n’est pas acceptable de la part d’un serviteur de Dieu qui ne travaille qu’un week-end par semaine. Vous ne feriez alors que confirmer ce que j’ai toujours lu: de Moïse à Paul, sans oublier Jésus, les conducteurs du peuple ont été victimes d’un immense désamour de la part de ceux qu’ils voulaient éclairer. mais leur œuvre demeure! Je m’attache donc au fait que ce que j’ai semé a porté du fruit.

Pasteur A. Mer

Des étudiants pasteurs de Bouaflé reçoivent leur diplôme de fin de formation

Bouaflé– Au total, 18 étudiants pasteurs ont reçu, samedi, leur diplôme, à l’issue d’une formation au Centre de formation biblique pour pasteur et responsables d’église de Bouaflé (CFBP), lors d’une cérémonie organisée à Bouaflé au centre culturel Henri Konan Bédié.

Cette formation de 18 mois vise à approfondir la connaissance théologique des serviteurs de Dieu afin d’être efficaces sur le terrain. Le représentant du parrain, le député Adié Dominique a conseillé à ses filleuls d’être humbles, respectueux, honnêtes et sincères dans l’exercice de leur nouvelle fonction.

« Un pasteur doit être courtois sympathique et généreux et fidèles et faire attention à l’argent », a-t-il fait savoir, en présence de nombreux dignitaires religieux et fidèles venus de plusieurs régions de la Côte d’Ivoire.

Créé au Kenya en 1990 par un américain, Le CFBP vient combler le déficit de formation des leaders en charge des églises.

Zaar/fmo

Côte d'Ivoire/ Des étudiants pasteurs de Bouaflé reçoivent leur diplôme de fin de formation

Un aperçu des pasteurs diplômés au premier plan et les fidèles chrétiens venus apporter leur soutien

Bouaflé, 23 avr (AIP) – Au total, 18 étudiants pasteurs ont reçu, samedi, leur diplôme, à l’issue d’une formation au Centre de formation biblique pour pasteur et responsables d’église de Bouaflé (CFBP), lors d’une cérémonie organisée à Bouaflé au centre culturel Henri Konan Bédié. Cette formation de 18 mois vise à approfondir la connaissance théologique des serviteurs de Dieu afin d’être efficaces sur le terrain. Le représentant du parrain, le député Adié Dominique a conseillé à ses filleuls d’être humbles, respectueux,  honnêtes et sincères dans l’exercice de leur nouvelle fonction. « Un pasteur doit être courtois sympathique et généreux et fidèles et faire attention à l’argent », a-t-il fait savoir, en présence de nombreux dignitaires…

Veuillez vous connecter pour lire l’intégralité.

Archives historiques religieuses en main de l'Etat

Prestigieuse donation de la part de la Société des Pasteurs et Ministres neuchâtelois. Elle a remis ses archives historiques à l’Etat de Neuchâtel, précise un communiqué publié vendredi matin par le Canton. Il s’agit d’un fonds documentaire composé de plusieurs centaines de lettres du 16e siècle écrites à la main notamment par Guillaume Farel et Jean Calvin ainsi que de nombreux documents qui retracent la vie de l’Eglise et l’activité des pasteurs du 16e au 19e siècles.

Une sélection de ces documents sera à découvrir le samedi 10 juin lors d’une journée portes ouvertes des Archives de l’Etat. /comm-jpp

Actualité chrétienne Chrétiens d'Ukraine : le pasteur Elisey Pronin témoigne

Le pasteur Elisey Pronin remercie les chrétiens suisses qui ont soutenu l’Eglise ukrainienne lors de la guerre entre forces de Kiev et rebelles prorusses.

Lorsque la guerre dans l’est de l’Ukraine a éclaté, les chrétiens ont tout perdu. Les églises ont été détruites comme l’explique le pasteur Elisey Pronin :

« Notre ville a été détruite et nous avons dû fuir. Nous n’avions plus de maison. Notre église a été dispersée à travers le monde. Nous avons perdu notre travail. Mais Dieu a placé sur notre chemin des gens qui ont cru en nous, des gens très différents, de partout dans le monde, aussi de Suisse.

Ces personnes croyaient que nous pouvions rester en Ukraine. Elles croyaient que je pouvais enseigner aux jeunes pasteurs du séminaire et que nous allions implanter une nouvelle église. Et nous avons cru que Dieu allait nous utiliser dans un nouveau ministère. Ces gens qui ont cru en nous ont été une bénédiction. Ils nous ont soutenus et ont prié pour nous, avec le résultat que notre famille vit toujours, un an plus tard, en Ukraine.

Je travaille au séminaire et aide les jeunes qui se préparent à devenir pasteurs, prédicateurs ou missionnaires. En tant que professeur, j’ai le privilège d’être le mentor de beaucoup de jeunes serviteurs de Dieu. À Lviv, ville dans laquelle nous vivons maintenant, il y a une nouvelle église, notre église! Entre vingt et quarante visiteurs y viennent.

Des groupes de prière se réunissent régulièrement, nous offrons des classes d’école du dimanche pour les enfants et des activités pour les jeunes. Nous disons: ‘Merci, Seigneur, que tout cela soit devenu une réalité.’ Nous sommes vraiment reconnaissants envers les gens qui ont cru en nous.

Je veux vous exhorter à vous interroger: Pensez-vous que notre Dieu vivant est capable de changer des vies? Pensez-vous que des gens ordinaires, des mots ordinaires ou l’aide humanitaire ordinaire comme une plaque de chocolat dans un cadeau de l’Action paquets de Noël peuvent être utilisés par Dieu pour faire des miracles? Croyez! Le monde autour de vous a besoin de votre foi. »

TOGO : Le Pasteur Afolabi clos le débat

Des attaques et contre-attaques verbales ont eu lieu ces derniers temps sur les média, soit entre homme de Dieu et journalistes ou entre hommes de Dieu eux-mêmes. Sont concernés par cette affaire, le confrère Noel Tadégnon, la consœur Da Dédé Hounlédjé, et les Pasteurs Luc Russel Adjabo et Barth Afolabi. Mais ce mercredi, la HAAC a auditionné le dernier des mis en cause et a ainsi définitivement clos le débat. En conséquence, le tout-prochain récidiviste s’expose à la rigueur de la loi ainsi que la chaine sur laquelle il le fera.

Après avoir entendu les nommés Noel Tadégnon, Da Dédé Hounlédjé et Luc Russel Adjaho les 23 février et 06 avril derniers, la HAAC dit avoir entendu ce jour le seul qui reste sur la liste, le Pasteur Barth Afolabi.

Et dans un communiqué rendu public, la HAAC souligne que le Pasteur Barth Afolabi a reconnu « s’être emporté sur la radio Jésus vous aime (JVA) face à diverses attaques du Pasteur Luc Russel Adjaho ». Or, rappelle la HAAC, le Pasteur Adjaho aussi faisait savoir que c’est aux attaques verbales du sieur Afolabi qu’il a aussi répondu.

Tout compte fait, précise le communiqué, le Directeur de Publication du Magazine « Maranatha » s’est engagé à mettre fin à cette campagne de dénigrement entre les confrères et « a manifesté sa volonté d’œuvrer à la création d’une autorité qui veillera à l’éthique religieuse afin de mettre un terme à la décrédibilisation du travail des hommes d’églises ».

T228

Togo / HAAC : Épilogue de la guerre des pasteurs par médias interposés

La Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) a rencontré hier l’Evangéliste Afolabi Habib Barth après l’audition du pasteur Luc Russel Adjaho. Un communiqué de l’institution a sanctionné cette séance plénière. Voici l’intégralité du communiqué.

Communiqué de la HAAC

Dans le cadre des concertations qu’elle a engagées avec les parties prenantes aux violations répétées des règles déontologiques et professionnelles consécutives aux attaques entre pasteurs par médias audiovisuels interposés, la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a consacré sa séance plénière de ce mercredi 19 avril 2017 à l’audition de l’Evangéliste Pasteur AFOLABI Habib Barth.

Cette séance, présidée par Monsieur Pitang TCHALLA, Président de la Haute Autorité, fait suite à celle du 23 février 2017 au cours de laquelle elle avait reçu Monsieur Noel TADEGON et DA Dédé, journalistes et le Pasteur Luc Russel ADJAHO, Directeur de TV ZION, ainsi que celles du 6 avril 2017consacrées à Monsieur Luc Russel ADJAHO puis au Conseil Chrétien du Togo.

La HAAC, à ce jour, n’avait pu rencontrer l’Evangéliste AFOLABI qui est, par ailleurs, Directeur de Publication du Magazine Maranatha. L’Evangéliste AFOLABI a présenté ses excuses pour n’avoir pas répondu aux précédentes convocations, en raison de ses activités professionnelles hors du Togo et a remis à la HAAC un mémo relatif à cette crise, tout en reconnaissant s’être emporté sur les antennes de la Radio Jésus Vous Aime (JVA) face aux diverses attaques du Pasteur Luc Russel ADJAHO.

Il convient de rappeler ici que le Pasteur ADJAHO avait prétendu répondre aux attaques dont il serait l’objet de la part de Monsieur AFOLABI.

Tout comme le Pasteur Luc Russel ADJAHO, l’Evangéliste AFOLABI Habib Barth, s’est engagé à mettre un terme à cette campagne de dénigrements contre les confrères et a manifesté sa disponibilité à œuvrer à la création d’une autorité qui veillera à l’éthique religieuse, afin de mettre un terme à la décrédibilisation du travail des hommes d’Eglise. A cet effet, l’institution de régulation des médias salue la pertinence de la création récente de la Direction des Cultes au Ministère de l’Administration Territoriale.

Rappelant au cours de l’audition la nécessité du respect scrupuleux des dispositions légales, la HAAC a, à nouveau, saisi cette occasion pour adresser une sévère mise en garde à tous ceux qui utilisent leurs organes et médias pour provoquer, insulter, maudire ou régler des comptes personnels.

Tout comme elle l’a fait lors des précédentes auditions, la Haute Autorité a réaffirmé sa détermination à appliquer les sanctions idoines si de nouveaux propos diffamatoires ou injurieux venaient encore à être proférés sur les médias.

Fait à Lomé le 19 avril 2017

Pour la HAAC, le Président

Pitang TCHALLA

“Aimer, c'est donner”

“Si vous avez des problèmes, déposez-les aux pieds du Christ”. Sur le podium, le pasteur Paul Le Cossec, missionnaire de la mission tzigane IGWF (Indian Gypsy Works Fellowship Partner) raconte son travail qu’il mène en Inde. Face à lui, 3000 personnes de tous horizons.. Des familles entières venues des quatre coins de l’île venus dans ce stade dionysien pour célébrer la résurrection de Jésus-Christ. “Le congrès Lumière de Pâques est organisé tous les ans depuis 28 années”, rappelle Georges Mouriapregassin, coordonnateur de la manifestation. Il est l’un des huit pasteurs de la région Nord. Ils sont 45 dans toute l’île. “Le congrès est un moment agréable entre chrétiens et amis pour célébrer Pâques et la résurrection de Jésus Christ”, explique le pasteur. Pendant le week-end pascal, le congrès permet de se rassembler autour de la parole de Jésus Christ. La mission Salut et Guérison est fière d’accueillir cette année Paul Le Cossec pour son congrès dont le thème est “Aimer, c’est donner”.

Après sa prédication, une large place est donnée aux chants. Des louanges à Jésus-Christ, des chants d’amour de Dieu interprétés par des chorales, mais aussi par Pat Berning et ses musiciens…

Des fidèles montent sur scène pour raconter les miracles, leurs rencontres avec Jésus. “Ils ont fait cette expérience et ont été délivrés de l’alcool, ou d’une vie chaotique”.

Le congrès est gratuit. Samedi, les membres de la Mission Salut et Guérison sont allés à la rencontre de Monsieur et Madame tout le monde, dans la rue piétonne pour les inviter au stade de l’Est.

90 personnes assuraient la sécurité, autour de Sosthènes Hoarau ce lundi. Lui aussi, la Mission Salut et Guérison l’a aidé. “Ça fait 44 ans que je suis dedans. Mes parents étaient dedans aussi. On a été dans plusieurs religions avant. Mais il y avait des disputes à la maison. Mes parents avaient même envisagé de divorcer. Un jour, en allant à la plage, on a entendu des chants à une Assemblée de Dieu et avec maman, on est allé écouter. J’avais 7 ans. Et c’est comme ça qu’on a découvert la Mission Salut et Guérison. Mes parents ont surmonté leurs problèmes. “, se réjouit le coordonnateur de la sécurité.

Le prochain rassemblement est prévu en juin, pour la Pentecôte. Il se déroulera à Saint-Paul. 15 000 personnes sont attendues…

J.P-B.

Des paroissiens sous le choc

13.04.2017

Liliane et Innocent Himbaza s’en vont. Une année, à peine, après leur nomination à la tête de la paroisse de Môtier-Vully, le couple de pasteurs a pris la décision de démissionner, lui s’étant vu offrir un engagement d’enseignement à l’Université de Fribourg.

Dimanche à l’issue du culte, où ils avaient appris la nouvelle, les paroissiens étaient sous le choc. L’incompréhension, la tristesse, la déception voire la frustration étaient les sentiments partagés par une grande majorité de fidèles en ce dimanche ensoleillé des Rameaux.

Immédiatement bien intégrés, les Himbaza ont tout de suite «senti» la mentalité des habitants du Vully. Par exemple, dans un contexte spécial, la cérémonie œcuménique de la dernière Fête des vendanges fut remarquable. Avec la diacre et l’animateur des jeunes, ils formaient une équipe appréciée par toutes les couches de la population.

Oui la frustration est gran­de, surtout auprès de certains membres de la commission de repourvue, qui avaient la conviction profonde d’avoir trouvé dans le couple Himbaza, et pour longtemps, les pasteurs qui convenaient à l’originalité et aux particularités de la paroisse de Môtier. Il faudra remettre l’ouvrage sur le métier, ce ne sera pas facile, tant leur charisme était évident.

En cette année de commémoration des 500 ans de la Réforme, il faut souligner l’ouverture du Rectorat de l’Université catholique de Fribourg qui n’hésite pas à offrir un poste d’enseignement à un pasteur protestant.

Jean-François Chenaux,

Praz-Vully

Presse : Mise en garde de la HAAC contre les organisations…

Dans un communiqué, la Haac menace de sactions sévères les médias confessionnels qui accordent leurs antennes aux disputes entre pasteurs évangélistes.

Disputes intersectaires. Le président de la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (Haac) met en garde les  organisations religieuses contre les invectives entre pasteurs par médias confessionnels interposés.

« La Haac invite les directeurs des médias écrits et audiovisuels privés, notamment les médias confessionnels, à respecter leurs cahiers des charges et à ne pas prêter leurs antennes et colonnes au dénigrement des autres confessions religieuses », selon le communiqué.

L’institution de réglementation « prononcera des sanctions réglementaires sévères » en cas de violation  des codes éthiques.

La saillie de la Haac intervient après une rencontre avec l’inénarrable Pasteur Luc Russel Adjaho, propriétaire de la chaîne audiovisuelle Zion sur laquelle avec maestria il tourne en dérision les autres sectes protestantes du Togo, notamment leurs leaders.

Selon le communiqué de la Haac, à en croire son témoignage, les injures publiques du Pasteur Adjaho ne sont que la réaction à des invectives d’autres pasteurs sur les médias audiovisuels et les réseaux sociaux.

Le Pasteur Adjaho n’est pas à sa première convocation par-devant la Haac pour des faits similaires. Le 23 février, il était déjà convoqué à la Haac pour des injures à des journalistes de la presse privée. Assez théâtral, excellent comique de l’interprétation et de l’improvisation, Luc Russel Adjaho s’autorise à injurier, dénigrer, ses adversaires lors de la diffusion des films de Nollywood.

Le sulfureux pasteur Adjaho

Personnage sulfureux, selon des rumeurs assez inquiétantes, le Pasteur Adjaho serait le prototype du faux pasteur  qui commet en toute impunité des crimes qui relèveraient de la correctionnelle.  Il aurait surtout commis courant 2005 des traitements inhumains et dégradants sur de nombreuses personnes à Kpalimé. Les plaintes des victimes n’ont jamais abouti comme si ledit pasteur bénéficiait de la protection de certaines autorités.

Mais l’intervention de la Haac en vue du règlement de ces disputes entre sectaires peut surprendre alors qu’une suite judiciaire suffirait aux injures et  propos à caractère diffamatoire ou attentatoire à l’honneur et à la dignité des personnes victimes des saillies du pasteur Luc Russel Adjaho ainsi que d’autres pasteurs évangélistes.

La médiation de la Haac dans des polémiques de clocher inutiles témoigne vraiment de l’inactivité ou de l’absence d’ambition d’une institution censée apporter beaucoup à la démocratie. C’est aussi le témoignage de la déliquescence et la corruption des élites surtout religieuses qui s’écharpent dans des querelles dignes du café de commerce.

29 Vues totales 29 Vues ce jour

La HAAC met en garde des “pasteurs égarés”

C’est devenu courant. Les pasteurs s’attaquent par médias interposés. L’illustration est encore faite ces jours par les piques que s’envoient le pasteur Adjaho et l’Evangéliste Afolabi. Et la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) de mettre en garde.

Le Conseil chrétien du Togo accuse Luc Russel Adjaho, propriétaire de Tv Zion, de faire des commentaires tendancieux sur sa télévision, en dénigrant les autres pasteurs. Ce dernier a expliqué qu’il n’a fait que répondre aux attaques de son confrère Afolabi.

« La plainte du Conseil chrétien fait état d’injures et de dénigrements que le pasteur Adjaho aurait proférés à l’endroit de l’Eglise des Assemblées de Dieu du Togo et de certains de ses dirigeants », explique la HAAC dans son communiqué d’hier.

Togo: Des pasteurs intempérants dans le viseur de la HAAC

Dans un communiqué publié ce lundi par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), l’instance de régulation des médias met en garde des pasteurs qui s’affrontent par médias interposés. Le dernier affrontement en date est celui du pasteur Adjaho et de l’Evangéliste Afolabi.

Selon le communiqué, le Conseil chrétien du Togo accuse Luc Russel Adjaho, propriétaire de Tv Zion de se servir de sa chaine de télévision pour porter des jugements sur d’autres pasteurs. Pour l’accusé, c’est juste une réponse aux diverses attaques et menaces de l’évangéliste Afolabi sur les ondes de la radio Jésus vous aime (JVA).

La HAAC explique dans son communiqué que dans la plainte du Conseil chrétien, le pasteur Adjaho aurait proférés des injures et de dénigrements à l’endroit de l’Église des Assemblées de Dieu du Togo et de certains de ses dirigeants.

L’instance de régulation des médias dénonce ces dérives et met en garde les protagonistes. La HAAC appelle par ailleurs, les médias au respect de leurs cahiers de charges.

Entretien avec Manou Bolomik

Manou Bolomik a grandi au Cameroun. C’est là qu’il a découvert le rap, mais c’est aussi là qu’il rencontrera Jésus. Et c’est ainsi qu’il deviendra celui que l’on nomme parfois le pasteur-rappeur. Au fil des années Manou a su faire de son enfance, de son parcours, de son histoire, une force et une différence pour atteindre les perdus au travers de sa musique et de sa prédication. Il alterne entre albums, tournées et ministère pastoral au sein de son église à Pau. Nous le remercions d’avoir accepté de répondre aux questions de la rédaction d’Info Chrétienne avec fraîcheur et sincérité.

  • Peux-tu nous raconter ta rencontre avec Jésus ?

Mi-voyou rappeur, mi–élève pseudo-modèle. J’ai été viré le jour de la rentrée pour avoir fait le mur. C’est un ami qui m’a parlé de Jésus et m’a proposé la prière, et là j’ai décollé en trois phrases :

« Aie pitié de moi – Pardonne moi – Viens et change ma vie ».

Un amour m’a rempli. Une paix incroyable… C’était fort un truc de malade. Oh je suis tombé « in love » de Jésus. Ensuite j’ai eu une bible et j’ai commencé à prier. Oh la classe… C’est beau pour une personne comme moi.

  • Quel a été le déclic qui a marqué le début de ton ministère ?

J’ai voulu crier à tous le secret d’une existence réussie : Rencontrer JésusLe changement de ma vie qui m’a bousculé : l’amour, c’est comme une lumière qui rentre en nous, et donc j’ai voulu crier à tous le secret d’une existence réussie : Rencontrer Jésus. Le déclic c’est d’avoir chanté des raps écrits pour Jésus à 16 ans, de faire ensuite un appel à la repentance, et de voir des dizaines de jeunes dire oui à Jésus. C’est une sensation extraordinaire de répandre l’amour de Dieu.

Partager cette image sur Facebook

  • La vie est parfois soumise aux épreuves. Serais-tu d’accord d’en partager une avec nous, et surtout de nous faire découvrir de quelle manière tu l’as surmontée avec la grâce de Dieu ?

Je suis arrivé en France comme étudiant avec le désir de partager Jésus dans ce pays. Ça a été dur de me retrouver dans une campagne au fond des Landes dans des difficultés terribles pour diverses raisons. 6 mois sans pouvoir aller à l’église… Ça a été un moment où j’ai appris à vivre en communion avec le Saint-Esprit. C’est fort… Un an après j’étais au Cijem devant 1500 jeunes et pasteurs. J’ai chanté et ils ont fait une compilation avec mon chant dedans. J’ai commencé à parcourir la France pour parler de Jésus.

  • Quel est le projet ou la réalisation dont tu es le plus fier ?

Le plus beau c’est de voir des personnes non chrétiennes venir aux spectacles et adhérerJ’ai fait 5 albums. Le DVD musical et documentaire que j’ai fait m’a pris 3 ans pour la réalisation entre le voyage en Afrique, laisser le réalisateur me suivre pour le documentaire et mettre en place une vraie live setlist solide. Ce projet m’a également permis de vivre une aventure avec les musiciens. Cette année je me suis éclaté en faisant la comédie musicale avec nos 110 enfants. Les voir en studio d’enregistrement c’était fort, et le plus beau c’est de voir des personnes non chrétiennes venir aux spectacles et adhérer.

  • Quelle est la plus grande leçon que tu aies apprise au travers de ton ministère ?

Il faut toujours s’appuyer sur la force que donne le Seigneur… C’est plus important et le plus extraordinaire c’est faire l’œuvre de Dieu en sa compagnie. C’est géant.

  • Et si c’était à refaire ! Que changerais-tu ?

Pas grand chose, car j’ai appris par tous les chemins où je suis passé dans le malheur, dans ma longue maladie, dans les moments de joies.

  • Quelles sont les personnes qui ont eu un rôle majeur tout au long de ton parcours ?

– Mes amis de mon groupe de Rap au Cameroun ArKangelic. On a parcouru des quartiers et des salles de spectacles pour parler de Jésus.

– Serge Santander, vraiment un homme de Dieu extraordinaire. Je pense que Dieu l’a mis sur mon chemin, et c’est extraordinaire ce qu’on a vécu.

– Le Cijem, Carrefour international de jeunesse en mouvement. C’était plusieurs Pasteurs qui voulaient bouger la France et ils l’ont fait : Serge Santander, Michel Balverde, Paul Etori, Eric Célérier, Bertrand Colpier, Thierry Noël, Bruno et Marie Gautier… Vous vous imaginez qu’on a écrit avec plus de 600 jeunes, « Jésus aime Paris » sur le champ de Mars filmé au 2ème étage de la tour Eiffel.

– Ma femme m’a marqué grave. Elle est incroyable, on a appris a bossé en duo au fil des années. Elle est mon premier critique musical. Elle finalise avec moi mes prêches.

Partager cette image sur Facebook

  • As-tu des modèles, des mentors, des personnes qui te poussent à aller de l’avant et à devenir meilleur ?

Je n’ai pas de mentors attitrés, chaque leader m’apporte beaucoup, et au cours de mes 17 ans années de tournées et mission pour l’évangélisation. J’apprends beaucoup au contact des hommes et des femmes de Dieu

  • Quel est le personnage biblique qui est une source d’inspiration pour toi ? Et pourquoi ?

Je suis fan de Jésus à donf, il me fait frémir, j’aime son nom, je voudrais de plus en plus lui ressembler. J’aime aussi Moïse, sa patience, son dévouement, son humilité, la classe.

  • Quel conseil pourrais-tu donner à celles et ceux qui souhaitent se lancer dans la même voie que toi ?

Je leur dirais d’aimer Jésus, d’aimer Dieu et ensuite de travailler pour lui.

  • Comment perçois-tu tes prochaines années dans le ministère ? Quel est le ou quels sont les projets qui te tiennent à cœur ?

J’attends les ordres de mon Seigneur
Pour les années qui arrivent je n’ai pas de plan spécifique. Je continue de le servir à travers les concerts, les concerts dans les prisons, les concerts dans les lycées et collèges, et les messages dans les églises et les rassemblements d’églises ou de jeunesse. Ensuite, j’attends les ordres de mon Seigneur. Actuellement je travaille pour un autre album. Je suis impliqué sur la vision de multiplication des assemblées de Dieu, M2. On voudrait remettre dans le cœur des chrétiens le désir de se multiplier. Un chrétien qui gagne un chrétien, un leader forme un autre leader, un pasteur forme un autre pasteur, et une église ouvre une autre église. Je travaille aussi pour mon église locale. On a construit avec les frères un local qui fait 1250 places assises, et on travaille pour que le Seigneur ajoute des âmes dans sa maison.

  • L’actualité est souvent troublée et triste. Chrétiens persécutés, société à la dérive, catastrophes naturelles, changements éthiques majeurs… Quelle est ta position face à ces événements ? Es-tu plutôt engagé, veilleur attentif, lanceur d’alerte, intercesseur ?…

Mon plus grand désir c’est de parler de l’amour de Jésus sachant la période que nous traversons dans ce monde…Ma position est celle d’un chrétien qui vit dans les derniers temps. Comme Jésus le disait, on regarde les nuages et on devine qu’arrivera bientôt la pluie. Je change de casquettes je demeure un intercesseur dans les prières souvent, et parfois je passe en mode engagé comme mon titre de musique contre la théorie du genre. Mais mon plus grand désir c’est de parler de l’amour de Jésus, sachant que la période que nous traversons dans ce monde est favorable au message de l’Évangile, car là où le péché abonde la grâce de Dieu surabonde.

Manou, la rédaction d’Info Chrétienne te remercie pour ta générosité et ta spontanéité. Que le Seigneur t’accompagne dans chacun de tes projets et qu’il bénisse les tiens.

La rédaction

La rédaction

© Info Chrétienne – Courte reproduction partielle autorisée suivie d’un lien “Lire la suite” vers cette page.

Cher lecteur, chère lectrice,

Info Chrétienne souhaite aujourd’hui solliciter votre aide.

Il est devenu crucial d’apporter un regard chrétien sur les évènements et l’actualité de notre monde. C’est pourquoi nous travaillons à vous présenter chaque jour des actualités fiables et pertinentes, parfois absentes des médias traditionnels.

Grâce à des personnes comme vous, qui savent à quel point il est vital d’apporter une alternative chrétienne dans les médias francophones, nous pouvons accomplir notre mission.

Accepteriez-vous de nous aider dans cette mission, à votre service et au service des chrétiens dans la francophonie ? Si vous souhaitez faire un don pour nous soutenir, je vous invite à cliquer ici.

Merci,

Guillaume Anjou
Fondateur et directeur d’Info Chrétienne

TOGO : “Une sévère mise en garde” contre Radio JVA et TV Zion

Le feuilleton des attaques et autres entre pasteurs sur les média interposé se poursuit toujours, regrette la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). Le tout dernier cas qui est en cours est celui opposant le Pasteur Adjaho de la Tv Zion et le Conseil Chrétien du Togo. Bien avant de voir qui a raison ou pas, la HAAC adressé une sévère mise en garde à tous ceux qui utilisent leurs organes et médias pour provoquer, insulter, maudire, ou régler des comptes personnels.

Dans un communiqué rendu public ce lundi, la HAAC dit avoir enregistré de nouvelles plaintes, le 23 février dernier, contre le Pasteur Luc Russel Adjaho ; lui-même a également déposé des plaintes contre des journalistes et pasteurs.

En effet, le Conseil Chrétien du Togo se dit indigné par les commentaires du responsable de la télévision Zion dans un film intitulé les faux pasteurs diffusé le samedi 1er avril 2017 sur la chaine Zion. « La plainte du conseil chrétien fait état d’injures et de dénigrements que le pasteur Adjaho aurait proférés à l’endroit de l’Eglise des Assemblées de Dieu du Togo et de certains de ses dirigeants », souligne le communiqué.

Mais, ayant entendu le mis en cause, le Pasteur Adjaho, ce dernier « a déclaré n’avoir réagi qu’à des attaques, critiques, calomnies et de menaces contre lui-même et sa famille sur la radio « Jésus vous Aime » (JVA) par le pasteur Afolabi ». selon la HAAC, le Pasteur Adjaho a justifié son acte par le fait que « pasteur afolabi lui aurait confirmé avoir reçu le soutien et l’approbation de certains dirigeants de certains dirigeants religieux pour nuire à l’église Zion ».

A l’heure actuelle, l’instance de régulation des média fait savoir que tous les protagonistes n’ont pas encore été entendus. Mais, au nom de la préservation de la liberté d’expression, de la paix et de la sécurité publique, tous les médias écrits ou audiovisuels sont invités au respect de leurs cahiers de charges respectifs et à ne pas prêter leurs antennes et colonnes aux dénigrements des autres confessions religieuses.

Mais, au cas où cette situation se poursuivra avec des violations des textes en vigueur, « la HAAC prononcera en cas de violation, des sanctions réglementaires sévères », a conclu le communiqué.


T228

Vaud: un ancien prêtre parmi les deux pasteurs licenciés

Parmi ces deux ministres congédiés, un ancien prêtre catholique officiait encore à Lausanne en 2015 (Photo: Pixabay)

Deux nouveaux licenciements de pasteurs ont été enregistrés fin mars 2017 par l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV). Parmi ces deux ministres congédiés, un ancien prêtre catholique officiait encore à Lausanne en 2015.

“L’éviction de deux pasteurs noirs remet le feu à l’EERV”, titrait le quotidien 24Heures lundi 3 avril 2017. Le jour précédent, une dizaine de paroissiens manifestaient leur colère à l’heure du culte. “Réhabilitez notre pasteur”, pouvait-on lire sur leur banderole. Ils réagissaient au licenciement de Théodore Ntamack Ntamack, pasteur suffragant (à l’essai) à Froideville, qui a reçu son congé le 21 mars.

Parmi plusieurs éléments complexes, sa “manière de collaborer” est mise en cause dans la lettre de renvoi. Un motif remis sur le tapis lors de la séance de pacification, organisée par l’EERV mercredi soir à Cugy. Chaque partie a pu donner son point de vue dans cette soirée, durant laquelle un représentant du Conseil synodal a confirmé le licenciement du pasteur camerounais.

En poste depuis 6 mois

Du côté du Bussigny, le licenciement de Charles Nzila Makengo n’a pas fait beaucoup de bruit. “Je conteste les reproches qui me sont faits”, s’est contenté de répondre le ministre dans le quotidien vaudois, sans préciser de quelle nature ils sont. Comme son collègue, Charles Nzila Makengo officiait aussi en tant que suffragant. Il a été admis par l’EERV en septembre 2016 pour desservir les paroisses de Bussigny – Villars – Sainte-Croix.

Lors de sa nomination, il s’est présenté à sa nouvelle paroisse sous forme écrite. “Ordonné prêtre en 1986, je suis détenteur d’un graduat en philosophie et d’une licence en théologie de l’Université catholique de Kinshasa”, peut-on lire dans le Bonne Nouvelle de l’époque, l’ancien bulletin d’information de l’EERV. Il raconte comment il a été successivement formateur de séminaristes, professeur de théologie et curé de paroisse à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC).

“Arrivé en Suisse en 1997 comme réfugié politique, je fus accueilli dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg (LGF) jusqu’en 2015”, poursuit-il dans le même article. Dans les années 2000, il a en effet desservi la paroisse St-Aubin (NE), ainsi que dans le canton de Fribourg, avant d’être nommé curé in solidum en 2012 dans les paroisses Notre-Dame, St-Esprit et St-André, à Lausanne.

Mettre un terme au ministère sacerdotal

“Au cours de l’année 2015, certains bruits ont commencé à se faire entendre à son sujet, se rappelle un prêtre du diocèse LGF. Si bien qu’il est allé annoncer sa situation personnelle à l’évêque”. Charles Makengo le confirme dans sa biographie: “L’année dernière, je formulai à Mgr Charles Morerod, évêque de mon diocèse d’accueil, mon intention de mettre un terme à mon ministère sacerdotal en vue de réorienter ma vie personnelle et professionnelle”.

De fait, l’ancien prêtre explique qu’il est “en couple”, qu’il a “conclu un mariage coutumier selon la règlementation congolaise” et qu’il a “trois enfants, âgés respectivement de 17, 15 et 13 ans, tous domiciliés en France voisine”.

“Courageux d’avoir assumé”

“En tant que prêtre, il était irréprochable. Mais sa vie familiale était indéniablement non conforme avec la prêtrise et il l’a cachée pendant plusieurs années, déplore un prêtre du diocèse. Néanmoins, je le trouve courageux d’avoir finalement assumé sa situation, en allant l’annoncer auprès de l’évêque.”

En se racontant auprès de ses nouveaux paroissiens réformés, le pasteur Makengo écrivait: “Une certitude m’a toujours habité durant mon parcours, c’est celle d’être appelé à annoncer la bonne nouvelle du salut à mes frères et sœurs”. Peut-être que cette certitude restera intacte, malgré l’épreuve à laquelle il fait face aujourd’hui.


Une période mouvementée pour l’EERV

Ces deux licenciements au sein de l’EERV font suite à six précédents qui ont défrayé la chronique ces dernières années. Daniel Nagy, mis à la porte en 2014, a perdu son procès aux prud’hommes: il songe à un éventuel recours. Daniel Fatzer, ancien pasteur de Saint-Laurent qui a fait une grève de la faim pour protester contre son licenciement durant l’été 2016, a intenté un procès au Tribunal d’arrondissement contre son ancien employeur. Bertrand de Felice a également actionné la justice des prud’hommes. Le Conseil synodal s’était excusé l’an dernier après le “licenciement regrettable” de Martin Hoegger. A noter que les deux pasteurs fraîchement licenciés n’étaient encore consacrés dans l’EERV, contrairement aux six autres. (cath.ch/gr)

L'Eglise protestante exclut de réengager le pasteur licencié

«Cette lettre de licenciement est abominable!» a lancé un paroissien.«C’est une ignominie», a ajouté un autre. Plusieurs dizaines de personnes n’ont pas digéré que l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV) licencie le pasteur Théodore Ntamack Ntamack le 21 mars en mettant la paroisse du Haut-Talent (Montheron, Froideville, Cugy et Morrens) devant le fait accompli.

Elles l’ont dit haut et fort lors d’une séance publique organisée mercredi soir au Centre œcuménique de Cugy. Une manifestation de protestation avait déjà été organisée, dimanche 3 avril devant le temple de Froideville.

«Une décision lourde»

Représentant le Conseil synodal (l’autorité exécutive de l’Eglise), John Christin a souligné «qu’un licenciement est une décision lourde et difficile à prendre. Dans ce genre de situation, c’est rarement les paroissiens qui sont au courant des problèmes existants, ce sont les collègues pasteurs.» Et d’ajouter que plusieurs personnes se sont penchées attentivement sur le dossier du pasteur licencié et «on ne peut pas revenir sur une telle décision trois semaines plus tard».

Les déclarations du conseiller synodal ont été ponctuées de d’invectives et de sifflets. Beaucoup de participants ont déploré la façon abrupte dont ce licenciement a été prononcé et annoncé.

«Avez-vous pensé à l’effet dévastateur produit sur les catéchumènes quand on leur dit que le pasteur qui les a suivis et accompagnés est brutalement congédié?» demande une bénévole. «Je n’accepte pas que les paroissiens n’aient pas parole et soient totalement laissés de côté», a ajouté Jean-Marc Borel.

Mais c’est surtout le ton de la lettre et le motif du licenciement du pasteur d’origine camerounaise qui a provoqué la colère. «Aujourd’hui, le conflit qui déchire votre paroisse autour de votre activité a atteint son paroxysme», a écrit l’office des ressources humaines de l’EERV au pasteur. Ajoutant: «Vous vous fermez à toute discussion, ne prenez rien sur vous et formulez des reproches envers tous.»

«Où est l’Evangile?»

Plusieurs paroissiens se sont étonnés que l’EERV n’ait actionné aucune commission de médiation ou la nouvelle commission des litiges mise en place par le Synode. «Où est l’Evangile dans tout ça?» s’est demandée Simone Félix.

La commission des litiges est activée lorsqu’il s’agit de personnes en poste depuis des années, dans ce cas il s’agit d’un pasteur suffragant (qui n’est pas encore reconnu officiellement) donc avec un contrat à durée déterminée, a expliqué John Christin. Il a assuré «comprendre la tristesse et la révolte» des paroissiens présents.

Présent à la réunion, Théodore Ntamack Ntamack s’est défendu de tous les griefs qui lui sont faits. «Je n’ai jamais eu les problèmes que vous évoquez, vous parlez de crise dans la paroisse, mais la paroisse est ici et vous voyez qu’elle me défend.»

Selon lui, il aurait été victime de provocations de la part de sa collègue, Maryse Burnat-Chauvy. Accusé d’avoir pris le parti de cette dernière, le président de paroisse Eric Joyet s’est défendu: «Il y a eu des tas de dysfonctionnements et j’ai écouté les deux pasteurs en octobre, ils étaient en souffrance», a-t-il dit, accusant le pasteur licencié d’avoir nié les problèmes et de s’être «enfermé dans le mutisme».

Au terme de plus de deux heures de discussion, parfois très vive, aucune décision n’a été prise – ce n’était pas le but de cette soirée. «Nous avons entendu vos suggestions et elles seront transmises», a assuré le pasteur Olivier Favrod, mandaté par le Conseil synodal pour «une démarche de pacification».

Pour l’heure, les esprits ne semblent pas vraiment apaisés. «Vous avez fait du mal à notre paroisse», a déclaré une fidèle au représentant du Conseil synodal. «Vous allez repartir ce soir mais nous, nous restons et il va falloir reconstruire notre communauté», a lancé Jean-Daniel Roy.

Théodore Ntamack Ntamack est reparti au moins avec la satisfaction d’avoir été défendu par des paroissiens: «Je réfléchis à la suite des événements, mais il est clair que je n’accepte pas cette lettre de licenciement.»

(24 heures)

Créé: 06.04.2017, 01h11

Pasteurs licenciés, fidèles indignés

PUBLICITÉ                                                                                                                                                                                                        

11.4
view counter

PUBLICITÉ                                                                                                                                                                                                        

16.4
view counter