Monthly Archives: November 2014

Les pasteurs devraient-ils être payés à la performance?

Les pasteurs qui ont du succès devraient avoir un salaire plus élevé, «ou une mission plus attractive», a déclaré le président du groupe de travail des entrepreneurs protestants d’Allemagne, le Dr Peter F. Barrenstein. Longtemps consultant en gestion pour cabinet de conseil en stratégie d’entreprise, le Dr. Barrenstein propose de pyer les pasteurs d’après leur performance.

Il est rare qu’un pasteur reçoive un retour direct, lui permettant de savoir si sa prédication était bonne ou mauvaise, argumente Peter F. Barrenstein, qui est membre du synode le l’EKD: «il ne le sent qu’indirectement, en constatant qu’il y a moins de monde qui vient à ses cultes». De cela, il peut se consoler en se disant que c’est l’air du temps qui souffle au visage des Eglises. A la différence des églises, l’économie fait attention à «promouvoir les bonnes personnes et encourager la motivation».

Peter F. Barrenstein va à l’encontre des représentations du corps ministériel selon lesquelles il y a dans l’Eglise un «stress de la réforme». Selon son observation, les églises vivraient un «moment paralysant». Si un entrepreneur prenait autant de temps pour des ajustages, ses clients auraient vite fait d’aller voir ailleurs.

Le déclin de la vie religieuse est dû à des raisons internes

Pour le conseiller synodal, les défections que connait l’Eglise et le déclin de la vie religieuse tiennent à des raisons essentiellement internes. Presque partout dans le monde, le christianisme s’accroît. En Europe, où le nombre de chrétiens est en baisse, les églises pourraient faire beaucoup mieux. Baptêmes, mariages, services funèbres, tous ces services avec lesquels l’Eglise est auprès des personnes pourraient être conçus de manière plus porteuse. Aussi les Eglises n’auraient presque rien à entreprendre pour regagner d’anciens membres et en gagner de nouveaux.

La grande folie de ces pasteurs qui abusent de leurs fidèles

Pasteur-main-720x340

On l’aura remarqué, de nos jours plusieurs pasteurs procèdent à des pratiques surprenantes. Jouant sur la détresse des fidèles et manipulant plusieurs mots du Livre Saint, ils offrent des scènes au-dessus de l’imagination.

Nous écrivions il y a quelques temps sur Daniel Lesego, ce pasteur sud-africain du Centre Rabbouni de Pretoria qui en plein culte, avait exhorté ses fidèles à sortir et à manger de l’herbe. Il avait assuré qu’en faisant cela ceux-ci deviendraient plus proche de Dieu. Les fidèles ont immédiatement exécuté l’ordre en se mettant à dévorer toute la végétation qui s’y trouvait. Cette situation avait suscité de nombreuses réactions sur le continent.

SA Pasteur2

Quelques temps après cet homme de Dieu, était revenu sur la scène. Cette fois on voyait le pasteur marcher et piétiner ses fidèles couchés à même le sol. Il ordonnait à certains de s’endormir et ceux-ci semblaient rentrer dans un profond sommeil.

« Je peux les laisser comme ca 6 mois. Je peux même faire endormir la police, s’ils viennent tout arrêter. Cela montre qu’avec Dieu on peut tout faire » affirmait Daniel Lesego.

SA Pasteur

Du côté du Nigéria, depuis quelques jours, quelques nouvelles font état de ce qu’un pasteur aurait demandé à ses fidèles de la gente féminine en quête d’âme-sœur de se mettre nus à genoux afin qu’il embrasse leurs fesses en guise de bénédiction. Une douzaine de femmes s’étaient alignés à poil, afin de recevoir « l’onction de mariage ». Des photos de la scène ont été publiées sur la toile.

A Abidjan, en côte d’Ivoire, un pasteur avait été écroué récemment. Cet homme de Dieu issu d’une église très connu dans la capitale avait été surpris en flagrant délit d’adultère avec la femme un influent homme de la Police Nationale Ivoirienne. Le couple rencontrait des difficultés d’enfantement depuis plusieurs années. Face à leur détresse ils s’étaient réfugiés dans la religion. L’épouse s’était confiée à cet homme de Dieu qui a réussi à la convaincre qu’elle aurait le salut de l’enfantement après qu’il eut couché avec elle. Depuis ils se voyaient régulièrement jusqu’à ce qu’ils soient surpris en pleine ébat.

Certains pasteurs n’hésitent pas exploiter financièrement leurs fidèles. Les mots de guerre sont les passages Bibliques comme Luc 6 :38 « donnez et il vous sera donné» ou encore le passage de 2 Corinthien 9 qui exhorte à donner ses biens afin d’en recevoir au centuple. Ils se servent de ses écritures pour atteindre leurs fins.

De nombreux dérapages sont constatés dans plusieurs pays, par ces hommes qui se disent désigné par Dieu, mais qui profitent de la détresse et du désespoir des fidèles. En effet il faut noter que la mauvaise connaissance des écritures saintes favorise le grand zèle observé chez ces pasteurs censé guider le peuple.

SA Pasteur3

Deux pasteurs risquent deux ans de prison pour prosélytisme

25.11.14 15:55 – Au nord-est de Dhaka au Bangladesh, les autorités ont arrêté deux pasteurs lors de leurs prédications le 9 novembre. Relâché huit jours après, ils sont en attente de leur jugement qui aura lieu le 21 décembre.

Ils sont accusés d’avoir «heurté les croyances religieuses» et d’offrir de l’argent aux musulmans s’ils se convertissaient au Christianisme, par les imams du village. Ce que l’un des pasteurs déments fortement. Si les accusations portées contre les pasteurs de la Faith Bible Church of God se prononcent exactes, ils risquent jusqu’à deux ans de prison.
Selon un avocat qui aida pour la caution: «Les pasteurs prêchaient que Jésus était vivant et qu’au moment de son retour, tout le monde devrait venir pour son salut.»
La police est intervenue suite à la huée générale et la colère de musulmans que le rassemblement des chrétiens avait provoquées. Lors de l’arrestation, les quarante et une personnes présentent avec leurs enfants à la prédication, ont également séjournés en prison puis été libérés le jour même.

«L’au-delà dans la Bible», la collection «le monde de la Bible» s’enrichit d’une nouvelle étude

Nicolas Monnier à la tête de DM-échange et mission
Présentation du rapport sur la laïcité
Confection de couronnes de l’avent
«L’au-delà dans la Bible», la collection «le monde de la Bible» s’enrichit d’une nouvelle étude

Nicolas Monnier à la tête de DM-échange et mission

Mission – A la suite de la démission de Jacques Küng –secrétaire général pendant dix ans–, le pasteur Nicolas Monnier (49 ans) prendra les rênes de DM-échange et mission, dès le 1er janvier 2015. Son culte d’installation se déroulera le 29 novembre prochain, à la chapelle de Malley à Renens, à 14h30. Né au Mozambique, de parents missionnaires, ce pasteur de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud a passé une partie de sa vie en Afrique australe.

Présentation du rapport sur la laïcité

Genève – Jean-Noël Cuénod, président du groupe de travail sur la laïcité présentera le rapport et dialoguera avec le public à ce sujet jeudi 27 novembre 2014 de 12h30 à 13h30 dans le cadre des Midis de la Fusterie à L’Espace Fusterie

Confection de couronnes de l’avent

Neuchâtel – Envie de bricoler en compagnie d’une équipe dynamique de «bricoleuses» prête à partager leur savoir-faire? La paroisse de Neuchâtel organise sa désormais traditionnelle confection des couronnes de l’avent. Au programme: mardi 25 novembre dès 13h30 cueillette de branches de sapin; mercredi 26 et jeudi 27 novembre, confection des couronnes à la salle des Pasteurs. Les personnes intéressées sont invitées à passer quand elles le peuvent entre 9h et 17h. Samedi matin, de 9h à 12h: vente des couronnes au marché de Neuchâtel.

«L’au-delà dans la Bible», la collection «le monde de la Bible» s’enrichit d’une nouvelle étude

Publication – «Ma mort n’est pas la mort. Elle est la mort de tout ce que j’aurais vécu sans aimer». C’est en citant le poète Joë Bousquet que le chercheur en sciences bibliques Christian Grappe ouvre «L’au-delà dans la Bible, le temporel et le spatial», un livre autant érudit qu’accessible à un public motivé, que la question taraude…

Les différentes représentations de l’au-delà qui cohabitent dans les récits bibliques «reflètent une anthropologie spécifique», plus ou moins optimiste, explique Christian Grappe, dans son dernier livre qui vient de sortir aux éditions Labor et Fides.

Dans la suite de sa précédente étude, «le royaume de Dieu», ce professeur de Nouveau Testament à la faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg propose au lecteur averti une étude qui intègre la littérature intertestamentaire, apportant ainsi un éclairage transversal sur la question de l’au-delà dans la Bible. Mais il espère aussi que son livre rencontrera «l’intérêt de paroissiens se de pasteurs qui ont à réfléchir, à vivre avec la mort et à prêcher sur elle, en témoignant d’une espérance qui prend racine dans le quotidien de la vie croyante et de la vie à Dieu», s’explique-t-il dans la préface de ce livre qui fait la part belle aux questions existentielles auxquelles l’homme est confronté.

Le sacrilège d’un Pasteur va coûter à son église 2 à 3 millions de fcfa pour restaurer le fétiche



Le sacrilège d’un Pasteur va coûter à son église 2 à 3 millions de fcfa pour restaurer le fétiche

Togo  – “Ma Liberté s’arrête là où commence celle d’autrui”, a-t-on l’habitude de dire. Mais, ceci n’est pas l’apanage certains individus qui n’ont pas appris à respecter la différence d’autrui.

En matière religieuse ou les croyances peuvent parfois pousser à l’extrême, certains individus en l’occurrence, les faux pasteurs de nos jours, n’hésitent pas à franchir le rubicond pour impressionner leurs fidèles. C’est le cas par exemple du Pasteur nigérian Sondé qui dirige l’église “La foi triomphante” à Anfoin.

L’affaire fait grand bruit Il s’agit d’un sacrilège du pasteur Sondé à l’égard d’un fétiche installé sur la place publique à Anfoin. Acte qui a suscité la colère des adeptes vaudou de la localité qui sont sortis massivement pour répliquer à l’affront. Mais, tout est fini par rentrer dans l’ordre avec l’intervention des autorités locales.

Les faits.

Sondé, pour montrer à ses fidèles la force de Dieu sur les fétiches, a déposé une Sainte Bible sur la tête du fétiche avant de l’asperger d’eau bénite. Ceci, au vu et au su des adeptes vaudou qui révoltés et choqués par la situation, se sont spontanément mobilisés pour réparer l’affront du pasteur. Ce dernier a échappé au lynchage grâce à l’intervention rapide de la gendarmerie. Arrêté, le pasteur a été entretemps gardé à vue. Comme cela ne suffisait pas, le Préfet a pris la décision de fermer l’église provisoirement l’église le temps de trouver une solution avec les adeptes du vaudou. Des discussions entamées par le Préfet avec les fondateurs de l’église et le pasteur en question ont permis aux deux camps de parvenir à une solution de réparation du préjudice.

Ce que réclament les adeptes, c’est que le pasteur doit réparer le tort causé. A ce jour, les fondateurs de l’église ainsi que le Pasteur acceptent de faire ce qu’il y a lieu de faire.

Comment faire cette réparation ? C’est simple, explique Togbui Glnagblondjro. “Pour faire cette réparation, aucun adepte vaudou ne pourra dire ce qu’il faut faire. Tout dépendra au terme des consultations des oracles, du message décrypté.
On doit d’abord consulter l’oracle et c’est ce qu’il dit qu’on faire. Mais, je sais que les dépenses à engager doivent dépasser 2 à 3 millions de cfa. Il peut arriver, après consultation que les oracles peuvent demander tout simplement de l’eau, tout dépend de l’oracle”, a expliqué Togbui Gnagblondjro.

A Anfoin, les populations surtout les adeptes vaudou sont sous le choc. C’est la première fois qu’un tel acte est posé dans le milieu. Depuis leur apparition, les églises révélées provoquent toujours des problèmes dans le milieu alors que, tel n’est pas le cas chez les musulmans, les Catholiques, les protestants.

Pourquoi c’est toujours eux?, s’interroge Aligbo, une adepte.

“C’est une provocation. A supposé qu’on nous provoque et que nous aussi voulions répondre, qu’est ce qui va se passer ? Il ne faut pas que les gens essaient de provoquer, car l’eau dormante est dangereuse. Le jour où nous répondrons aux provocations, cela peut faire très mal. Nous pouvons envoyer dans une église comme démonstration des abeilles qui vont faire mal. Nous ne répondons pas à ces genres de provocation, car notre vocation, c’est de sauver des vies”, a souligné Togbui Gnagblondjro.

Source :


Vous n’écrirez pas des propos grossiers ou vulgaires ! des propos relevant de la diffamation et de l’injure, ceux incitant les mineurs à commettre des actes illicites ou dangereux. Les messages non conformes seront purement supprimés.

Commentaires


 14   tsanzy | 11/24/2014 4:45:44 PM
3 YAYA | 11/24/2014 11:40:24 AM

Est-ce-que le pasteur à besoin de faire cela
Il ferait peut être mieux d’évangéliser les adeptes vaudous, et eux-mêmes s’en chargeront

Yaya a raison, pour ajouter a son apport , simplement si Dieu ne t’envoie pas a une mission alors tu es seul, c’est la chair qui domine la bas .

 

 13   kpekpe | 11/24/2014 4:30:12 PM
En vacance a Lomé , Il y a un pasteur qui passait tous les jours precher a haute voix et ceci tres tot le matin.. je suis obligé d utiliser la maniere forte pour le faire decamper comme Carl lewis sur 100 m.Vous connaissez soba chicotte?la Suite je ne vous le dirai pas.Ce qui m a impressionné , je ne savais pas que le pasteur a par la bible est un Grand springteur.
 

 12   Biova | 11/24/2014 3:41:23 PM
Selon les adeptes du vaudou, cet acte du pasteur est vu comme une agression faite à leur croyance, je ne vois pas la chose de cet oeil. J’espère qu’un jour les ressortissants de cette localité réaliseront que le vaudou nuit plutôt leur sort qu’il en aide. Parfois, nous avons de très bonnes intentions, mais leur expression peut faire défaut. C’est ce qui semble être le cas de ce pasteur. Quant à ceux qui trouvent occasion chaque fois qu’un étranger pose un acte incompris ou répugnant pour faire leur lynchage médiatique ou parfois même corporel, ils me font honte. En quoi êtes-vous différents de ce que font les autres dans vos pays d”accueil chaque fois qu’une peau noire est citée dans une affaire contraire aux habitudes de la cité? Nous devons prôner la tolérance dans tous les sens et savoir distinguer l’acte de la nationalité de son auteur. Soyez indulgents envers ceux que vous appelez étrangers. Moi, j’approuve l’objectif visé du pasteur, seulement la procédure nuit à sa démarche riche de vie.
Mes respects!
 

 11   toulouse-OK- | 11/24/2014 3:27:59 PM
 
Cher ami Momo, veuille bien m´en excuser si tu vois que j´ai un peu débordé, ce n´est pas mon intention. Je voudrais justement appeler le législateur togolais à mieux proteger le Togolais sur son sol. Je voudrais bien profiter pour valider la proposition de l´ami YAYA au @3 que je salue au passage.

Momo, bien de choses à toi.

L´ami de Toulouse

 

 10   olly | 11/24/2014 3:18:57 PM
 

Je comprends bien le Pasteur. Les soeurs et freres nouvellement convertis ont toujours peur des Fetiches et les Feticheurs. Dans ce cas , il revenait au Pasteur de sauver ses Fideles par la folie de la PREDICATION . Organiser l, EVANGELISATION des Feticheurs au vu et au su de ses fideles .

C, est la bonne nouvelle avec ACTE qui peut changer les Feticheurs d, Anfoin et non cette DEMONSTRATION qui est une PROCATION.

Que la paix du Seigneur soit avec le Pasteur.

Mr Attachez vos ceintures

 

 9   Neutral | 11/24/2014 3:03:01 PM
Comme si le Togo n’avait pas suffisamment de problème avec les casseurs du CST et les incendiaires de marchés de RPT-UNIR. Maintenant il faut rajouter le bordel de BOKOPASTEUR. Vraiment heinnnnnnn!
 

 8   POURQUOI | 11/24/2014 2:48:35 PM
Dieu n’a jamais demandé à ce soit disant pasteur de poser un tel acte sinon Il devait agir comme pour ELIE. l’ignorance, la naiveté,la connerie………ne sont chétiennes.
 

 7   insupportable | 11/24/2014 2:29:59 PM
Ce n’est même pas pour une question de croyance en un Dieu qui n’a jamais existé que ce genre de chose m’agace. J’en ai marre de ces crétins illettrés qui s’emparent des canons culturels des autres peuples pour piétiner les valeurs cardinales de nos sociétés. Ces imbéciles n’ont qu’à faire un tour en Israel ou dans l’Orient arabe pour voir le traitement réservé au nègre.
 

 6   waterl’eau | 11/24/2014 2:24:01 PM
ils st légion ces pasteurs véreux et cupide a troubler l’ordre public,briser les foyers,dresser les voisins les un contre les autres,..etc.De grâce respect a la religion et la croyance de l’autre (differance positive).
 

 5   Momo | 11/24/2014 2:20:22 PM
 

Oui mais je pense que tu débordes un peu. L’affaire de bokoharam concerne tout le continent africain et non le Nigéria seul. De plus n’oublie pas que dans bon nombre de pays, existent des pasteurs togolais qui ne sont pas tous des anges. Nous devons plutôt nous attaquer à la personne que n’a peut être pas bien agit et non à un pays. L’Afrique doit s’unir.

Merci

 

 4   toulouse-OK- | 11/24/2014 2:07:14 PM
Autant pour moi. Svp lisez plutôt “naïf”. Merci.

Le Toulousain

 

 3   YAYA | 11/24/2014 11:40:24 AM
Est-ce-que le pasteur à besoin de faire cela
Il ferait peut être mieux d’évangéliser les adeptes vaudous, et eux-mêmes s’en chargeront
 

 2   SakabotChrétien | 11/24/2014 11:33:34 AM
Je pense que ce Pasteur idiot et imbécile doit être interdit d’exercer à cause de son intolérance religieuse. Son église doit être fermée. Les religions Vaudou sont tolérantes et n’ont jamais agressé quiconque. Au Nigéria, le fanatisme des chrétien a entrainé la cassure des religiosités vernaculaires sous prétexte de triomphalisme. Et depuis, c’est le fanatisme islamique qui ravage comme c’est le cas de Boko Haram.

Il faut chasser le Pasteur du milieu.

 

 1   toulouse-OK- | 11/24/2014 11:11:38 AM
Ici, je désapprouve le législateur togolais d´avoir permis à ce que des soi-disant pasteurs-étrangers-sorciers du nigéria(pays de tous les maux) viennent admnistrer leur ministère sur le sol Togolais dans le mépris total des personnes et des réalités du milieu(..?..). Est-ce qu´ils ont déjà trouvé solutions aux problèmes de leur sale bokoharam chez eux avant de venir déranger les paisibles populations chez eux? Mes fesses, le reste avec les fétiches ou quoi encore ne me regarde pas._

Si ce n´est pas le chinois qui frappe le Togolais en toute impunité à même au Togo, c´est le libanais qui le maltraite ici et là au liban.
Si ce n´est pas un pasteur cap-verdien qui est melé aux affaires de tuerie des jeunes filles Togolaises à Agoè, c´est des pasteurs Anagaux-sorciers qui viennent troubler l´ordre publique chez nous. Et que savons-nous encore?

Togolais, toi aussi, tu es trop naïve.

Le Toulousain

 




Articles les plus commentés


Mali : Deux Pasteurs

Véhicule militaire positionné devant la clinique Pasteur le 12 novembre 2014 à Bamako (Photo Habibou Kouyate. AFP)

Véhicule militaire positionné devant la clinique Pasteur le 12 novembre 2014 à Bamako (Photo Habibou Kouyate. AFP)

Selon nos sources, le responsable de la polyclinique Pasteur de Bamako est aussi promoteur de la clinique Pasteur de Conakry. C’est dans la clinique Pasteur de Conakry qu’a débuté le traitement du vieux Guinéen. Cette clinique l’a envoyé à celle de Bamako. Mais les responsables n’ont pas voulu informer les autorités sanitaires.

Parce qu’ils étaient à la veille du renouvellement de leur contrat avec la Minusma. Le but était de ne pas perdre ce contrat. Aujourd’hui, les responsables de la clinique n’hésitent même pas à dire que l’infirmier décédé n’était qu’un stagiaire et non un travailleur de la clinique. Malgré leur acte criminel, les responsables de la polyclinique Pasteur continuent d’aligner les mensonges oubliant que les Maliens sont au courant de tout ce qui s’est passé.

Source: Le Reporter du 19 nov 2014

Pour que Noël reprenne tout son sens!

Pendant quatre semaines à partir du 30 novembre et jusqu’à Noël, les pasteurs Karl Fortin et Steve Cloutier encouragent les gens à passer à l’acte. «Nous recherchons 500 personnes et familles qui sont prêtes à retourner leur Noël à l’envers, comme notre symbole de la campagne qui est un sapin de Noël tourné à l’envers.»

«L’an dernier, nous avons eu 250 familles. C’est ouvert à tous. Ça ne coûte rien, il n’y a pas d’engagement et tout est confidentiel», de relater les deux pasteurs invitant les gens à s’inscrire en se rendant sur la page Facebook en cherchant conspiration de Noël et «liker» la page ou directement sur le site Web au www.conspirationdenoel.org.

Une nouvelle vidéo sur les valeurs véhiculées que propose cette campagne y est d’ailleurs disponible. Tout le concept de la conspiration s’inspire autour de quatre thèmes, allant de la célébration de la naissance du Christ en passant par celui de dépenser moins, de donner plus et de mieux aimer.

«Pour plusieurs personnes justement, Noël est devenu synonyme de stress, dépenses, endettement et essoufflement, une fête de consommation et de surconsommation alors qu’à l’origine, cette fête était fixée sur l’amour. Notre campagne fait un peu choc, mais on veut faire réagir de la bonne façon en invitant les gens à retourner au sens original de Noël.»

«Notre campagne fait un peu choc, mais on veut faire réagir de la bonne façon en invitant les gens à retourner au sens original de Noël.»

«Nous invitons les gens à faire différemment. Dépenser moins ne signifie pas d’arrêter de donner des cadeaux, mais signifie plutôt d’arrêter de dépenser de l’argent pour des cadeaux qui seront oubliés rapidement», de faire savoir les deux pasteurs ajoutant que donner plus se veut une occasion de faire don de sa personne. «Donner de sa présence, de ses paroles, de son temps et de son cœur, c’est ce qui touche les gens».

Pourquoi pas un don ?

Localement, la campagne propose aussi de faire un don au Club des petits déjeuners et peut s’internationaliser par un don à un organisme qui vient en aide aux personnes touchées par l’Ebola. «Tous les dons sont effectués de façon sécurisée», d’assurer les deux pasteurs ajoutant que la page Facebook offre aussi une foule d’idées sur cette façon de célébrer Noël «différemment».

Il est également possible de s’investir avec un organisme ou un voisin. Les personnes désirant donner un coup de main à ORAPÉ peuvent le faire en contactant soit l’organisme ou l’Église Connexion.

«Notre Église sert de plateforme à la campagne et n’attend rien en retour si ce n’est que notre communauté en retire un impact positif. Tous sont libres d’y participer», ont-ils conclu.

MPV : Des pasteurs témoignent leur reconnaissance à l’apôtre Bruno


Le couple Kouassi Bruno a pris part à la photo de famille (Ph. DR)

Le dimanche 9 novembre 2014, l’église du MPV, (le Ministère de la Prière Vivante) a eu un culte spécial.

 

 

 

Trois serviteurs de Jésus-Christ , Koka Marius, fondateur de l’église «La Maison de Dieu», Kalou Jean-Louis, fondateur de l’église «Jésus Lumière du Monde» et Etien Mathieu, fondateur de l’église «Jésus en Action», étaient présents pour témoigner leur reconnaissance à l’Apôtre Kouassi Kouadio Bruno, fondateur du MPV (Ministère de la Prière Vivante), leur guide spirituel, dont la vie, sa foi et ses enseignements ont eu un impactes positif dans leur quotidien de 1998 jusqu’à ce jour.

Correspondance particulière

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

 

Pape François : Gare au pasteur qui penserait tout savoir

Quelles sont les qualités et les vertus nécessaires à l’exercice du ministère pastoral ? C’est la question à laquelle le Pape s’est proposé de répondre, lors de l’audience générale du mercredi 12 novembre 2014, dans le cadre d’une série de catéchèses consacrées à l’Eglise.
Ce n’est pas la première fois que François évoque le sujet : le portrait du pasteur qui paît le troupeau que le Seigneur lui a confié et donne sa vie pour ses brebis, à l’image de l’unique Pasteur, est même l’un des « thèmes phares » de son pontificat. Mais l’ancien archevêque de Buenos Aires n’a pas encore épuisé le trésor qu’il possède sur la question et trouve toujours de nouvelles expressions ou idées, qui viennent parfaire ce portrait.
 

Les qualités purement humaines jointes à la foi et la vie spirituelle

Comme celle de « la grammaire de base », que doit posséder « chaque évêque, chaque prêtre et chaque diacre », et qu’il a présentée aux fidèles présents. Cet « alphabet » (autre mot qu’il a utilisé), emprunté à Saint Paul (lettres à Tite et Timothée), est constitué de « quelques qualités purement humaines », qui viennent enrichir le don de la foi et la vie spirituelle, a expliqué le Pape : « l’accueil, la sobriété, la patience, la douceur, la fiabilité et la bonté de cœur (…) Sans  cette prédisposition belle et authentique à rencontrer, connaître, dialoguer, apprécier et se lier avec les frères de façon respectueuse et sincère, il n’est pas possible d’offrir un service et un témoignage joyeux et crédible », a-t-il ajouté.


On n’est pas prêtre parce qu’on est meilleur que les autres

Bien entendu, cela ne suffit pas pour faire un bon pasteur. A ces qualités, il faut ajouter une attitude de fond nécessaire : Le pasteur, a expliqué le Pape, doit toujours avoir la conscience vive qu’il n’est pas évêque, prêtre ou diacre parce qu’il est plus intelligent ou meilleur que les autres, mais seulement par la force d’un don, un don d’amour élargi par Dieu, dans la puissance de son Esprit et pour le bien du peuple, a-t-il affirmé. Il doit « raviver continuellement le don qu’il a reçu (cf. 1 Tm 4,4 ; 2 Tm 1,6), [parce qu’] un pasteur qui est conscient que son propre ministère découle uniquement de la miséricorde et du cœur de Dieu ne pourra jamais adopter une attitude autoritaire, comme si tous étaient à ses pieds et la communauté, sa propriété, son royaume personnel (…) Cette conscience est vraiment importante et constitue une grâce à demander chaque jour ! », a insisté le Pape.


Gare au pasteur qui penserait tout savoir

Pourquoi ? Parce que pour l’évêque de Rome, cette grâce protège le pasteur de l’orgueil : « Elle l’aide à ne pas succomber à la tentation de se mettre au centre de l’attention et de mettre sa confiance seulement en soi, [c’est-à-dire] à la tentation de la vanité, de l’orgueil, de la suffisance et de la superbe (…) Gare, a-t-il dit, à l’évêque, au prêtre ou au diacre qui penserait tout savoir, avoir la bonne réponse pour tout et n’avoir besoin de personne. Au contraire, la conscience d’être, lui le premier, objet de la miséricorde et de la compassion de Dieu doit conduire le ministre de l’Eglise à être toujours humble et compréhensif à l’égard des autres », a dit encore le Pape. Pour « se mettre à l’écoute des gens » et « être conscient d’avoir toujours quelque chose à apprendre, même de ceux qui sont encore loin de la foi et de l’Eglise ».
 

Jean Bosco, un modèle

Devant un tel portrait, comment ne pas penser à ces nombreux pasteurs humbles et joyeux que l’Eglise a canonisés ? A commencer par le Saint Curé d’Ars, patron de tous les curés de l’Univers, ou Saint Jean Bosco, dont on fêtera en 2015 le bicentenaire de la naissance et à qui la Saje prod (société de production audiovisuelle) vient de consacrer un très beau DVD. D’ailleurs, le Pape, qui n’a jamais caché que les « salésiens de don Bosco » avaient été pour lui un modèle (lire ici) , se rendra à Turin, ville du « père et maître de la jeunesse » (Saint Jean Paul II) à l’occasion (notamment) de ce bicentenaire, le 21 juin 2015.
 

Quelles sont les qualités et les vertus nécessaires à l’exercice du ministère pastoral ? C’est la question à laquelle le Pape s’est proposé de répondre, lors de l’audience générale du mercredi 12 novembre 2014, dans le cadre d’une série de catéchèses consacrées à l’Eglise.
Ce n’est pas la première fois que François évoque le sujet : le portrait du pasteur qui paît le troupeau que le Seigneur lui a confié et donne sa vie pour ses brebis, à l’image de l’unique Pasteur, est même l’un des « thèmes phares » de son pontificat. Mais l’ancien archevêque de Buenos Aires n’a pas encore épuisé le trésor qu’il possède sur la question et trouve toujours de nouvelles expressions ou idées, qui viennent parfaire ce portrait.
 

Les qualités purement humaines jointes à la foi et la vie spirituelle

Comme celle de « la grammaire de base », que doit posséder « chaque évêque, chaque prêtre et chaque diacre », et qu’il a présentée aux fidèles présents. Cet « alphabet » (autre mot qu’il a utilisé), emprunté à Saint Paul (lettres à Tite et Timothée), est constitué de « quelques qualités purement humaines », qui viennent enrichir le don de la foi et la vie spirituelle, a expliqué le Pape : « l’accueil, la sobriété, la patience, la douceur, la fiabilité et la bonté de cœur (…) Sans  cette prédisposition belle et authentique à rencontrer, connaître, dialoguer, apprécier et se lier avec les frères de façon respectueuse et sincère, il n’est pas possible d’offrir un service et un témoignage joyeux et crédible », a-t-il ajouté.


On n’est pas prêtre parce qu’on est meilleur que les autres

Bien entendu, cela ne suffit pas pour faire un bon pasteur. A ces qualités, il faut ajouter une attitude de fond nécessaire : Le pasteur, a expliqué le Pape, doit toujours avoir la conscience vive qu’il n’est pas évêque, prêtre ou diacre parce qu’il est plus intelligent ou meilleur que les autres, mais seulement par la force d’un don, un don d’amour élargi par Dieu, dans la puissance de son Esprit et pour le bien du peuple, a-t-il affirmé. Il doit « raviver continuellement le don qu’il a reçu (cf. 1 Tm 4,4 ; 2 Tm 1,6), [parce qu’] un pasteur qui est conscient que son propre ministère découle uniquement de la miséricorde et du cœur de Dieu ne pourra jamais adopter une attitude autoritaire, comme si tous étaient à ses pieds et la communauté, sa propriété, son royaume personnel (…) Cette conscience est vraiment importante et constitue une grâce à demander chaque jour ! », a insisté le Pape.


Gare au pasteur qui penserait tout savoir

Pourquoi ? Parce que pour l’évêque de Rome, cette grâce protège le pasteur de l’orgueil : « Elle l’aide à ne pas succomber à la tentation de se mettre au centre de l’attention et de mettre sa confiance seulement en soi, [c’est-à-dire] à la tentation de la vanité, de l’orgueil, de la suffisance et de la superbe (…) Gare, a-t-il dit, à l’évêque, au prêtre ou au diacre qui penserait tout savoir, avoir la bonne réponse pour tout et n’avoir besoin de personne. Au contraire, la conscience d’être, lui le premier, objet de la miséricorde et de la compassion de Dieu doit conduire le ministre de l’Eglise à être toujours humble et compréhensif à l’égard des autres », a dit encore le Pape. Pour « se mettre à l’écoute des gens » et « être conscient d’avoir toujours quelque chose à apprendre, même de ceux qui sont encore loin de la foi et de l’Eglise ».
 

Jean Bosco, un modèle

Devant un tel portrait, comment ne pas penser à ces nombreux pasteurs humbles et joyeux que l’Eglise a canonisés ? A commencer par le Saint Curé d’Ars, patron de tous les curés de l’Univers, ou Saint Jean Bosco, dont on fêtera en 2015 le bicentenaire de la naissance et à qui la Saje prod (société de production audiovisuelle) vient de consacrer un très beau DVD. D’ailleurs, le Pape, qui n’a jamais caché que les « salésiens de don Bosco » avaient été pour lui un modèle (lire ici) , se rendra à Turin, ville du « père et maître de la jeunesse » (Saint Jean Paul II) à l’occasion (notamment) de ce bicentenaire, le 21 juin 2015.
 

Deux pour cent des pasteurs anglais croient à l’invention de Dieu

Une nouvelle enquête montre que 16% des ministres autorisés de l’Eglise d’Angleterre ne sont pas clairs au sujet de Dieu, et que 2% d’entre eux pensent que Dieu est une construction humaine. L’enquête a porté sur 1500 membres du clergé anglican en Angleterre, Ecosse et Pays de Galles. Elle a été menée par l’agence internationale d’étude de marché YouGov, et suggère que les ministres de l’Eglise sont confus au sujet de la nature — et même de l’existence véritable — de Dieu.

Les ecclésiastiques plus âgés ont davantage tendance que les plus jeunes à avoir des croyances non orthodoxes. Environ 90% de ceux qui ont été ordonnés depuis 2011 croient en Dieu, contre 72% chez ceux qui sont devenus prêtres dans les années 1960. 

Il y a environ 19 500 ministres autorisés dans l’Eglise anglicane, dont la chef suprême est la reine Elisabeth II. Reportée à l’échelle nationale, l’enquête de YouGov montre qu’il y a environ 390 ministres qui ne croient pas en Dieu, et jusqu’à 3120 qui ne sont pas sûrs de l’existence, ou de la nature de Dieu.

Aucune mesure prise

L’organe directeur de l’Eglise, le Synode général, ne prend pas de mesures particulières contre ce genre de points de vue, et les membres du clergé sont relativement libres de s’écarter de la doctrine sans être sanctionnés. Alison Ruoff, membre laïque du Synode général ne peut pas comprendre comment quelqu’un pourrait être prêtre, et ne pas croire en Dieu. Interrogée par The Independent elle déclare «le clergé prêche juste des inepties sociales nous attendons mieux de sa part».

Le sondage a été commandé par le Westminster Faith Debates (Débats de foi de Westminster), une organisation qui propose une série de forums publics abordant les dernières recherches sur la religion et les valeurs.       

Un important pasteur charismatique tué dans un accident d’avion

11.11.14 14:47 – Neuf personnes ont péri suite au crash de leur avion privé le 9 novembre près de l’aéroport international de Grand Bahama. Parmi eux, un couple pastoral, Myles Munroe et sa femme, un directeur international de ministère, un couple de pasteurs de jeunesse avec leur fils ainsi qu’un pasteur venant d’Afrique.

Myles Munroe était connu comme conférencier populaire dans les milieux charismatiques américains. Il laisse derrière lui la Bahamas Faith Ministries International Fellowship, où il était le pasteur principal. La mort de ce leader évangélique très apprécié, laisse derrière lui des milliers de fidèles.
L’avion aurait heurté une grue d’un chantier naval avant d’exploser et de s’écraser au sol. Les passagers se rendaient au Forum Global Leadership de Freeport à Grand Bahama. Ils devaient rencontrer plusieurs orateurs internationaux.

La police s’acharne contre une communauté protestante mennonite

… les autorités policières, ont empêché les rassemblements religieux, semé le trouble dans la communauté et ont même pénétré à l’intérieur du lieu de culte. La raison de cette animosité a été exposée par le représentant du Bureau régional des Affaires religieuses. Cette présentation a été reprise dans les médias locaux. Cependant, les pasteurs protestants responsables de la communauté réfutent vigoureusement la version officielle des faits.

L’agression la plus récente a eu lieu dans la soirée du 2 novembre 2014. Les trois pasteurs en charge de la communauté mennonite de My Phuoc ont signé, le jour même, un appel à l’aide à destination des communautés catholiques et des autres religions. Selon ce texte, ce jour-là, leur communauté subissait, par voyous interposés, une nouvelle agression des autorités locales.

Selon l’appel à l’aide, plusieurs centaines d’hommes de main de la police ont mené l’attaque. Arrivés en motocyclette, le visage masqué par des cagoules, ils ont pénétré à l’intérieur du complexe de bâtiments de la communauté, ont lancé des pierres à l’intérieur de la chapelle et ont dispersé l’assemblée. Les locaux ont été dégradés et il y a eu plusieurs blessés. L’agression a duré quatre heures, de 16 à 20 heures.

Cette attaque était loin d’être la première. Selon les pasteurs, depuis le mois de juin 2014, il y a eu au moins dix tentatives policières pour empêcher les fidèles de se rendre à l’assemblée religieuse ou empêcher celle-ci de se dérouler.

Un représentant du Bureau provincial des Affaires religieuses a fait connaître son point de vue. Il a été rapporté par Radio Free Asia (émissions en langue vietnamienne) du 9 novembre dernier. Le fonctionnaire s’est ainsi exprimé au sujet du lieu de culte : « Ce lieu d’activité n’est pas celui des ouvriers qui habitent la région (qui est une zone industrielle). En réalité, on a fait venir sur les lieux un certain nombre de Montagnards des Hauts Plateaux pour qu’il y ait une activité religieuse. La population de la région n’a pas manifesté le besoin d’activités religieuses. » A des questions posées plus tard par Radio Free Asia, ce même représentant a déclaré que, si ce besoin existait, la communauté mennonite pourrait mener ses activités librement. C’est le cas, a-t-il dit, pour de nombreuses communautés religieuses établies dans la région.

Il a aussi affirmé qu’il n’y avait pas eu de violences de la part des autorités. Selon lui, les membres de la communauté mennonite se seraient battus entre eux et auraient appelé la police, qui ne s’est pas dérangée. Cette version des faits a été reprise et diffusée par la presse régionale.

Ce point de vue a été rapporté aux pasteurs responsables de la communauté et ces derniers ont affirmé qu’il n’était en rien conforme à la réalité. Ils ont mis en relief les erreurs et les calomnies répandues par le Bureau des Affaires religieuses et la presse. Ils ont aussi résumé l’histoire de la communauté mennonite locale.

La communauté mennonite s’est établie dans cette région en 2007. En 2011, le pasteur responsable a dû s’enfuir en Thaïlande. Il a été remplacé par le pasteur Trân Minh Hoa, actuellement chargé de la communauté. Celle-ci est formée d’une quarantaine de croyants. Il faut y ajouter une quarantaine de jeunes gens poursuivant des études dans l’école d’Ecritures saintes établie dans les mêmes lieux. Des assemblées ont lieu régulièrement toutes les semaines.

Selon le pasteur, l’Eglise mennonite a accompli toutes les formalités nécessaires pour obtenir la permission de mener des activités. L’autorisation n’a jamais été accordée. Il y a un peu plus de deux semaines, les autorités ont décidé d’interrompre les assemblées hebdomadaires en utilisant des hommes de main pour interdire les offices, empêcher les rassemblements et dégrader les bâtiments (1).

(eda/jm)

Dunkerque: Isabelle Alves, nouvelle pasteure des protestants

« La paroisse n’a pas eu de pasteur pendant deux ans, mais elle a été très dynamique. ». Isabelle Alves, 47 ans, dans une première vie assistante de direction, est sa nouvelle pasteure. Originaire de la région parisienne, « j’ai toujours été passionnée par la foi et la spiritualité, et souhaitais travailler en église, y compris avec mon ancien métier ». Il y a dix ans, elle décide d’entamer la formation pour devenir pasteure. « J’ai étudié à mi-temps, et travaillé tout en m’occupant de mon fils, donc cela m’a pris deux fois plus de temps qu’un parcours de formation qui dure normalement cinq ans ». Le déclic ? « Les pasteurs que j’ai rencontrés ont tous été exceptionnels à leur façon, et je ne me sentais pas capable de les suivre. Et puis, j’ai compris qu’il était aussi possible d’être pasteure autrement. » Dunkerque ? « J’espérais venir dans le Nord. Alors quand on me l’a proposé avec la mer en prime, c’était juste un rêve ! »

Isabelle Alves est à Dunkerque pour deux ans de « proposanat », un accompagnement après sa formation. Ensuite, elle décidera avec le conseil presbytéral de la paroisse, qui rassemble près de 150 familles, s’ils poursuivent le chemin ensemble pour un mandat de six ans. Un ou une pasteur(e)* ne peut rester que douze ans maximum dans une paroisse. L’ambition d’Isabelle Alves, ces prochains mois : « Faire connaissance avec les paroissiens en groupe et individuellement, comprendre ce qui nourrit leur foi pour proposer des actions en ce sens. »

* L’Église protestante unie de France en compte 500, dont un tiers de femmes.

Les églises protestantes de la région à la TV

Les églises protestantes à la TV

C’est officiel. Le dimanche 24 mai 2015, lors de la Pentecôte, les églises protestantes de la région orléanaise donneront un grand culte commun qui sera retransmis à la télévision, en direct.

Il s’agit de l’émission « Présence protestante », diffusée chaque dimanche matin, sur France 2. Cette retransmission aura lieu à la salle des fêtes de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

Trente-cinq techniciens mobilisés

Déjà, les pasteurs des églises (baptistes, évangéliques, pentecôtistes, adventistes), et quelques délégués, se sont attelés à la tâche pour peaufiner le programme, mais surtout, se préparer à l’immense rigueur qu’exige la production.

« Surtout, pas de chemise blanche, mais des teintes chaleureuses. Les objectifs des caméras en souffrent », précise un pasteur. « Trois messages de 15 minutes avec des interruptions, pour que le spectateur se repose », précise un autre. « Pourquoi ne pas faire venir un grand artiste d’Aix-en-Provence pour le temps de louange ? », demande l’une. « Non, faisons plutôt intervenir les talents du cru. Il y a des talents sur Orléans. Nous défendons notre ville », rétorque un autre. « Pensons à mettre des objets pour habiller le décor. Les cameramans aiment bien filmer des détails. Ça habille », précise un habitué des retransmissions TV. La durée de chaque intervention devra être calculée à la seconde près.

Trente-cinq techniciens de télévision seront mobilisés pour une heure de culte seulement. Des filages (répétitions sans interruption) auront lieu.

Ce projet est né il y a quelques semaines, lorsque Jérémie Corbeau, administrateur du Groupe biblique universitaire à l’université de La Source, a été interviewé par « Présence protestante ».

“Il ne suffit pas d’ouvrir la porte de l’Eglise et d’attendre”

Non aux chrétiens à mi-chemin, homélie du 6 novembre 2014

Rome, 6 novembre 2014 (Zenit.org) Anne Kurian 0 clics

« Non aux pasteurs à mi-chemin ! Non aux chrétiens à mi-chemin ! » : c’est ce que déclare le pape François dans l’homélie de ce jeudi matin, 6 novembre 2014, à Sainte-Marthe. Il fait observer qu’il ne suffit pas d’ouvrir la porte de l’Eglise et « de rester là à attendre » : il faut aller chercher ceux qui sont loin.

Dans l’Evangile du jour (Lc 15,1-10), Jésus racontait la parabole de la brebis perdue et de la pièce d’argent perdue : deux récits qui « font voir le cœur de Dieu », a estimé le pape. Dieu en effet « ne s’arrête pas à un certain point, il va jusqu’au bout, jusqu’à la limite ; il ne s’arrête pas à mi-chemin du salut. Il sort toujours ».

Jésus « est venu pour ceci : pour aller chercher ceux qui s’étaient éloignés du Seigneur ». Les pharisiens et les scribes s’arrêtent quant à eux « à mi-chemin » : « ils sont trop attentifs à équilibrer les pertes et les bénéfices. Mais cela n’est pas l’esprit de Dieu, Il n’est pas un affairiste, Dieu est Père et va sauver jusqu’à la fin, jusqu’à la limite. »

Le pape s’est attristé du pasteur « à mi-chemin, qui ouvre la porte de l’Eglise et reste là à attendre » : « Etre un pasteur à mi-chemin, c’est une défaite » car « un pasteur doit avoir le cœur de Dieu, aller jusqu’à la limite ».

De même pour le chrétien « qui ne sent pas dans son cœur le besoin, la nécessité d’aller raconter aux autres que le Seigneur est bon » : « il y a tant de perversion dans le cœur de ceux qui se croient justes et ne veulent pas se salir les mains avec les pêcheurs ».

Le « vrai chrétien » est pris par « le zèle que personne ne se perde ». C’est pourquoi « il n’a pas peur de se salir les mains. Il va où il doit aller. Il risque sa vie, il risque sa renommée, il risque son confort, son statut… ».

L’enfant de Dieu ne « condamne pas les autres » mais « va à la limite, il donne sa vie, comme Jésus l’a donnée, pour les autres. Il ne peut rester tranquille, en se protégeant lui-même, [en préservant] sa tranquillité ».

« Non aux pasteurs à mi-chemin ! Non aux chrétiens à mi-chemin ! », a insisté le pape en ajoutant : « Le bon pasteur, le bon chrétien, est toujours en sortie, en sortie de lui-même, en sortie vers Dieu, dans la prière, dans l’adoration, en sortie vers les autres pour porter le message du salut. »

Le « bon pasteur, le bon chrétien » sait « ce qu’est la tendresse », il sait « charger la brebis sur ses épaules, avec tendresse et la remettre à sa place avec les autres ».

Il sait aussi ce qu’est la joie, contrairement à « ceux qui sont à mi-chemin », qui « peut-être s’amusent », mais qui « n’ont pas cette joie qui vient du Paradis, de Dieu, cette joie qui vient du cœur du Père qui vient sauver », a conclu le pape. 

( 6 novembre 2

Foyer d’étudiantes à Paris

Etats-Unis : A 90 ans, il risque la prison pour avoir nourri des SDF

Deux pasteurs et un homme de 90 ans sont poursuivis par la justice de l’Etat de Floride pour avoir distribué de la nourriture en public à des SDF. Les zones de dons alimentaires sont restreintes aux Etats-Unis

Le nonagénaire s’appelle Arnold Abbott, rapporte le site metronews.fr aujourd’hui. Il a été arrêté à Fort Lauderdale, en Floride, pour avoir distribué de la nourriture hors des zones autorisées. Cet élan de solidarité risque de coûter la case prison pour le petit groupe composé de Mr Abbott et de deux pasteurs. Aux Etats-Unis, une nouvelle loi limite les lieux où ce type d’opération est autorisé.

Le volontaire Abbott, qui est à la tête d’une organisation caritative, témoigne : “L’un des policiers est venu et m’a crié ’Pose cette assiette tout de suite’, comme si je portais une arme“. La peine qu’il encourt, avec les deux pasteurs, est de six semaines de prison et 500 dollars, à peu près 350 euros d’amende.

Une limitation des lieux de distribution de nourriture aux sans-abris a été mise en place par la ville floridienne de Fort Lauderdale dans l’objectif de lutter contre l’itinérance. “Ils essaient de balayer les pauvres sous le tapis“, estime Arnold Abbott.

Fort Lauderdale est la 13e ville des Etats-Unis à avoir ordonné des restrictions pour la distribution de denrées aux sans-abris. Les législations répressives sont de plus en plus répandues dans le pays, selon le Centre national de lutte contre l’itinérance et la pauvreté. Elles interdisent par exemple la position couchée en public ou de vivre dans une voiture.

Mali : Concertation des acteurs de la société civile : Le processus «AGIR» au cœur des débats

Dans son allocution, le président du RECAO, M. Boubacar Bello a parlé de la coopération franche, loyale qui se noue entre le RECAO et l’AFAO à l’occasion du processus «AGIR». Collaboration qui constitue une chance pour le RECAO dans la mesure où elle lui permettra de mieux prendre en compte dans ses initiatives la question cruciale du genre. Il dira que le RECAO est convaincu que les organisations de la société civile et du secteur privé produiront dans le processus une contribution de qualité qui sera riche des expériences et des bonnes pratiques de l’agricultures, des agro-pasteurs ou pasteurs, ainsi que des pécheurs artisanaux.

Quant à la présidente nationale de l’AFAO-Mali, Mme Dissa Fanta Berthé, «ce programme repose sur des piliers de la société civile, particulièrement celle des femmes souvent laissées en marge des programmes de développement. L’AFAO et le RECAO jouent un rôle moteur dans ce programme au niveau de la société civile Ouest Africaine. L’Association des Femmes de l’Afrique de l’Ouest (AFAO) travaille pour le renforcement du statut surtout économique des femmes à travers les pays de la CDEAO en plus de la Mauritanie. Ses activités portent essentiellement sur la formation des femmes en technique de transformation des produits agricoles, le renforcement des capacités, la santé communautaire», a-t-elle précisé.

«Nous allons attirer l’attention de nos autorités sur la nécessité de continuer de manière durable à la satisfaction des besoins alimentaires des populations les plus vulnérables pour leur permettre de vivre dignement de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et du commerce», a conclu la présidente de l’AFAO.

Le secrétaire général de l’APCAM, M. Salif Diarra, dans son discours d’ouverture a déclaré que «face aux crises alimentaires et nutritionnelles récurrentes, notre région a pour ambition de renforcer la résilience des ménages, des familles les plus vulnérables à savoir les agriculteurs en situation économique difficile, les agro-pasteurs, ainsi que les pêcheurs artisanaux et les travailleurs pauvres en milieu urbain et rural. «AGIR» met un accent particulier sur la condition des femmes et des enfants en situation de vulnérabilité. Cette rencontre constitue un espace d’expression affirmé des organisations et leur offre l’opportunité d’approfondir la réflexion et d’alimenter le dialogue inclusif du Mali», a-t-il rappelé.

Avant de terminer, il a remercié les organisations intergouvernementales de la région à savoir la CDEAO, l’UEMOA, le CILSS et les partenaires techniques et financiers, notamment l’Union Européenne pour leur rôle déterminant dans l’accompagnement du processus.

Fatogoma COULIBALY
Source: L’Express de Bamako du 06 nov 2014

Etats-Unis : à 90 ans, il risque la prison pour avoir nourri des SDF

Leur acte de solidarité pourrait leur faire passer quelque temps à l’ombre. Deux pasteurs et un volontaire de 90 ans ont été arrêtés pour avoir distribué de la nourriture à des sans domicile fixe à Fort Lauderdale, en Floride (Etats-Unis), a rapporté mercredi le Daily Telegraph. Leur faute ? Ne pas avoir été au bon endroit, une nouvelle loi restreignant les lieux où ce type d’opération est autorisé.

“L’un des policiers est venu et m’a crié ‘Pose cette assiette tout de suite’, comme si je portais une arme”, a témoigné le volontaire, Arnold Abbott, qui dirige une organisation humanitaire. Lui et les deux pasteurs encourent jusqu’à six semaines de prison et 500 dollars d’amende.

“Ils essaient de balayer les pauvres sous le tapis”

La ville de Fort Lauderdale a mis en place des restrictions sur les lieux de distribution de nourriture aux sans-abri pour lutter contre l’itinérance. “Ils essaient de balayer les pauvres sous le tapis”, estime Arnold Abbott.

Fort Lauderdale est la 13e ville américaine à avoir édicté des restrictions pour la distribution de denrées aux SDF. Les législations punitives, interdisant par exemple la position couchée en public ou interdisant de vivre dans une voiture, sont de plus en plus répandues aux Etats-Unis, selon le Centre national de lutte contre l’itinérance et la pauvreté.

TIBET • Des pasteurs nomades endettés pour construire

Depuis quelques années, l’Etat chinois a forcé les pasteurs nomades de certaines communautés tibétaines à emménager dans des logements récemment construits. Cependant, des habitants se sont plaints à maintes reprises de ce qu’il leur était impossible de vivre dans ces maisons de mauvaise qualité. Ces plaintes sont restées sans réponse, mais l’Etat a tout de même ordonné le remboursement rapide des emprunts contractés de force par les habitants pour faire construire ces maisons.

D’après un informateur vivant au Tibet, l’Etat chinois a obligé dès 2009 les pasteurs nomades tibétains qui vivent dans diverses zones de plusieurs provinces chinoises à s’engager dans des projets immobiliers. C’est ainsi que chaque foyer de la communauté de Nyitö [Niduo en chinois, district de Serta (Seda), préfecture tibétaine autonome de Karze] s’est vu attribuer une prime de 30 000 yuans [3 900 euros], mais a dû également emprunter 20 000 yuans [2 600 euros] pour construire sa maison. 

Capture_decran_2014-11-05_a_10.37.39.png

Le chef de la communauté pastorale et le chef de la confédération de communautés n’ayant pas eu d’autre choix que d’endosser la responsabilité de ce projet, ils ont dû réunir les primes accordées par le gouvernement local populaire et les sommes empruntées pour faire construire les logements. Cependant, ces maisons sont déjà fissurées et elles s’avèrent de piètre qualité, à tel point qu’il est impossible pour leurs propriétaires d’y vivre, a rapporté cette source.

La même personne a poursuivi : “L’inutilité totale de ces logements pour leurs occupants est une chose, mais, en plus de cela, le gouvernement a déclaré que ceux-ci devraient au plus tôt rembourser et la prime et l’emprunt contracté. De plus, les autorités ont annoncé qu’elles allaient interrompre le versement d’une prime annuelle d’environ 1 000 yuans [130 euros] versée jusqu’alors aux pasteurs pour acquitter le prix de la location de pâtis”.