Monthly Archives: November 2013

La revanche tranquille des pasteurs et éleveurs

Quelle histoire que celle du ranch de Dolly ! On ne se lasse jamais de la raconter dans l’univers des espaces pastoraux au Sénégal et en Afrique de l’ouest. Un moment, « terre verte », il a vu passer nombre d’agronomes, de sociologues et de chercheurs en médecine vétérinaires et en développement des terroirs. Un temps laissé seul et en souffrance dans le vaste domaine des vieilles terres du Djoloff, et enfin pressenti pour être aux mains d’affairistes et de familles dont le seul souci est d’en faire une zone de monoculture. C’était sans compter avec la détermination des éleveurs frustrés par le choix accordé aux autorités à l’agriculture essentiellement, et l’amenuisement de leurs terres de parcours.

Terre par excellence du pastoralisme, le ranch a souffert de l’absence d’un code au niveau du Sénégal. Depuis 1969, date de son inauguration, ce territoire n’a pas connu de programmes de développement de ses infrastructures. Les ministres passaient, de l’Agriculture, de l’élevage, du développement rural, sans se soucier du sort de cette niche de réserves de pâturages pour le bétail en  de soudure. Laissé aux feux de brousse et aux pauvres éleveurs du centre, la gestion de cet immense terroir n’a été qu’un vain mot dans. Plus grave, rien autour de cet espace n’avait été simple. Enorme flou autour de la vocation d’un ranch. Mystère pour ce qui est du statut clair. Même si selon les conservateurs, ce statut existait bel et bien. Mais, cela restait une voix contre celle d’un autre.  Il est vrai que la zone reste encore bien marquée par l’influence de l’oralité, faute d’écoles et de salles de classes en nombre  pour les enfants et de grands cadres adaptés à l’alphabétisation. Il est encore une terre mystérieuse entourée de mythes. 

 Des géographes, des historiens, des sociologues et anthropologues s’y sont penchés pour produire encore aujourd’hui une grosse documentation qui est rare pour des aires de pâtures connues dans ce continent qui n’accorde pas encore à l’élevage toute la place qu’il mérite. La preuve : Le ranch de Dolly est situé dans la région de Louga, à l’extrême Sud du département de Linguère, dans les communautés rurales de Thiel et de Gassane. Il s’adosse à la région de Matam au Nord et à celle de Kaffrine au Sud-est. Le ranch est entouré par plusieurs grands domaines agricoles, en particulier ceux de Khelkom au nord–est, Darou Miname à l’Ouest et Touba Allieu au Sud.

 Ce domaine qui couvre une superficie de 87 500 ha a été longtemps miné par son enclavement. Mais également, par des conditions climatiques et pluviométriques qui influencent fortement les éléments biophysiques.  Du point de vue de l’occupation de l’espace, Dolly est subdivisé en quatre secteurs : Diaga (23 904 ha), Thiabouli (14 517 ha), Ogo (21 757 ha) et Dioridi (22 255 ha). Plusieurs entrées ont été aménagées au niveau de la clôture périphérique. L’existence de ces portes permettant aux transhumants d’emprunter différents itinéraires pour accéder au ranch.

Ce domaine agro sylvo–pastoral constitue également une vaste zone tampon sur les plans morpho–pédologique et climatique qui lui confère une réelle diversité écologique. Le climat local est de type sahélien, avec quelques influences du domaine soudanien comme en atteste la couverture herbacée abondante en saison pluvieuse. Les ressources hydriques sont constituées par les forages à exhaure mécanique et les mares temporaires qui sont alimentées en eau pendant la saison des pluies.

Autrefois, la biomasse était constituée pour l’essentiel de graminées, de dicotylédones, d’arbustes et d’arbres fourragers avec des espèces écotypes variant selon les types de sols. Du fait de la diversité des sols de la zone, le ranch disposait de pâturages abondants et riches, avec des strates herbacées et des pâturages aériens qui se complétaient tout au long de l’année, et particulièrement pendant les périodes critiques de la saison sèche.  Au fil des années, l’ouverture du ranch et l’absence d’un dispositif de contrôle de l’accès aux ressources naturelles qui y sont disponibles ont conduit à une dégradation de l’environnement physique. Actuellement, le tapis herbacé présente de moins en moins de graminées. De l’avis des éleveurs qui y résident, le ranch est envahi, par endroits,  par une espèce non appétée par le bétail (dengue en pular).

Laissé à l’abandon, le ranch de Dolly n’a pas connu de réhabilitation, perdu au centre de la savane dégradée aux allures d’une steppe du centre du Ferlo. Privé d’eau, seulement doté d’un outillage sommaire et inadapté, Dolly et son monde d’élevage ont pris peur quand, à un moment de la présidence de Me Wade, l’idée a été émise de remettre une partie de son domaine à un privé. La suite est digne d’une « guerre de résistance » qui allait durer un siècle ou deux avec son lot de difficultés, de bataille de successions etc.

L’ancien président de la République,  avant son départ à la tête de l’Etat, en mars 2012, a tôt fait de comprendre l’extrême sensibilité de la question foncière autour du ranch, quand au mois de novembre 2011, autre coïncidence avec cette visite de son successeur  Macky Sall, tous les éleveurs du Sénégal se sont retrouvés à Dolly pour lui demander de leur laisser la zone et également de laisser au ranch son ancienne vocation pastorale.  L’homme n’avait pas seulement reculé ;  il avait le choix responsable de ne pas embraser une zone névralgique de l’économie pastorale au Sénégal.

 Un paradis vert  pour le bétail

 Les travaux de mise en place des infrastructures et des équipements (pose de la clôture périphérique, délimitation des parcelles, ouverture des pare-feux, implantation des forages, des réservoirs, des abreuvoirs, des parcs à vaccinations, des magasins, etc.) ont été achevés en 1968. L’inauguration du ranch par le Président Senghor a eu lieu en 1969. Pour assurer la gestion et l’exploitation du domaine, l’Etat a signé une convention avec la Société d’exploitation des ressources animales du Sénégal (Seras). La Seras procédait à l’achat de veaux mâles à leur sevrage. Ces animaux acquis auprès des coopératives d’éleveurs de la zone sylvo-pastorale étaient engraissés sur les pâturages du ranch de Dolly. Après un séjour de deux ans dans le ranch, ils atteignaient un poids vif de 300 à 400 kg. C’est à ce stade de croissance pondérale que la Seras envoyait les animaux aux abattoirs de Dakar.

A la fin de la convention entre l’Etat et la Seras en 1976, la gestion a été assurée de façon intérimaire par la Direction de l’Elevage jusqu’en 1979 date à laquelle le Gouvernement a signé une nouvelle convention avec la Société de Développement de l’Elevage dans la Zone Sylvo-Pastorale (Sodesp). La suite a été moins glorieuse jusqu’à la mobilisation des populations d’éleveurs accompagnée par l’Ong Cerfla et certains élus de la région qui n’ont pas manqué de faire entendre leur voix chaque fois que l’occasion se présentait.

 Un forum national et le déclic

La visite de Macky n’est pas un fait du hasard si on remonte un peu aux derniers développements qui ont secoué la vie du ranch de Dolly. Il s’inscrit dans une forme de reprise en main du territoire, mais encore dans le souci de répondre à une demande faite par les éleveurs depuis quelques années.  Depuis 2011 et même bien avant, nombre d’associations d’éleveurs se sont inquiétées d’une probable extension des terres de culture dans le cœur du ranch et les promesses entretenues autour de l’agrobusiness et d’un élevage d’affaires qui prend forme dans le continent avait alerté les acteurs du monde rural intéressé par l’élevage.

Mais tout part d’une date mémorable dans la vie des éleveurs sénégalais, depuis les assises tenues en 1997, à Thiès. Les 25 et 26 novembre 2011, s’est tenu le premier forum national autour de la problématique de la sécurisation foncière de la vocation pastorale du ranch de Dolly. Cette rencontre inscrite dans le cadre d’un projet exécuté par l’Ong *Centre d’études, de recherche, de formation en langues africaines (Cerfla) en réponse à une requête formulée par les organisations communautaires de base de la zone de Dolly.

Cette rencontre a regroupé plus de quatre cents participants provenant de plusieurs régions du pays et appartenant à différentes catégories d’acteurs, notamment : les représentants des institutions publiques, en particulier l’Assemblée nationale, le Conseil économique et social et le ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature. On peut ajouter à ce groupe, les responsables de l’Administration territoriale et des services techniques déconcentrés du département de Linguère, les mandataires des Ong faîtières et organisations professionnelles d’agriculteurs et d’éleveurs (Congad, Cncr, Apess, la Maison des Eleveurs, le Dinfel, etc.)

Au niveau local, les représentants de l’Association des élus locaux du département de Linguère,  présidents des communautés rurales de Boulal, Gassane, Thiel et Vélingara; responsables des Ocb implantées dans la zone  comme Nanondiral et d’autres entités, comme les groupements de Promotion féminine et collectif des éleveurs et usagers du Ranch de Dolly), les représentants des institutions de recherche et de plaidoyer comme  (Enda Pronat, Ifan et Ipar).
 

Paroisse Réformée de Fribourg LA PAROISSE

22.11.2013 Auteur : Grégoire Dématraz

Paroisse Réformée de Fribourg

LA PAROISSE

La paroisse réformée de Fribourg vient d’ouvrir son nouveau site web.
Fondée en 1836, elle s’étend de la ville de Fribourg à tout le district de la Sarine.

C’est en 1875 que le temple a été construit et il a été rénové à plusieurs reprises entre temps dont récemment entre 2010 et 2011.
C’est une paroisse totalement bilingue qui compte environ 5’600 membres dont la moitié de langue allemande et l’autre moitié de langue française. Elle compte 5 pasteurs bilingues travaillant en proche collaboration avec les pasteurs et les diacres exerçant au ministère au niveau cantonal.

PARTICULARITÉS DU SITE WEB TYPO3

Leur ancien site étant sur Galilée, un ancien gestionnaire de contenu, nous leur avons développé un nouveau site web avec le CMS TYPO3 comprenant les fonctionnalités suivantes:

  • divers modules tels qu’un module de langue pour la version allemande en cours de rédaction.

Si vous souhaitez refaire ou actualiser votre site pour le rendre plus convivial et plus facile d’utilisation, n’hésitez pas à prendre contact avec hemmer.ch SA.


Cet article vous intéresse ?

Si vous souhaitez citer cet article ou même en reprendre une partie, nous vous demandons expressément d’en mentionner la source et de faire un lien vers la page d’accueil de notre site Internet.

hemmer.ch SA – http://www.hemmer.ch

7327 pasteurs identifiés – Assainissement des églises évangéliques …

b6f3097db81fbb20336e8999698df2f3

L’exercice de la profession de pasteur nécessite une bonne moralité, de la probité et de l’honnêteté. C’est ce souci qui a guidé l’opération de recensement des pasteurs au sein des Eglises protestantes et évangéliques. Ce sont près de 7327 pasteurs qui ont été recensés et identifiés. L’information a été donnée par Révérend Makosso Ariel Camille Joshua, commissaire général de la commission de l’opération d’identification des pasteurs, récemment, lors d’un déjeuner de presse, à Cocody-Angré.

La date butoir de l’opération de recensement qui a débuté en mars 2012, selon lui, est fixé au 31 décembre prochain. «L’identification permettra à chaque pasteur de disposer, d’une part de sa carte pour être respectée, et d’autre part, de bénéficier du programme de financement», a-t-il dit. Ainsi qu’un plan de retraite. Il a dit ne plus admettre qu’un pasteur meurt pour une ordonnance médicale de 7000 Fcfa. La carte d’identité pastorale, selon le révérend Makosso Camille, permet également à son détenteur de bénéficier d’une réduction de 10 à 20% dans certains grands espaces commerciaux. Cependant, pour obtenir cette carte, tout candidat doit justifier sa formation spirituelle ou avoir un père spirituel, qui est par ailleurs son garant moral. Il doit en outre fournir deux photos d’identité et une pièce d’identité. Une tournée de sensibilisation est prévue au sein des 10 districts de la Côte d’Ivoire, a-t-il annoncé, pour sensibiliser davantage les pasteurs sur l’importance de cette opération. Selon lui, l’opération d’identification vise 10.000 pasteurs jusqu’en janvier 2014, avançant que le coût de l’opération est estimé à 38 millions Fcfa.

Gomon Edmond

Notre Voie

La réforme foncière doit prendre en compte les intérêts des …

SENEGAL-FONCIER

La réforme foncière doit prendre en compte les intérêts des investisseurs, des familles et des pasteurs

2013-11-20 23:35:05 GMT

Dakar, 20 nov (APS) – Le professeur de droit public Abdoulaye Dièye a estimé mercredi que la réforme foncière en cours au Sénégal devrait à la fois prendre en compte les intérêts des investisseurs privés, des familles et des pasteurs.

“Une réforme foncière doit impérativement aller dans le sens de la sécurisation des terres appartenant aux investisseurs privés, mais aussi la reconnaissance des droits fonciers des familles et des pasteurs (agriculteurs et éleveurs)”, a dit M. Dièye lors de la dernière édition de “Carrefour d’actualité”, une série de conférences publiques organisées par le Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI).

La conférence publique portait sur deux thèmes : “L’état des lieux de la question foncière au Sénégal” et “L’agriculture familiale face au phénomène d’accaparement des terres”.

Le gouvernement sénégalais a mis en place en 2012 une commission chargée de mener une réforme du foncier.

“Dans tout le Sénégal, il n’y a pas plus de 100.000 titres fonciers. Donc tous ceux qui se disent propriétaires de titres fonciers ne le sont pas” vraiment, a ajouté le professeur Dièye.

“Il y a un grand problème dans le foncier au Sénégal, à cause de l’inapplicabilité de la loi. C’est le domaine où il y a le plus de cas de violation de la loi. Si on ne s’en tenait qu’à cela pour dire qu’un pays est un Etat de droit ou ne l’est pas, le Sénégal ne serait pas considéré comme un Etat de droit”, a-t-il dit.

MS/ESF

UK, Les Abus des Pasteurs des Eglise de reveil à Londres, avis ya …

UK, Les Abus des Pasteurs des Eglise de reveil à Londres, avis ya bana London

UK, Les Abus des Pasteurs des Eglise de reveil à Londres, avis ya bana London,..CONGOMIKILI.

Après la mésentente entre les deux pasteurs: ADJAHO ET WILLIAM …

Ils l’ont pas fait devant un grand monde, les pasteurs Luc Russel Adjaho et William Teteh ont fait la paix des braves. Le mardi 12 novembre 2013, les deux pasteurs se sont r�concili�s.

Le p�lerinage sur l’Isra�l, qu’organise le pasteur Luc Russel Adjaho, �tait la pomme de discorde.

Mais, Sous l’�gide d’un pasteur dont nous taisons le nom, les deux ennemis d’hier, qui se sont insult�s publiquement sur des cha�nes de t�l�vision, ont fum� le calumet de la paix.

Quoi de plus normal, quand les hommes de Dieu, des fois laissent la passion l’emporter sur la raison.

Un exemple que doivent suivre d’autres hommes de Dieu pour taire leurs divergences et faire la paix au nom de ce qui unit, la parole de Dieu.

C’�tait une paix des braves.

L'Eglise adventiste en Europe favorable aux femmes pasteurs

Réunis début novembre 2013 à Madrid, la cinquantaine de membres du comité exécutif de la Division intereuropéenne (EUD) de l’Eglise adventiste du Septième Jour recommande à l’unanimité l’accès des femmes à la consécration au ministère pastoral, a annoncé le 12 novembre l’agence de presse adventiste APD, basée à Bâle.
Le comité de recherche biblique de l?EUD avait relevé que l’ordination des femmes ne contredisait pas les enseignements de la Bible, Dieu ayant créé la race humaine, hommes et femmes « à son image, ce qui veut dire, égaux ».
L’EUD rejoint ainsi la position de la Division nord-américaine (NAD) de cette Eglise, qui compte dans sa région plus d’un million de fidèles.
L’Eglise adventiste du Septième Jour est née d’un mouvement de réveil protestant interconfessionnel conduit par le prédicateur baptiste américain William Miller vers le milieu du XIXe siècle.

Eglise évangélique / Guéguerre : Accusé d'être un déstabilisateur …

Le mouvement des jeunes pasteurs de Côte d’Ivoire(Mjpci) a fait le lundi 04 novembre 2013 une déclaration dont nous avons reçu copie, pour dénoncer l’attitude du pasteur Guy Ablé.

Le pasteur Guy Ablé de l’ordre des Eglises de Côte d’Ivoire était à l’émission « On garde le contact » de Rti2, pour appeler à la dissolution de la Commission Protestante Evangélique de l’Archevêque Kassi d’Azito, une organisation légalement constituée et représentant plus de 51 Fédérations. Le MJPCI d’obédience anti-Guy Ablé, condamne les propos du contradicteur du Bishop Kassi et informe le gouvernement ivoirien et particulièrement le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur que, le pasteur Guy Ablé est dans une logique de déstabilisation. Le MJPCI rapelle à l’opinion publique que ce pasteur a déjà été arrêté en 2010 par les services de la police criminelle et déféré pour délit de trafic d’armes et entretien de bandes armées. Notamment la milice GPP, dissoute après octobre 2011, que le sieur Guy Ablé utilisait comme sa garde rapprochée. Le MJPCI interpelle le procureur de la République sur ces faits graves de diffamation et d’atteinte à la personne et l’honorabilité de l’Archevêque Kassi d’Azito guide de la grande famille protestante évangélique. «Le MJPCI décide de se constituer partie civile devant le Tribunal d’Abidjan pour poursuivre le pasteur Guy Ablé pour ‘’troubles à l’ordre publique, faux et usage de faux, usurpation de titre’’, révèle le communiqué. Quant à l’accusé, il promet d’ester lui aussi en justice contre ses détracteurs pour diffamation et atteinte à son honorabilité.

M.O

Cameroun – Escroquerie : Dépouillée de 32 millions de F Cfa

Cameroun - Escroquerie : Dépouillée de 32 millions de F Cfa:CameroonDans sa quête de la guérison, Mirabelle Quanda s’est fait tromper par des personnes qui se faisaient passer pour des pasteurs à Douala.

Faï Banyu et Ameth sont gardés à vue à la Division régionale de la police judiciaire du Littoral (Drpj) au quartier Bonanjo à Douala depuis le 1er novembre 2013. Les deux hommes sont accusés d’avoir escroqué la somme de 32 millions de F Cfa à Mirabelle Quanda, une habitante du quartier Makepe Missoke.

Le sieur Aboubacar, le présumé chef de ce gang, est activement recherché. D’après une source policière, il est en possession de la somme de 24 millions de F Cfa. Cette source explique qu’Aboubacar est activement recherché par des policiers. Elle révèle par ailleurs qu’il se trouverait du côté de Bamenda « actuellement ». D’après notre source, les faits remontent au mois d’octobre 2013.

Durant ce mois-là, Faï Banyu, Ameth et Aboubacar approchent Mirabelle Quanda, une employée de banque. Ils se font passer pour des pasteurs au pouvoir « divin ». Ils lui font savoir que sa vie est en danger. Faï Banyu, Ameth et Aboubacar lui expliquent alors que son mari, un homme d’affaires qui se trouve actuellement dans la ville de Dubaï aux Emirats arabes unis, veut la tuer « mystiquement ». Prise de peur, Mirabelle leur demande alors ce qu’elle peut faire pour empêcher cette mort. Les « pasteurs » lui font comprendre qu’elle doit leur donner la somme de 36 millions de F Cfa pour sa guérison.

Après des jours de transaction, Mirabelle Quanda leur remet la somme de 32 millions de F Cfa. Elle promet de leur remettre les six millions restants plus tard. « Je ne sais pas ce qui lui a mis la puce à l’oreille. Elle n’a sûrement pas eu la guérison espérée. Elle a porté plainte pour escroquerie au Groupement mobile d’intervention (Gmi) N°2 », confie une source. Les enquêteurs conseillent à Mirabelle Quanda de tendre une embuscade aux « pasteurs ».

« Le jour où ils sont venus chercher le reste de leur argent, les policiers étaient là », explique la source. Faï Banyu et Ameth sont arrêtés le 31 octobre 2013. Aboubacar, lui, parvient à s’enfuir. Après des interrogations, Ameth finit par remettre la somme de 8 millions de F Cfa.

© Le Jour : Josiane Kouagheu

Paru le Vendredi 08 Novembre 2013 02:01:36 Lu : 2262 fois

4

Inauguration du « Chatelet 2 », à Meudon

Jean-Paul VIART – publié le 06 novembre 2013Actualité

Inauguration du « Chatelet 2 », à Meudon

Unités Alzheimer Châtelet 2 Meudon

Cet établissement a vu le jour en 1964 à l’initiative de l’Association des Pasteurs de France. Il était destiné à l’accueil de pasteurs à la retraite et de veuves de pasteurs. Il s’est ouvert ensuite à un public plus large et notamment à la population âgée de la ville de Meudon. Cet établissement se compose d’un bâtiment principal construit dans les années 70 qui accueille 72 personnes âgées. En 2010, a été décidé de réaliser une extension portant la capacité totale de 80 à 94 lits.

Le deuxième bâtiment qui est inauguré est composé de deux unités de 11 lits chacune réservées à l’accueil de personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ou apparentée. Il est relié à l’ancien bâtiment par une passerelle. Au 1er septembre, cette nouvelle unité accueillait 13 résidents sur les 22 lits autorisés.

Le Conseil général a alloué deux subventions  à hauteur de 184 240 € : 138 180 € au titre de la surcharge foncière et 46 060 € de subvention THPE (très haute performance énergétique).

Les marabouts et les pasteurs pentecôtistes sont actuellement les …

Les marabouts et les pasteurs pentecôtistes sont actuellement les plus grandes vedettes, parce que très sollicités par les Ministres et autres Directeurs Généraux de sociétés publiques, ainsi que par les ministrables, pressés d’arriver aux affaires. Il y a une saison pour tout. Une saison pour les mangues. Une autre pour les prunes.

Une pour le cacao. Une pour les députés qui viennent d’être votés. Une pour les maires. Une pour les pasteurs pentecôtistes et les marabouts. En tout cas l’heure de ces derniers a sonné. L’annonce d’un nouveau gouvernement fait que leurs officines ne désemplissent plus. Les Ministres et les ministrables écument les chapelles et les antres des marabouts et des diseurs de bonne aventure, à la recherche de la potion magique qui les sauverait de la catastrophe à venir.

Pour parvenir à leurs fins, nos excellences, ainsi que les ambitieux au long cours n’hésitent pas à offrir des paquets d’argent aux hommes de Dieu et à leur collègues marabouts. L’on comprend du coup l’origine de l’animosité tenace qui règne entre marabouts et hommes de Dieu. Car la concurrence est féroce pour le contrôle de la manne financière qui provient de la consultation et du traitement spirituel des excellences et des postulants.

On parle de dizaines de millions en jeu, surtout au sortir des élections quand tout indique que le grand Manitou va frapper fort. Il paraît même, que les prix sont doublés par les maîtres spirituels qui seraient capables d’influencer la décision finale du boss lui-même.

Seulement, dans cette faune des « Ayen boto » se trouve également une bonne brochette d’aventuriers et de charlatans, prêts à exploiter cette opportunité pour frapper les incrédules. Beaucoup d’anciens Ministres ruinés par leurs marabouts en savent quelque chose. Alors, avis !

Cameroun : Les marabouts et les pasteurs pentecôtistes sont …

Cameroun : Les marabouts et les pasteurs pentecôtistes sont actuellement les plus grandes vedettes:CameroonLes marabouts et les pasteurs pentecôtistes sont actuellement les plus grandes vedettes, parce que très sollicités par les Ministres et autres Directeurs Généraux de sociétés publiques, ainsi que par les ministrables, pressés d’arriver aux affaires.

Il y a une saison pour tout. Une saison pour les mangues. Une autre pour les prunes. Une pour le cacao. Une pour les députés qui viennent d’être votés. Une pour les maires. Une pour les pasteurs pentecôtistes et les marabouts. En tout cas l’heure de ces derniers a sonné. L’annonce d’un nouveau gouvernement fait que leurs officines ne désemplissent plus. Les Ministres et les ministrables écument les chapelles et les antres des marabouts et des diseurs de bonne aventure, à la recherche de la potion magique qui les sauverait de la catastrophe à venir.

Pour parvenir à leurs fins, nos excellences, ainsi que les ambitieux au long cours n’hésitent pas à offrir des paquets d’argent aux hommes de Dieu et à leur collègues marabouts. L’on comprend du coup l’origine de l’animosité tenace qui règne entre marabouts et hommes de Dieu. Car la concurrence est féroce pour le contrôle de la manne financière qui provient de la consultation et du traitement spirituel des excellences et des postulants.

On parle de dizaines de millions en jeu, surtout au sortir des élections quand tout indique que le grand Manitou va frapper fort. Il paraît même, que les prix sont doublés par les maîtres spirituels qui seraient capables d’influencer la décision finale du boss lui-même.

Seulement, dans cette faune des « Ayen boto » se trouve également une bonne brochette d’aventuriers et de charlatans, prêts à exploiter cette opportunité pour frapper les incrédules. Beaucoup d’anciens Ministres ruinés par leurs marabouts en savent quelque chose. Alors, avis !

© Source : The Spark

Paru le Lundi 04 Novembre 2013 19:36:38 Lu : 788 fois

0

blogdei 3.0 » Brian et Bobbie Houston, pasteurs et producteurs pop …

>>> lire la suite (Fait Religieux)

Brian et Bobbie Houston, pasteurs et producteurs pop-rock

Onzième épisode de notre série spéciale sur les maîtres spirituels. Découvrez ici les portraits exclusifs de personnalités religieuses du monde entier.

1°, Heidi Baker, la “soeur Emmanuelle” des évangéliques

2°, Ovadia Yossef, une autorité rabbinique charismatique et un leader controversé

3°, Mgr Louis Portella Mbuyu, l’évêque congolais qui dit non

4°, Dadiji, une certaine pratique de l’hindouisme

5°, Daniel Bourguet, l’ermite protestant de Saint Jean du Gard

6°, Yisrael Meir Lau, l’enfant de Buchenwald passe le relais

7°, Shane Claiborne, le chrétien qui occupe Wall Street

8°, Mohammed Sa’ad Abubakar, le sultan qui résiste à Boko Haram

9°, David Yonggi Cho, le pasteur de la plus grande Eglise du monde

*

« Venez tels que vous êtes ! », ce slogan de la chaîne de restauration McDonald’s pourrait être placardé à Sydney, à l’entrée de la plus grande église d’Australie, Hillsong, tant l’accent est mis sur l’accueil et l’épanouissement des jeunes fidèles. Chaque dimanche, 20.000 Australiens, entre 18 et 30 ans, se rendent dans cette église géante créée en 1983 par le couple néo-zélandais Brian Houston, 59 ans, et son épouse, Bobbie, 56 ans. Chemise noire, sourires impeccables et brushing bien lissé, le couple soigne son image toujours en accord avec les canons esthétiques du moment. Ils prêchent, chantent, écrivent et enregistrent des DVD d’enseignements bibliques. « J’ai deux grandes passions, explique Brian Houston, sur le site de Hillsong. L’une est de construire l’Eglise de Jésus-Christ et l’autre est d’élever la vie des gens et les aider à réaliser leur potentiel dans la vie ».

Au coeur du succès de Hillsong, la louange pop-rock chrétienne est presque aussi importante que Jésus. Brian Houston est le producteur exécutif de la branche commerciale de l’Eglise : « Hillsong Music Australia ». Chaque année, la sortie de l’album live, « Hillsong Music » est un succès commercial. Il se retrouve dans le Top 10 du classement australien regroupant toutes les musiques séculières. En 2010, 11 millions d’exemplaires ont été écoulés avec une soixantaine d’albums diffusés dans 90 pays.

La notoriété musicale de Hillsong est telle qu’elle attire des jeunes au-delà des frontières australiennes. En 2013, 9 succursales de l’Eglise des Houston existent au Cap, à Stockholm, à Kiev, à Londres, à Berlin et à Paris. Dans le quartier Montparnasse, au théâtre Bobino, 600 jeunes participent chaque semaine aux quatre cultes du dimanche, ils chantent à pleins poumons et suivent une prédication en anglais traduite simultanément en français.

Bien loin du sud parisien, l’histoire du couple Houston débute sur la plage de Papamoa, en Nouvelle-Zélande. Bobbie rencontre Brian lors d’un camp de jeunes chrétiens. Lui a grandi dans une famille dont les parents sont officiers de l’Armée du Salut. Ils se marient en 1977 et s’installent en Australie où Brian devient pasteur des Assemblées de Dieu (ADD), l’une des principales dénominations évangéliques au monde. En 1983, ils reprennent l’Eglise créée en 1978 par le père de Brian et le premier culte Hillsong a lieu dans le hall d’une école publique de la banlieue de Sydney.

Encadrement rigide, voire autoritaire

Dés 1988, le label « Hillsong Music Australia » est fondé et la louange devient la marque de fabrique de l’Eglise. Pour Marion Maddox, professeur à l’université Macquarie, à Sydney, le succès de Hillsong repose sur le couple Houston, sa volonté et sur son sens aigu du marketing. « Leur communication est apparemment informelle et décontractée alors qu’elle est très réfléchie, explique-t-elle. Ils arrivent à offrir une image d’eux-mêmes très positive tout en plaisantant sur leurs défauts ».

Pourtant, Hillsong est souvent critiquée pour son star-système et ses prédications superficielles. « Manifestement, cela ne dérange pas les 20.000 fidèles que se rendent à leur culte tous les dimanches, relève Marion Maddox. Par contre, comme dans d’autres Eglises géantes, il y a beaucoup de turn-over, la foule cache la minorité qui était présente cinq ou dix ans auparavant ». Pour cette spécialiste de Hillsong : « Le message ne semble pas retenir sur le long terme. Les études montrent que les personnes qui quittent Hillsong, ou d’autres Eglises géantes, sont désillusionnées et s’éloignent de toute organisation chrétienne ».

La structure interne de l’Eglise révèle un encadrement rigide voire autoritaire. « La gouvernance de Hillsong est proche de celle d’une entreprise et non d’une Eglise évangélique classique. Brian choisit seul tous les membres du conseil d’administration. Personne n’est élu. Quant à Bobbie, elle n’a pas de formation pastorale. Elle doit sa place au conseil d’administration au fait d’être l’épouse de Brian ».

Eglise en croissance, volontairement expansionniste, Hillsong demeure un cas d’école. Elle offre à son coeur de cible, les 18-35 ans, non seulement une musique et des cultes contemporains mais aussi une sociabilité pour les membres d’une génération lors de sorties et de groupes de prières hebdomadaires. En un mot, Hillsong offre à ses fidèles ce que d’autres Eglises chrétiennes peinent à élaborer : une culture.

Sahel : créer des communautés capables de résister aux chocs

« Nous ne pouvons empêcher les sécheresses ou les inondations de se produire, mais nous pouvons mettre en place des mesures pour éviter qu’elles ne se transforment en famine », a déclaré mercredi dernier le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva, en s’adressant aux participants d’un forum de haut niveau dans la capitale mauritanienne.

L’événement de Nouakchott, axé sur les besoins des communautés pastorales, est le premier de deux forums consécutifs sur le renforcement de la résilience rurale dans le Sahel, organisés par la Banque mondiale, le Comité permanent inter-états de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) et les gouvernements de Mauritanie et du Sénégal. La deuxième réunion portant sur les besoins en irrigation de la région s’est déroulée à Dakar (Sénégal) les 30 et 31 octobre.

Un mode de vie à risque

Les mauvaises conditions météorologiques et l’envolée des prix alimentaires de ces dernières années ont entraîné des crises alimentaires répétées au Sahel qui ont laissé de nombreuses familles rurales dans des conditions de grande précarité et vulnérabilité.

On trouve parmi les catégories les plus touchées les 16 millions de pasteurs de la région – des communautés dépendant de l’élevage qui déplacent régulièrement leurs familles et leurs animaux en quête d’eau et de pâturages.

Si le pastoralisme fournit depuis longtemps à ces communautés un moyen de s’adapter aux conditions météorologiques adverses et au manque de terres productives, leur vulnérabilité à la sécheresse, aux inondations et autres catastrophes est en hausse compte tenu de la compétition accrue pour l’accès à l’eau et aux pâturages.

Le Sahel est – et restera, selon toute vraisemblance – une des régions au monde les plus touchées par le changement climatique, ce qui signifie que la sécheresse et autres phénomènes extrêmes ne feront qu’exacerber les pressions exercées sur les communautés pastorales.

« La résilience fonctionne« 

Il est fréquent, en cas de crise, que les animaux dont dépendent les familles pastorales pour vivre périssent en grands nombres ou soient bradés pour faire face aux besoins immédiats. Il est vrai que la vente des animaux peut apporter un soulagement temporaire, mais elle marque aussi la perte des seuls biens de production des ménages, qui se retrouvent ainsi encore plus vulnérables face aux calamités futures.

« C’est un cercle vicieux qu’il faut briser », a affirmé M. Graziano da Silva dans son allocution liminaire au forum de Nouakchott.

« Le seul moyen de mettre fin aux situations d’urgence récurrentes dans la région est de passer d’un mode réactif à un mode proactif et à une approche intégrée ciblée sur la résilience des moyens d’existence », a-t-il ajouté.

Il a été démontré que la résilience fonctionne et s’avère efficace, non seulement pour sauver des vies humaines et des moyens de subsistance, mais aussi pour épargner de l’argent, a soutenu le chef de l’Organisation des Nations Unies.

Il a pris en exemple le coût des interventions de maîtrise d’une attaque acridienne au Sahel qui s’est élevé, en 2003-2004, à 500 millions de dollars. L’an dernier, une crise similaire a pu être évitée grâce aux investissements en temps utile de 8 millions de dollars qui ont permis d’échapper à une nouvelle infestation de criquets.

De même, des études montrent qu’une alimentation d’appoint des animaux avant que la crise ne survienne les empêche de succomber à la sécheresse, aux épidémies ou autres chocs, et coûte 16 fois moins que l’achat de nouveaux animaux après des décès en masse.

« A la FAO, nous sommes convaincus que la résilience est essentielle à la sécurité alimentaire et nous veillons à y accorder une plus large place dans nos travaux », a déclaré M. Graziano da Silva.

Accroître la résilience des moyens d’existence face aux menaces et aux crises est un des cinq nouveaux objectifs stratégiques récemment mis en place par la FAO pour orienter ses travaux.

S’inspirer de ce qui fonctionne

M. Graziano da Silva a cité un certain nombre de domaines où une action mieux ciblée peut contribuer à améliorer la résilience des communautés pastorales du Sahel, notamment :

• Utiliser les technologies mobiles pour améliorer l’accès des communautés aux prévisions météorologiques et aux informations sur la couverture végétale et leur permettre de déplacer en conséquence leurs animaux vers les pâturages.

• Étendre les opportunités d’argent-contre-travail qui améliorent les infrastructures rurales tout en offrant des filets de protection sociale.

• Veiller à la mise en place de systèmes d’alerte précoce et de réponse, qui déclenchent également des interventions rapides.

• Offrir diverses formes d’aide directe aux pasteurs, en particulier en matière de santé animale.

• Soutenir la diversification des moyens d’existence et l’accumulation des biens par les pasteurs.

Tous ces efforts nécessiteront un effort commun de la part des communautés locales, des gouvernements et de la communauté de développement, a conclu José Graziano da Silva.

« Pour bâtir la résilience, nous ne pouvons agir seuls. Il nous faut travailler en partenariat », a-t-il précisé.

NOUAKCHOTT, Mauritanie, 29 octobre 2013/African Press Organization (APO)

Campagnes et caravanes d'évangélisation sur les places publiques …

Commentaires
25Piatelou | 11/1/2013 3:09:24 PM Les Togolais ont FAIM!!!!!!! R�glez ce probleme d’abord avant de s’enprendre aux chr�tiens…A lom� les vendeurs de CD jouent la musique a tue-t�te a longueur de journ�e, les d�bits de boissons font la meme chose, les bars…Les mecaniciens tous font du bruit…�les MOSQU�S tous g�nent. Pourquoi deux poids deux mesures?????? Quelle l�gitim� ce soit disant Contre Amiral a-t-il au juste????? Qui l’a �lu???? D�cidement ces TOQUETS du RPT n’aiment pas la parole de DIEU car cela les g�ne…VOICI LE DIABLE qui s’installe au sommet du TOGO pour interdir la parole de DIEU !!!! Il sera vaincu…..   24jeusse | 11/1/2013 2:08:44 PM   concernant Gaspard , Dieu t’as fait que tu ne vie pas en Afrique et tu vie en Europe (France ) o� sais je encore ! es que tu as un cœur de Dieu ou de diable ? j’ai l’impression que tu visite ton continent l’Afrique ( togo ) et tu voie r�guli�rement la vie quotidien de tes fr�res et sœurs togolais mais soyons contient sur les r�alit�s qui se passent sur le terrain .
Mr Gas avant de fermer tes yeux au lit pause la question qu’es que j’ai pauser comma acte dans la journ�e ?

bnn jrn�e

Ami de l’Afrique

  23GASPARD | 11/1/2013 1:40:08 PM Notre Idiot GASPARD DEVIENT DE PLUS EN PLUS IDIOT QU’olly. Grace a vous vaillants internautes, il devient de plus en plus son propre interlocuteur. Il est multiple par Zero comme Olly. Ce sont des gens sans foi ni loi qui n’ont rien d’intelligible a proposer a notre cher Togo et ils veulent rabaisser le debat au niveau des Betes Sauvages.   22Etiko | 11/1/2013 1:39:18 PM   Et que dis-tu des appels des muezzins. Ou bien parceque l’Union des Musulmans du Togo collabore?   21jeusse | 11/1/2013 1:37:18 PM   bjr marcelove 1000
Pour r�pondre � ton commentaire n�9 ; tu vie dans quel continent : l’Am�rique , l’Europe ,l’ Asie ou notre cher continent l’Afrique ( togo) ? comme tu as citer l’Europe , donc tu compare la civilisation de l’Europe par rapport � la civilisation de l’Afrique (togo) ? NON !! efface rapidement ton N� 9 Je ne veux pas parler beaucoup dans ce cas bonne jrn�e

Ami de l’Afrique .

  20GASPARD | 11/1/2013 1:02:34 PM Jay! je vois que tu veux bien exprimer des id�es, mais elles sont litt�ralement noy�es dans ton pauvre fran�ais. Or celui qui parle mal fran�ais n’est pas suffisamment instruit. Et quand on n’est pas instruit, on ne doit pas se lancer dans certains d�bats. Tu es alors personna non grata dans ce forum. Pour ce qui est de des �w� qui ont entretenu le clan GNASSINGBE, ils l’ont fait parce qu’ils tiraient �norm�ment profit du statut quo. Ils ont mis en place des textes constitutionnelles qui permettent aux autres de continuer comme s’ils �taient sur un grand boulevard. EYADEMA n’a-t-il pas voulu d�missionner du pouvoir? Qu’avait-on vu? Des togolais du Nord au Sud sont sortis massivement lui demander de rester au pouvoir. Certains sont m�me all�s se coucher sur les rails attendant d’�tre �cras�s par le train. C’est la m�me chose qui se r�p�te avec Faure GNASSINGBE. Son parti UNIR qu’il vient de cr�er est cr�dit� de 62 d�put�s alors qu’il est sur le point de boucler 10 ans au pouvoir. Le peuple togolais lui demande par ce vote de rester encore au pouvoir. Et un leader qui �coute son peuple doit faire sa volont� et non la volont� d’une minorit� pyromane. Les pyromanes minoritaires du cst veulent bien que Faure GNASSINGBE quitte le pouvoir en 2015. Mais la majorit� des togolais disent non. UNIR permettra la limitation du mandat pr�sidentiel qui ne prendra effet qu’� partir de 2015. Et donc Faure sera candidat en 2015 et en 2025. A la place des pyromanes du Cst, je me pr�parerais pour 2025 et non 2015.
En Afrique, on voit des chefs d’Etat modifier la constitution pour s’�terniser au pouvoir. Mais au Togo, c’est tout le contraire qu’on demande � Faure GNASSINGBE. On lui demande de modifier la constitution pour quitter le pouvoir. Du jamais vu! Il faut �tre idiot et cr�tin comme les pyromanes du Cst pour le faire.
Je te demande, petit pyromane jay de retourner � tes cahiers avant de revenir sur le site. Tu es trop timbr�. Il faut aussi passer en revu le bilan de l’ANC:
1-1.200 Km de rues parcourus par les togolais moutons
2-Des dizaines de feux tricolores d�truits � Lom� et � l’int�rieur du pays
3-Environ 14 commissariats de police et services publics mis � sac
4-Des dizaines d’enseignes lumineuses de services publics et priv�es bris�es
5-une centaine de v�hicules caillass�s et ou br�l�s
6-La bitume de plusieurs routes nouvellement construites fondue par les pneus br�l�s
7-300 Kg de drogue consomm�e par les leaders et leurs moutons marcheurs
8-500 femmes expos�es nues dans les rues de Lom�
9-12.000 sacrifices vaudou effectu�s dans le but de renverser mystiquement les institutions de la R�publique
10-Deux grand march�s du Togo incendi�s
11-Un �chec retentissant de l’appel � une r�volution
12-Un �chec retentissant de l’appel � la d�sob�issance civile
13-Un grand parti d’opposition (l’UFC) abattu
14-Une trentaine de pyromanes inculp�s et/ou d�tenus
15-Une gu�guerre entre l’ANC et les autres partis membres du Cst
16-Une guerre ouverte entre l’Anc et le CAR
17- Un morcellement de l’opposition idiote et cr�tine togolaise
18-Un d�sint�r�t du peuple togolais au vote
19-Un D�veloppement de l’incivisme au Togo
20-Plus de200 tonnes de cacas d�pos�s par les moutons marcheurs dans le sable de la plage
Tout cela pour seulement19 si�ges de d�put� sur 91.
Le contestataire, pyromane, cr�tin, idiot, d�linquant, drogu� Fabre alias Tarsier est lui-m�me contest� au sein de l’opposition idiote togolaise qu’il dirige.   19Faustin | 11/1/2013 12:48:01 PM   Mon cher
Dieu sait mieux se d�fendre que quiconque. La parole du Seigneur se d�fend elle-m�me. Il ne sert � rien de se faire avocat de Dieu et donneur de le�on ici. Qui es-tu pour juger les enfants de Dieu et les traiter de fils de B….? Qui es-tu?
Au-del�, la gestion de l’ordre public exige courage et responsabilit�. Il est mis en route de fa�on pr�ventive ou curavtive. Et l’oreille de l’autorit� publique entend des choses que le citoyen ordinaire que toi et moi sommes, n’entend pas. Chercher � comprendre certaines d�cisions avant de commencer par appeler Satan sauf….
Merci   18Amivi | 11/1/2013 12:39:16 PM Se contenter de que “tout est faux”, ce n’est pas une ANALYSE.

Cordialement

  17olly | 11/1/2013 11:56:27 AM  
FAUSSES et tres FAUSSES sont vos Idees.

Meme la Campagne de JP FABRE de l, ANC , du FRAC nouveau a la PLAGE de LOME est naturellement CONCERNEE par le present communique.

Qui dit mieux ????

Mr Attachez vos ceintures

  16Koffi Kongo | 11/1/2013 11:51:43 AM La d�cision en soi est � saluer. Cependant ce serait trop bien si au moins cette d�cision est s�rieuse. Mr. Adegnon est en mission command�e. Il agit pour le compte de SES pasteurs, je dis bien de “SES” pasteurs, qui sont entrain de perdre leurs affaires lucratives au profit des pasteurs ambulants. Mr. Adegnon n’avait-il pas octroy� lui m�me des fonds du PAL (Port Autonome de Lom�) � certains pasteurs? Quand on sait ce que, tous ces messieurs, qui s’octroient la manne nationale, d�pensent aupr�s des pasteurs pour implorer le pardon de tous ceux qu’ils commettent comme B�TISES, on est en droit de poser certaines question sur l’honn�tet� et le bien fond� de cette loi. Qui sont ces pasteurs, que Mr. Adegnon encourage, consolide et soutient avec l’argent public? Pourquoi Mr. Adegnon veut seulement punir les pasteurs ambulants et pasteurs “garagistes” c-a-d ceux qui font leur culte dans les garages? Pourquoi ne pas g�n�raliser la loi et r�glementer la c�l�bration du culte religieux? Qu’attend on par manifestions culturelles? Les manifestions d’Agbadza dans certains quartiers ou des c�l�brations voodou, sont elles concern�es? Quelles sont les sanctions qu’encourent les contrevenants � cette d�cision d’interdiction?
Pourquoi ne font-ils jamais rien de bon et de concret dans ce pays? Vivement que le peuple togolais se r�veille pour demander des comptes � ses arnaqueurs de la R�publique.   15nakotan | 11/1/2013 11:40:34 AM Vos reactions sur ce article prouvent que vous etes presque tous des enfants de BEELZEBUL, et c’est la perdition eternelle qui vous attend; a moins que le createur LUI meme vous face grace. Vous preferez donner onction aux etablissements ou la depravation et la debauche sont promues a la predication de la Parole qui libere. De toutes facon, rien ne peut arreter la propagation de l’evangile; et cela est verifiee; puis que c’est la puissance de cette Parole meme qui ouvre d’autres canaux de divulgation quand certaines sont interdites par les tentatives “vaines” de BEELZEBUL et ses sujets (que vous etes) pour l’arreter.   14TANTI | 11/1/2013 11:36:41 AM Pourquoi s’en prendre aux �glises seuls? Et les marcheurs de samedis de la plage? Eux ne font-ils pas des bruits? Ne d�rangent-ils pas la tranquillit� des paisibles populations? Il faut r�guler tout ou rien. Les politiciens de Samedis circulent tous les Samedis alors que les religieux chr�tiens manifestent de mani�re sporadique. Pourquoi s’en prendre � ceux qui sont rares et non � ceux qui sont r�guliers? Les marches des Samedis deviennent de trop pour le peuple aveugle qui croit toujours � ces leadeurs qui ont tout vendu sauf leur salaire mensuel.   13guerireros | 11/1/2013 11:30:07 AM Pire ces nouveaux paysans calfeutr�s convertis a la derniere heure en christ ne sont seulement pas insuportable mais pire agressifs! on ne doit pas les critiquer on est trait� de DIABLE a abattre .. ils voient le satan partout et attendent tout de Dieu (meme leur pain serait tomb� du ciel). Ces gaillards paresseux qui passent tous les jours de la semaine ds l eglises oublient que Dieu leur a doter de tout (cerveau pensant, bras pour travailler, pieds pour s activ�) mais que neni ,Ils sont a la recherche et attendent un miracle de Dieu!
merde laissez Dieu tranquile et aller travailler.

PAR CETTE DECISION LOUABLE, nos baladeurs chretiens ds leur messe noire ,ONT DEJA index� et MIS ADEGNON SUR LEUR LISTE NOIR, satan ou fils de satan a abattre.hihiiii!!
la pauvret� culturelle hihihihihihi
Pire les pseudos intellectuels sont ds la dance!! pauvre afrique!

  12Ballistik A2 | 11/1/2013 11:26:33 AM SATAN n’est-il pas entrain d’agir???? Qu’est ce qu’ils ont contre l’evangelisation�? Quelle population ADEGNON pr�tend-il d�fendre???? Apres avoir pill� les ressources de la ville et les impots pay�s par les pauvres contribuables de Lome, ce TOQUET qui n’a jamais �t� �lu par les Lom�ens s’en prend aux paisibles population!!!! Moi je pr�fere ceux qui pr�chent la parole de Dieu a ceux qui tuent et pillent les togolais!!!!
S’ils est courageux il n’a qu’a poser sa candidatures aux prochaines communales et on verra combient de voix il obtiendra a Lome!!!
Au lieu de r�soudre les vrais problemes de LOME, ces TOQUETS PILLEURS sont l� � distraire les gens   11Bastaaaa | 11/1/2013 11:16:17 AM Je vais dans le sens de l’intervenant N8: moi dans mon quartier c’est les mosqu�s qui sont l�gion: A 4h du matin c’est des incantations (je ne sais ce qu’ils disent) � n’en plus finir. Et rebelotte � 5h, 6h, 14h etc . Aura t on le courage de leur fermer la gueule � eux aussi ou bien aura t on peur de ces apprentis jihadistes.
A mon avis pour �tre impartial mosqu�s et �glises doivent respecter cette decision et l’autorit� doit s�vir contre les uns et les autres!   10Patjean | 11/1/2013 11:07:53 AM MERCIIIIII ADEGNON POUR CETTE DECISION COURAGEUSE ET BIENVENUE COURAGE   9marclove1000 | 11/1/2013 10:57:58 AM Respect, respect au Ministre…..Il faut punir tous ces pasteurs lucratifs qui d�rangent la population togolaise comme cela se fait en europe. Nous voulons la d�mocratie un systeme europ�en, donc recpect aux enfants de dormir la nuit. Les foux qui reveillent les enfants � 04 heures du matin doivent se cacher maintenant……
Nous rendons gloire � dieu pour que cette loi soit respect�eeeeeee. Vraiment merci   8democrate | 11/1/2013 10:50:10 AM Que dit-on des cris de 4h Je voudrais nommer ALLAAAAAAAAAAH AAAAK BARRRRRRR?   7Amivi | 11/1/2013 10:49:44 AM Excellent ! Les manifestations religieuses au Togo sont devenues insupportables ! Elles sont quotidiennes et p�nibles pour les pauvres citoyens ! C’est � croire que les gens n’ont pas d’occupation professionnelle ou familiale. Je n’ai jamais vu une chose de ce genre nulle part dans le monde. Dans quasiment tous les quartiers de Lom�, on ne voit que des �glises et des mosqu�es. Bon sang ! Les cris du genre “j�sus m’a sauv�” � LONGUEUR DE JOURNEE, DE SEMAINE ENTIERE et d’ANNEE abrutissent litt�ralement une population manquant de libre arbitre pour cause d’insuffisance scolaire. Il y a une dizaine d’ann�es encore, le ph�nom�ne �tait relativement circonscrit � la ville de Lom� et � sa banlieue, aujourd’hui c’est la m�me trag�die que l’on observe dans les autres grandes agglom�rations comme Palim�, Atakpam�, Sokod�, Niamtougou … etc. L’Etat doit faire quelque chose de d�cisif. Un peu de censure circonstanci�e peut ramener les gens � la raison. Ces �glises sont en train de d�chirer la coh�sion sociale ci souvent proclam�e par les africains � l’�tranger. Les histoires de fillette de 15 ans ou moins mises enceintes par des pasteurs sans scrupule sont les l�gions. Certains de ces pasteurs confisquent semble – t – il le dixi�me des revenus de leurs zouaves. C’est du racket et l’Etat doit servir ! C’est urgent !
Cet �t� encore, j’�tais � Ani� o� j’ai construit une petite concession pour venir me reposer quelques semaines dans l’ann�e, mais c’�tait peine perdue avec ces filous de “pasteurs” et leurs cr�tins de fid�les. Bon sang ! Notre religion, c’est le Vodou, pas ces choses venues du levant ou d’Am�rique du nord notamment o� l’on raconte que les femmes con�oivent des enfants sans avoir eu de relation sexuelle. Les fid�les de ces religions �trang�res sont devenus de v�ritables esclaves au service de leurs pasteurs et plus s�rement au service d’une nouvelle aventure occidentale d’asservissement des peuples africains.
  6zzzzzzzzzzzzzzzz | 11/1/2013 10:27:52 AM   Par ton commentaire, tu viens d�etre plus nuisible au peuple togolais et � la population de lom� que monsieur Adegnon durant toute sa carriere.

Il n�est jamais trop tard pour bien faire.

  5marclove100 | 11/1/2013 10:25:09 AM Hurrraaaaaa, le Togo s�avance… Je suis tellement fier de lire cette nouvelle aujourd�hui. Trop c�est trop.
J�ai eu beaucoup de coup de fil de mes amis r�sidents aussi en europe.
Vraiment Dieu merci, que le Togo entrain de respecter la tranquilit� et le respect envers la population.
Lors de mes derni�res vacances � Lom� Avepozo, personne ne dort la nuit. Les enfants n�arrivent plus � dormir. Nous prions le seigneur d�aider le Togo a s�avancer dans tous les domaines,,,,,,,,,,,
Merci, merci.
Nous sommes malades en Afrique sans le savoir. Hurrra, je ne sais pas comment manifester ma joieeeeeee
  4Ballistik A2 | 11/1/2013 10:16:48 AM SATAN n’est-il pas entrain d’agir???? Qu’est ce qu’ils ont contre l’evangelisation�? Quelle population ADEGNON pr�tend-il d�fendre???? Apres avoir pill� les ressources de la ville et les impots pay�s par les pauvres contribuables de Lome, ce TOQUET qui n’a jamais �t� �lu par les Lom�ens s’en prend aux paisibles population!!!! Moi je pr�fere ceux qui pr�chent la parole de Dieu a ceux qui tuent et pillent les togolais!!!!
S’ils est courageux il n’a qu’a poser sa candidatures aux prochaines communales et on verra combient de voix il obtiendra a Lome!!!
Au lieu de r�soudre les vrais problemes de LOME, ces TOQUETS PILLEURS sont l� � distraire les gens!!!!   3NESTA | 11/1/2013 9:54:23 AM voici l�un des pyromanes du march� de lom�, LE CONTRE-AMIRAL FOGAN ADEGNON !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!   2aholou | 11/1/2013 9:46:37 AM celui qui ne veut pas respecter cette loi, qu’on lui rentre dedans sans piti�; trop c’est trop!
M�me J�sus, durant son s�jour sur la terre, respectait la tranquillit� et la qui�tude de ses adeptes ainsi que des autres.
Y en marre de ces faiseurs de bruits!   1Nadouvi | 11/1/2013 7:19:00 AM Voil� une bonne d�cision ! Vivement qu’elle soit appliqu�e… Cela �vitera aux citoyens d’�tre r�veill�s par des crachottements de micros et des voix aigrillardes. A Lom�, au m�pris de tout r�glement, certains �tablissements d�versent � l’ext�rieur leurs musiques comme si toute la population �tait sourde, jusqu’� pas d’heure. Imposant �videmment leurs go�ts musicaux � tout le quartier. Ensuite, parfois avant le chant du coq, ce sont de pr�tendus “pr�cheurs” qui r�veillent d’honn�tes travailleuses ou travailleurs. Quel m�pris pour l’autre !